Le CICE est toujours mal connu... mais il serait efficace !

 |   |  387  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Seuls 43% des entreprises ont l'intention de recourir au CICE selon un sondage réalisé par KPMG pour la CGPME. Ce pourcentage augmente lorsque la taille de l'entreprise progresse. Point positif, une étude de l'Insee indique que ce dispositif a permis de faire reculer le coût du travail au premier trimestre.

Rien n'y fait ! bpifrance a beau multiplier les messages, les simulations pour vanter la simplicité du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), les chefs d'entreprises semblent avoir du mal à se familiariser avec ce dispositif, en témoignent les résultats du sondage réalisé par KPMG à l'occasion du salon Planète PME qu'organise mardi la CGPME.

Interrogés sur les « principaux freins à l'utilisation du CICE », en vigueur depuis janvier qui permet de réduire le coût du travail sur les salaires allant jusqu'à 2,5 Smic, 60% des dirigeants de PME répondent « le manque d'information sur le dispositif », selon l'enquête de KPMG publiée lundi.

Le CICE est-il pérenne ?

Toutes tailles d'entreprises confondues, seules 43% ont l'intention de recourir au CICE. En revanche, ce taux grimpe à 79% dans les PME de 100 à 249 salariés répondent et atteint 78% dans celles qui emploie entre 250 et 499 salariés. Bien que l'information ne se soit pas encore totalement diffusée dans toutes les entreprises, le CICE semble produire ses effets sur le coût du travail. "

Le CICE peut être efficace mais on ne sait pas s'il est pérenne. Certains rumeurs indiquent qu'il pourrait être réduit, l'Etat n'ayant pas les moyens de le financer. Cette incertitude, due aux lacunes du gouvernement dans le domaine de communication, n'est pas de nature à inciter les entreprises à investir sur le long terme", explique un industriel présent au Bourget qui préfère conserver l'anonymat. 

L'Insee estime l'effet CICE

Selon l'Insee, après intégration du CICE, le coût du travail, salaires et charges des secteurs marchands non agricoles a reculé de 1,9% au premier trimestre, en données corrigées des variations saisonnières par rapport au trimestre précédent.

Il avait augmenté de 1% au quatrième trimestre. Par rapport aux trois premiers mois de 2012, le coût du travail est resté stable mais aurait augmenté de 1,8% hors effet du CICE, précise l'Institut. Fleur Pellerin, la ministre des PME ne boude pas son plaisir. « Ces chiffres contrastent avec la hausse globale de 14% du coût du travail et de 17% dans l'industrie sur le précédent quinquennat », a-t-elle déclaré lundi devant quelques journalistes. « C'est l'amorce d'un virage dans l'écart de compétitivité entre la France et l'Allemagne », a même renchérit son entourage.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2013 à 0:54 :
___"Selon l'Insee, après intégration du CICE, le coût du travail, salaires et charges des secteurs marchands non agricoles a reculé de 1,9% au premier trimestre, en données corrigées des variations saisonnières par rapport au trimestre précédent."___ Si c'était vrai cela se saurait...malheureusement se ne sont que des chiffres et pas forcément la réalité! ___ D'ailleurs dans le rapport Moreau il pense déjà à augmenter les cotisations vieillesses!
a écrit le 18/06/2013 à 22:07 :
L'Ex majorité prévoyait une baisse des charges sur les salaires de 5% avec en contrepartie une augmentation de la TVA. Ce mécanisme devait être mis en place le 1er octobre 2012. Quoi qu'on pense de Sarkozy, cette solution avait le mérite d'être une mesure structurelle et pouvait être prise en compte pour l'élaboration de nos budgets. Elle nous permettait également d'en faire profiter nos salariés car elle offrait une visibilité concrète et pérenne. Le CICE est d'abord un credit d'impôts donc non pérenne et n'a rien de structurel. La structure financière d'une entreprise n'est en rien modifiée. Je suis chef d'entreprise et j'ai pris la décision de ne pas tenir compte de ce "machin". Je mesure la difficulté du moment et malheureusement la vie de mon entreprise passe avant l'emploi de certains de mes collaborateurs. Tant pis pour eux ...
a écrit le 18/06/2013 à 19:39 :
SIDERANT : Le CICE est tout sauf complexe, j'ai suivi le financement de 41 dossiers pour un total de 2,65 M d'euros depuis mai 2013, alors je sais de quoi je parle, contrairement à beaucoup dans cette rubrique. Et quand on a enfin compris que le dispositif est simple et efficace, on commence à se faire peur avec son caractère, parrait-il non pérenne....De fait il est surtout difficile de faire boire un âne qui n'a pas soif .
Réponse de le 18/06/2013 à 21:17 :
Qu'en est-il du coût du préfinancement dont on dit qu'il est très élevé?
Réponse de le 18/06/2013 à 22:31 :
Dans mon cas le coût du préfinancement à été estimé à 1700 ? (masse salariale * 4% * 85 % * 3%). Il faut ajouter à cela le temps qu'il faut y consacrer. Il vaut mieux licencier un salarié et faire l'économie d'un petit salaire annuel chargé.
a écrit le 18/06/2013 à 13:56 :
A quoi cela sert il d'inventer et de tenter de vendre des usines à gaz, pour que 6 mois cela remis en cause faute de financement ?
a écrit le 18/06/2013 à 13:26 :
Le CICE est une nouvelle usine à gaz destinée à enfumer les entreprises. Les PME PMI TPE n'en profiteront pas.
Au lieu d'inventer des conneries, baissez les prélèvements obligatoires, les charges, la fiscalité délirante. Arrêtez les subventions, arrêtez de faire des ronds points qui nécessitent 3 employés municipaux pour 3 fleurs. Arrêtez de jeter notre argent par les fenêtres. Seul moyen pour en sortir, nommer des gestionnaires compétents à la place des politiques.
Réponse de le 18/06/2013 à 14:24 :
le patron de la cgpme, qui doit s'y connaitre un petit peu on imagine, explique dans une interview au figaro que le cice est un dispostif simple et efficace, il dit meme que c'est le financement le polus accessible depuis 40 ans.
Réponse de le 18/06/2013 à 14:51 :
CGPME, MEDEF... Du vent. Leurs Présidents ne se sont jamais penchés sur un dossier CICE concrètement. Si c'était le cas, ils seraient devenus neuneu, compte tenu de l'usine à gaz, pour s'apercevoir au final que cela ne marche pas. Plus facile de faire des réunions, des comités de réflexion, des conférences de méthode...!! Pourquoi croyez-vous que la France s'enfonce dans la bêtise technocratique dont l'issue sera fatale ?
Réponse de le 18/06/2013 à 15:42 :
@DANUB La CGPME est au contact permanent des pouvoirs publics et ne peut pas aller cracher sur un crédit d?impôt inespéré de 20 MD. Ceci dit, pour avoir un peu fréquenté le milieu des syndicats professionnels, je dirais que ces derniers sont souvent loin des réalités concrètes que vivent les entreprises qu'ils sont censés représenter, cherchent à plaire à beaucoup de monde (On ne va pas se fâcher avec le Ministre...) et que leurs propositions sont souvent timides même si pertinentes (voir les 50 propositions de simplification de la CGPME). Au final, les gouvernements successifs n'en ont pas grand chose à faire, à preuve, les dernières exigences en matière de facturation et de TVA qui vont plus loin que la directive européenne et compliquent un peu pus ce qui n'était déjà pas simple, le choc de simplification, sans doute....
Réponse de le 18/06/2013 à 17:22 :
le cice a ete mis en place de cette maniere pour ne pas peser d'avantage sur la consommation des menages en 2013 alors que nous sommes deja en recession au niveau francais et europeen et qu'il avait ete deja demander beaucoup aux francais cette annee pour reduir le deficit. L'idee du systeme mis en place pour le cice etait une aide dés 2013 par des pre-financement aux entreprises mais payé par une augmentation de la tva et des economies budgetaire applicable uniquement à partir de 2014 . On peut contester le raisonnement du gouvernement mais il est faux de dire que c'est une usine à gaz, beaucoup d'entreprise ont deja fait les demarche pour obtenir le cice et l'ont obtenu et reconnaissent que le systeme est simple et efficace. Beaucoup de francais se plaignent sans doute qu'on aide pas assez les entreprises mais vont changer d'avis à partir de janvier lorsque la tva va augmenter.
Réponse de le 18/06/2013 à 19:27 :
Cher danub, Merci pour cet exposé en ligne avec les éléments de langage proposés par la cellule com' du gouvernement. En clair, pour aider les entreprises dès 2013, l'état demande aux entreprises d'emprunter à sa place jusqu'à ce qu'il obtienne en 2014 les rentrées fiscales finançant le crédit en question. Si c'est pas une usine à gaz, ça y ressemble quand même beaucoup.
a écrit le 18/06/2013 à 10:48 :
Ce que l'on veut c'est un Etat qui dépense moins et mieux pour laisser respirer les entreprises et remettre le travail au coeur de l'économie. Leurs subventions, ils peuvent se les garder car cela fini toujours par des abus de leur part et des entreprises. Quand on est patron dans ce pays, que l'on voit le coût de la main d'oeuvre conjugué à la complexité administrative, on a qu'une envie : délocaliser ou s'acheter une machine pour surtout ne pas avoir à embaucher. ça, les politiques français ne veulent pas le voir, en particulier à gauche.
a écrit le 18/06/2013 à 10:20 :
Cet article confirme ce qu'on pouvait conclure intuitivement 1/ C'est technique, compliqué, seules les structures disposant des compétences et de la disponibilité de ces compétences ont le loisir de s'y intéresser 2/ C'est une "grâce" de nos "élites" gouvernementales qui changent d'avis tous les 2 mois (voir les plus values sur VM) sans parler des changements de majorité, donc le sentiment de pérennité à l'égard du truc en question est égal à zéro 3/ ça repose sur l'IS qui est ce qui vient après que tout soit fini et comptabilisé 3 mois après la date de clôture de l'exercice 4/ Avec les taux actuels si on a la tréso ou si on peut emprunter ailleurs à conditions normales sur les lignes existantes (escompte, découvert en compte...) pourquoi s'emm..... Résumons nous, bien des entreprises prendront le crédit d'IS en son temps, comme une aubaine sans pérennité..
Réponse de le 18/06/2013 à 12:42 :
Tout à fait d'accord. La France n'est économiquement plus crédible.
Réponse de le 18/06/2013 à 14:07 :
J'ai écouté Hollande (Dernier Capital/M6) ou il tente d'expliquer que la mise en place du CICE constitue une réforme structurelle et qu'il améliore les marges des entreprises ! Soit il ne connait rien à la gestion des entreprises soit il nous prend pour des imbéciles. Je pense plutôt qu'il ne connait rien et nous sommes donc dirigés par un incompétent.
Une réforme structurelle est pérenne. Le CICE peut être supprimé à tout instant !
M. Hollande devrait retourner à l'école (pas à l'ENA = ANE) pour apprendre à calculer une marge d'entreprise.
Réponse de le 18/06/2013 à 14:59 :
Vous avez bien du courage pour l'écouter... Mais oui, il ne connaît rien à la gestion des entreprises. Comment voulez-vous qu'un ancien secrétaire du P.S. qui a passé sa vie en réunion à tamponner des documents inutiles, connaissent nos problèmes. Il s'en fout et nous prend pour des c... Il serait intéressant de l'envoyer dans une PME pour instruire un dossier CICE jusqu'au versement final. Je vous garantis une immense partie de rigolade de tout le personnel... Il trouverait une excuse... Je suis trop intelligent pour une telle tâche.. !!!!
a écrit le 18/06/2013 à 10:01 :
Nous employons 62 personnes et avons demande prefinancement du CICE via Oseo. Les delais et la complexite pour obtenir ce droit ne sont pas admissibles.
Réponse de le 18/06/2013 à 10:43 :
Cela aurait été tellement plus simple de baisser les charges et arrêter de taper sur les entreprises ! Mais là au moins, on peut placer des copains et surtout le politique garde la main sur le magot. C'est ça la liberté vue par la gauche (et malheureusement aussi par une grande partie de la droite).
Réponse de le 18/06/2013 à 13:29 :
En parfait accord. La France est devenue le Pays le plus bête du monde en raison d'une majorité de Français qui votent pour des imbéciles.
Réponse de le 18/06/2013 à 15:22 :
Vous feriez bien de vous y inclure
Réponse de le 18/06/2013 à 18:35 :
Mais oui, "vous deux" à raison, l'on s'est tous fait bien avoir. Ne continuons pas à soutenir des incapables.
a écrit le 18/06/2013 à 9:24 :
Les chefs d'entreprises, comme la majorité des citoyens, en ont assez de ces dispositifs administratifs qui n'ont qu'un seul objectif : rendre l'Etat omniprésent et créer des postes de fonctionnaires. Ce qu'il fallait c'était une baisse des charges avec des garanties à long terme. Ce CICE est une arnaque car l'Etat n'aura pas les moyens de le financer puisque François Hollande n'a pas le courage de réduire la voilure du Service Public dont la dépense représente chaque année 57 % de notre PIB ! Personne n'a plus confiance dans l'Etat et c'est bien justifié. Au lieu d'emm..... les patrons et stigmatiser le monde économique, M. Hollande et ses sbires feraient mieux de s'atteler à savoir pour quoi le service public français nous coûte si cher et emploie tant de personnes.
Réponse de le 18/06/2013 à 10:05 :
exact
Réponse de le 18/06/2013 à 13:34 :
En plein accord. Le Français ne comprendra jamais rien alors que ce Pays pourrait être l'un des plus intelligents du monde s'il ne pensait pas comme des bolchéviques. L'étroitesses d'esprit nous conduira à la faillite ce qui sera mérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :