Tous égaux devant la retraite... Vraiment ?

 |   |  2064  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
La commission d'experts chargée de livrer des recommandations sur l'avenir des retraites commence à faire connaître ses pistes. De fait, une énième réforme se profile pour la fin de l'année. Reste à savoir si, une fois de plus, il s'agira de simplement bouger quelques curseurs pour boucher les trous et parvenir aux forceps à un équilibre financier précaire. Ou bien, comme le souhaitait François Hollande durant la campagne, si ce sera l'occasion de jeter les bases d'une réforme systémique, en se dirigeant vers l'instauration d'un régime unique de retraite, couvrant l'ensemble de la population active. Si, comme cela est évoqué par la commission d'experts, le calcul de la pension de retraite des fonctionnaires (basé sur les six derniers mois de salaire) était revu, ce serait alors en effet un pas vers l'unification.

1993, 2003, 2008, 2010, 2013. Le rythme des réformes des retraites s'accélère. Pourtant, le problème du financement reste entier, puisque selon les derniers calculs du Conseil d'orientation des retraites (COR), il manquera 20,2 milliards d'euros en 2017 et, selon les scénarios, entre 19,8 et 21,9 milliards en 2020, soit de 0,9% à 1% du PIB. Or, l'objectif de la dernière réforme Woerth de 2010 était de ramener le régime français des retraites à l'équilibre en 2018.

La crise ayant diminué les perspectives de recettes, c'est raté. Il faut remettre encore une fois l'ouvrage sur le métier. Une nouvelle réforme va donc voir le jour. Elle sera évoquée, parmi d'autres sujets concernant l'emploi et la formation professionnelle, lors de la deuxième grande conférence sociale des 20 et 21 juin, une fois connues les recommandations de la commission sur l'avenir des retraites pilotée par Yannick Moreau, l'ancienne présidente du COR. Des recommandations qui commencent à être connues. Il se pourrait ainsi que le système de calcul de la pension de retraite des fonctionnaires  (basé sur les six derniers mois de salaire) soit reconsidéré pour s'aligner progressivement sur ce qui est en vigueur dans le régime général (prise en compte des 25 meilleures années).

Une réforme pour la fin de l'année mais des recommandations dès la semaine prochaine

Suivra ensuite jusqu'à la fin de l'été une phase de concertation avec les partenaires sociaux. Et, à l'automne, le gouvernement fera connaître ses choix, en présentant un projet de loi qui risque de jeter à nouveau les salariés dans les rues. Mardi 29 mai, la Commission de Bruxelles a mis un coup de pression sur la France, en demandant explicitement que cette réforme soit votée cette année et rétablisse l'équilibre à l'horizon 2020. Reste à savoir comment... On sait déjà que François Hollande est favorable à un nouvel allongement de la durée de cotisation qui pourrait passer de 41,5 années actuellement à 43 voire 44 années, comme le demande le Medef. Sont également évoquées : une augmentation de la CSG de 6,6 à 7,5% sur les pensions, une désindexation partielle des pensions par rapport à l'évolution de l'inflation, la remise en cause de certains avantages liés aux familles nombreuses, etc. Bref, des mesures techniques et financières destinées à rapidement boucher les trous, mais aucune disposition structurelle. Les débats risquent encore une fois de se cristalliser autour de la question difficile de la prise en compte de la pénibilité, écartée en 2010 par Nicolas Sarkozy, alors que la gauche manifestait en ce sens.

Le vieux mythe du régime unique revigoré

Pourtant, durant sa campagne électorale, le candidat François Hollande avait évoqué une « réforme systémique » des retraites, beaucoup plus ambitieuse. Il était soutenu sur ce point par la CFDT, qui milite aussi fortement pour des modifications d'ampleur, plutôt que pour la énième « réformette » qui se contenterait de faire bouger quelques paramètres financiers pour équilibrer les régimes.

D'ailleurs, et c'est un peu oublié, la loi portant réforme des retraites du 9 novembre 2010 prévoyait dans son article 16 « qu'à compter du premier semestre 2013, le comité de pilotage des régimes de retraite organise une réflexion nationale sur les objectifs et les caractéristiques d'une réforme systémique de la prise en charge du risque vieillesse. Parmi les thèmes de cette réflexion, figurent [...] les conditions de mise en place d'un régime universel par points ou en comptes notionnels, dans le respect du principe de répartition ».

De fait, l'idée est en effet d'aller vers un régime de base unique pour l'ensemble des salariés, du public comme du privé, à l'instar de ce qui existe déjà dans des pays comme le Canada, les États-Unis, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Suède. « C'est un mouvement historique. Je crois que l'on y va mais très doucement », estime Jean-Louis Malys, secrétaire national de la CFDT en charge des retraites.

Cette idée, d'ailleurs, n'est pas nouvelle. Le programme du Conseil national de la résistance la prévoyait. Mais, en 1945, elle n'a pu être réalisée, certains régimes spéciaux voulant sauvegarder leur indépendance ayant refusé une intégration dans un régime généralisé (agriculteurs, indépendants, etc.). Résultat, coexistent actuellement en France plus de 30 régimes de retraite de base.

Le régime unique aurait pour principale qualité de mettre fin aux inégalités de traitement face à la retraite. Des inégalités de plus en plus dénoncées par les salariés affiliés au régime général au fur et à mesure que les règles régissant les retraites se durcissent (surtout depuis la réforme Balladur de 1993) en raison du déséquilibre démographique (selon le COR, de 2,1 cotisants par retraité en 2010, le ratio démographique devrait passer à 1,65 cotisant par retraité en 2020 et à 1,4 en 2040) et donc des difficultés de financement. François Hollande a d'ailleurs explicitement évoqué ces inégalités entre régimes lors de sa conférence de presse du 16 mai dernier. Sans s'engager plus avant sur la façon de les résoudre.

Des avancées vers l'égalité privé-public

Ce mouvement vers l'unification, on en perçoit déjà quelques prémices. Au niveau institutionnel, d'abord, avec un mouvement de rapprochement de diverses caisses. Ainsi la création en 2006 du Régime social des indépendants (RSI), né de la fusion de la Cancava (artisans) et de l'Organic (industriels et commerçants). Les régimes des professions libérales également, unifiés et gérés depuis 2004 par la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). Sans parler, pour les régimes complémentaires, cette fois, de l'union de plus en plus étroite entre l'Arrco (salariés) et l'Agirc (cadres).

Mais cette marche vers un régime unique, on la retrouve également dans les règles régissant les différents régimes. Ainsi, ce n'est peut-être pas assez dit, mais depuis la réforme de 2003, le régime de base de retraite des fonctionnaires a perdu de son attrait : alignement de la durée d'assurance requise pour bénéficier du taux plein sur celle applicable dans le régime général, indexation des pensions sur l'indice des prix hors tabac.

Un mouvement qui s'est poursuivi après la réforme Woerth de 2010 : report progressif de l'âge de la retraite (60 à 62 ans pour les sédentaires), suppression du dispositif de départ anticipé pour les parents de trois enfants après quinze ans de carrière.

Mais il reste tout de même une grande différence, celle qui énerve le plus les salariés du privé : les pensions des fonctionnaires sont toujours calculées sur la base du traitement de référence des six derniers mois, hors prime, au lieu de la prise en compte des 25 meilleures années dans le privé, depuis la réforme Balladur de 1993 (auparavant, le calcul s'effectuait sur la base des 10 meilleures années). La commission Moreau, on le sait déjà, suggère, avec prudence, de remettre en cause progressivement ce mode de calcul.

Même les régimes spéciaux (SNCF, RATP, etc.) ont commencé doucement à évoluer depuis la réforme de 2008 : recul progressif de l'âge de la retraite (mais selon un calendrier particulier, il est vrai), introduction d'un mécanisme de surcote et de décote, etc.

Vers un régime à la carte et par points

La marche vers une égalisation des régimes de retraite est donc encore un long chemin. Pour preuve, toujours selon le COR, la pension moyenne des fonctionnaires atteindra 27000 euros en 2050, alors que celle des cadres du privé plafonnera à 22500 euros et celle des retraités non-cadres à 14152 euros. Mieux, les pensions moyennes des régimes spéciaux de la SNCF et d'EDF-GDF atteindraient 40000 euros par an en 2050. Alors, pour réduire ces inégalités, comment parvenir à ce mythique régime unique ?

L'hypothèse la plus généralement retenue est l'institution d'un régime par répartition fonctionnant à la carte et par points. C'est, en tout cas, le dispositif proposé par des économistes classés à droite comme à gauche.

Ainsi, l'Institut Montaigne, d'obédience plutôt libérale, plaide dans une note de juin 2010 - « Réformer les retraites : pourquoi et comment » - pour l'instauration d'un régime unique remplaçant les régimes obligatoires et complémentaires actuels. Ce régime unique, détaille la note, « rétablirait l'égalité, à condition que toute contribution se traduise par l'obtention de points dans le respect du principe "à contributions égales, droits égaux", ce qui n'est pas le cas aujourd'hui ».

La notion d'âge légal de départ à la retraite serait supprimée et remplacée par celle de « plage légale » (par exemple à partir de 55 ans et jusqu'à 70 ans). Chaque bénéficiaire serait ainsi en mesure de décider librement du moment où il se retire en liquidant tout ou partie de sa pension. Bien entendu, ce principe devrait respecter la neutralité actuarielle.

Concrètement, explique l'Institut Montaigne, si l'on part plus tôt, on touche moins mais plus longtemps. Ainsi, en attribuant un coefficient 1 à la pension mensuelle due à 60 ans, et un coefficient 1,25 en cas de départ à 65 ans, « on offre la liberté de choix aux assurés sociaux sans que cela pose des problèmes à la Caisse de retraite : ceux qui préfèrent partir tôt en ayant moins chaque mois le font ; ceux qui préfèrent partir plus tard pour disposer de plus d'argent chaque mois le font. Les choix individuels ne perturbent pas l'équilibre financier du système de retraite ».

En outre, ce système devrait obéir à certaines règles pour ne pas connaître de déséquilibres : adopter le principe des cotisations définies ; ne distribuer aux retraités que ce qui provient des cotisations prélevées sur les actifs, « à un taux raisonnable » ; s'interdire de recourir à l'emprunt.

C'est un « big bang » assez semblable que proposent les économistes Antoine Bozio et Thomas Piketty dans leur ouvrage Pour un nouveau système de retraite (éditions Rue d'Ulm, 2008). Eux aussi, à la multiplicité des caisses et régimes actuels, opposent l'instauration d'un système unique où chaque individu accumulerait des points de retraite durant sa vie professionnelle. Ces points seraient porteurs d'un intérêt réel indexé sur l'évolution de la masse salariale. Chacun déciderait de sa date de départ à la retraite : il n'y aurait plus d'âge légal. Et la pension serait alors calculée en fonction du nombre de points accumulés et de l'espérance de vie moyenne à l'âge choisi pour se retirer de la vie active. Les avantages non contributifs (ceux versés sans rapport avec les cotisations) seraient financés par l'État ou d'autres prélèvements spécifiques.

Quel part du PIB affecter aux retraités ?

La nouvelle réforme des retraites qui se profile jettera-t-elle les bases d'un tel régime unique qui réduirait les inégalités ? C'est encore difficile à prédire, et ce sera l'un des objets de la concertation que d'en débattre. Mais, même après son éventuelle instauration, sachant que les modalités de la période de transition sont extrêmement difficiles à régler, un régime unique par point ne résoudrait pas la question du financement du déficit démographique. Il resterait alors une question épineuse à régler pour déterminer le montant des cotisations, de la valeur du point et des pensions : quelle part du PIB les Français seraient-ils prêts à affecter à ce nouveau régime ?

Actuellement, déjà, le coût des retraites représente 13 % du PIB. Sans les multiples réformes intervenues depuis 1993, il atteindrait 18 %. Et l'un des enjeux principaux de la réforme Hollande sera de définir le bon équilibre pour financer les retraites sans trop peser sur la compétitivité des entreprises, qui refusent d'ores et déjà toute hausse de cotisations. Or, cette hausse est réclamée par certains syndicats, notamment la CGT. Elle l'a obtenue en partie pour la réforme des retraites complémentaires adoptée par les partenaires sociaux, qui prévoit une hausse des cotisations patronales et salariales à compter du 1er janvier 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2013 à 23:55 :
Bonsoir
Les années d'études devraient être prises en compte pour la durée de cotisation.
Il faut arrêter de ne comparer que les avantages mais jamais les inconvénients des uns et des autres.
Et raisonner globalement : à la retraite je vais perdre le salaire d'un jeune, si je travaille 10 ans de plus, il sera 10 ans au chômage.
Aller un peu de modération et de fraternité
a écrit le 09/06/2013 à 12:57 :
si la crise continue il faudras reforme les diferante retraites de fontionnaires meme celles des hommes politique l a vrais egalite passe aussi par LA??
a écrit le 08/06/2013 à 9:17 :
Que deviendront les retraites de nos chers députés et sénateurs ? On n'en parle pas ! Ceux qui passent tous les jours devant les inscriptions : " Egalité,Liberté,Fraternité " .Tout ça n'est que du bavardage,on veut des actes !
Réponse de le 08/06/2013 à 14:56 :
Tous nos élus sont plus ou moins atteints de ce qu'on pourrait rebaptiser le syndrome Cahuzac: faites ce que je dis,ne faites pas ce que je fais; je veux bien m'occuper de vos problèmes mais soyons clairs je ne suis pas concerné; ne confondons pas le roi et ses sujets, vous avez dit tous français? non!.. il y a Français et francais.......
Réponse de le 18/06/2013 à 18:33 :
Je suis d'accord avecGRIMALPH, nous sommes revenus au temps de la commune et du prolétariat, il faudra s'exercer à chanter l'internationale. Les "rois" ont déclaré leur patrimoine, les pôvres, il n'ont que de vieilles voitures de plus de 10 ans, évidemment ils ont oublié de dire qu'ils avaient une voiture de fonction avec chauffeur. Avons nous cela pour aller travailler et nous faire plumer ???? Avec toutes ces affaires de "gros sous" dont on nous parle constamment, il y aurait de quoi remplir les caisses, mais on préfère faire trainer ou prononcer des non-lieux, C'est ça notre devise "égalité"????
a écrit le 06/06/2013 à 23:13 :
quelques verites pas bonnes a dire :
- les fonctionnaires partent en moyenne à 60 ans :
en fait c'est une moyenne, seuls les policiers/gendarmes,/pompiers/militaires partent bien avant ( entre 50 et 55 ans), tous les autres pertent à 62 ans parce que c'est la loi depuis la reforme fillon/sarko
- les systeme de retraite des fonctionnaires est tres deficitaire :
oui mais en fait il n'y a pas de caisse de retraite ( sauf pour la territtoriale : CNCRACL) , le discours de bercy etait : ne pas affecter de l'argent dans une caisse et le bloquer, le budget y pourvoiera....
- les fonctionnaires ont une retraite basée sur les 6 derniers mois de salaire,
oui mais pas plus qu'ils n'ont de caisse de retraite, ils n'ont de retraite complementaire ( sauf depuis quelques années RAFP, mais a un taux tres faible car l'ETAT est un mauvais cotiseur/employeur et depuis peu detemps et en matiere de retraite, la duree compte beaucoup). Bilan des courses, le passage a une retraite basée sur les 10 meilleures années, va se traduire par une diminution drastique des retraites!!!
Enfin le meilleur pour la fin : l'entite qui gerent la recente retraite complementaire des fonctionnaires ( RAFP) n'a rien trouve d emieux que de palcer l'argent dans des obligations grecques!!! perte seche colossale!
Mais qu'est ce qu'ils sont bons!!!
vous pensez qu'ils vont gagner les municipales!!!!
Ah il existe bien des ilots abrités : EDF, GDF/Suez, la RATP , la SNCF( a quel age ils partent?) ....C'est ceux la que l'Etat devrait reformer drastiquement, mais la, le courage manque.....
Pendant ce temps la un gros bailleur social a mis en place une surcomplementaire pour ses cadres dirigeants. Bailleur social : ce sont ceux qui logent les pauvres! et qui recoivent de l'argent des locataires pauvres, de l'Etat, des collectivites....Moral?
Réponse de le 07/06/2013 à 11:47 :
@ jp: +1 ! Comme vous l'expliquez, seuls les fonctionnaires ayant une carrière active partent à 50/55 ans et d'ailleurs dans l'armée moins le grade est élevé plus l'âge de départ est avancé. Je travaille dans le privé et ma femme est fonctionnaire (prof), j'ai pu constater que l'Etat est un mauvais employeur qui se permet des dysfonctionnements qui ne seraient pas tolérés dans les entreprises. J'ai toujours était sceptique sur le rôle des syndicats enseignants qui ont facilité le déclassement de cette catégorie.
a écrit le 06/06/2013 à 23:07 :
tout à fait d'accord le jour où les femmes seront aussi bien payées que les hommes et où le partage des tâches ménagères et d'éducation sera une réalité : en attendant, c'est elle qui se tapent les corvées dont ces messieurs ne veulent pas (ménage, gosses, ...) et travaillent déjà 2 fois plus qu'eux
PS / si ça se trouve, c'est pour cela qu'elles vivent plus vieilles : alors au lieu de rester vautré dans le canapé à regarder des C... à la télévision en biberonnant de la bière, passer l'aspirateur, repasser vos chemise, éplucher les patates ,...
Réponse de le 18/06/2013 à 18:44 :
Vos problemes de vie de couple ne sont pas forcément ceux de tout le monde. Le sexisme et les généralités qui en découlent ne vont pas toujours dans le même sens, vous en etes un bel exemple. Petit conseil : trouvez vous un amant.
a écrit le 06/06/2013 à 23:03 :
est-ce que l'on mettra fin aux privilèges scandaleux dont jouissent les députés (double cotisation payé à 75 % par les contribuables, possibilité de toucher sa retraite à 60 ans, retraite à taux plein à la fin du premier mandat ....), et le montant double à chaque mandat effectué
C'est en 1904 que le régime des retraites des sénateurs et des députés a été créé. Depuis, il n'a subi que 3 modifications, en 1958, en 2003, et en 2007, notamment pour faire passer l'âge de la retraite de 53 à 60 ans. Aujourd'hui, un mandat suffit pour qu'un ancien parlementaire touche une retraite de 1 553 euros par mois, à partir de ses 60 ans. Cette somme s'élève à 3 096 euros pour deux mandats, 4 644 euros pour trois mandats et augmente ainsi, proportionnellement, jusqu'à un plafond de 6 192 euros. Résultat : la pension moyenne d'un sénateur est de 3 085 euros et celle d'un député de 2 192 euros. Les parlementaires de plus de 60 ans ne pourront toucher leurs retraites qu'à la fin de leurs fonctions.
1 euro cotisé, 6 euros récupérés

Les parlementaires bénéficient d'un régime de retraite souvent qualifié de "très spécial". Un député bénéficie d'un rapport de 1/6 au moment du calcul de la retraite. En clair, cela signifie que pour 1 euro cotisé, 6 euros seront perçus (contre 1,5 euros dans le régime général). En octobre, les députés ont légèrement réformé ce régime : les députés qui sont en plus fonctionnaires (Conseil d'Etat, Inspection des Finances ou autre) ne pourront plus cotiser à leur régime d'origine. Mais il y a un autre motif de grief : les allocations chômage. Pendant leur mandat, la cotisation que doivent verser les parlementaires est de 0,5 % contre 2,4 % pour le salarié du privé. Un député battu aux législatives pourra pourtant bénéficier pendant 6 mois d'un "revenu de transition" équivalent au traitement mensuel qu'il touchait sur les bancs de l'Assemblée (5 400 euros environ). Un montant dégressif qui atteint toujours 20 % de cette somme au bout de 4 ans. Et si, pendant cette période, l'ancien député retrouve un emploi moins bien payé, un différentiel lui sera versé.
a écrit le 06/06/2013 à 19:52 :
Soit !
L?espérance de vie a augmenté, pour les hommes et pour les femmes.
Mais celle-ci étant supérieure de plus de 20 pourcent pour les femmes :
Espérance de vie à 60 ans : (Insee 2012)
22,6 ans pour les hommes
27,2 ans pour les femmes
Ne serait-il pas cohérent, par soucis d?équité, que les femmes cotisent plus longtemps que les hommes ?
Réponse de le 08/06/2013 à 20:11 :
oui, mais les femmes ont un salaire inférieur à celui des hommes. Il faudrait qu'elles cotisent plus longtemps pour percevoir une retraite de toute façon inférieure à celui des hommes. C'est donc une injustice
a écrit le 06/06/2013 à 15:44 :
Personne ne semble savoir que la retraite de reversion de la CNAV est sous condition de ressource dans le privé.Après le décès de mon épouse, j'ai reçu un courrier narquois m'indiquant que je recevrai zéro parce que je touchais plus de 18000? de retraite par an.
Je suis un riche: au fait les ai-je volés?
Mais pas pour les fonctionnaires, les pauvres
Réponse de le 10/06/2013 à 11:35 :
Pourquoi vous voulez toucher une réversion ? Vous touchez déjà votre propre retraite!
Réponse de le 17/06/2013 à 12:19 :
Ben les fonctionnaires aussi ils touchent leur propre retraite et ils touchent aussi le réversion sans condition de ressource
Vous trouvez cela juste ?
a écrit le 06/06/2013 à 15:32 :
l'article cite le chiffre de 13% du PIB pour le coût des retraites, soit en valeur environ 260 millions d'euros .Quels sont les valeurs respectives pour les régimes spéciaux entreprises publiques,fonctionnaires d'Etat, fonctionnaires territoriaux et hospitaliers ,salariés du privé, affiliés au RSI ?Combien de bénéficiaires dans chaque catégorie ?
Le déficit global de l'ensemble des régimes est estimé à près de 20 milliards à l'horizon 2017, il serait intéressant de donner déjà les chiffres de 2012 que la comptabilité publique a établis .pour info, le déficit du régime général CNAV a été de 4,8 milliards en 2012 , estimé à 4milliards pour 2013 par la compta. publique; quels sont les déficits respectifs des autres régimes ? je n'ai pas trouvé de publications officielles sur le sujet .
a écrit le 06/06/2013 à 15:03 :
Les hauts fonctionnaires ne vont pas se tirer une balle dans le pied, ni d'ailleurs les députés qui bénéficient d'un régime spécial, c'est dire si ce sont toujours les mêmes qui seront touchés par cette énième réforme
a écrit le 06/06/2013 à 14:24 :
J'ai fai des études et du coup je suis arrivé plus tard sur le marché du travail ! Donc j'accepte l'idée de travailler jusqu'à 65-66-67-... mais les baby boomer ne veulent rien comprendre sur ce sujet !!! A croire que pendant les 30 glorieuses ils ont fazit un boulot chiant tte leur vie ! Que doit on dire nous la jeunesse avec une crise en pleine face en sortant de l'école ! On a rien demandé à personne mais c'est nous qui payont et qui payeront pourtant !

Quand j'entend ma grand mère se plaindre d'une force qu'elle a perdu 30euros de retraite à la fin du mois à cause des reforme ca me rend malade ! Et je lui fait savoir !
Tout ce qu'elle m'a dit c'est comme elle n'a pas fait d'étude elle commencait deja à bosser à mon age ! Sans pour autant m'excuser d'en avoir fait ( oui de nos jours c'est indispensable à contrario de son époque ! mais pour lui faire comprendre...) je lui ai repondu sechement que moi en revanche je continuerais à bosser à son age !!! et la silence de sa part !
Réponse de le 08/06/2013 à 15:44 :
Sauf que le 13ème mois de salaire et les primes, ce n'est pas automatique. La plupart des salariés du privé sont payés sur 12 mois, sans prime...et cotisent donc sur ces émoluments.
Pendant ce temps là les fonctionnaires se croient lésés et utilisent de faux arguments pour défendre leur monde parallèle, fonctionnaire-land
a écrit le 06/06/2013 à 14:13 :
Le pire est à venir ! Qd tous ces papy boomer de la fonction publique reclameront leur rente à la jeunesse qui n'a rien demandé à personne ! Qd il n'y aura plus d'argent ils feront quoi ? Ils piocheront dans notre epargne ? Avec nos politiques rien n'est exclu ! Regardez ce qui s'est passé à chypre !!! Ces baby boomer ont-ils au moins cotisé le tier de se qu'ils recevront ?? Sachant bien sûr que comme par magie ils ont été augmenté de 100
% de salaire à six mois de la retraite !!! C'est une honte d'avoir laissé faire un tel système !
C'est encore et toujours la jeunesse qui paie ! Cette jeunesse sacrifié qui n'a aucun pouvoir dans ce pays dirigé par des vieux... et lorsqu'elle se rebelle dans la rue ou les cités ( pas la bonne solution mais c'est tout ce qu'il nous reste ) nous somme traité de casseurs, extremistes, délinquants...
Il serait temps de reprendre notre destin en main et arreter de courber l'echine en pensant qu'on perdrait bcp !!! C'est justement ce qu'ils veulent nous faire croire !
a écrit le 06/06/2013 à 12:43 :
Un fonctionnaire à la retraite coûte moins cher à la collectivité: on est pas obligé de lui fournir un bureau chauffé l'hiver, éventuellement un PC pour faire joujou sur internet etc etc. Donc c'est plus économique pour l'état.
a écrit le 06/06/2013 à 12:37 :
en lever les retraites aux pilypensiones est la meilleur chose
a écrit le 06/06/2013 à 12:22 :
La retraite par répartition est une escroquerie au bénéfice des générations prolifiques du baby (papy) boom. La retraite par capitalisation à la mode "fonds de pension" est un piège à cons dans la mesure où la finance casino n'engraisse que ceux qui manipulent les marchés en toute opacité, au détriment des épargnants qui se prennent des mégas pertes comme en 2007. Bref il va falloir trouver autre chose ...
Réponse de le 08/06/2013 à 9:30 :
l'auteur du commentaire n'est pas vraiment au courant : il y a eu il y a quelques années des fonds de pension privés aux USA et en GB qui ont fait faillite parce qu'ils avaient mal investi les cotisations des futurs retraités.C'est pourquoi j'ai vu des américains très agés qui devaient travailler pour vivre de leurs propres ressources en faisant des petits boulots et certains vendre leurs biens.
a écrit le 06/06/2013 à 12:13 :
vous trouvez normal que y en a en retraite à 50 ans ou meme 55 ans ? alors ?
a écrit le 06/06/2013 à 11:47 :
A chaque fois, l'effort se porte sur les nouvelles générations (qui n'ont rien demandé d'ailleurs cf. signification de dette). Elles devront travailler plus longtemps ( elles arriveront en retraite beaucoup plus agées dû à l'allongement des études), cotiser plus et avoir une retraite plus faible. Pourquoi? Pour équilibrer un régime qui est en déficit depuis un bon bout de temps sous le diktat du "principe des acquis".
Pourquoi l'effort ne devrait pas être fournis également par les retraités actuels !? Et je ne parle pas d'une désindextion sur l'inflation mais d'une baisse significative des pensions.
Est-il normal qu'un actif gagne assez couramment moins qu'un retraité qui a pour le plus souvent beaucoup moins de charges (logement...)?

Et quand j'entend sur l'émission "C dans l'air", une responsable du COR qui parle de chômage des jeunes en ces termes: il faut réduire le chômage des jeunes pour qu'ils puissent cotiser aux retraites.... Quel égoïsme !
Et je reviens sur le mot de dette. Une bien belle dette qui est laissé aux jeunes générations. Quel égoïsme....
a écrit le 06/06/2013 à 11:29 :
Pour moi c'est simple j'ai 59 ans dans le privé je vais prendre ma retraite à 61 1/2 ans OK .Je suis d'accord pour une refonte pour TOUS privé ,publics, militaires, ministres et députés aussi, voila MrHOLLANDE ce qu'il faut faire et j'ai voté pour vous en tenant compte de votre très beau discourt du BOURGET .Mais sachez bien que si vous il n'ai rien fait pour les fonctionnaires je serai comme beaucoup qui vont le faire dans le SILENCE je VOTERAI en 2014 et 2017 pour MLP pour la 1er fois de ma vie d'electeur j'espere elle qu'elle aura le courage de faire ce que je crois malheureusement vous n'aurez pas la VOLONTE de faire ,par justement manque de courage alors rdv en septembre ???
Réponse de le 09/06/2013 à 15:48 :
Gavées 45 ans cotisations ((usine )et pas 700 euro de retraite
a écrit le 06/06/2013 à 11:22 :
Contractuel encadrant depuis de nombreuses années des fonctionnaires, un des éléments massif à traiter est le nombre d'années prises en compte. En effet, un des jeux (avec le comptage des jours d'absence autorisés pour enfants malades) est d'obtenir peu de temps avant la retraite le changement de grade (type 2ème classe vers 1ère classe, 1ère classe vers hors classe) permettant d'avoir un bonus de retraite. Comme ce n'est pas gagné d'avance, puisqu'il y a des commissions de consolidation des propositions faites par les RH des secteurs concernés, les individus concernés restent en poste jusqu'à obtenir ce grade. Puis comptage des six mois mini afin de déposer la demande de retraite. Ceci a plusieurs effets pervers. D'abord conservation de personnels âgés sur lesquels on ne peut avoir d'action puisque quasiment retraité et plan d'avancement intouchable. Ensuite, mobilisation du poste empêchant un recrutement, qui s'il se fait par concours, procède d'un mécanisme long, les concours ayant lieu au printemps de l'année suivante. Enfin, continuité de perception de primes (aux environs de 30% en plus du traitement) qui, fonction de l'ancienneté et du grade, sont en général les plus coûteuses. Donc, l'augmentation certaine du nombre d'années pour le calcul de la retraite casserait ce phénomène ossifiant. Et si cela passait aux 25 ans comme le privé, ce serait encore mieux.
a écrit le 06/06/2013 à 11:17 :
Je lance ici un appel à TOUS LES SALARIES du privé de France : Demandez aux syndicats qui vous représentent de vous justifier la différence entre les 25 ans de salaire qui servent de référence pour le calcul de votre futur retraite ... et les 6 mois pour les fonctionnaires !!! Vous verrez alors pour qui ils roulent en réalité !!! moi je n'y voit qu'une explication : comme les fonctionnaires se font augmenter leurs salaires dans les derniers mois de leur carrière, ça n'a un impact sur le niveau de retraite QUE si la période de référence est courte !!! Et vous faire croire que c'est sur le régime des fonctionnaires qu'il faudrait s'aligner, c'est vous faire croire au Père Noel, les caisses étant vides !! ... merci de me tenir informé des réponses fumeuses qu'ils vont pouvooir vous donner !
a écrit le 06/06/2013 à 10:27 :
Il faut que la fonction public s'aligne sur 25 ans pour le calcul des retraites!!!!!!!
a écrit le 06/06/2013 à 9:46 :
Et tous nos jeunes quarantenaires qui bossent "un max" dans les métiers à responsabilité, vont-ils continuer à trimer pour payer des retraites à des gens qui n'auront jamais travaillé et qui auront, eux, des pactoles grâce à la drogue & trafics? beaucoup de ces derniers trafiquants n'attendent pas l'âge de la retraite, ont déjà des biens immobiliers conséquents.... ici ou ailleurs au soleil et bénéficieront égalementd'aides au temps de leur retraite.
a écrit le 06/06/2013 à 9:40 :
Peut être serait il intéressant de questionner M.Woerth pour lui demander ce qu'il a fait des 33 Milliards d'?uros du FRR que Jospin avait créer, et puis en faisant travailler plus longtemps les seniors ce n'est pas comme ça que les jeunes auront du travail, mais bien sûr on ne parle jamais du régime de retraite des élus, qui lui pourtant est ultra avantageux, allez messieurs les journalistes un dossier bien trempé la dessus, ça devrait être possible non!!!!!!!
a écrit le 06/06/2013 à 8:35 :
AVEC 35 RETRAITES SPÉCIFIQUES DANS LE PUBLIC AVEC DES SEMAINES DE TRAVAIL A 3O HEURES SANS PÉNIBILITÉ, CONGÉS ET ABSENTÉISMES SANS LIMITES. IL EST URGENT DE REFORMER LA FONCTION PUBLIQUE ET TERRITORIALE. LE PRIVE NE VEUT PLUS FINANCER POUR CETTE CASTE DE NABABS.
a écrit le 06/06/2013 à 8:10 :
Avec l'espérance de vie en bonne santé qui recule dans tous les pays occidentaux il est bien normal de travailler plus longtemps pour profiter d'une petite pension de retraite en étant diminuée physiquement dans l'attente du cimetière....L'augmentation continue de la productivité depuis 1970 n'est jamais prise en compte dans le débat
sur les retraites, un actif aujourd'hui produit pourtant 4 fois plus qu'un actif de 1970!
Réponse de le 06/06/2013 à 9:19 :
Mais vos gains de productivité sont partis dans la réduction du temps de travail et dans la hausse des salaires supérieure à la hausse de la productivité depuis 15/20 ans camarade !

De plus cela n est pas suffisant pour contenir la baisse du rapport actif par retraité ...

a écrit le 06/06/2013 à 8:04 :
Les retraites : bombe à retardement !
Après nous avoir fait avaler des couleuvres sur l'Europe , le chômage etc...le gouvernement continue à appliquer une politique sociale libérale et refuse de faire des économies structurelles : divisions administratives de la France , nombre d'élus , de ministres et de hauts fonctionnaires . Le FN est déjà annoncé à 21 % , ça va continuer à progresser .
Réponse de le 06/06/2013 à 9:30 :
@ boma: Parfaitement et la gabegie continue! privilèges dans les conseils régionaux, généraux, administration, ah! la DIVERSITE quel joli mot! voyons les sénateurs, députés, chargés de mission, Greta (un gouffre de gaspillage)... Absentéisme, primes, Il n'y a pas de politique sociale. Il n'y a pas d'argent pour promouvoir une éducation forte à l'école, base de la vie.( on laisse des directeurs d'école sans aide pour un secrétariat...) Les gens normaux ressentaient un malaise depuis un moment déjà, qui n'est plus latent aujourd'hui. Un malaise qui accentue le désarroi de ceux qui ont toujours cru en l'avenir, avec courage et concertation. Quel ETAT avons_nous sur le plan de politique nationale qui nous donne espoir??
Réponse de le 06/06/2013 à 10:31 :
@boma7 Vous confondez le social-libéralisme et le socialo-corporatisme. Le libéralisme est aux antipodes du socialisme, il s'oppose, comme vous, à l'approche étatiste, interventionniste et militariste qui caractérise la politique de ce gouvernement et du précédent. Le libéralisme s'oppose aussi simultanément aux conceptions marxiste et néoconservatrice du capitalisme. La conception néoconservatrice est souvent qualifiée improprement d'ultralibérale, alors qu'elle est fondamentalement anti-libérale !
a écrit le 06/06/2013 à 8:02 :
L'enfumage d'Etat devient la seule politique en vigueur. Après le recrutement d'enseignants, la suppression du seul jour de carence maladie des fonctionnaires (avec déjà des résultats en matière d'absentéisme dans les hopitaux, en très bonne santé financière comme chacun sait), puis l'annonce d'augmentation de salaire pour les enseignants, qui va croire que les fonctionnaires vont être inquiétés ? les mesures seront à la marge, histoire de faire comme si... clientélisme oblige,on prend le pari ?
a écrit le 06/06/2013 à 7:47 :
ca devient abusif et fatiguant cette désinfo... avec le mot de slogan ...EGALITE ....instrumentalisé à toutes les sauces politiques ...pourquoi devrions nous pas admettre en toute liberté ...que tout le monde n'est pas l'égal de l'autre et ne le sera jamais...! Déjà avec le bluff sociétal... soit disant égalitaire du mariage homosexuel pour tous...ça commence a faire beaucoup de mensonges d'état...
a écrit le 06/06/2013 à 7:08 :
Ne vous leurrer pas les mesures qui seront prises, toujours sois disant pour réduire les inégalités, seront comme toutes celles déjà prises c'est à dire qu'elles seront faites pour récupérer de l'argent à court terme et elles continueront de creuser les inégalités. Plus le temps passe et plus les mesures doivent être courageuses, il y a rien de bon à attendre de F. Hollande et de sont gouvernement, ils sont incompétents et lâches.
a écrit le 06/06/2013 à 6:39 :
Et dans le régime unique, on y met aussi les parlementaires alors ? Parce que curieusement, à chaque écrasement de la population, ils ont une fâcheuse tendance à s'oublier.
Réponse de le 06/06/2013 à 8:14 :
mariage pour tous, même retraite pour tous ...j'oubliais nous sommes dans une démocratie populaire, gouverné pat les corporatismes ....
a écrit le 06/06/2013 à 5:54 :
va y avoir du Rififi , si on touche aux régimes spéciaux SNCF,RATP,EDF, MINES, etc des grandes grèves en perspective !!!!!
Réponse de le 06/06/2013 à 6:53 :
chic
Réponse de le 06/06/2013 à 9:03 :
Si les bénéficiaires des régimes spéciaux se mettent en gréve, ilsdonneront l'impression de travailler !
a écrit le 06/06/2013 à 5:18 :
La retraite des parlementaires n'est pas évoquée dans cet artcle est ce un oubli.....
Les retraités qui ont cotisés 45 ans et pas avec 35 h de travail ne font l'objet d'un traitement particulier alors qu'ils ont travaillé 20 % de plus que les travailleurs d'aujourd'hui....
Réponse de le 06/06/2013 à 7:32 :
Vous en êtes certain ? Je n'en connais pas beaucoup des baby boomers en pleine forme qui ont bossé comme des ânes ! En général le boomer part en retraite vers 55-56 ans. Si en plus il est un ex "combattant de 68" il a glandouillé en fac. Comme il a fait toute sa carrière dans un bon petit job peinard en profitant des 35 heures (hé oui : ça date déjà d'il y a 14 ans...) le compte n'y est pas !
a écrit le 05/06/2013 à 22:48 :
dans quel groupe députes senateurs maires
a écrit le 05/06/2013 à 22:19 :
A quand une Dame de Fer qui osera resister à tous ces syndicats qui défendent le prêt carré de ceux qui ont la capacité de foutre le bordel pour préserver leurs "zacquis" en prélevant toujours plus sur la vraie France qui se lève tôt, qui est rabottée dans tous les sens ...
a écrit le 05/06/2013 à 21:44 :
Ceux qui sont a la retaite aujoud'ui c'est grace a la solidarité des anciens par leurs cotisations.
Je pense que nous devons faire pareil pour les jeunes.Pourtant ceux ci vont avoir une retraite bien médiocre par rapport a nous les 68arts.Donc nous devons faire la necéssaire pour eux.
Alors le gouvernement doit avoir les couilles pour faire une vrai réforme.Ce que je doute pour faire plaisir a son électora mais qui est le premier cocu aujourd'hui.A bon entendeur salut
a écrit le 05/06/2013 à 21:29 :
Le Front National va faire un de ces scores !!
Réponse de le 06/06/2013 à 0:22 :
Augmentez les cotisations des jeunes jusqu'à 70% des revenus pour maintenir nos pensions qui dépassent les salaires! Laissez nous nous servir de la jeunesse comme retraite complémentaire sur le marché du logement! Sinon, on vote FN! C'est ça l'idée? On va vous l'expliquer de manière simple : Le PVLP (Parti du Vote avec Les Pieds) va faire un bon score, les minorités électorales parasités par les anciens vont se barrer!
a écrit le 05/06/2013 à 20:55 :
Marine LE PEN rigole car elle va récolter de nouveaux électeurs
Réponse de le 06/06/2013 à 9:34 :
OUI, juste pour voir! Après tout, pourquoi pas, au point où nous en sommes!!!
a écrit le 05/06/2013 à 20:55 :
Les points permettraient peut-être d'intégrer les années passées dans des conditions pénibles, généralement pas la vie entière. Voir comment gérer les maternités, divers contextes, mi-temps après 55/60 ans, ... et avoir une vision "claire"(lisible) des droits en cours de route, que chacun puisse choisir son départ eu égard à ses besoins (enfants encore étudiants, propriétaire de sa maison, ...).
a écrit le 05/06/2013 à 20:37 :
Et pour les députés Mr Hollande ?
Réponse de le 05/06/2013 à 23:02 :
J'ai écrit à mon député sur ce thème en lui que je ne voterai plus tant que leurs avantages scandaleux ne seraient pas supprimés
Réponse de le 06/06/2013 à 7:00 :
ouh le menteur !!!
a écrit le 05/06/2013 à 20:25 :
Tous pauvres devant la retraite .
Réponse de le 06/06/2013 à 0:32 :
Vous la sortiriez devant des jeunes à 1000 euros qui font en prime face à la boulimie des retraités aisés en matière d'immobilier? Je ne saurais que vous conseiller de comparer votre situation à métier égal avec des jeunes de moins de 30 ans et de mettre de l'eau dans votre vin avant qu'il ne soit trop tard.
Réponse de le 06/06/2013 à 8:12 :
@dédéSolidarité ? alors ces jeunes sont pour la solidarité que d'autres leur offrent pour l'éducation (souvent supérieure aujourd'hui), les soins, des allocations logement, les bourses, des conditions de travail améliorées, mais quand leur tour vient pour leurs anciens, ils ne sont pas d'accord ? en résumé leur slogan c'est : "je suis solidaire comme bénéficiaire mais pas comme donateur". Effectivement notre précieux modèle social a du plomb dans l'aile. Juste une information qui vous échappe , nous deviendrons tous vieux.
a écrit le 05/06/2013 à 20:18 :
Et concernant la retraite de nos élus, il n'y a pas un journaliste courageux qui osera faire un article ?
Réponse de le 05/06/2013 à 21:31 :
pensez vous ! ils sont à la botte du gouvernement, faut pas le mettre dans la "gêne".......
Réponse de le 06/06/2013 à 9:12 :
Entierement d'accord, pas un journaliste ne pubilera un article sérieux avec des exmples concrets et rééls sur les retarites des élus, de la fonction publique.
Ils préférents survolés les débats pour ces cas mais pour le mariage Gay, il y à des lignes dans leurs articles ( Papiers ou journaux télévisés ).

Il est vrai que tant que l'on des problémes secondaires avec inssitance on laisse le gouvernement tranquille pour passer un premier message sur les retraites et ensuite on assassine les français ou une partie des français: LE PRIVE!!!!
a écrit le 05/06/2013 à 20:11 :
Nous oublions de tenir compte des gains de productivité dans notre raisonnement sur les retraites.Les salaires augmentent moins vite que la productivité;les cotisations de retraites doivent augmenter plus vite que les salaires ce qui augmente le cout du travail.Il faut baser les retraites sur l'ensemble du PIB.Cela permettrait de négliger l'allongement de la durée de vie.Economistes,expliquez-nous comment ça fonctionne!
a écrit le 05/06/2013 à 19:06 :
Faire des modifications d'ampleur, plutôt que pour la énième « réformette » qui se contenterait de faire bouger quelques paramètres financiers pour équilibrer les régimes. Instaurer, pour tous, un système unique où chaque individu accumulerait des points de retraite durant sa vie professionnelle. Supprimer la notion d'âge légal de départ à la retraite pour la remplacer par celle de « plage légale ». Ce serait une réforme structurelle intéressante, efficace et bien plus juste !
a écrit le 05/06/2013 à 19:00 :
Non puisque l'espérance de vie des ouvriers a toujours été plus courte que celle des cadres ou autres !
il n'y aura donc jamais d'égalité ....
Réponse de le 05/06/2013 à 19:15 :
@mimosa: argument un peu facile. Personne n'oblige personne à rester ouvrier toute sa vie. Il faut aussi se prendre en main quelquefois et ne pas toujours pleurnicher !!!
Réponse de le 05/06/2013 à 19:39 :
L'inégalité frappe dès le berceau: les ptits, les gros, les moches, les beaux, les noirs, les blonds,... Ras le bol de cet égalitarisme stupide. On ne sera jamais égaux alors changez de registre.
Réponse de le 05/06/2013 à 20:43 :
Même 2 voitures sorties de la même chaîne de montage ne peuvent se trouver sur la même place de parking en même temps
Réponse de le 05/06/2013 à 21:33 :
@ patrickb c'est effarant comme vous faites tout mieux que les autres ! les chevilles,le bocal , ça va, pas trop enflés??
Réponse de le 06/06/2013 à 3:54 :
@Jacques: je ne fais rien moins que m'occuper de moi, sans pleurnicher et sans assistanat. Pas toujours évident d'avancer, mais si on essaie pas, on est certain de ne rien réussir :-)
a écrit le 05/06/2013 à 18:58 :
http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2013/06/05/explorez-les-668-commissions-ministerielles-et-leurs-budgets_3422776_823448.html
a écrit le 05/06/2013 à 18:57 :
http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2013/06/05/explorez-les-668-commissions-ministerielles-et-leurs-budgets_3422776_823448.html

Y'a des économies la??? Non????
a écrit le 05/06/2013 à 18:57 :
J'insiste à nouveau sur un point qui reste occulté dans ce débat, celui des disparités générationnelles. A chaque réforme, un nouveau tour de vis est décidé, réduisant l'espérance d'une retraite correcte pour les plus jeunes. Le défi consiste à résoudre l'équation budgétaire à court terme et à verrouiller une amélioration significative à moyen terme pour leur redonner une perspective positive. Si nous ne faisons pas une révolution dans les esprits, c'est dans la rue qu'elle finira tôt ou tard. Désolé pour cette redite mais le point est capital de mon point de vue.
Réponse de le 05/06/2013 à 19:19 :
@midas: avant de parler de "retraite correcte" il faudrait déjà commencer par travailler et cotiser.
Réponse de le 05/06/2013 à 19:38 :
@Patrickb La question n'est pas de savoir qui a le plus travaillé ou cotisé à ce jour, mais de construire une perspective motivante pour les générations en activité et celles qui suivront. Faites un effort, essayez d'imaginer une société meilleure pour ceux qui nous suivent que pour nous-même.
Réponse de le 05/06/2013 à 21:17 :
@midas: après moi le déluge...Vous saisissez ?
Réponse de le 05/06/2013 à 21:38 :
ouisque vous préconisez qu'il faut avant tout cotiser", que pensez vous de ceux qui ne l'ont jamais fait et touchent une retraite minimum vieillesse chez nous, tout en étant étrangers(ayant vécu quelques années en France seulement), une retraite équivalente à nos agriculteurs par exemple, c'est normal, ça ?
Réponse de le 06/06/2013 à 3:56 :
@@patrickb: je trouve anormal que ceux qui n'ont pas cotisé touchent quoi que ce soit.
Réponse de le 06/06/2013 à 4:00 :
@midas: 1) le commentaire sur le déluge n'est pas de moi 2) chaque génération doit bâtir son propre avenir et le fait généralement en fonction de ses propres aspirations. Le problème, c'est que la génération actuelle n'aspire qu'à l'assistanat :-)
Réponse de le 06/06/2013 à 6:25 :
@Patrickb 1) Je l'ai envisagé et je n'ai pas répondu. 2) Nous n'avons ni la même conception ni la même perception de notre société, peut-être parce que nos parcours et nos expériences de vie sont très différents. Je ne pense pas que les gens, ni même une génération en particulier, n'aspirent à l'assistanat, beaucoup le font par nécessité et ceux qui le font par choix y perdent plus mentalement qu'ils n'y gagnent matériellement.
a écrit le 05/06/2013 à 18:36 :
du grand n importe quoi
messieurs les journalistes
Réponse de le 05/06/2013 à 19:58 :
Je trouve au contraire que c'est un très bon article, même si je trouve la comparaison public:privé trop superficielle et si je n'adhère pas à l'idée d'un régime par points, lequel, derrière des apparences de neutralité, aurait pour conséquence de faire baisser encore plus radicalement les pensions de tous. Si mes souvenirs sont bons, le Cor, qui dans le cadre d'un rapport rendu public fin 2012, prenait ses distances avec une telle évolution, montrait que la prise en compte de l'ensemble de la carrière pour le calcul de la pension, pourrait engendrer une baisse des retraites, chiffrée à 8% en moyenne, pour les salariés du régime général
Réponse de le 05/06/2013 à 20:10 :
@Paul +1 pour vos remarques. Pour la comparaison public privé vous pouvez lire http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130605trib000768597/la-retraite-des-fonctionnaires-plus-si-avantageuse-que-ca.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :