Yves Jégo (UDI) visé par une enquête pour "enrichissement inexpliqué"

 |   |  374  mots
Aux yeux d'Yves Jégo, ces accusations interviennent comme par hasard à l'heure du choix pour les militants de l'UDI.
Aux yeux d'Yves Jégo, ces accusations interviennent "comme par hasard à l'heure du choix pour les militants de l'UDI". (Crédits : reuters.com)
Une enquête préliminaire cherche à expliquer une plus-value de près de 300.000 euros réalisée par le centriste quand il a revendu en 2007 et 2008 ses parts dans une société d'édition, a indiqué lundi une source judiciaire confirmant une information du Parisien.

Yves Jégo est dans le viseur de la justice. Les déclarations de patrimoine du candidat à la présidence de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) font l'objet d'une enquête préliminaire, selon une source judiciaire, qui confirme une information dévoilée par Le Parisien lundi 13 octobre.

Les enquêteurs cherchent notamment à expliquer une plus-value de près de 300.000 euros réalisée par Yves Jégo quand il a revendu en 2007 et 2008 ses parts dans une société d'édition, Timée, qu'il avait fondée en 2000, selon Le Parisien. Autre sujet d'interrogation, l'achat moyennant 1,2 million d'euros d'un appartement, réalisé sans apport personnel selon Le Parisien.

"Salissez, salissez ! Il en restera toujours quelque chose."

Sur son compte Facebook, dans un message introduit par "Salissez, salissez ! Il en restera toujours quelque chose", Yves Jégo a dénoncé des "accusations violentes et sans fondement". Il s'est expliqué sur la plus-value réalisée sur la revente de parts:

"En 2008, l'un des associés ayant souhaité acheter (ses) parts pour devenir majoritaire, celles-ci ont été estimées à 300.000 euros par les comptables de l'entreprise". Selon lui, le montant "a fait l'objet d'une inscription régulière dans (sa) déclaration de patrimoine et d'un règlement de près de 80.000 euros d'impôts".

Il assure que "la transaction n'a jamais été soldée compte-tenu des difficultés que l'entreprise a alors connues. Il n'y a donc eu à cette occasion aucun enrichissement", mais  "investissement [...] à perte".

Le centriste s'est également expliqué à l'AFP sur l'achat de son appartement, en affirmant l'avoir financé pour partie par emprunt auprès de la Société générale, pour partie par un apport de 300.000 euros. Sur son compte Facebook, il a aussi précisé l'avoir revendu en 2010, les charges "s'étant révélées d'un montant plus élevé que prévu".

Vote pour la présidence de l'UDI

Aux yeux d'Yves Jégo, ces accusations interviennent "comme par hasard à l'heure du choix pour les militants de l'UDI".

En effet, les adhérents du parti centriste votent depuis quelques jours pour désigner le président de la formation centriste. Yves Jégo est un des quatre candidats avec Jean-Christophe Fromantin, Hervé Morin et Jean-Christophe Lagarde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2014 à 1:05 :
Sur la Ségolène qui ne paye JAMAIS rien et qui lorsqu'elle se voit refuser un service gratuit met le fisc aux trousses de celui qui le lui a refusé .
Un vrai scandale d'abus de pouvoir. Un petit dictateur de bas étage !
a écrit le 13/10/2014 à 19:47 :
Ils font leur beurre, à la barbe de tous, après tout pourquoi se gêner? le silence des Français , est assourdissant !
a écrit le 13/10/2014 à 19:24 :
Je pensais que les Élus étaient faiblement indemnisés. Me serais-je trompé ?
a écrit le 13/10/2014 à 16:59 :
Peut être parce que le centre est la meilleure position pour retourner sa veste Jégo est
optimiste sur son avenir . 1,2 millon d’€ c’est 8000€ par mensualité pendant plus de
12 ans seulement pour rembourser le capital.
a écrit le 13/10/2014 à 16:54 :
Yves Jégo n'est-il pas un transfuge du comité de direction de l'UMP sous l'ère sombre Sarko Alliot Marie Copé dans le Nouveau Centre déguisé en UDI ?
a écrit le 13/10/2014 à 15:03 :
Il y aurait des juges "rouges" en France ? Arroseur arrosé ?
a écrit le 13/10/2014 à 14:23 :
pas un jour sans que les media nous narrent la vie des politiques. Or les politiques de droite comme de gauche sont à l'image des hommes imparfaits. Donc si on veut un monde parfait il faut supprimer la démocratie. Tous les hommes politiques de droite comme de gauche, de l'extrême droite à l'extrême gauche n'ont qu'un but le pouvoir et les avantages qui vont avec. Il faut revenir sur terre
Réponse de le 13/10/2014 à 14:34 :
Il faut les punir normalement bracelet au pieds et ne pas s approcher plus d une heure de la piscine familiale .
a écrit le 13/10/2014 à 14:08 :
s'endetter sur un appart valant 1.2 millions en devant rembourser chaque mois 8000 euro...Faut avoir sacrément confiance en l'avenir, ou être homme politique....
a écrit le 13/10/2014 à 13:55 :
Toujours la même chose !!! Jusqu'à quand ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :