Le PDG d'ADP (sur le départ) est favorable à un écart des salaires limité

 |   |  244  mots
Copyright Reuters - Pierre Graff, PDG d'Aéroports de Paris
Copyright Reuters - Pierre Graff, PDG d'Aéroports de Paris (Crédits : AFP)
Pierre Graff s'est dit favorable à la limitation de l'écart des rémunérations de 1 à 20 dans les entreprises dans lesquelles l'État est majoritaire. Il est cependant peu concerné dans la mesure où l'écart à Aéroports de Paris est de 1 à 22,6 et qu'il doit quitter les rênes de l'entreprise en novembre.

Le PDG d'Aéroports de Paris (ADP), Pierre Graff, s'est dit favorable ce mercredi à la proposition du gouvernement de limiter l'écart des rémunérations de 1 à 20 dans les entreprises dans lesquelles l'Etat est majoritaire. "Je trouve la proposition du gouvernement français d'un écart de 1 à 20 justifiée, et j'y suis, pour ma part, favorable", a-t-il déclaré à des journalistes invités à Istanbul, faisant référence à une mesure qui devrait également s'appliquer aux contrats en cours. "Pour l'entreprise Aéroports de Paris il n'y a donc pas de problème".

L'écart chez ADP est actuellement de 1 à 22,6

ADP avait indiqué précédemment qu'au sein du groupe, l'écart de salaire était de 1 à 22,6. La rémunération du PDG d'ADP s'est élevée à 553.000 euros au titre de 2011, notamment à cause de la part variable liée aux bons résultats du groupe, a-t-il précisé par ailleurs. Ce montant comprend tout, y compris les avantages en nature tels que voiture de fonction. Son salaire fixe, qui s'élève à 370.000 euros, est bloqué depuis 2008, à la demande de Pierre Graff, et ce en raison de la crise financière. Une rémunération bien moindre que celles d'autres entreprises du même calibre qui lui permet de n'être que très peu concerné par le projet de François Hollande. Il le sera d'autant moins que Pierre Graff sera atteint par la limite d'âge en novembre (il aura 65 ans) et qu'il devra quitter l'entreprise.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2012 à 9:34 :
Proposerait-il un effet rétroactif depuis sa prise de fonction ? Non évidemment !! Cela montre encore une fois le mauvais esprit de ces pseudos responsables parachutés à des postes qu'ils ne méritent pas forcément.
a écrit le 07/06/2012 à 8:45 :
Je pars à la retraite mais pour les suivants on peut réduire les salaires. C'est beau tout cela. Français réveillez-vous, vous avez vu le salaire de ce haut fonctionnaire. Imaginons aussi ce que sera sa retraite. A titre d'exemple: il y a deux mois j'ai fait un aller-retour à Madrid par Air France, pour une facture de 195 euros, il y avait 70 euros pour AF et 125 euros de taxes diverses dont bien sur ADP. Voila la France d'aujourd'hui !
a écrit le 07/06/2012 à 7:32 :
ce qui est le plus important c'est qu'une société soit gérée par les meilleurs. L'image de ROISSY est déplorable et moi même voyageur assidu je suis souvent très mécontent des multiples problèmes que l'on rencontre dans cet aéroport. je réfèrerais un PDG mieux payé mais avec en contrepartie une société qio offrirait un bien meilleur service qu'aujourd'hui
a écrit le 07/06/2012 à 0:26 :
Je dirais même plus, c'est hors sujet mais dans le thème: 12 milliards sur le budget de la société pour la sncf, par an, soit 20% des impôts.Cela fait combien de billets de 500 Frs brûlés? A quelles fins?
a écrit le 07/06/2012 à 0:08 :
Vous avez raison: privilégier une entreprise x sur une entreprise y, c'est un scandale!
a écrit le 07/06/2012 à 0:03 :
Oui il en existe un certain nombre avec la question des statuts. Litanie: ADP, française des jeux, télévision, sncf, dcns, thalès, renault, edf, gdf etc etc, y en a un sacré paquet. Et des salariés surprotégés par rapport aux autres. Les jeunes dans la précarité permanente voire dans la non intégration. Qu'on parle de système juste, on rigole bien. La vraie question c'est celle du prix des avions pour le consommateur qui n'est pas riche. Pourquoi devrions-nous tolérer que la population paye plus cher, quand elle pourrait voyager plus, tout ça pour satisfaire quelques corporations qui prennent les autres en otage. C'est ça la démocratie? Je vous pose la question, est-ce que c'est ça la démocratie?
a écrit le 06/06/2012 à 22:47 :
Ce tocard n'est pas un patron qui a monte sa boite mais juste un fonctionnaire qui gere une fauqse entreprise d'etat non soumise a la concurrence. S'il avait une minimun de jugeotte il se cacherait... Il ne sait pas ce que v'est que d'etre un patron
a écrit le 06/06/2012 à 21:38 :
Oui mais c'est avec effet rétroactif, c'est comme pour les exilés fiscaux. On a trop profité de la dette publique ici. Autrefois les patrons faisaient des augmentations de salaire de 4% l'an pour un salaire bien plus faible. Des dirigeants comme on en connait dans nos familles qui avaient avant affronté la guerre sur le terrain, voire l'indochine. On en connait qui ont fait les plans du désert après la résistance pour des copecs. On évitera le nom de colonel milan, on mettra guyon.
a écrit le 06/06/2012 à 20:11 :
Il est marrant ce PDG, effectivement çà lui coûte rien de dire cela en partant à la retraite.
Réponse de le 07/06/2012 à 7:08 :
Avez-vous lu l'article ? La raison pour laquelle cela ne lui coûte rien est essentiellement que cela aurait réduit sa rémunération fixe de 3000 à 6000 euros, ce qui à ces niveaux n'est rien, rémunération fixe qu'il a d'ailleurs bloquée depuis 2008.

Pourquoi les commentaires sont-ils toujours négatifs même quand quelqu'un a un comportement relativement positif ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :