Retraites : le Medef repasse à l'offensive

 |   |  615  mots
Copyright Reuters
Laurence Parisot craint une croissance proche de zéro, voire négative, pour cette année. Dans ce contexte, elle demande au gouvernement d'accélérer sur la réforme des retraites pour limiter les déficits. Elle laisse planer un doute sur l'issue de la négociation sur l'avenir des régimes de retraites complémentaires.

La présidente du Medef l'a réitéré encore une fois: sur le plan économique, l'année 2013 s'annonce très difficile. Et selon elle, pour avoir une chance de ne pas subir un recul du PIB, le gouvernement doit immédiatement engager des réformes structurelles. Sans cela, Laurence Parisot pronostique une croissance qui « sera sans doute proche de zéro, voire négative ». Au passage, elle a jugé que le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius était bien « optimiste » quand il a estimé ce 19 février sur RTL que la prévision de croissance en France pourrait être de 0,2% à 0,3% cette année.

L'assurance chômage renégociée prématurément ?

Enfourchant ses chevaux de bataille traditionnels, Laurence Parisot a donc considéré que si la France ne se lançait pas, rapidement, dans des réformes structurelles « nécessaires pour se désendetter », alors il n'y aurait certainement pas de croissance. Et de citer deux exemples, les retraites et l'assurance chômage. Sur ce chantier, elle souhaite que les partenaires sociaux se rencontrent très rapidement, dans le cadre d'un groupe paritaire, pour étudier la situation de l'Unedic qui devrait connaître une dette cumulée de plus de 18 milliards d'euros à la fin de l'année. Pour la présidente du Medef, s'il s'avère qu'au sein de ce groupe paritaire un consensus se dégage autour d'un dispositif permettant à la fois de réduire le déficit tout en assurant une bonne protection des chômeurs, alors il serait envisageable d'accélérer la renégociation de la convention d'assurance chômage normalement prévue pour la fin 2013. Il est évident que Laurence Parisot songe très fort à un rétablissement de la dégressivité des allocations...


Retraites : Laurence Parisot interpelle le gouvernement


S'agissant des retraites, la présidente du Medef, là aussi, demande à ce que le gouvernement sorte du bois et dise rapidement ce qu'il souhaite faire concernant l'âge du départ à la retraite et la durée de cotisations. A cet égard, elle n'a pas caché son agacement de voir le gouvernement « fuir ses responsabilités » en laissant les partenaires sociaux décider les premiers de désindexer les pensions des régimes complémentaires Arrco et Agirc dont ils ont la gestion. « Nous sommes pris en otages car seule une variation des paramètres, âge de la retraite, durée de cotisations, sur tous les régimes nous permettraient de trouver une solution ». Or, selon elle, comme le gouvernement ne dit rien sur le régime général, syndicats et patronat sont contraints de désindexer les pensions des régimes complémentaires aux finances catastrophiques. « Et après, quand le gouvernement décidera la même chose pour le régime général, il dira qu'il ne fait que suivre ce que nous nous avons déjà décidé pour l'Arrco et l'Agirc ».

Quel avenir pour la négociation sur les retraites complémentaires ?

Refusant ce piège, Laurence Parisot s'est montrée très circonspecte sur l'issue de la négociation sur les retraites complémentaires, normalement prévue pour le 7 mars. Les pensions étant traditionnellement revalorisées le 1er avril. Elle promet même une initiative du Medef pour interpeller le gouvernement. Selon nos informations, ce dernier affiche une certaine indifférence aux menaces du Medef. Répétant qu'il a son propre calendrier et qu'il s'y tiendrait. Ainsi, la commission pour l'avenir des retraites va être installée dans les 10 jours. Elle disposera d'environ deux à trois mois pour formuler des propositions au gouvernement. Puis, en concertation avec les partenaires sociaux, une nouvelle réforme des retraites sera décidée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2013 à 18:03 :
ET si nous revenions a le retraite a 60 ans pour ceux qui ont leurs trimestres pour faires des economie en supprimant la surcote et en embauchant un chomeur (qui sera moin payé). Si on prend en consideration une personne qui a le maximum du regime general et qui prit à 60 ans, qui est remlacer par un chomeurs l'economie financière faite sur une base de calcul du plafond secu est de 72500 à 76 ans par rapport a une personne partant à 65 ans. A vos calculette M. les Enarques.
quelques chiffres sur une base de 3040?
a 60 ans la CNAV payera 15200 euro
le chomeur indeminisé coute 20496 euro au P Emploi
à 65 ans la CNAV payera 19700euro
a écrit le 27/02/2013 à 18:39 :
Avec des "décideurs" comme celle-là, on finira, avant le mandat du mou, a avoir un bol de riz/jour comme seule contre-partie au travail et 1/2 bol à la retraite...
a écrit le 27/02/2013 à 18:05 :
ALDALIX! 50 mg et 20 mg diurétiques, spironolactone plus furosemide médicament retiré depuis le. 1 erFevrier 2013, qu'elle est la raison de ce retrait. ?
Réponse de le 27/02/2013 à 18:36 :
C'est un hors-sujet intérressant vu que la santé concerne tout le monde! Quelqu'un a une réponse pour son message, et aussi à quoi c'est sensé servir (perso: zéro médocs!)?
a écrit le 21/02/2013 à 11:10 :
avant de reforme les calcul de retraite ils faut que les entrprisse d etat payent leur part en renplissant les caisses a la meme hauteur que les caisses prives au lieux de devallisse les caisses du prive c est a dire de c eux qui produissent les vraies richesse de ce pays
a écrit le 20/02/2013 à 12:39 :
Quand on sait qu'elle fait du zèle pour garder son fauteuil doré !! Bref, ... et si on parlait des patrons qui fabriquent des chomeurs pour mieux s'engraisser en allant fabriquer en chine... La mondialisation c'est faire entrer en conccurence les ouvriers du monde entier pendant que l'élite se gave...
Réponse de le 20/02/2013 à 16:25 :
Bonne combine, c'est tout à fait ça !
a écrit le 20/02/2013 à 11:23 :
Le nombre d'actifs ne cesse de diminuer et les chômeurs ne cotisent pratiquement pas. Et il y a de plus en plus de retraités sans oublier ceux des régimes spéciaux qui se la coulent douce depuis des lustres. Alors le calcul est vite fait
a écrit le 20/02/2013 à 10:41 :
Le gros problème, c'est que le MEDEF est surtout le représentant des très grandes entreprises plus que des PME et ETI, et que les syndicats de salariés sont en très grande partie composés de militants provenant essentiellement de la fonction publique, para publique et grandes entreprises.
Les salariés des PME et ETI, du fait de leur "pouvoir de nuisance" pratiquement nul ne sont guère pris en considération. Une grève chez un fabricant de fromages n'aura jamais la même écoute qu'une grève des conducteurs SNCF ou RATP.
a écrit le 20/02/2013 à 10:13 :
Que le MEDEF passe à l'offensive sur l'emploi....sinon un prochain décalage de l'age de départ en retraite conduirait encore à mettre des séniors au chomage. On comprend mieux pourquoi les "patrons" sont d'accord avec les reculs d'age de départ à la retraite....ils virent les séniors et c'est l'état qui paye le chomage !!!!
Réponse de le 20/02/2013 à 16:26 :
hé!hé!!
a écrit le 20/02/2013 à 9:39 :
Pourquoi cette personne ne s'attaque pas au vrais problèmes de la france, que faire des salariés trop jeunes pour aller en retraite et trop vieux pour le marché du travail.
Quand à la dégréssivitée des allocations chômages, on ne nait pas chomeur, on le devient!
et c'est un punition pour tous les chomeurs.
a écrit le 20/02/2013 à 9:29 :
Les retraites sont un problÚme que pour deux raisons, la premiere le chomage moin de cotisation, l autre c est les regime speciaux, rien que la restructuration EDF coute 5 milliards au régime general. Allongement n est donc pas une solution vu que 47% des plus de 57 ans sont au chomage facteur de régulation des plans sociaux. Mme Parisot le chomage l emploi des seniors vous ne vous sentez pas concernee, sans compter que vous avez aussi votre mot à dire sur les régime spéciaux, alors pourquoi au lieu de jouer la facilite vous ne prenez pas vos responsabilite.
a écrit le 20/02/2013 à 9:05 :
pourquoi le MEDEF NE DENONCE PAS LES REGIMES SPECIAUX QUI POMPENT LES CAISSES DU PRIVE
Réponse de le 20/02/2013 à 10:30 :
Ni le scandale EDF qui a donne la retraite a 50 ans au frais de caisse de retraite, merci M Sarkosy
a écrit le 20/02/2013 à 7:40 :
Super : "le Medef repasse à l'offensive" Enfin, le Medef réalise que les chefs d'entreprises français sont incompétents et qu'il est urgentissime de les bousculer pour qu'ils investissent dans la R&D, le Service Client et l'export. Quand on pense que les français se moquent des Italiens alors que leur Commerce Extérieur est excédentaire de 11 milliards? et le Français DÉFICITAIRE de 67 milliards?, on ne peut qu'exiger que l'offensive du Medef contre les chefs d'entreprises français les sorte de leur assistanat permanent.
Réponse de le 20/02/2013 à 8:10 :
Ben voyons... l'offensive du MEDEF et de Parisot contre les chefs d'entreprise incompétents. Vous trollez pour le plaisir ou vous êtes payés pour ça?
Réponse de le 20/02/2013 à 10:20 :
Nous sommes bien d'accord, le MEDEF avec ses subalternes de la CGPME et de l'UIMM mènent des actions très contreproductives qui salissent et nuisent gravement à la majorité des patrons de ETI PMI PME TPE qui eux investissent leurs deniers et leur énergies dans leurs entreprises. Nous allons cesser de cotiser à la CGPME parce qu'elle est particulièrement molle, passive, complice des castes et des loges des obédiences de l'UIMM et du MEDEF elle même fraction de l'UMP Nouveau Centre déguisé en UDI.
a écrit le 20/02/2013 à 7:27 :
Pour sauver les retraites,il faut en assurer le financement par une taxe sur l'énergie:une taxe sociale sur l'énergie.
Réponse de le 20/02/2013 à 8:58 :
Et pourquoi sur l'énergie ? Pourquoi pas sur l'alcool ou le fromage ??
Réponse de le 20/02/2013 à 11:34 :
bonne idée!ça sera sur l'énergie et l'alcool et le fromage.si meme le peuple le réclame!
Réponse de le 20/02/2013 à 16:46 :
Il ya du fric à faire, en remettant la vignette sur les véhicules auto, en ville on voit des grosses berlines allemandes et des 4x4 ,qui n'ont jamais frolé la boue d'une route de campagne, ni gravit un col....et là il y a du fric....
Réponse de le 20/02/2013 à 16:47 :
Parce que l'énergie permet de produire autant en travaillant moins;cela a pour conséquence d'augmenter les cotisations de retraites,ce qui augmente le cout du travail alors que tout le monde souhaite le réduire.Merci pour l'intérêt porté à mon commentaire.
a écrit le 20/02/2013 à 4:50 :
Parisot = Hollande au féminin
a écrit le 20/02/2013 à 3:08 :
Encore une commission sur l'avenir des retraites, installee dans 10 jours, avec 2 ou 3 mois pour rendre ses conclusions...que tout le monde connait deja. Et si nos politiques ne sont pas deja bien au fait de la problematique des retraites en France c'est a desesperer. O n'imagine pas que notre president et son gouvernement soient arrives il y a bientot un an sans avoir un dossier a jour et un projet prepare. Apres tout le reste n'est qu'agitation politique pour essayer de ne pas apparaitre comme etant celui qui impose des decisions difficiles. Mais qui leur en voudrait apres deux decennies d'immobilisme et de reculades d'engager enfin des mesures certes penibles mais que nous savons tous indispensables.
Réponse de le 20/02/2013 à 10:47 :
Bof, quand on a vu notre président actuel proposer dans sa campagne, de créer des allocations pour les étudiants "défavorisés", ce qui démontrait qu'il ignorait l'existance de bourses d'études depuis des dizaines d'années...
a écrit le 20/02/2013 à 2:32 :
Hum... Elle ne plisse pas encore assez les yeux. Pour avoir l'air aussi intelligente que sur les pubs ou dans les séries, il faut plisser un peu plus.
a écrit le 19/02/2013 à 22:48 :
Chaque chose en son temps, Il n'y aura pas de réforme des retraites avant les municipales, sinon c'est la débâcle assurée..
a écrit le 19/02/2013 à 22:29 :


LES RETRAITES "Les partenaires sociaux pris en otage" oui Me Parizot, et les salariés du privé seront les victimes. Ce sont les partenaires sociaux qui gèrent leurs caisses. Le gouvernement n'a rien à voir la dedans!! Sauf, bien sûr quand il puise dans la caisse de la CNVA , de L'AGIRC-ARRCO pour monter la CNIEG (EDF) ou pour alimenter l'IRCANTEC sous le curieux prétexte que la poste ne cotise plus dans cette caisse. Tout ceci est passé sans bruit de 2004 à 2011. Tous les acteurs sociaux étaient à ce moment là d'accord! Vous avez laissé faire. Maintenant comment réparer? Il n'y a aucune solution satisfaisante. Ce qui va se passer, vous le savez fort bien. Le seul sujet de discussion sera de définir les montants: De combien diminuer les retraites déjà liquidées, de combien augmenter le prix des points à l'achat de combien les diminuer à la vente. C'est vrai le gouvernement se retranchera derrière vous et les syndicats: Ce sera votre punition collective. J'ai ,moi, découvert les injustices de nos régimes de retraites en 2010. J'ai compris que M.WOERTH ne voulait pas partir en guerre avec la SNCF, la RATP. J'ai vu les petits arrangements avec les uns et les autres par les"compensations" annulant les effets d'une "réforme" repoussée à 2017. J'ai découvert comment en 2003-2004 on avait monté l'usine à gaz de la CNIEG en puisant dans nos caisses. Si j'ai compris en 2010 ces mécanismes,vous les connaissiez bien avant moi. En cherchant à comprendre j'ai lu à ce moment là l'article du point de 2004 "enquête sur un scandale d'état" Si un journaliste a pu écrire cet article en 2004 c'est la preuve qu'il était facile de voir que l'on s'orientait vers un problème financier dans les caisses du privé. Pire que la question du détournement de ces fonds, on bâtissait 2 catégories de salariés qui sont maintenant prêtes à en venir aux mains. Vous saviez. Vous êtes donc complice. Il était évident depuis des décennies qu'il était nécessaire de revoir les retraites dans leur ensemble. Vous, avec d'autres, aviez toutes les informations. Souvenez-vous des négociations tendues sur l'AGFF, c'était un signe d'alerte. Vous saviez dès les signes avant coureur de la crise que le chômage rendrait les caisses encore plus fragiles. Votre devoir, a vous et au syndicalistes, c'était de vous opposer fermement au pouvoir politique. A vous qui saviez et qui n'avez rien fait, la responsabilité de la colère de vos victimes.Ne comptez pas sur les fonctionnaires, les politiques, les régimes spéciaux: Ils sont protégés par des statuts bien verrouillés. Il n'est pas question pour eux d'AGIRC ou d'ARRCO. Même si ces caisses disparaissaient totalement,c'est l'état, donc le contribuable, qui devra payer. Un "détail" l'age de la retraite n'existe plus. C'est le montant de la retraite qui fixe l'age de départ. Pratiquement dans le privé plus personne dans quelques années ne partira à 62 ou 65 ans: Le montant de la retraite sera trop faible. Il est inutile de demander au gouvernement de reculer l'age de départ. Il reculera tout seul...
Réponse de le 20/02/2013 à 3:19 :
+ 1000 :-) Excellent commentaire, trop d'hypocrisie et de lachete dans tout ca.
Réponse de le 20/02/2013 à 5:09 :
Heureusement qu'en ce qui me concerne je suis à la retraite. C'est d'ailleurs plus facile de faire la morale aux autres.
Réponse de le 20/02/2013 à 5:40 :
Oui quand meme, votre "billet d'humeur" ne fait pas la morale mais resitue bien les roles et les responsabilites de certains dans ce bazar. Je me "retraiterai" a la fin de cette annee, a 63 ans sans angoisse mais comme tout le monde sans trop savoir aujourd'hui a quoi m'attendre. Je pressens quand meme que le capital que je me suis constitue en vue de cette echeance va decroitre plus vite que je ne le pensais de prime abord. Ou peu etre vais-je restreindre un peu plus mon train de vie.
Réponse de le 20/02/2013 à 9:09 :
EXCELLENT COMMENTAIRE! enfin! MERCI !!
Réponse de le 20/02/2013 à 14:24 :
@Jean-Jean ; merci de nous rappeler cette affaire. Il serait bien que La Tribune écrive un papier sur ce sujet.
Réponse de le 20/02/2013 à 17:57 :
Excellent commentaire, mais je pense qu il y a encore d autres abus comme par exemple les employes de assemble national et les militaires ( pas ceux qui se battent au Mali) qui profite d un systeme a faire palir la RATP
a écrit le 19/02/2013 à 21:09 :
Il est temps de réformer les retraites, oui: aligner les conditions de retraites du public et du privé pour les futurs retraités, corriger les retraites du public en cours de versement à la baisse, se pencher sur les conditions de retraite des élus. du travail sur la planche, mais qui redonnera confiance au Peuple de France.
a écrit le 19/02/2013 à 20:50 :
Elle a d'ailleurs ajouté, hors micro : "Il est par ailleurs incompréhensible que les salariés demandent de l'argent alors que nous leur offrons du travail. Ils ne se rendent pas compte de leur chance."
Réponse de le 20/02/2013 à 17:23 :
Ben tiens,le travail est "un luxe", comprenez vous! il y en a qui ont oublié que c'est un DROIT ! mais , au point ou l'on en est, il est tellement de choses primordiales qui sont oubliées...
a écrit le 19/02/2013 à 20:43 :
ta guele dehors au froid pendant 30 ans et du vera
Réponse de le 20/02/2013 à 9:11 :
hou lala ! ça gèle vraiment effectivement, ou c'est un p'tit coup de blanc?...
a écrit le 19/02/2013 à 20:39 :
De vrais fonds de pension c'est ça que l'on a besoin. Un régime de base minimum assuré par l?impôt et le reste "up to you".
Soit vous consommez (c'est bon pour l'économie), soit vous économisez dans un fond qui investit dans l'économie.
Seul problème sortir de la spirale actuelle: va falloir faire des efforts!!! (de toute façon c'est inéluctable) mais au moins cette proposition donne une horizon. Refaire encore et encore le coup de l'augmentation des prélèvements et la baisse des pensions avec un zeste de rallongement de la durée de cotisation c'est mortifère et sans espoir.
Réponse de le 20/02/2013 à 10:43 :
@ kro-magnon : ne rêvez pas, les fonds de pension n'investissent pas (ni ne soutiennent) l'activité économique réelle mais juste la spéculation financière. Cf la crise de subprime. Bref, un placement hautement hasardeux qui ne vous garantit pas de toucher à vos vieux jours ce que vous y avez investit...
a écrit le 19/02/2013 à 20:21 :
Oui il faut la retraite à 55 ans avec un taux équivalent au salaire gagné. Ou trouver le pognon? Au Medef , c'est la catégorie sociale la plus aidé dans le monde
Réponse de le 20/02/2013 à 13:55 :
+1 !!!
a écrit le 19/02/2013 à 20:13 :
Ce personnage est exécrable..
Réponse de le 20/02/2013 à 12:47 :
elle n'a pas de probleme pour finir ses mois - les retraites font travailler les commerçants , ils aident aussi leur famille (de nos jours la vie n'est pas toujours facile pr les jeunes ) ils ne partent pas tous en vacances, en croisieres etc...comme beaucoup le pense
a écrit le 19/02/2013 à 20:13 :
Quand on n'est pas capable de proposer des emplois aux séniors, on ne demande pas de prolonger les carrières.
Réponse de le 20/02/2013 à 2:34 :
Oh bien sûr que si! On les forcera à prendre des emplois très sous qualifiés et sous payés, ce qui mécaniquement fera baisser leur niveau de retraite. Bon évidemment, cela ne concernera pas ceux qui ont des retraites chapeau etc., mais l'idée est là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :