La question des intermittents du spectacle revient sur le devant de la scène

 |   |  394  mots
Le régime chomage des intermittents va revenir sur le devant de la scène
Le régime chomage des intermittents va revenir sur le devant de la scène (Crédits : reuters.com)
L'interminable débat sur le régime chômage des intermittents du spectacle revient sur le devant de la scène avec une nouvelle réunion de concertation le 18 septembre.

L'interminable feuilleton sur le régime spécifique des intermittents du spectacle va revenir sur le devant de la scène la semaine prochaine avec une relance des actions syndicales et  une nouvelle réunion de concertation.

Même s'il est directement suivi par Matignon, cet épineux dossier est l'une des priorités de la rentrée de la nouvelle ministre de la Culture, Fleur Pellerin, qui a succédé pendant l'été à Aurélie Filippetti rue de Valois.

Une réunion est organisée lundi 15 janvier à Paris à la Bourse du travail à Paris, à l'appel de la CGT-Spectacle, pour marquer la reprise du mouvement.

"Le nouveau gouvernement Valls 2 risque d'être encore moins enclin à s'opposer au Medef: nous devons obtenir que nos propositions soient enfin entendues et prises en compte, y compris par la loi", explique le syndicat dans un communiqué où il appelle "à poursuivre le mouvement pour obtenir une autre refonte de l'assurance chômage".

En conflit depuis des mois avec le gouvernement, les intermittents du spectacle contestent la nouvelle convention chômage signée en mars dernier, qui durcit leurs règles d'indemnisation.

Une nouvelle concertation à compter du 18 septembre

Autre moment fort de cette rentrée pour les intermittents, la reprise jeudi 18 septembre  de la concertation lancée fin juin par le gouvernement dans le but de désamorcer le conflit avant la saison des festivals, et qui vise à une refonte totale du statut de l'intermittence.

Quatre réunions ont déjà eu lieu en juillet abordant, entre autres, la question de la gouvernance du régime d'assurance-chômage des intermittents.

La mission de concertation, menée par trois médiateurs, abordera en septembre la précarité, l'accès à la formation et les relations avec Pôle Emploi.

Des propositions pour la fin de l'année

Parallèlement, un pool d'experts va examiner les différentes propositions des participants à la concertation. La mission doit faire ses propositions au gouvernement avant la fin décembre.

En attendant, le fossé risque de se creuser entre les intermittents d'une part, qui réclament toujours une renégociation de la convention chômage signées en mars, et le Medef et les partenaires sociaux d'autre part, qui n'envisagent pas de rouvrir la négociation avant l'échéance prévue de 2016. Faute de consensus, il reviendra aux trois médiateurs de faire des propositions.... Ca va tanguer.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2014 à 16:36 :
La justice est de mettre tout le monde à égalité, les intermittents, les politiques, les journalistes, les conducteurs de trains, les maçons, les charcutiers...tous au même régime. Sinon, ca va très mal finir.
a écrit le 16/09/2014 à 15:16 :
Chaque année on nous ressort la question du régime des intermittents, et chaque il suffit qu'une petite troupe menace de faire grève et ça y'est ... on repousse les réformes d'un an.Vous remarquerez qu'on parle des intermittents, des professions réglementées mais on ne parle pas trop du gros dossier : trouver un juste milieu pour la retraite entre le public et le privé ou l'un déshabille l'autre mais ça ... c'est un sujet tabou !
a écrit le 14/09/2014 à 17:11 :
J'ai entendu dire que des intermittents seraient employés (TV, audiovisuel, ...) pendant la période qui va bien pour avoir leurs droits, puis ensuite, en tant que "chômeurs" (disons avec leurs indemnités donc n'ayant pas à les payer, ça évite qu'ils ne rouillent chez eux à ne rien faire. Oisiveté : à éviter). Peut-être prévoir d'augmenter la redevance audio-visuelle ? Le chômage n'est pas une "obligation", c'est un parachute, sauf peut-être à ne plus se nommer "intermittent" mais "permanent du spectacle", horreur !
Réponse de le 14/09/2014 à 20:14 :
C'est la grosse triche de l'audiovisuel !!!. Et le responsable est l'employeur (généralement un pote de politicien)
a écrit le 14/09/2014 à 10:48 :
Donc en lisant les commentaires des ignares ci-dessus, ne connaissant ni la réalité d'un métier et sa spécificité, ni les régimes annexes ( aux indemnités spécifiques de "branleurs qui n'en foutent pas une" !) voici les métiers qui selon ces ignares ne devraient pas bénéficier d'un régime spécifique de chômage, au nom de la connerie, de l'ignorance, de la dette, de la non-solidarité etc... : Les journalistes, les bucherons, assistants maternels, marin-pécheurs, ouvriers dockers, les intérimaires ( mais ça c'est fait! Ils sont rayé depuis le 1er juillet !!), les ambassadeurs et leurs personnels etc….
Annexe I : VRP, journalistes, personnels navigants de l'aviation civile, assistants maternels et assistants familiaux, bûcherons-tâcherons, agents rémunérés à la commission
Annexe II : Personnels navigants de la marine marchande, marins-pêcheurs
Annexe III : Ouvriers dockers
Annexe IV : Salariés intérimaires des entreprises de travail temporaire
Annexe V : Travailleurs à domicile
Annexe VI : Anciens titulaires d'un contrat de travail à durée déterminée, ayant obtenu une prise en charge des dépenses afférentes au titre d'un CIF
Annexe VII : Définition de l'assiette spécifique des contributions des employeurs et des salariés pour certaines professions
Annexe VIII : Ouvriers et techniciens de l'édition d'enregistrement sonore, de la production cinématographique et audiovisuelle, de la radio, de la diffusion et du spectacle
Annexe VIII : Liste relative au champ d'application de l'annexe VIII
Annexe IX : Salariés occupés hors de France ou par des organismes internationaux, ambassades et consulats
Annexe X : Artistes du spectacle
Annexe XI : Apprentis et titulaires d'un contrat de professionnalisation
Réponse de le 14/09/2014 à 13:03 :
Commençons déjà par les intermittent dont on peut se passer sans problème. Ce sera déjà un bon début.
Réponse de le 18/09/2014 à 15:20 :
Sans intermittent plus de films, plus de télévision, plus de spectacles, plus de concerts... C'est ça que vous voulez ? Vraiment ?
a écrit le 14/09/2014 à 9:38 :
Quand vous parlez de ce que " rapporte " la culture , ça ne veut rien dire . Toute activité humaine marchande rapporte mais avec quelle part de subvention publique induite ? Et la la culture entre le regime intermittent et l exception culturelle coute au final très cher .
Aujourd'hui la priorité est de sauvegarder l'emploi des secteurs exposés . La culture doit subir sa cure , le meilleur restera . On aura juste moins d oeuvres mediocres maintenues artificiellement à flot par nos subside . Encore une fois nous venons de changer d'ère . Comprenez le , la vie a credit c'est terminé pour la France . L'heure est à la justice sociale sinon l edifice s ecroulera .
Réponse de le 14/09/2014 à 13:04 :
Très juste. +1000
Réponse de le 14/09/2014 à 21:54 :
La culture qui rapporte n'est pas ou peu subventionnée. Arrêtez de parler de ce que vous ignorez en bon franco-francais c'est juste insupportable.
a écrit le 13/09/2014 à 19:26 :
Du pain et des jeux et tout le monde est content? Non on a plus envie de rigoler. En plus ces clowns sont , en général, des fils de, alors ils n'ont cas se faire entretenir par papa, maman par intermittence .
Réponse de le 18/09/2014 à 15:22 :
Une mère femme au foyer, un père contrôleur de gestion... C'est ça que vous appelez fille de ??? Et si vous réfléchissiez un peu avant d'écrire de telles inepties ?
a écrit le 13/09/2014 à 15:57 :
Les intermittents en sont resté à l epoque jack lang ou on finançait tout et n importe quoi en endettant le pays massivement . C est fini , pour toujours depuis 2010 et la crise des dettes souveraines . Maintenant nous devons nous désendetter . Revenez sur terre . S'il n y a pas reforme maintenant , ça sera encore plus violent pour vous . Valable aussi pour les fonctionnaires et les professions réglementés qui se gavent pendant que nous faisons face à une conccurence feroce au prix de nos salaires et emplois .
a écrit le 13/09/2014 à 15:17 :
Toujours agréable d'écrire une réaction un temps soit peu construite plutôt qu'un banal "les intermittents sont des feignants", et de voir son texte supprimé 2h après. Mais il est vrai que quand on va dans le sens des intermittents, on doit se taire...
Merci la tribune
a écrit le 13/09/2014 à 14:22 :
Je me demande si les personnes qui commentent ici en voulant supprimer le régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle ont la moindre idée de ce que recouvre réellement ce statut. J'en doute.
Quant à la personnes qui écrit que les manifestations culturelles ne servent à rien, qu'elle sache que les métiers de la culture rapportent plus de 50 milliards d'euros par ans à l'Etat, et que pour 100 000 intermittents indemnisés, il y a entre 4 et 7 fois plus de personnes qui vivent grâce à leur travail sans toucher d'indemnité mais tout en cotisant.
En outre, le prétendu scandale n'existe pas : les intermittents représentente 3,5 % des chômeurs indemnisés par Pôle-Emploi, pour... 3,5 % des allocations versées ! Et oui !
Enfin, pourquoi toujours vouloir supprimer les prétendus avantages d'autres catégories plutôt que de réclamer d'avoir plus de droits soi-même ?
Les français sont décidément bien étranges, surtout quand ceux qui hurlent sur un prétendu scandale inexistant ne s'offusquent pas de voir les dividendes des actionnaires français exploser, alors que les entreprises qui leur permettent de s'enrichir licencient à tour de bras... Mais c'est moins facile de hurler sur ce vrai scandale que sur les plus précaires, c'est sûr...
Réponse de le 13/09/2014 à 15:25 :
Balancer un chiffre de 50 milliards ( pour qui ?) ne veut rien dire si tu ne mets pas les vrais couts en face . Combien de films sont vraiment rentables mais sortent quand meme graces aux subventions ?
Et puis demander plus c est bien beau mais avais tu remarqué que nous sommes en crise ? Que nous avons 2000 milliard de dette et que ça continue ? Que les interets de la dette sont le premier poste de depense de l'etat ? 56% de depense publique qui a pour conséquence d asphixier nos entreprises qui ferment une a une . Vous vivez vraiment sur une autre planète .
Réponse de le 13/09/2014 à 18:36 :
et bien si les intermittents ne coutent rien de plus , qu'ils aient leur propre régime d indemnisation , cela evitera toute discussion. Quand aux dividendes , c'est ne rein connaitre à l'économie que de laisser à entendre que le CAC tire ses revenus des operations françaises, mais plutot à 70/80 % des activités etrangeres. Avec des raisonnements pareils , on en vient à élire des glos glos incapables.
Réponse de le 13/09/2014 à 19:36 :
Rappelons que la caisse indépendante était de mise avant la réforme de 2003 et que cette proposition fait partie des pistes de renégociation du statut. Et avant de vouloir supprimer tous les régimes spéciaux, alors que la plupart demande une réforme mais réalisée avec des professionnels du secteur et pas des diplômés tout neuf de l'ENA qui ne connaissent rien, si la lutte contre l'évasion fiscale était privilégiée, je pense qu'il y aurait beaucoup à gagner :)
Et si l'Etat pouvait favoriser les entreprises qui bossent et pas les entreprises du CAC 40 qui font du fric avec du fric, et bien peut etre que là aussi ça irait mieux :)
voila voila....
Réponse de le 13/09/2014 à 21:02 :
A arkooo, je lui signale que ce chiffre n'est pas sorti d'un chapeau et qu'il provient d'un rapport commun de deux ministères, celui de la culture et de ... l'économie. Si c'est deux ministères nous disent que le secteur de la culture en retombé direct rapporte 50 milliards. c'est à dire plus que celui de l'automobile qui n'est pas financé (Pas du tout !) par le gouvernement. De plus je rappelle que le chiffre de 1,5 milliard qui apparemment ce que coûte les intermittent à l'unedic et lui sorti d'un chapeau. Rappelons que ce chiffre a été ramener par le gouvernement à 400 millions d'euros. Certes on coute de l'argent (oui, je suis intermittent) mais que secteur peut se prévaloir pour un investissement de 1, rapporter 7.
Alors oui, peut être que ça vous saoule de voir ce dossier remis constamment sur le tapis mais dites vous que pour nous c'est le cauchemar.
Réponse de le 13/09/2014 à 21:40 :
A tout le monde maintenant ...
Ce statut d'intermittent du spectacle existe depuis 1936 et en 1998 il était un des derniers à être excédentaire. Si vous voulez savoir d'où vient le malaise, c'est que sous Chirac ou ils ont eu la bonne idée de rajouter tout et n'importe quoi dans ce statut, c'est à dire secrétaires, balayeurs, ... dont je n'ai rien contre eux mais qui n'ont rien à voir voir avec l'artistique et le spectacle. Du coup, tout les "professionnels" de l'audiovisuel et les chaines de télé se sont rués dans la brèche. Effectivement plutôt que de prendre une personne en CDI et la faire travailler toute l'année avec les contraintes que cela impose. Il était plus facile d'embaucher ce balayeur ou cette secrétaire ou autres en intermittent pour lui faire faire ces heures et le reste du temps les faire payer par les assedics donc par l'état. Ça oui, c'est inadmissible ! Et encore plus quand en 2003 ce même gouvernement nous dit que notre caisse et complètement déficitaire et qu'il faut resserrer les boulons sur le calcul de nos indemnités.
Maintenant en 2014, on nous remet le couvert. OUI, ça nous fout les boules et on ne se laissera pas faire car notre régime si on écoute les propositions faites par les intermittent peut faire faire des économies à l'état. Or depuis le début aucune n'a été écouté, il n'y a que les propositions du medef qui passent (bizarre en ces temps trouble). Et aujourd'hui pour info un technicien cinéma, ramener aux taux horaires gagnent moins d'argent en faisant plus d'heures. C'est plus tu travails, moins tu gagnes.
Réponse de le 14/09/2014 à 9:44 :
@GG le CAC 40 ? Mais le problème n'est pas le CAC ! Mais le million de PME dans ce pays qui croulent sous les charges et impots pour financer des regimes comme les votre . Pourquoi croyez vous que la France est en crise ? Parce que non vivons dans un monde , tenez vous bien OUVERT . Et que par conséquent , nos couts de production trop élevés mettent en peril nos entreprises qui ferment ou n embauchent pas . C est le coeur du pays qui est touché et vous en etes encore a defendre vos petits passent droit d une autre epoque . La culture existe dans d autres pays , à moindre frais .
Réponse de le 26/09/2014 à 15:42 :
Vous croyez vraiment à ce que vous racontez , franchement!!!
A moins que soyez un enfant , peut-être?
a écrit le 13/09/2014 à 12:59 :
Intermittent, c'est pas sur la liste des professions réglementées?
Réponse de le 13/09/2014 à 19:28 :
Ça devrait l'être.
a écrit le 13/09/2014 à 11:53 :
" une reunion de concertation", c'est une reunion ou la cgt va brailler et ou on va acceder a toutes ses revendications .... on pourrait abaisser le seul de travail a 25 heures par an pour toucher les allocs, au lieu de 504?
a écrit le 13/09/2014 à 11:44 :
Ce régime est le premier d'une longue liste qu'il faut supprimer; Alignement de TOUS les régimes spécifiques en un. Fini les inégalités et la jalousie. Place à l'équité, au bon sens.
a écrit le 13/09/2014 à 10:45 :
Ce n est pas aux miséreux travailleurs saisonniers agricoles de financer le régime corrompu et inique des intermittents du spectacle. Ce n est pas de la solidarité mais du racket pur et simple
Réponse de le 13/09/2014 à 11:14 :
Ah j'ai toucher un point sensible, un assisté (agricole) qui pointe du doigt un assisté de la culture...!!!!!! Laissez moi rire, la pöele qui se moque du chaudron..

Juste comme ça, les travailleurs agricoles saisonniers, entre 2 saisons ils ne touchent pas d'indemnités ???!!! Si, ah, ils sont comme nous alors....!!
a écrit le 13/09/2014 à 10:41 :
Tiens pour faire des économies, nous n'avons cas supprimer toutes les aides publiques pour les métiers agricoles, l’administration, l'armée...On va en faire des économies..!!
Réponse de le 13/09/2014 à 10:51 :
Excellente idée !
Réponse de le 13/09/2014 à 11:23 :
Le plus simple est de commencer par ceux qui usent et abusent du système comme les intermittents.
Réponse de le 13/09/2014 à 15:30 :
La grosse différence c est que dans l agriculture les mecs bossent dur toute l'année et que les subventions ne sont la que pour compenser la vente a perte a cause de prix mondiaux trop bas . Vous mélangez absolument tout et n importe quoi . Votre regime n'est qu'une faveur pour assistés qui , entre 2 contrats , se payent des vacances à nos frais . Vous croyez qu on ne fréquente pas d intermitents ? On connait .
Réponse de le 26/09/2014 à 15:46 :
Mais arrêtez donc de payer des vacances à vos amis intermittents aussi, à vos frais!
Laissez-les un peu travailler!
a écrit le 13/09/2014 à 10:32 :
Régime a supprimer purement et simplement.

Les artistes comme dans tous les autres pays travailleront normalement entre deux contrats artistiques.
Réponse de le 13/09/2014 à 19:40 :
Et comme ça tu auras le temps de t'occuper de ta femme et de tes gosses, parce qu'il n'y aura plus de TV... Bonne idée !
Réponse de le 13/09/2014 à 20:40 :
Je ne vais pas pleurer parce qu'il n'y a plus de TV. Comme instrument nuisible, on ne fait pas mieux. Ce sont les politiques qui risquent de pleurer alors, c'est pour cela qu'ils sont si conciliants avec les intermittents et les journalistes, ces derniers leur passant les plats.
a écrit le 13/09/2014 à 9:55 :
L'argumentaire " sans nous , pas de culture " est applicable à toute profession . Le chantage est la sempiternelle arme de toutes les professions protégées , subventionnées qui ne sont pas exposées à la mondialisation . La crise doit etre payée par tous , y compris vous . Mais chacun preche pour sa paroisse jusqu'à ce que la situation soit si grave qu'il n'y aura plus assez d actifs dans ce pays pour payer l'impot qui vous entretient . Quoi qu'il advienne , vous devrez accepter ou subir la reforme . Et participer , comme tout le monde .
Réponse de le 13/09/2014 à 10:01 :
Payer l'impôt qui nous entretient?
Renseignez vous un peu bon sang, nous aussi nous payons des impôts, et certainement autant que vous!
Réponse de le 13/09/2014 à 15:10 :
Oui sauf que toi tes impots ne servent pas à me payer . L exception culturelle est une betise . Elle entretient tout un tas de pseudos artistes mediocres , connus ou non .
Réponse de le 13/09/2014 à 19:44 :
Si tu travailles effectivement, nos impôts ne te paient pas NON PLUS. Et un intermittent qui bosse est payé par un employeur et pas par l'état. Et encore moins par tes impôts. Rappelons le principe de la "solidarité interprofessionnelle", tout travailleur cotise pour l'ensemble des plus défavorisés, et le jour ou tu seras au chômage, ce que je ne te souhaite pas, loin de là, et bien tu seras bien content que nous aussi nous payions nos cotisations ;)
Ne nous trompons pas d'ennemi....
Réponse de le 15/09/2014 à 12:50 :
Arkooo sans culture tes impôts ne servent pas plus à nous payer comédien et technicien. En revanche tu prouves par tes propos que tu ne sais pas de quoi tu parles ni ce qu'est l'exception culturelle française.
a écrit le 13/09/2014 à 9:29 :
Il est proprement scandaleux que d'autres professions qui sont touchées par une forme d'intermittence -comme par exemple le bâtiment et les TP- ne beneficient pas d'un régime aussi favorable et - Pire !- paient pour l'assurance chômage des gens du spectacle, dont certains sont tellemnt "gavés" qu'ils sont obligés de quitter la France pour payer moins d'impôts : un comble !!
Réponse de le 13/09/2014 à 9:46 :
Pipiou, combien de soit disant intermittents sont partis de la France pour payer moins d'impôts? Et quel est le manque à gagner? On peut aussi parler de chefs d'entreprises, ou de personnes et personnalités à gros salaires qui partent aussi, ou qui placent ailleurs, ou qui délocalise. Et la on parlera de gros chiffres et grosses pertes. Les "gavés", ce sont vous qui les payez en allant voir leurs films, en leur donnant du crédit.
Quant aux TP, entrez dans une boite d'intérim, proposez vous, et vous aurez du travail demain. Les métiers du spectacle, ça ne fonctionne pas comme ça. Mais j'aimerais.
Réponse de le 15/09/2014 à 12:56 :
Pipiou ne parle pas non plus. Tu t'enfonces dans l'ignorance. Les intermittent du spectacle ne gagne pas suffisamment d'argent pour partir de France. Si la majorité d'entre nous gagne 1300 euros net aide quand on ne travaille pas plus salaire c'est le bout du monde
Réponse de le 15/09/2014 à 12:56 :
Pipiou ne parle pas non plus. Tu t'enfonces dans l'ignorance. Les intermittent du spectacle ne gagne pas suffisamment d'argent pour partir de France. Si la majorité d'entre nous gagne 1300 euros net aide quand on ne travaille pas plus salaire c'est le bout du monde
a écrit le 13/09/2014 à 8:20 :
La "culture" en France vit quasiment uniquement de l'argent public soit par le biais des subventions aux établissements culturels, soit par le régime chômage des intermittents qui rappelons le représente un tiers du déficit de l'assurance chômage pour à peine plus de 100 000 personnes indemnisées !!! surtout pour des milieux de gauche qui se disent solidaires mais qui ne pensent qu'à sauver leur gamelle à 1.5 milliards d'euros en ces temps de difficultés pour tous nos concitoyens ! Il ya certainement des économies à réaliser !
Réponse de le 13/09/2014 à 10:39 :
Et l'Agrilculture, elle n'est pas subventionné elle aussi ???!!! Supprimons toutes les aides, ça va être compliqué de bouffer à terme...
Le déficit de l'Assurance chômage est plus due au nombre croissant de chomeurs qui augmente que des intermittents eux-même (puisque le nombre est stable depuis 10 ans !). Sans parler des quelques 150 000 intermittents non indemnisés (mais qui cotisent quand même hein !!) fautes d'avoir suffisament d'heures pour pouvoir bénéficier du régime. Et sachez que ceux qui s'en sortent financièrement paye des impôts comme tout le monde.
Et rappeler vous que dans le régime général aujourd'hui vous êtes tous des intermittents du travail et vous aussi avez droit aux indemnités chômage si vous vous retrouvez sans emploi. Je vous souhaite à tous le plein emploi éternel...mise à part pour les fonctionnaires, (qui nous coutent cher également), ça n'existe pas !!!
Réponse de le 13/09/2014 à 20:24 :
Je suis indépendant et ne bénéficie d'aucune couverture chômage et n'ai jamais été chômeur de ma vie. Quant aux subventions je préfère celles destinées à l'agriculture que celles qui engraissent le milieu des cultureux de gauche car elles me semblent plus importantes.
a écrit le 12/09/2014 à 23:22 :
une économie à faire e ces temps de disette !
a écrit le 12/09/2014 à 21:23 :
Encore du blabla a venir !!!
Un pacte ? Un choc ? Un livre blanc ?
Encore 15 ans et on fera peut être une réforme si tout le monde est ok
a écrit le 12/09/2014 à 20:17 :
Qu'on supprime cette arnaque officielle à l'assurance chomage, il n'y a pas à avoir des professions spéciales qui bénéficient de passe droit. On peut très bien vivre sans la majeure partie des "manifestations culturelles" qui n'intéressent que ceux qui les font.
Réponse de le 12/09/2014 à 20:27 :
...et les bobos qui s'y rendent.
Réponse de le 13/09/2014 à 9:18 :
ignare!!!!!!!
Réponse de le 13/09/2014 à 15:13 :
Je n'ai jamais vu l'être humain, dans le haut de sa stupidité... Qui ne connais pas ne peux pas comprendre, essayer d'être un intermittent et après vous comprendrai *peut-être* quelque chose...
Réponse de le 13/09/2014 à 19:47 :
@ Basta : c'est sur, TF1 c'est vachement mieux que de sortir voir un spectacle, ça risquerait de faire réfléchir !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :