Les effectifs continuent de fondre dans l'industrie

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Selon l'Observatoire de l'investissement réalisé par Trendeo, les secteurs manufacturiers sont parmi ceux qui ont détruit le plus d'emplois depuis le début de l'année. Depuis 2009, l'économie tricolore a supprimé près de 340.000 postes et n'en créé que 288.000.

La fermeture du site PSA n'était malheureusement pas une exception. Selon l'Observatoire de l'investissement élaboré par Trendeo, une société spécialisée dans la veille et la collecte d'informations, l'industrie est largement représentée parmi les secteurs ayant détruits le plus d'emplois en 2012

Ainsi, l'industrie automobile a supprimé près de 40.000 emplois nets depuis 2009. En 2011, le secteur avait été près de l'équilibre, mais les annonces du groupe PSA ont conduit à de fortes réductions en 2012. Lueur d'espoir, l'année 2012 devrait être moins traumatisante que l'exercice 2009.

Le transport aérien renoue en 2012 avec des résultats aussi difficiles qu'en 2009, alors que l'année 2011 avait vu un léger excédent des créations d'emplois sur les suppressions. Ces suppressions de postes s'expliquent principalement par la mise en place du plan de départs volontaires lancé par Air France en début d'année.

La banque souffre également

Les services bancaires et financiers ne sont pas épargnés. « En 2012, les Banques Populaires et la Banque de France ont annoncé des réductions d'effectif. Le bilan de l'année 2012 pourrait s'avérer pire que celui de 2009 notamment si les salariés du Crédit immobilier de France ne sont pas repris », estime Trendeo.

L'industrie pharmaceutique souffre également. Elle a supprimé près de 10.000 emplois depuis 2009. Dans ce secteur également très concentré, cinq groupes réalisent près de 70% des suppressions (Sanofi, Merck, Pfizer, Glaxo et Abbott).

La métallurgie n'en finit pas de panser ses plaies, les fermetures progressives de grands sites, ArcelorMittal notamment, n'étant pas compensées par les projets nouveaux, de plus petite taille.

Au total, l'économie a détruit 338.999 emplois depuis 1999, un chiffre nettement inférieur des créations de postes (288.224) observées principalement dans le commerce de détail, le développement de logiciels, la restauration, les services à la personne.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2012 à 19:08 :
Avec une licence en histoire, j'ai un ami qui n'a jamais trouvé qu'à faire la caisse dans un magasin. A quoi ça sert de former des gens si c'est pour ne rien en faire?
Réponse de le 10/10/2012 à 15:05 :
À afficher 80 % avec le bac et à retenir, aux frais des parents, des jeunes loin du chômage. Un étudiant ne pointe pas et ne touche pas le RSA. C'est vrai, c'est du gâchis, mais les Français ne veulent pas de sélection. En même temps, on peut se renseigner sur les débouchés, avant d'étudier l'histoire de l'art ou l'anthropologie des Patagons. Il y a des formations sans rien au bout.
a écrit le 18/09/2012 à 19:36 :
La banderole sur la photo "assez de cadeaux aux patrons.." me désole! Les syndicats aurait mieux fait d'écrire "oui aux réductions de dépenses publiques, à l'alignement des régimes de retraites des fonctions publiques et des régimes spéciaux sur le notre, le régile général" "Trop d'emplois publics tue l'emploi privé"
Aulnayh doit fermé parce que les réformes de structure n'ont pas étaient faites et que les charges pesant sur les entreprises tuent leur compétitivité. On tue des emplois qualifiés pour ne créer que des emplois à faible qualification. Bravo et merci!
a écrit le 18/09/2012 à 18:26 :
Avec Mollande dans un an il n'y aura plus d'industrie. Il ne restera que des fonctionnaires et plus personne pour payer tout cela...
a écrit le 18/09/2012 à 17:31 :
60 000 cgtistes en moins, ca ne fera pleurer personne
a écrit le 18/09/2012 à 16:37 :
Avec les dernières mesures prise par l'équipe de France du changement, et bien c'est pas prêt de s'inverser surtout dans les PMI. Bon courage les Bisounours qui avez voté pour FH. Avecc Sarko au moins on savait à quoi s'en tenir, là on découvre la "normalité" profonde de jour en jour. Pour être normal il est normal notre Président, tout comme le fils de ma voisine.
a écrit le 18/09/2012 à 15:36 :
Il est temps que syndicats, politiques et entrepreneurs réfléchissent à de nouvelles façons de travailler : plus de flexibilité, moins de charges sociales, abandon des 35 heures, règlementation stricte du droit de grève, arrêt de la chasse au riche et au dénigrement de l'entrepreneur, formation de l'entrepreneur, arrêt des aides sociales, remettre le travail et l'effort à l'honneur, formation multilatérale-pluridisciplinaire des salariés, formation technique dans l'enseignement en liaison avec l'entreprise : quelques pistes de travail...
a écrit le 18/09/2012 à 15:18 :
Le grand chef d entreprise hollande va relancer l industrie en créant des machines à gaz sa spécialité ! Il faut garder espoir le changement c est maintenant!
Réponse de le 18/09/2012 à 16:20 :
Non, c'est le stratège industriel nommé Montebourg qui doit redresser. En ce moment, il donne de bons conseils. S'il continue, il n'y aura plus d'industriels qui pourraient les écouter.
Réponse de le 18/09/2012 à 17:20 :
10 millards d'impots supplémentaires sur les societes et faire fuire les investisseurs: bon début pour la relance!
Réponse de le 18/09/2012 à 17:32 :
en tt cas ce ne sera pas des usines a gaz de schiste !
a écrit le 18/09/2012 à 14:28 :
Un des problemes urgent à résoudre en france est reppesenté par les syndicats. Ils sont là pour leur propagande politique et pas pour soutenir ceux qu'ils sont censés defendre. L'image de l'article est caracteristique à cet égard. La CGT mélange les combats en s'opposant à la TVAsociale( qui pourtant peut etre un moyen de ne pas faire porter les charges entierement sur les travailleurs). Proposons de rendre obligatoire l'adhesion à un syndicat et ainsi les extremistes qui pour l'instant sont le gros des troupes , verront leur influence néfaste diminuer.
Réponse de le 18/09/2012 à 15:33 :
Si dans certains cas, les syndicats défendent l'indéfendable aussi bien dans le privé que dans le public, la plupart du temps ils défendent les travailleurs des excès du libéralisme. Obligation d'adhérer à un syndicat : chiche, vous seriez surpris du résultat.
Réponse de le 18/09/2012 à 15:58 :
supris dans quel sens? amelioration du climat social, vrai participation au developpement économique et à la performance des entreprises,( un peu comme le font les syndicats allemands)?
Réponse de le 18/09/2012 à 16:46 :
TVA sociale cadeau aux patrons!!!???, l a TVA sociale c'est la baisse des charges du personnel contre l'augmentation sensible de la TVA, je ne vois pas ou est le cadeau aux patrons a part d'embaucher plus.
a écrit le 18/09/2012 à 13:23 :
çà c'était avant l'arrivée de Montebourg !!! Mais le changement : c'est maintenant !!
a écrit le 18/09/2012 à 12:51 :
Et ça continuera tant que le prix de l'énergie sera trop faible comparé au cout du travail;il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie;le prix de l'énergie augmente mais le cout du travail diminue!
a écrit le 18/09/2012 à 12:00 :
Le constat d'échec est clair, pendant que les politiques font fortune, la population trime. 7 millions avec moins de 800 euros, et 5 millions d'emplois à créer... le tout avec une démolition rampante. La sécurité d'emploi pour les uns, l'exclusion à vie pour les autres... deux poids, deux mesures.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :