Budget 2015 : les dépenses consacrées à l'emploi n'augmentent pas

 |   |  423  mots
François Rebsamen, ministre du Travail, disposera d'un budget de 11,1 milliards d'euros en 2015
François Rebsamen, ministre du Travail, disposera d'un budget de 11,1 milliards d'euros en 2015 (Crédits : reuters.com)
A la différence de 2014, le budget consacré en 2015 à la "mission emploi" stagne à 11 milliards d'euros. Il est même appelé à baisser sur les trois ans à venir en raison des effets attendus du pacte de responsabilité qui vont permettre de diminuer le nombre des emplois aidés.

Contrairement au souhait du ministre du Travail François Rebsamen, le nombre des contrats aidés restera  à peu près au même niveau en 2015 par rapport à 2014, soit environ 400.000. Cette année, le budget du ministère du Travail - ou plutôt de la mission "Travail et emploi" - ne bénéficie donc pas des mêmes largesses que l'année dernière lorsqu'il avait augmenté de 900 millions d'euros par rapport à 2013. Avec 11,1 milliards d'euros, il restera étal, voire il subira une contraction de 300 millions si l'on tient compte d'une modification du périmètre intervenu dans la définition du budget de la mission "Travail et emploi".

Un budget en baisse jusqu'en 2017

Un budget qui est encore appelé à baisser en 2016 (prévision de 10,5 milliards d'euros) et en 2017 (9,8 milliards). Explication avancée par le gouvernement:

"En cohérence avec les perspectives d'amélioration de la situation sur le marché du travail à horizon 2017, notamment grâce au Pacte de responsabilité, la diminution progressive du volume d'emplois aidés sur le triennal 2015-2017 permet de réduire les dépenses d'intervention sur le budget de l'emploi."

En attendant, pour 2015, 1,2 milliard d'euros seront consacrés au financement des 195.000 emplois d'avenir (aux 150.000 emplois d'avenir initiaux, François Rebsamen, avait obtenu une rallonge de 45.000).

Par ailleurs, si 270.000 contrats aidés "classiques" dans le secteur non marchand sont prévus cette année, viendront s'y ajouter 80.000 contrats aidés du secteur marchand (CIE) supplémentaires, ciblés vers les demandeurs d'emploi de longue durée et les seniors, conformément au "plan seniors" décidé en 2014.

Le budget 2015 développe également la "Garantie jeunes" qui offrira une aide et un accompagnement vers l'emploi à près de 100.000 jeunes en situation de précarité.

Au total, la politique de l'emploi aidé devrait représenter un effort budgétaire d'environ 3 milliards d'euros.

Par ailleurs, le budget de 1,5 milliard d'euros affecté à Pôle emploi est confirmé.

150 millions d'euros supplémentaires pour l'apprentissage

Enfin, conformément à la priorité réaffirmée en matière d'apprentissage, les ressources des Centres de formation des appentis (CFA) seront renforcées à hauteur de 150 millions d'euros, et celles des régions, consolidées à hauteur de 1,5 milliard d'euros.

Au chapitre des économies imposées à quasi tous les ministères, le nombre de postes supprimés au ministère du Travail ou chez ses opérateurs atteindra 167. En outre, la "modernisation" du mode de désignation des prud'hommes - fin de l'élection des juges prud'homaux salariés au suffrage universel - conduira à éviter une dépense de 100 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2014 à 15:41 :
Créer des emplois, c'est fonder des entreprises nouvelles, et optimiser celles qui survivent.
L'expérience d'Alibaba que je suis depuis sa création, devrait faire réfléchir nos dirigeants.
On a un site qui est la vitrine de 90% des entreprises chinoise, donc petit à petit tout est organisé, la présentation des produits et entreprises, le lien avec le responsable de vente, le mode de paiement et le mode de transport.
Un exemple intéressant, un gars sur internet cherchait une machine à fabriquer des pellets, dans la journée j'avais le prix, (la ligne complète 60000 euro), le mode de transport, de paiement, le délai.
Bon il n'a pas acheté.
Nous n'avons strictement aucun équivalent en France, à se demander à quoi servent les chambres de commerce et d'industrie.
Nous avons de bons produits, mais de mauvais marchands, c'est dommage.
a écrit le 02/10/2014 à 10:18 :
Pas besoin d'augmentation puisque la généralisation du "travailleur détaché" est une priorité pour l'UE et que cela risque d'être pris pour une subvention à notre économie!
a écrit le 02/10/2014 à 9:35 :
Des milliards d'euros sont consacres a des politiques de formations et de l'emplois avec des doublons de politique d'emploi avec les regions (qui demande plus d'argent d'ailleurs) des departements et des communes. Bref tout cette argent pour des resultats plus que discutable. Les syndicats qui gerent de facon mediocres les MILLIARDS de la formation professionelle avec des conferences dans le sud de la France. Franchement, on ferait mieux de baisser l'IS, ca nous conterait mons cher et tout le monde serait dans le memes panier.
a écrit le 02/10/2014 à 1:32 :
Je vais tout freiner à sec et en conséquence au niveau de ma consommation!!!! C'est la seule solution pour leur plier les genoux!! Comme ça il y aura moins de TVA!!!
À +

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :