Le gouvernement veut repasser sous le seuil des 3 millions de chômeurs d'ici 2017

 |   |  263  mots
François Rebsamen, le ministre du Travail ne veut pas reprendre à son compte l'expression inversion de la courbe du chômage. (Photo Reuters)
François Rebsamen, le ministre du Travail ne veut pas reprendre à son compte l'expression "inversion de la courbe du chômage". (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
François Rebsamen, le ministre du Travail, espère que le nombre de chômeurs en France sera réduit d'au moins 349.000 d'ici la fin du mandat de François Hollande.

Plus qu'inverser une courbe, c'est un seuil symbolique que vise désormais l'exécutif. En l'occurence, celui des "3 millions de chômeurs". François Rebsamen, le successeur de Michel Sapin au ministère du Travail a d'ailleurs refusé de reprendre à son compte la formule de "l'inversion de la courbe du chômage".

Catégorie A

En revanche, le ministre du Travail s'est trouvé un nouvel objectif, exposé ce mardi sur Radio Classique et LCI:

"Moi, je veux faire baisser le chômage, c'est-à-dire diminuer le nombre de chômeuses et de chômeurs. Il y en 3.349.000 aujourd'hui, il faut que, quand nous arriverons vers la fin de ce quinquennat, il y ait moins de 3 millions de chômeurs."

Il s'agit en l'occurrence des chômeurs inscrits en catégorie A en France métropolitaine, soit les personnes sans emploi, tenus de rechercher activement un poste et qui n'ont pas exercé d'activité au cours du mois précédent. Leur nombre a officiellement passé la barre des 3 millions en septembre 2012. 

Le gouvernement mise sur la croissance

En mars, la France (hors Dom) en comptait donc 3.349.000 selon Pôle emploi, un chiffre stable par rapport au mois précédent et en hausse de 4,1% sur un an. Au total, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s'établissait à 4.949.500 en France métropolitaine fin mars 2014 (et 5.246.800 en France en comptant les départements d'Outre-mer).  

Pour parvenir à faire baisser ce chiffre, "tous les dispositifs d'aide à l'emploi sont là, maintenant, il faut la croissance", a jugé François Rebsamen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2014 à 7:15 :
Le matraquage fiscal incite les gens à travailler plus...pour payer plus ! Qui veut se faire plumer ? Les entreprises ferment les unes après les autres ou quittent le pays vers des cieux plus cléments. Même les commerces sont dans le rouge et mettent la clé sous la porte. Alors oui, le chômage et la misère sont les grands gagnants. 3 millions de chômeurs en 2017 ou vraisemblablement 9 millions de chômeurs en 2017.... et même plus ?
a écrit le 14/05/2014 à 0:09 :
Le gouvernement est ambitieux : il espère revenir à 3 millions de chômeurs, c'est à dire... au niveau laissé par Sarkozy!!! Ca c'est ambitieux !! UN quinquennat.. pour rien !
a écrit le 13/05/2014 à 20:19 :
Qu'est ce qu'elle devient la boite à outils dont Harlem ne tarissait pas d'éloges ?
a écrit le 13/05/2014 à 20:06 :
Le nombre de liquidations judiciaires explose. Entreprises et commerces mettent les clés sous la porte à tour de bras. A part ça le chômage se porterait mieux en 2017 ? On croit rêver à entendre des propos pareils. Ces gens là ne vivent pas sur la même planète ou bien ?
a écrit le 13/05/2014 à 19:35 :
En gonflant la masse de la fonction publique et en aggravant la dette publique, c'est toujours possible. Depuis trente ans "on" pratique cette méthode en masquant les problèmes.
Réponse de le 13/05/2014 à 23:08 :
On peut ajouter au panel d'outils, des subventions massives pour des emplois temporaires pile en 2017
a écrit le 13/05/2014 à 19:32 :
Rebsamen compte les œufs dans le cul de la poule il aurait préciser s'il ne trafique pas les chiffres 2020 pour battre Sapin
a écrit le 13/05/2014 à 18:57 :
M. le Ministre, n'est-il pas trop tôt pour écrire une lettre au père Noël?
a écrit le 13/05/2014 à 18:46 :
Oui en embauchant 2M de fonctionnaires comme d'hab
a écrit le 13/05/2014 à 18:28 :
Condition très facile a atteindre.
N'importe qu'elle gouvernement pourra l'atteindre.
D'ici 2017 vue le nombre de départ a la retraite cela va libéré de la place.
Réponse de le 13/05/2014 à 19:30 :
Ah bon ? Regardez en Italie ou en Espagne, pays vieillissants, vous verrez si le chômage baisse ...
a écrit le 13/05/2014 à 17:52 :
on n'y croit plus
a écrit le 13/05/2014 à 16:56 :
Mais le 25 mai, ça va faire mal.
Cambadelis, Leroux, Hollande et Valls vont passer une très mauvaise soirée.
Une raclée électorale.
Mais dans la justice sociale évidemment.
Réponse de le 13/05/2014 à 19:09 :
Allez-y, misez et promettez n'importe quoi, profitez-en Messieurs Dames...
a écrit le 13/05/2014 à 16:32 :
Le partage des emplois aidés: par exemple une journée par mois pour chaque chômeur , permettrait de remettre un pied au travail à chacun et ferait fondre complétement la catégorie A: zéro chômeurs.
a écrit le 13/05/2014 à 16:15 :
30 milliard d'allègements de charges pour les entreprises pour espérer diminuer le nombre de chomeurs de 349 000 ça fait 86 000€ le chomeur, ça fait chère le chomeur. serait pas incompétent ce gouvernement ou est ce délibéré de faire des cadeaux comme ça au patronnat ?
a écrit le 13/05/2014 à 15:57 :
Avec ce gouvernement casino...c'est réalisable ..à 2 999 999 chômeurs en 2017...c'est gagné le pari est tenu ...!
a écrit le 13/05/2014 à 15:51 :
Il faut donc radier 350000 chômeurs. Allez au travail pôle emploi pour trouver des motifs de radiation!
a écrit le 13/05/2014 à 15:47 :
Et il compte bien gagner son pari.
Espérons qu'il aura plus de chance en jouant le «  retournement  de l'économie » qu'en jouant bêtement  « l'inversion  spontanée de la courbe ».
a écrit le 13/05/2014 à 15:14 :
Revenir à 3 millions de chômeurs, cela veut dire seulement une baisse de 10% en 3 ans avec une conjoncture de reprise économique... Difficile de faire plus mal que cela ! Cela veut dire que le gouvernement n'a ni ambition, ni projet pour un quelconque succès en la matière. Car -10% en 3 ans dans un contexte de légère amélioration, cela s'appelle clairement un lourd échec. Un échec d'ores et déjà revendiqué et assumé par Rebsamen. Eh be...
a écrit le 13/05/2014 à 14:25 :
Le pari socialiste du gouvernement casino est tout a fait tenable ...si en 2017 ...ils arrivent au niveau de 2 999 999 c'est gagné....
a écrit le 13/05/2014 à 14:16 :
Les déboires d'une industrie caduque ne doivent pas masquer le dynamisme des secteurs prometteurs:finance,nouvelles technologie,arts,collectivités territoriales.pour les sceptiques,je recommande l'ouvrage de l'économiste star Karine Berger:"les trente glorieuses sont devant nous"
Réponse de le 13/05/2014 à 14:29 :
:)
Ajoutez l'embauche de contrôleurs à Hadopi et des formateurs pour les stages de formateurs aux chômeurs
a écrit le 13/05/2014 à 13:49 :
A t il prévu de réformer le code du travail ?? Le bazar de loi type PLU ??reformer pôle emploi ?? Réformer l éducation nationnal ??
Ben non !!!
Alors il reste que les prières !
a écrit le 13/05/2014 à 13:41 :
Mr Rebsamen, Monsieur incantation ... on compte sur la croissance (par effet d'entrainement des autres pays, parce qu'en France, rien est fait !) et on ne fait RIEN pour permettre aux entreprises françaises de profiter d'une éventuelle croissance en Europe ou dans le monde !!!
Pour ma petite contribution (entreprise de 9 salariés), 2 obstacles à l'embauche...
- un seuil social rédibitoire si on atteint 10 salariés;
- un contrat de travail CDI auquel on ne peut plus ensuite mettre fin !! Il faut simplifier par l'extension de la rupture conventionnelle à l'initiative de l'employeur !!!
Enfin une simplification administrative ne serait pas du luxe, code du travail notamment !
Réponse de le 13/05/2014 à 15:11 :
Idem le cdi c l URSS Une fexisecurite intelligente ça ferait des embauches en nombres
a écrit le 13/05/2014 à 13:02 :
Oui mon père !
a écrit le 13/05/2014 à 13:02 :
Au début, je croyais que les gens du gouvernement y faisaient exprès, peut-être pour s'en donner l'air. Maintenant, c'est sûr, ils n'y font pas exprès, ils le sont vraiment.
a écrit le 13/05/2014 à 12:53 :
C'est à peine croyable qu'on puisse être tellement irresponsable avec les déclarations dans ce gouvernement "frankstein" que nous avons. N'importe quel ministre peut débiter n'importe quel aberration car ils ont déjà appris que l'actuelle conjoncture ne dépend plus d'eux, elle leur dépasse. Donc on peut dire n'importe quoi aux médias, c'est du socio-surréalisme et après une semaine on ne s'en souviendra même pas.
a écrit le 13/05/2014 à 12:48 :
Il coûte combien annuellement au contribuable ?
a écrit le 13/05/2014 à 12:47 :
Et vous avez une hydre de bêtises de classe mondiale.
a écrit le 13/05/2014 à 12:46 :
Le suivi de ce chiffre à comparer chaque fois aux besoins serait beaucoup plus pertinent
a écrit le 13/05/2014 à 12:44 :
le pouvoir est aveugle ? les hommes politiques ne connaissent LA MISERE que par les statitiques ? ON NE PLEURE PAS DEVANT LES CHIFFRES. ABBE PIERRE???
a écrit le 13/05/2014 à 12:36 :
encore une promesse socialiste, qui ne se réaliser pas plus que les autres, quand on voit l'état dans lequel ces incompétents ont mis l'économie. A moins de créer de nombreux emplois aidés financés avec nos impôts.
a écrit le 13/05/2014 à 12:28 :
2,9 millions de chômeurs en catégorie A, c'est le niveau laissé par Sarkozy en mai 2012, qui, depuis, a augmenté de 350 000 grâce à la politique de Hollande (c'est sans doute ce que l'on appelle le "redressement du pays" en novlangue socialiste). L'engagement de Rebsamen se limite donc à l'espoir bien mince de réparer les dégâts de Hollande, pour retrouver simplement le niveau atteint par Sarko ! Au passage, Rebsamen recadre sèchement le figurant de l'Elysée, en effaçant l'élément de langage "inversion de la courbe". Sur ce point on ne peut que lui donner raison.
a écrit le 13/05/2014 à 11:33 :
2017?? c'est cela, il aurait pu dire en bon socialiste 2020 ou mieux pour être sûr 2030, c'eût été bien plus crédible et puis mettre la barre à 2 millions. En 2020 les socilaos n'existeront plus donc ils peuvent à souhait mentir.
Réponse de le 13/05/2014 à 12:34 :
Plus ils échouent à court terme, et plus ils promettent les lendemains qui chantent !
a écrit le 13/05/2014 à 10:59 :
Il suffit de radier 2 millions de chômeurs ou de les dégoûter de bosser et Scooterman 1er y arrivera à son pari !
Réponse de le 13/05/2014 à 11:45 :
ajouter :
- entrée forcée dans des formations bidons ( AFPA, Maison de la Promotion Sociale du conseil général)
- entrée forcée en contrat pro / apprentissage longue durée pour des métiers sous payés et intenables
a écrit le 13/05/2014 à 10:46 :
Il est vrai que si tout le monde devient "travailleur détaché", il y a des chances pour qu'il n'y ait plus de chômage et encore moins indemnisé!
Réponse de le 13/05/2014 à 11:44 :
Ils reste à inventer un nouveau statut : Auto Chomeur
a écrit le 13/05/2014 à 10:45 :
Montebourg est sérieusement concurrencé là.
Rebsamen y va très fort.
Il nous a lâché magnum.
a écrit le 13/05/2014 à 10:29 :
projetons nous plutôt en 2020 pour être sur de réussir
comme personne ne sera plus la les objectifs à 4 ans de Rebsamen énoncés en mai 2014 .....on rigole
sauf .. les 5 millions de chômeurs
a écrit le 13/05/2014 à 10:28 :
dieu le paire ( complice d hollande ) est parmi nous ou le deuxième coup du père françois , les papes de l'emploi . j'avoue j'ai pas lu l'article ! sans intérêt sur le sujet .
Réponse de le 13/05/2014 à 12:02 :
Alors pourquoi le commenter ?
a écrit le 13/05/2014 à 10:20 :
C'est nul cet objectif! Il faut 1 million de chômeurs en moins...
Réponse de le 13/05/2014 à 11:47 :
La fabrique à chômage est en route depuis 40 ans. Année après année, décennie après décennie, c'est toujours plus. Le taux de chômage allemand de 5% actuel, c'est celui que nous avions il y a 35 ans (+ de 10% actuellement). Quand il y a une petite baisse, elle est annulée à l'échelle de la décennie. Pas prêt de revoir un taux de 5% ici. Aucune politique de l'emploi n'a annulé ce chômage devenu de masse avec toutes ses conséquences dans tous les domaines. C'est consternant que l'on laisse consciemment des millions de personnes sur le côté pendant des années. Quel taux dans 10 ans puisque sur cette échelle c'est toujours plus. Alors pour des petites histoires fiscales ou de caisse, on préfère le travail non déclaré, le versement d'indemnités chômage, peut être des aides (allocations, exonérations, gratuité, etc ...) en plus, des problèmes sociaux en plus. Tout ceci ne compense pas le manque à gagner de la sécu ? Il faut raisonner global au niveau coût, non rentrée de taxes, société, etc ... Dans tous les cas, l'emploi par tous les moyens, coutera moins cher que le chômage décidé par des comptables Excel. Le plein emploi (<3% de chômage) n'existera plus, il faut l'admettre pour accepter de traiter le chômage autrement. Il y a des possibilités (on peut encore mais de moins en moins chaque jour) et ceci sans faire d'emplois au rabais. Consulter le rapport Dares sur le ministère du travail: il évalue le coût du chômage à 100 milliards en 2010 (plus aujourd'hui). Si le gouvernement ne sait pas quoi faire avec 100 milliards ...
Réponse de le 13/05/2014 à 11:50 :
Le problème est effectivement un chômage de masse et il faut insister sur le mot masse. Ce chômage est devenu le boulet qui empêche tout. La seule relance possible est la relance de l'emploi.
Pas de chance, il y a encore des personnes pour croire que quelques dizaines de milliers d'emplois plus ou moins artificiels vont résorber des millions de chômeurs. A rapprocher le nombre de chômeurs et le nombre d'emplois aidés, il était évident que ce n'était qu'un coup d'épée dans l'eau.
Les mêmes personnes pensent maintenant qu'il suffit de baisser le cout du travail. Le résultat sera un peu meilleur à condition du long terme (stabilité, investissement, inertie) mais une embauche ne se fera qu'en cas de produits à fabriquer et là on manque de consommateurs.
La relance par la consommation est un leurre. C'était plus ou moins valable quand les frontières étaient un poil plus hermétiques. Consommation made in France = emploi en France. Aujourd'hui la relance par la consommation serait la relance chinoise.
La seule relance reste la relance de l'emploi. Le problème est donc de résorber un nombre significatif de chômeurs dans des emplois payés normalement et ce d'une manière durable.
Le pays a des besoins non couverts et des tares profondes. Si vous comptez le vrai cout du chômage, il faut additionner les couts directs (allocations) et indirects (prestations, cmu, exonération, non consommation, santé, éducation, délinquance, etc …). A ce moment, il est évident que vu le cout d'un chômeur, il devient inconcevable d'accepter de perdre des milliards d'heures de travail potentielles par an (env. 1500 h/personne). Il faudrait descendre le chômage de 1 million. C'est impressionnant mais c'est le seul moyen pour ne pas tout entrainer (+400 000 chômeurs sur les 2 dernières années, on est dans la descente sans fin).
Reste comment ? Les pistes sont que la richesse vient de la production (depuis la nuit des temps) et non des services derrière. Donc PSA plus que SFR et SFR plus qu'AXA. Il faut favoriser plus les entreprises de production. Exemple le CICE devrait être doublé chez PSA et nul chez Auchan.
Il y a des besoins sur les services à la personne (enfants, anciens, dépendance, etc …), l'écologie (isolation, tri), l'éducation, la sécurité, etc .... Il faut retirer toutes charges sur ses services. En réalité, il faut transférer les charges de certains emplois sur les caisses intervenant indirectement au niveau du traitement du chômage. Vous obtenez rapidement une vraie diminution du chômage qui engage un cercle vertueux emploi, consommation, tva, impôts, etc … alimenté par des personnes ayant un vrai salaire. La courbe montante renforce la courbe montante chaque jour (le contraire d'actuellement).
L'autre point intéressant est le logement car très employeur de main d'oeuvre, des gros besoins et des économies à faire sur l'écologie. L'immobilier est trop cher et capte trop les ressources des français. De plus, on paye à crédit et ceci revient au double. Baisser un achat moyen (200 000e) de 30000e fait 60000e de moins à rembourser et sur 20 ans, c'est 3000e par an de pouvoir d'achat supplémentaire. Donc il suffirait de détaxer les produits d'isolation posé ou non par des professionnels (je ne vois pas comment on peut remplacer ses fenêtres si on on gagne le smic dans les conditions actuelles), supprimer les plans de rentiers (Scellier et cie) qui font grimper les cout de construction (on ne vend plus un logement mais un plan fiscal), libérer du foncier, laisser le marché construire, acheter, louer avec une moindre intervention de l'état (niche, exonération, etc …).
Dernière chose: libérer un peu plus la débauche, ce qui favorisera l'embauche et n'oublier pas le réservoir énorme des petits entrepreneurs.
Tout ceci en parallèle avec la réduction du mille feuille, les sources d'économie listées tous les jours dans les forums, etc … toutes les choses bien connues et jamais osées.
a écrit le 13/05/2014 à 9:50 :
il y a un dit-on "Ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué "! on en a tellement entendu des promesses,la main sur le coeur...Du vent....
Réponse de le 13/05/2014 à 11:46 :
Déclaration du candidat François Mitterrand à la France entière en 1981 alors qu'il y avait 1,5 millions de chômeurs: « La France ne comptera pas 2 millions de chômeurs, je m'y engage. »
a écrit le 13/05/2014 à 9:49 :
Il y a de la radiation de chomeurs dans l'air .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :