Les pièces jaunes 2.0 débarquent en France

La petite start-up solidaire MicroDon propose d'arrondir le paiement des courses à l'euro supérieur et de verser les quelques centimes de différence à une association caritative. Un concept inspiré du "Redondeo" mexicain, auquel une enseigne de supérette adhère d'ores et déjà.
Au Mexique, l'équivalent de 6 millions d'euros sont collectés chaque année auprès des consommateurs par le biais du programme Rondondeo.
Au Mexique, l'équivalent de 6 millions d'euros sont collectés chaque année auprès des consommateurs par le biais du programme "Rondondeo". (Crédits : REUTERS/Leonhard Foeger)

Quand passer à la caisse rime avec solidarité. On connaissait déjà le principe de la petite boîte en carton pour collecter les pièces jaunes au moment du paiement, voici venu celui des micro-dons à "l'Arrondi". L'idée ? Proposer au client d'arrondir la note à l'euro supérieur et de reverser la différence à une association caritative.

MicroDon, une start-up du domaine de l'économie solidaire lancée en 2009, œuvre pour que cela devienne une réalité en France… et elle commence à y parvenir. Ce mercredi 18 septembre marque en effet le lancement officiel de l'opération "l'Arrondi" dans les enseignes Franprix (groupe Casino), première chaîne de supérettes ayant adhéré au projet. D'ici fin février 2014, l'enseigne devrait inciter au don dans 550 de ses magasins, assure le directeur général de MicroDon.

Benoît Hamon soutient l'initiative

"Il s'agit d'une nouvelle façon moderne de financer la solidarité", s'est exclamé, enthousiaste, le ministre de l'Économie Sociale et Solidaire Benoît Hamon, qui avait fait le déplacement dans un magasin de l'enseigne à la mi-journée pour soutenir l'initiative. Il a tenu à souligner que cette initiative privée ne se substituera en aucun cas au financement traditionnel des associations, notamment par l'État, et a rappelé que le gouvernement va lancer un fonds spécial de financement de la solidarité.

Les dons ainsi collectés sont intégralement reversés à deux partenaires: la Croix Rouge et le Secours Populaire. MicroDon ne reçoit pas de commission, et se finance grâce une "licence solidaire" versée par les enseignes partenaires sous forme de rétribution annuelle, dont le montant varie en fonction du volume d'euros collectés. Quel intérêt alors pour les distributeurs d'adhérer au projet ? L'image !

"L'enjeu pour les entreprises, c'est d'affirmer leurs engagement en tant qu'entreprise solidaire et citoyenne, sensible aux questions sociétales", répond le directeur général de MicroDon Olivier Cueille à La Tribune.

Arrondi, sur les salaires aussi

En phase de tests dans quelques supérettes parisiennes, ces micro-dons séduisent. Un peu. "Nous avons déjà récolté plusieurs milliers d'euros", s'est réjouit un responsable de Franprix auprès de Benoît Hamon cette après-midi, précisant qu'en moyenne 7% des clients choisissent déjà de faire don de leur arrondi. Et ce, alors que pour l'instant le concept demeure relativement peu connu. Un frein auquel MicroDon entend remédier une fois un réseau de distributeurs partenaires solide constitué en menant une campagne de communication via les médias pour "sensibiliser les Français dès le début de l'année 2014", indique Olivier Cueille.

Parallèlement aux micros-dons en caisse, un système de dons des arrondis, cette fois sur salaire, existe déjà dans une dizaine d'entreprises françaises dont Accenture et la Française des Jeux. "Sur les 20.000 salariés auxquels ce système de dons a été proposé, 2.500 donnent chaque mois", relate Olivier Cueille.

Succès au Mexique

Récolter de petits dons lors d'acte de la vie quotidienne n'est pas une idée nouvelle, mais elle reste relativement peu développée en France. Si Pierre-Emmanuel Grange, le fondateur de MicroDon soutient ce principe, c'est parce qu'il l'a vu fonctionner avec succès au Mexique. Là-bas, cela fait dix ans que les consommateurs sont sollicités par le biais du "Redondeo". Dans ce pays, l'équivalent de près de 6 millions d'euros sont ainsi collectés chaque année. Des projets similaires existent également au Royaume-Uni et en Allemagne. 800.000 salariés britanniques donnent ainsi, chaque mois, en pièces jaunes virtuelles.

Un chiffre qui fait rêver Pierre-Emmanuel Grange, qui soutient que si dix enseignes de distribution se laissaient convaincre et que les clients donnaient 2% de leurs achats, le milliard de transactions permettrait de récolter 10 millions d'euros chaque année. Un objectif ambitieux, pour celui qui ambitionne de "devenir madame Chirac 2.0".

LIRE AUSSI:

>> Une micro-levée de fonds pour les micros-dons

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 23/09/2013 à 22:34
Signaler
LE CHANGEMENT, C'EST MAINTENANT !!!

à écrit le 23/09/2013 à 22:12
Signaler
on a qu'a faire ça pour nos élus, arrondir leur rémunération à la baisse

à écrit le 23/09/2013 à 19:14
Signaler
je me pose une question : chaque don à une asso est déductible des impôts. Or, tous ces dons sont effectués par les consommateurs. Au final, ce sont les enseignes qui ont des déductions d'impôts?

à écrit le 23/09/2013 à 7:55
Signaler
J'ai vécu au Mexique pendant 6 ans et cette pratique se fait partout mais là-bas ce n'est pas un choix du consommateur! C'est arrondi automatiquement partout car les pièces qu'on est censés nous rendre n'existent pas!

à écrit le 22/09/2013 à 23:27
Signaler
C'est proprement scandaleux ce système de dons et il est rassurant de constater que les commentaires sur ce site sont négatives.

à écrit le 21/09/2013 à 14:48
Signaler
Encore une chose qui aurait pus être économisé... Vus ce que l'on peut acheter avec un euros; les 1, 2 centimes de franc (pardon d'euros) servent plus à rien... Juste les 5 centimes et au dessus bien sur pour la baguette payée 95 centimes.

à écrit le 20/09/2013 à 15:43
Signaler
C'est une très bonne idée malgré les commentaires égotiste de certain qui oublie que ce type de don est basé sur du volontariat (pas d'obligation) à ma connaissance et que les dons sont intégralement reversés aux associations contrairement à de nombr...

à écrit le 19/09/2013 à 20:17
Signaler
J'applique la maxime "aides toi et le ciel t'aidera" ainsi que le dicton "charité bien ordonné commence par soit même". Et ça marche...

à écrit le 19/09/2013 à 20:14
Signaler
Perso, j'y avais pensé depuis longtemps. Je mets la monnaie que l'on me rend dans une tirelire en prévision de mes vieux jours.

à écrit le 19/09/2013 à 18:54
Signaler
Peu crédible, quand on sait que les prix ont grimpé en flèche depuis le passage à l'Euro, 1 euro correspond maintenant à 1 franc dans la bouche des énarques : - çà ne serait qu'un euro ! sauf qu'il faudrait peut-être penser que tout le monde ne roule...

à écrit le 19/09/2013 à 18:48
Signaler
Je suis solidaire tous les mois sur ma feuille de paie via des charges salariales qui financent des services auxquels je n ai pas droit, et tous les ans via l IR qui sponsorise également des services mais pas pour moi. Le reste du temps, je pisse sur...

le 21/09/2013 à 13:22
Signaler
Quelles sont ces charges dont vous ne bénéficiez pas ?

à écrit le 19/09/2013 à 15:52
Signaler
comme l'etat a baisser singulierement les subventions des associations on cherche a faire payer le citoyen français par des moyens detournes ,quelque misere mais ou va t-on en france!!

à écrit le 19/09/2013 à 14:58
Signaler
C'est ce qui se faisait déjà en Grèce au temps ou le drachme ne valait pas grand chose.... Les grecs ont continué de la faire lors du passage à l'euro...pas longtemps, car Ils ont vite compris la différence! L'idée est généreuse, mais les consommateu...

à écrit le 19/09/2013 à 11:16
Signaler
Formidable !! Ma baguette de pain passerai de 0,80 à 1 euros. 25% de hausse.

à écrit le 19/09/2013 à 10:35
Signaler
On mélange tout! On a tout le loisir de choisir les associations que l'on soutient, pour autant que l'on sache encore faire des choix. Et en plus c'est déductible des impôts (comme le soutien récent à l'UMP...).

le 19/09/2013 à 12:33
Signaler
Déductible d'impôts que partiellement et vos impôts servent déjà à financer nombre d'associations dont l'utilité publique et l'efficacité reste à démontrer.

à écrit le 19/09/2013 à 10:22
Signaler
Encore une future arnaque sans garantie de dérapage

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.