Dans un contexte européen morose, l'industrie manufacturière tricolore s'enfonce

 |   |  911  mots
La plupart des industries européennes sont passées dans le rouge.
La plupart des industries européennes sont passées dans le rouge. (Crédits : reuters.com)
L'indice PMI manufacturier a reculé pour le cinquième mois consécutivement en France. Dans la zone euro, seule une poignée de pays a la tête hors de l'eau. La baisse de la fiscalité décidée par l'Etat peut-elle être efficace ? Les banques peuvent-elles faire mieux pour accélérer la sortie de crise ?

Sans réelle surprise, la France ne fait pas partie des locomotives de la zone euro. En octobre, pour le cinquième mois consécutif, l'indice PMI manufacturier qui évalue le dynamisme du secteur, a reculé en octobre, passant de 48,8 à 48,5.

Outre cette contraction de l'activité, que signale un indice en dessous du seuil de 50, cette nouvelle enquête de la société Markit relève trois points importants, tous décourageants : les nouvelles commandes continuent de reculer, le taux de déflation des prix de vente est à un sommet depuis cinq ans en raison de l'augmentation des pressions concurrentielles, et le repli de l'emploi s'accélère au cours du mois.

Selon la Fédération des industries mécaniques (FIM), après avoir progressé au premier semestre, le marché intérieur s'est stabilisé en septembre, marqué par la révision à la baisse des investissements productifs des entreprises. En avril, l'Insee tablait sur une hausse de 4% de l'investissement. Désormais ce n'est qu'une augmentation de 1% qui est anticipée. " Les dépenses d'investissements devraient croître pour les industries agroalimentaires (+ 6 %), les industries mécaniques et électriques (+ 8 %) alors qu'elles devraient reculer pour les matériels de transport (- 5 %) et les autres produits industriels (- 1 %), le bâtiment et les travaux publics étant en difficulté », prévoit la FIM.

L'activité progresse dans quatre pays seulement

Les industries de nos voisins sont-elles dans une situation plus favorable ? Peu d'entre elles affichent des performances enviables. " Les croissances de l'Allemagne, l'Espagne, les Pays-Bas et l'Irlande sont éclipsées par les contractions enregistrées dans le reste de la région ", indique la société Markit. En Irlande, l'indice PMI atteint 56.6, soit un plus haut de deux mois. Aux Pays-Bas et en Espagne, il reste inchangé à 53 - un sommet depuis trois mois - et à 52,6. En Allemagne, il s'élève à 51.4, un plus haut depuis août. En revanche, il s'élève à 49 en Italie - un plus bas de 17 mois -, à 48,8 en Grèce 48.8 - un plus haut de deux mois - et à 46,9 en Autriche, un plancher inédit depuis 24 mois !

" L'industrie manufacturière de l'Eurozone continue d'enregistrer une croissance quasi-nulle en ce début de quatrième trimestre 2014, le secteur peinant à retrouver de l'élan après la période de ralentissement observée en milieu d'année. Il est ainsi peu probable que ce dernier puisse stimuler de manière significative la croissance anémique du PIB dans la zone de la monnaie unique. L'évolution des nouvelles affaires, qui reculent pour le deuxième mois consécutif, est particulièrement préoccupante, les entrées de commandes constituant un indicat²eur prévisionnel clé des volumes d'activité futurs ", commente Rob Dobson, économiste à Markit qui estime " très improbable " une reprise significative sur le court terme.

Une polémique vaine

" Ces tendances incitent bien évidemment les entreprises à se concentrer sur la réduction de leurs coûts et l'amélioration de leur compétitivité, ceci au détriment des niveaux d'effectifs et des marges bénéficiaires qui pâtissent du faible volume des ventes en octobre. Le niveau de la demande et la profitabilité des entreprises étant insuffisants pour accroître la capacité de production, le taux de chômage au sein de la zone euro devrait rester élevé au cours des mois à venir " , poursuit l'économiste dont les commentaires tombent à pic alors que la polémique entre Michel Sapin, le ministre des Finances et Pierre Gattaz, le président du Medef sur les allègements fiscaux accordés aux entreprises et leurs contreparties fait rage.

" Le gosplan (la planification économique pratiquée à l'époque de l'Union soviétique, Ndlr), c'est terminé depuis des années (...) Monsieur Gattaz avait un pin's à un million: qu'il tienne sa promesse. C'est déjà beaucoup, 41 milliards d'euros. Nous finançons cela avec un effort de la Nation, pour diminuer la dépense publique. Ce que je souhaite aujourd'hui, c'est que le patronat français cesse d'être dans une revendication qui se nourrit d'elle-même, pour être dans la mobilisation: c'est dans l'intérêt des entreprises ", a déclaré dimanche Michel Sapin lors de l'émission "Tous politiques" sur France Inter en association avec Le Parisien.

Le rôle des banques en question

Au-delà des postures adoptées par les deux hommes, la question de l'efficacité de l'action publique, notamment via la baisse de la fiscalité, reste donc posée. Tant que la demande restera faible, que les carnets de commande ne se regarniront pas, la probabilité que les gestes fiscaux ne permettent que de soulager à très court terme la trésorerie des entreprises. Un financement du besoin en fond de roulement que pourraient parfaitement assumer les banques.

Or, en dépit de faiblesse des taux d'intérêts fixés par la Banque centrale européenne (BCE) elles semblent s'acquitter de moins en moins de cette mission et privilégient les crédits à l'investissement. En France, même s'ils se situent encore à des niveaux élevés, les encours de crédit de trésorerie accordés aux sociétés non financières ont reculé de 0,6% en septembre sur un an indique la Banque de France.

Résultat, le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), dont le coût est estimé à 10 milliards cette année pour les finances publiques, sert surtout à renflouer la trésorerie des entreprises en difficulté comme le révèle une étude récente de l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2014 à 21:38 :
Il y a plein de secteurs en France qui vivent un Boom économique.
Le marché des déambulateurs est en pleine croissance.
Celui des couches-culottes pour personnes âgées aussi.
Même l'électronique ...je citerai à titre d'exemple les téléphones portables pour personnes âges , avec des gros chiffres et des grosses touches.
Et aussi les pantoufles.
Que ne nous énorgeillisons-nous nous de ces réussites splendides ?
Bon , je ne suis qu'un jeune con qu'a pas 2à ans ... Koi ? Moi ? OK , je sors...
a écrit le 03/11/2014 à 19:22 :
Passé sous silence dans la presse hexagonale, on apprend cependant que un accord dans le nucléaire de 26.3 millions de dollars vient d'être signé entre les Pays-Bas et la Corée du Sud. Il s'agit d'augmenter la capacité du réacteur de l'Université de Delft en passant de 2 à 3 mégawatts. Marrant que l'Union Européenne continue désunie, pas un seul consortium européen a été retenu par les Hollandais. Une question de prix, diront les "sauveurs de meubles". Rien n'est moins sûr. Il s'agit du premier pas dans ce domaine par la Corée du Sud en Europe et Areva et d'autres n'auront que des soucis à se faire dans l'avenir.
a écrit le 03/11/2014 à 16:24 :
si les entreprises ne créent pas les 1 million d'emplois promis,il faudra sérieusement envisager le remboursement des milliards du CICE et autres douceurs accordées sur le dos des honnetes citoyens
Réponse de le 03/11/2014 à 17:31 :
Eeet ... vous croyez qu'ils font "mieux" ailleurs..?? Quasiment TOUS les secteurs sont sponsorisés au niveau mondial avec le chômage en otage.
Réponse de le 04/11/2014 à 11:45 :
@elu PS, Les honetes citoyens? Ceux qui touchent le chomage, universite quasi gratuite, securite sociale payes par les entreprises (les salaires et impots sont verses par qui?).
a écrit le 03/11/2014 à 15:26 :
Mais voyons, la France ne cesse de reculer depuis Giscard, mais en toute lucidité et honneteté, il faut bien reconnaitre que Hollande est le plus nul que le pays est jamais eu. Mais, ce cas je l'avais prédit ...justement en raison de son bilan de president du PS :-)

Cependant, la France sera toujours amoureuse de l'Amérique, des valeurs américaines, de la beauté physique de ces G.I.s qui ont peuplé les rues de Paris lors de La Libération, de tant d'acteurs qui sont venus en France pour tourner dans les rues de ce Paris mythique (Fred Astaire, Gene Kelly, Marlon Brando, Harrison Ford… ), des musiciens de jazz (Louis Armstrong, Miles Davis, Quincy Jones, Thelonius Monk…), tout ce beau monde qui a tellement encouragé des artistes français à devenir aussi presque comme eux (je pense à un Michel Legrand, le plus américain des compositeurs français, à un Claude Moine qui a même changé son nom pour celui de Eddy Mitchell pour sonner plus américain…), bref, la vie culturelle française est définitivement associée à la culture américaine, nos valeurs se confondent, notre Histoire (avec un H majuscule !).

C'est à eux, nos grands amis, que la France doit demander de l'aide, pas à l'Europe !!
Réponse de le 03/11/2014 à 17:29 :
Cher Homonyne, je vous cède volontiers ma part de Hamburger...
Réponse de le 03/11/2014 à 19:24 :
C'est que le premier Yvan a un Y majuscule et le tien est minuscule ! :))
a écrit le 03/11/2014 à 15:17 :
Et pendant ce temps-là, les conseillers ministériels (déjà bien payés) s'octroient des augmentation de 4%, voire de 7% ! Ce n'est donc pas ma crise pour tout le monde…
a écrit le 03/11/2014 à 15:07 :
M'aurait-on caché une crise économique mondiale..?? Mais quel scandale !! Mahame L'hagarde, au secours !!
a écrit le 03/11/2014 à 14:27 :
On lit dans un article paru à ce sujet. “Non seulement les tarifs des médecins ne baisseront pas, mais les patients devront payer plus ! ” quand on est un patient très pauvre à la limite du droit à la CMU, on ne va plus chez ces médecins-là.

Je suis dans un désert médical pas parce seulement qu’il manque des médecins mais presque tous les spécialistes font des dépassements d’honoraires, dentistes compris.

La médecine de la 3ème vitesse, je connais depuis un bon nombre d’années déjà.
Réponse de le 03/11/2014 à 19:28 :
Vous avez touché un sujet d'actualité, certes, mais qui comme bien d'autres se trouve dans le "jardin" de sujets souvent contournés par La Tribune. Expérimentez soulever un autre dans le domaine de la réussite française, par ex (eh oui, c'est pas évident…), il y en aurait peut-être plus d'échos.
a écrit le 03/11/2014 à 13:22 :
L'échec de l'industrie française vient bien mettre en évidence le rôle contre-productif et destructeur des CCI Chambres de Commerce et d'Industrie et de toutes les autres officines agences blas blas banquets et des faux centres de faux experts auto-proclamés, BPI ex Oseo ex anvar en tête des casseurs de l'industrie
a écrit le 03/11/2014 à 13:15 :
...Mais, messieurs les patrons : puisque Michel Sapin vous a distribué 41 milliards d'Euro !!! M'enfin... vous n'en auriez pas vu la couleur ???
Les chiffres de la crise doivent être faux, non ?
a écrit le 03/11/2014 à 13:13 :
Il est logique que l'indice PMI baisse, puisque l'état a tout misé sur le développement des services. Hors il était présomptueux de tout miser sur "l'excellence française", car les pays en émergeant sont aujourd'hui capable d'offrir les mêmes prestations, pour moins cher... Pour tout arranger, les banques refusent de financer les PME, préférant spéculer sur les marchés internationaux.
a écrit le 03/11/2014 à 12:50 :
Il y a le travail, le capital et l'énergie. Pas de salut sans tenir compte de l'énergie pour financer les charges sociales.
a écrit le 03/11/2014 à 12:48 :
Tant qu'il n'y aura pas augmentation de la demande donc des carnets de commande, il n'y aura pas d'amélioration. Les entreprises n'embauchent pas des salariés pour rien leur donner à faire. Il faut une relance générale mais malheureusement ce n'est pas à l'ordre du jour !!!
Réponse de le 03/11/2014 à 13:04 :
une raison de plus de relancer le crédit!l'austérité allemande est un suicide pour l'europe.relançons les grands travaux!
Réponse de le 03/11/2014 à 13:18 :
la relance c'est ce que l'on fait depuis beaucoup trop de temps avec les résultats qu'on connait.
Non, la vérité c'est qu'il faut libérer les français du boulet qu'ils ont à trainer et en particulier des élus ps
Réponse de le 03/11/2014 à 14:39 :
+1000000 !!!!
;-)
Réponse de le 03/11/2014 à 15:11 :
La seule "relance" vue quelque part dans le monde s'est faite par la dette (relance de la finance, bien sûr). Et quelle dette !! Notez, il parait qu'on est plus à quelques centaines de milliards de dérivés près...
Réponse de le 04/11/2014 à 11:48 :
Oui faisons comme Mitterrand, une relance!!! Donnons du pognon aux plus pauvres qui s'empresseront à consommer. Consommer oui ! Mais le moins cher, c'est a dire le Made in China. Dance ces conditions, je ne vois pas en quoi une relance serait benefique pour nos entreprises.
a écrit le 03/11/2014 à 12:45 :
les experts francais vont se demander pourquoi plus personne ne vient en france ( entre deux creations de haute autorite au controle des entreprises)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :