Budget 2014 : l'Etat supprime 2.144 postes de fonctionnaires

 |   |  418  mots
Police, Education, et Justice sont les seuls ministères où les effectifs sont stabilisés
Police, Education, et Justice sont les seuls ministères où les effectifs sont stabilisés (Crédits : Reuters)
Le budget 2014 prévoit une quasi stabilité (81 milliards d'euros) de la masse salariale allouée aux fonctionnaires d'Etat. 10.979 postes seront créés essentiellement dans l’Éducation, la Police et la Justice, alors que 13.123 seront supprimés, essentiellement à la Défense.

Stabilité! C'est le maître mot du projet de budget 2014, s'agissant des dépenses consacrées à la fonction publique d' État (2,4 millions d'agents), qu'il s'agisse de la masse salariale ou du nombre des fonctionnaires.

La masse salariale de l'État, quant à elle, serait quasiment stabilisée et les dépenses de fonctionnement des ministères seraient  globalement réduites de 2%, portant l'effort global à 2,6 milliards d'euros.  La masse salariale devrait s'élever à environ 81 milliards (contre 80,6 mds en 2013), selon le ministère de la Fonction publique.

13.123 postes supprimés et 10.979 créés

En 2014, "13.123 emplois seront supprimés dans les secteurs qui ne concourent pas aux missions prioritaires, soit un taux d'effort de 2,3%", indique le projet de loi qui précise que cet effort concerne "pour 7.881 postes le ministère de la Défense" et pour 2.564 postes le ministère des Finances. "Les autres ministères participeront à l'effort de stabilisation de l'emploi public à hauteur de 2.678 postes", ajoute le texte.

A l'inverse, le budget prévoit 10.979 créations de postes, dont 9.984 pour l'Éducation (éducation nationale et universités), 405 postes pour la police et la gendarmerie et 590 pour la justice. Le solde pour 2014 est donc négatif de 2.144 postes, contre 1.287 en 2012.

La fonction publique d' Etat compte près de 2,4 millions d'agents, sur un total de 5,2 millions de fonctionnaires avec l'hospitalière et la territoriale.

Une masse salariale stabilisée à hauteur de 81 milliards d'euros

La masse salariale de l'Etat, quant à elle, serait quasiment stabilisée et les dépenses de fonctionnement des ministères seraient  globalement réduites de 2%, portant l'effort global à 2,6 milliards d'euros.  La masse salariale devrait s'élever à environ 81 milliards (contre 80,6 mds en 2013), soit une hausse limité à 0,2% selon le ministère de la Fonction publique. Cette quasi-stabilisation (+0,2%) est notamment permise par la limitation des mesures catégorielles à 270 millions d'euros en 2014, contre près de 550 millions par an entre 2008 et 2012 et 310 millions en 2013.

Gel du point mais hausse des rémunérations de la catégorie C

Le budget confirme l'annonce du 20 septembre concernant les agents les moins bien payés. Les fonctionnaires de la catégorie C, soit près de la moitié des quelque 5 millions d'agents de l'ensemble des trois fonctions publiques (État, hospitalière, territoriale), se verront ainsi attribuer au 1er janvier 2014 des augmentations allant de 4,6 euros à quelque 46 euros mensuels. La rémunération des fonctionnaires est basée sur un point d'indice, à nouveau gelé en 2014, auquel s'ajoutent ces mesures catégorielles, ainsi que des mesures individuelles.

Lire aussi: "Budget: 5 chiffres qui fâchent (ou ont fâché)"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2013 à 12:32 :
Et le premier ministre "d'embaucher" au sein de "l'etat modeste", 90 fonctionnaires de plus à Matignon. Elle est pas belle la vie ?
a écrit le 26/09/2013 à 10:45 :
il ne s'agit que des fonctionnaires d'Etat dont le nombre diminue depuis 2007, au niveau des collectivités ça va encore recruter : nos barons locaux devant s'assurer de leurs réelections vont encore recruter dans leurs fiefs. Au final la décentralisation imposée par Bruxelles a été le cancer de l'Etat...
Pour info un fonctionnaire d'Etat ne bénéficie pas de CE, d'avantages en nature ( au contraire des entreprises ayant le statut public).
a écrit le 26/09/2013 à 9:27 :
suppression en apparence seulement ex hopitaux on ne touche pas à la monarchie on met simplement en sous traitance quelques éléments comme l'entretien ,les cuisines mais les infirmieres qui partent en retraite a 55 (prive 62 ) on n(y touche pas.la secu des mines 6000 agents pour seulement 320000 retraités on y touche pas ;les allocataires cmu plus couteux que les autres on y touche pas .etc etc
Réponse de le 26/09/2013 à 9:34 :
tout à fait d'accord notre pays est ruiné par une caste d'intouchable contraire à l'intérêt général
a écrit le 26/09/2013 à 9:21 :
Bonne nouvelle mais insuffisant !!! suppression d'urgence du nombre de sénateurs, députés, agents publiques, territoriaux, administrations inutiles ou en doublon... L'état a besoin d'une grande lessive !!!
a écrit le 26/09/2013 à 8:18 :
Si on veut baisser les dépenses, il faut tailler dans les pensions et les dépenses de santé (1,5 fois le budget de l'état) mais ça ne va pas plaire du tout aux boomers de service ...
a écrit le 26/09/2013 à 0:09 :
Et pourquoi ne pas avoir supprimé des ministres, des secrétaires d'Etat, des députés, des sénateurs, ils coûtent une fortune et rendent bien moins de services que le discours sur la compétitivité qu'ils nous tiennent pourrait le laisser croire.
Cela libérerait une substantielle somme, et redonnerait de la réactivité à un éxécutif : pépère.
a écrit le 25/09/2013 à 21:09 :
On vis vraiment une époque formidable, le pire c'est la politique de Hollande
a écrit le 25/09/2013 à 20:26 :
... que il y a 2 ans, c'était une politique "honteuse" et "injuste" de baisser le nombre de ponctionnaires !!
a écrit le 25/09/2013 à 20:10 :
http://www.dreuz.info/2013/09/ce-que-cachent-les-82-milliards-deuros-de-deficit-de-la-loi-de-finances-2014/
a écrit le 25/09/2013 à 19:58 :
Enfin des économies, car la stabilité des dépenses cache de fait une diminution du pouvoir d'achat des fonctionnaires du montant de l'inflation et une légère diminution du poids des dépenses dans le PIB si le PIB avait la bonne idée d'être ne serait ce que très peu positif. Pour autant une augmentation de 10 000 enseignants n'était pas nécessaire au vu des comparatifs internationaux. Nous avons assez d'enseignants mais globalement trop spécialises, et peu payés par rapport aux autres pays. La proposition de N Sarkozy de les augmenter tout en diminuant le nombre et en leur demandant d'enseigner plus de matières allait davantage dans le sens d'une convergence vers les situations des autres pays.
a écrit le 25/09/2013 à 19:23 :
faux , vous avez oubliez les bidasses qui vont perdre 34000troufions à partir de 2014
a écrit le 25/09/2013 à 18:51 :
Tous les budgets de l'état français sont dans le rouge, tous sans exceptions. La dette va atteindre les 100% dans les prochaines années, les prélèvements et impôts explosent sur ceux qui ont la chance d'avoir encore un emploi...et ce gouvernement embauche encore des fonctionnaires ?????? il faudra qu'on m'explique qui va payer, en tout cas pas moi qui suit depuis bien longtemps loin de l'URSS...
a écrit le 25/09/2013 à 18:08 :
ça n'est qu'un budget, qui comme chaque année ne sera pas tenu.
J'aimerai bien voir une courbe montrant l'évolution du nombre de fonctionnaires d'état ces 5 dernières années. Le clientélisme est une des ficelle du métier de politique.
a écrit le 25/09/2013 à 16:30 :
ENCORE MOITIE PLUS QUE NOS VOISIN ALLEMAND ..???? nous ne sommes pas mieux servie
a écrit le 25/09/2013 à 16:30 :
Peuchère, ça représente une économie de 70 millions d'?, une paille ! Et comme l'état ne sait même pas combien d'agents il emploie, autant dire qu'ils touchent à rien.
a écrit le 25/09/2013 à 16:18 :
Veuillez SVP nous donner la composition de la masse salariale quand il s'agit de l'Etat.
les salaires et les primes, mais ensuite les sommes versées au titre de la sécurité sociale, de la retraite, sont retenues sur les feuilles de paie, mais versées où ? parce que si le gvt embauche 10 979 personnes qu'il faudra bien sûr payer, ce serait en plus des 13 123 personnels mis à la retraite, car les retraites de base ne semblent pas être provisionnées d'après les différents rapports de la Cour des Comptes, d'où une grave dérive de la dépense publique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :