Le taux de pauvreté continue sa progression

 |   |  299  mots
Le taux de pauvreté se dirige vers le niveau historique de 1996 (14,5%) (photo : Reuters)
Le taux de pauvreté se dirige vers le niveau historique de 1996 (14,5%) (photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Pour la troisième année consécutive, le taux de pauvreté français a augmenté en 2011. Néanmoins, la situation reste meilleure que celle de la plupart des pays de l'Union Européenne.

Le taux de pauvreté français continue inlassablement sa progression. Alors qu'il était de 14% de la population en 2010, il a atteint les 14,3% en 2011. Cette hausse de 0,3 points de pourcentage correspond à plus de 200.000 personnes (source INSEE)

Le taux de pauvreté, c'est-à-dire la proportion de personnes ayant un revenu inférieur à 60% du revenu médian, entretien ainsi sa dynamique amorcée en 2008. Depuis cette date, le taux de pauvreté n'a pas cessé de diminuer. 

De nombreuses disparités face à la pauvreté

Le rapport de l'INSEE montre que les français ne sont pas touchés de la même manière par la pauvreté. La première différence concerne le sexe puisque les femmes sont plus touchées par la pauvreté (14,9%) que les hommes (13,6%).

Le taux de pauvreté diffère aussi selon la répartition géographique. Si aucune région ne se distingue par un taux de pauvreté particulièrement bas, certaines connaissent un taux très élevé. C'est le cas de la Corse (19,2%), de la région Languedoc-Roussillon (19,6%) et du Nord - Pas-de-Calais  (19,7%).

De la même manière, la composition familiale rentre également en compte. Ainsi, les familles monoparentale avec un enfant (22,7%) ou plus d'un enfant (40,5%) et les couples avec trois enfants ou plus (22,2%) connaissent des taux de pauvreté bien plus élevés que la moyenne. 

La France, un bon élève de l'Union Européenne

Malgré cette augmentation, le taux de pauvreté de la France reste inférieur à celui enregistré, en moyenne, à l'intérieur de l'Union Européenne (16,9%) (source Eurostat). La France se positionne même mieux que l'Allemagne dont le taux supérieur à 15% reflète une politique de libéralisation menée par Peter Hartz au début des années 2000.

>>Lire : François Hollande s'inspire-t-il des réformes de Peter Hartz ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2014 à 7:37 :
vos chiffres sont faux, ce sont peut etre ceux de la France, pas des Francais; vous n'avez pas pris en compte les chiffres des DOM (DÉPARTEMENTS FRANÇAIS !!!???).........;
a La Réunion, la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté !!!!!
a écrit le 04/07/2014 à 9:47 :
helàs le constat empire d'année en années , mais ce qui est étonnant c'est dans l'article les familles de 3 enfants sont plus touchés .. alors là chapeau , on se croirait en inde ou dans un réel pays pauvre ou des familles nombreuses sont bien plus impacté , en france quand meme personne n'oblige a avoir 3 enfants alors qu'on a des salaires très bas , en plus de la scolarité il faut leur assumer un devenir .. triste de voir des enfants payer un jour la facture de leurs parents irresponsables ..
a écrit le 04/07/2014 à 9:31 :
depuis 40 ans ,le patronnat a importe des pauvres au lieu de se moderniser ,et les crises arrivant ,il a laisse ses pauvres a la charge de l etat .merci qui ? merci le medef ex comite des forges ...
Réponse de le 04/07/2014 à 9:50 :
vous etes drôle , le medef et partout dans le monde on licencie et dans certains pays il n'y a aucune aide sociale ni meme une assurance chômage garantissant plus de 60% du salaire , meme en europe il suffit d'aller voir et de parler avec des gens concernés de près , le medef n'est pas le seul en cause mais tout le système économique que le consommateur qui veut toujours payer moins cher que moins cher , donc les entreprises s'adaptent et se modernisent en conséquences et la mondialisation n'est que la suite du moins cher que moins cher , donc générateur de pauvreté
a écrit le 03/07/2014 à 13:57 :
"les pauvres sont indispensables à la société à condition qu'ils le restent" Coluche / Les pauvres sont des cons / Hara Kiri 1979.
a écrit le 03/07/2014 à 11:38 :
LA FRANCE N EST PAS UN PAYS PAUVRE ? MAIS LES FRANCAIS S ADAPTENT ET REFONT LEUR BUJET FAMILLIAL EN CONSECANCES ?MAIS IL Y A DES LIMITE A TOUS. SURTOUT QUAND LES PRIX FLANBE OU DOUBLE? SI PERSONNE NE FRAINE CETTE FLANBE ? CELA FINIRAS MAL? QU ELQUE SOIT LE PARTI POLITIQUE EN PLACE???
a écrit le 02/07/2014 à 16:36 :
...C'est la modernité. Et puis " C'est mieux que si c'était pire " comme disait un humouriste, et c'est vrai que dans 10 ans ce sera pire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :