"Budget de combat", "saignée fiscale ", "austérité absurde"... les réactions au budget 2013

 |  | 1164 mots
Lecture 6 min.
Jean-Marc Ayrault, dans la cour de l'Elysée, à la sortie du conseil des ministres.  - Copyright Reuters
Jean-Marc Ayrault, dans la cour de l'Elysée, à la sortie du conseil des ministres. - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Budget de combat", "saignée sans précédent", "austérité absurde"... après l'annonce du projet de budget 2013 dévoilé ce vendredi par le gouvernement, les qualificatifs pleuvent à gauche et à droite. En voici un récapitulatif, mis à jour régulièrement dans la journée.

Le projet de budget pour 2013 a été dévoilé ce vendredi lors du conseil des ministres. Il programme une austérité historique avec un effort de 36.9 milliards d'euros demandé aux Français pour tenter de réduire le déficit public à 3% du PIB en 2013. Une annonce qui a immédiatement suscité de nombreux commentaires parmi les dirigeants politiques et chez les partenaires syndicaux. Voici les principales réactions, mises à jour au fur et à mesure.

Un budget "de combat"

? François Hollande, cité par la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, " a qualifié ce programme de "budget de combat qui vise à résorber les déficits, améliorer notre performance économique et à rétablir la justice. "Le président de la République a souligné combien ce projet de budget est porteur de redressement, de rétablissement de nos comptes et de retour à la croissance", a-t-elle également rapporté. "Un budget n'est rien s'il n'est pas accompagné d'une volonté politique", a ajouté le chef de l'Etat, pour qui ce sont "les ménages les plus aisés" et les grandes entreprises qui seront "affectés" par les hausses d'impôts prévues par ce projet de loi de finance, qui vise la réduction du déficit à 3% du PIB en 2013. "Nous ne sommes pas là pour être des argentiers mais pour faire des choix", a également fait valoir François Hollande, assurant que ni "la demande, ni l'offre productive" seraient affectées par ce budget.

? Même vocabulaire guerrier chez le Premier ministre. Dans une déclaration faite depuis la cour de l'Elysée, Jean-Marc Ayrault a vanté "un budget de combat pour la justice sociale", un "budget de combat pour la croissance, la préparation de l'avenir", un "budget courageux et responsable", un "budget de conquête". Le chef du gouvernement a appelé à "la mobilisation générale" des Français pour "réussir cette bataille".

? Même lexique toujours chez Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée (dans un communiqué): "C'est un budget de combat face à la crise", un "budget de gauche, à la fois sérieux et tout entier tourné vers le retour de la croissance et de l'emploi", un "budget de compétitivité qui rééquilibre la fiscalité des entreprises (...) et revalorise le travail par rapport aux revenus du capital", et un "budget de reconstruction de l'Etat".

? François Rebsamen, président du groupe PS au Sénat, dans un communiqué : "La bataille pour le redressement de notre pays, pour l'emploi, pour le retour de la croissance et du pouvoir d'achat, est bien engagée. Le budget 2013, juste, rigoureux et constructif sera une phase décisive pour la gagner".

"Dès l'année prochaine, il faudra aller plus loin"

Véronique Descacq, secrétaire nationale de la CFDT (dans un communiqué), se dit satisfaite sur plusieurs points: "la réintégration des revenus de capitaux dans l'assiette de l'impôt sur le revenu", ", l'abaissement significatif du plafond du bénéfice des niches fiscales de 18.000 à 10.000 euros", "la création d'une tranche à 45 %, taxe provisoire de 75 % sur les revenus supérieurs à 1 million d'euros" et le "rétablissement du barème de l'Impôt de solidarité sur la fortune". Cependant, "dès l'année prochaine, il faudra aller plus loin", suggère-t-elle, en évoquant notamment le quotient familial et les niches fiscales.

"Saignée fiscale sans précédent"

? Yves Jégo, vice-président de l'UDI (centre), dans un communiqué: ce budget représente "une saignée fiscale sans précédent puisque qu'avec un taux de 46,3 % de prélèvement obligatoire la France battra en 2013 un triste record jamais atteint dans notre histoire." "Trop d'impôts et pas assez de baisse des dépenses de l'Etat voilà le funeste cocktail de ce budget qui va entraîner notre pays vers une récession sans précédent.", estime-t-il. "Ce coup de massue représente pour nos entreprises l'équivalent d'une hausse de 30% de l'impôt sur les sociétés ce qui va entraîner mécaniquement une explosion du chômage" ajoute-t-il. Concernant les ménages, le député-maire de Montereau-fault-Yonne (Seine-et-Marne) estime qu'il "est faux de dire que seuls les plus aisés seront frappés puisque 40% des salariés vont perdre les avantages de leurs heures supplémentaires et que le maintien du gel du barème de l'impôt sur le revenu va frapper durement des millions de foyers sans oublier le plafonnement de certains avantages comme ceux liés aux emplois familiaux ."

? Jean Arthuis, sénateur centriste (dans un communiqué) : "Nous attendions le levier du changement, nous découvrons que le gouvernement s'en tient aux vieux outils du bricolage et du maquillage. En excluant, pour des raisons dogmatiques, la TVA sociale, Jean-Marc Ayrault signe sa résignation." Le sénateur fustige notamment l'effort requis:" d'au moins 40 milliards" au lieu des 30 prévus, un "matraquage fiscal". "Troisième illusion, laisser croire que nous pouvons réussir sans une action puissante sur le niveau des dépenses publiques (remise en cause de 35 heures, moratoire des normes). Les 10 milliards prévus sont manifestement insuffisants et les économies supposées ne sont pas clairement identifiées", regrette-t-il.

? Hervé Morin, président du Nouveau centre (dans un communiqué): la gauche a "choisi la facilité en jouant la carte du matraquage fiscal". Selon lui, cela aura pour conséquence "d'étouffer" l'économie et "d'assommer" le pays.

Un budget "sans vision"

? Valérie Pécresse, députée UMP, ex-ministre du Budget, interrogée par Reuters : "Le gouvernement a fait les mauvais choix économiques. C'est un budget qui sacrifie la croissance parce que c'est un budget qui fait le choix de l'impôt."

? Gilles Carrez, président UMP de la commission des finances de l'Assemblée, estime que ce budget souffre d'un "immense défaut". "Il choisit le tout fiscal, le tout augmentation d'impôt et jamais on n'aura infligé, ni aux ménages, ni aux entreprises, un tel choc fiscal", a-t-il déclaré à Reuters. "C'est un très mauvais choix. Il aurait fallu au contraire faire davantage d'économies. Or toutes les économies que nous avions engagées sous la précédente majorité sont aujourd'hui annulées (...) "Il n'y a aucune mesure de structure. Donc c'est un budget complètement à court terme sans aucune vision. Il n'y a rien sur la compétitivité des entreprises, alors que ça devrait être l'urgence majeure", a-t-il ajouté.

? Dominique Bussereau, député UMP de Charente-Maritime dans un tweet :  "Mon budget ce AYRAULT au regard si doux ...mais porteur de tant d'impôts! "

"Hyper austérité absurde"

? Marine Le Pen, présidente du FN, dans un communiqué: "Pour sauver des dogmes, la monnaie unique en particulier, on impose à la France une hyper austérité absurde, synonyme de contraction de l'activité économique et de creusement des injustices pour les Français, classes populaires, moyennes et retraités en tête"

A lire: Les 10 points clés du budget 2013

(créé le 28/09/2012 à 13h30, dernière mise à jour : 15h47)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2012 à 0:21 :
Si cela continue, hollande sera peut être le dernier président de la 5eme république. Président de l'effondrement, aucune vision stratégique, c'est pas mal comme qualificatif dans nos futurs livres d'histoire.
a écrit le 29/09/2012 à 5:25 :
Plus que 4 ans et 7 mois. En attendant que le vie gâchée.
a écrit le 28/09/2012 à 23:55 :
le taux de prélèvements obligatoires bondira de 44,9 % à 46,3 % de PIB ... c'est le combat contre les Français ??!!!
a écrit le 28/09/2012 à 18:14 :
Comment appelle-t-on une idéologie où au final tout le monde doit gagner pareil et vivre pareil, à l'exception des dirigeants? Voyons, si ma mémoire est bonne cela existait encore il y a peu, et visiblement le peuple était très heureux... Haaa.. Les longues soirées d'hiver dans les goulags.. Du bonheur quoi...
De manière plus sérieuse, mise à part l'abomination de ce budget, le terme de justice sociale est plus que déplacée.. Les chiffres moyens annoncés sont évidemment des moyennes nationales, hors il est plus que prouvé que le coût de la vie en IDF est nettement supérieur à de nombreux endroits en France.. Ces mesures fiscales vont donc concerner un grand nombre de franciliens, dont les revenus les rendent imposables alors même que ceux-ci sont proportionnels au coût de la vie dans notre chère contrée... Bref, on se rapproche de plus en plus du travailler moins pour gagner plus....
a écrit le 28/09/2012 à 17:39 :
Budget de combat appeler Place a la rescouse,il est tres fort en karate.
a écrit le 28/09/2012 à 16:04 :
"budget de combat" non mais qu'est ce qui faut pas entendre, un coup de rabot ici une hausse là et le flanbi ce dit combatif! il ne fait rien! aucune avancée, aucun changement, ne regle aucun pb, ne change pas ce qui va pas et il ose etre fier de lui. au final on a plus d'impots, quelque fonctionnaire de plus et aucune creation d'emploi privée ni aucun solicitation d'investissement par le privée. rien de rien
a écrit le 28/09/2012 à 15:09 :
En 1970, Arthur Laffer avait démontré qu'au delà de 36 % de prélèvements, l'impôt tuait l'impôt. Avec un taux de 46,3 % nous irons dans le trou ... plus vite !
a écrit le 28/09/2012 à 14:48 :
la droite qui durant 10 ans a ruiné toutes les finances du pays (dettes massives, déficits, chomage de masse) est archi disqualifiée pour s'exprimer...les riches ont été systématiquement arrosés au détriment des pauvres...
Réponse de le 28/09/2012 à 16:04 :
Eternelle argumentation d'une gauche sans courage. C'est pas moi c'est l'autre.En taxant les entreprises d'une manière brutale, le chomage va exploser.En taxant les "riches"(combien de ministres à l'ISF?), l'investissement va reculer.Ce n'est que de la démagogie. Flatter les "pauvres" les plus nombreux pour engrenger des voix ce n'est pas de la politique c'est du racolage.
Par ailleurs, je vois pas dans la classe politique au pouvoir, d'efforts suffisants pour croire à une véritable volonté de réussite.Ils conservent leurs avantages et ne font que. du cliéntélisme sans parler de népotisme qui se met en place.
Réponse de le 28/09/2012 à 16:11 :
C'était la citation du jour proposé par fred. Merci fred. Vous auriez aussi pu ajouter : les méchants sont de droite et les gentils de gauche...et grâce à eux tout va changer parce que le changement c'est maintenant ! Si Si !
Réponse de le 28/09/2012 à 16:32 :
les 'pauvres avec iphone' ( ' pauvres a la francaise') auront donc le loisir de se creer eux meme leur propre emploi avec leur temps leur argent et leurs competences en faisant une croix sur leurs loisirs et leurs vacances les 30 prochaines annees.... fred vous etes brillant, continuez comme ca, etu surtout faite le travail vous meme ;-)
Réponse de le 28/09/2012 à 16:35 :
Parfaitement d'accord avec vous fred ! Quand on a prouvé son incompétence, on ne la ramène pas !
Réponse de le 28/09/2012 à 17:27 :
@FRED, les problèmes ont commencé au temps de Mitterrand, alors il est facile de critiquer la droite mais qu'aurait fait hollande et les siens en 2008 quand on a eu des problèmes avec les banques. Et c'est maintenant que notre pays va être ruiné car la gauche taxe les entreprises, et nous la classe moyenne on ne sera pas oubliée . Quant aux riches, il y en a toujours eu et des pauvres aussi et dans le passé, la différence était encore plus prononcée que maintenant. Les riches ont toujours étaient privilégiés, cela ne date pas de 10 ans, alors arrêtons de faire comme la gauche, qui n'ayant aucune bonne idée pour sortir notre pays de la crise, tape sur le gouvernement précédent. Cela me fait penser aux enfants à l'école primaire: Ce n'est pas nous, c'est eux.. Pendant ce temps, il y a aucune avancée pour redresser notre pays
Réponse de le 30/09/2012 à 0:25 :
Droite ou gauche c'est pareil.
Faudra essayer autre chose, par exemple marine le pen. Et qu'on foute à la poubelle l'euro.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :