Loi Macron : les notaires ont fait reculer le gouvernement

 |   |  329  mots
Les Notaires ont su convaincre Emmanuel Macron
Les Notaires ont su convaincre Emmanuel Macron (Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Lors des débats à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron a admis avoir "fait une erreur" dans le volet sur les professions réglementées de son projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques. Il accepte de modifier le dispositif d'encadrement de leurs tarifs.

De l'utilité du lobbying ! Lundi, lors des débats à l'Assemblée nationale de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie a reconnu lundi s'être "trompé" dans le volet sur les professions règlementées de son projet de loi. Par conséquent, il accepte de modifier le dispositif d'encadrement de leurs tarifs.

Initialement, le ministre de l'Économie plaidait pour une part de tarifs variables pour les notaires, huissiers et mandataires judiciaires notamment, afin de "permettre à de jeunes professionnels de s'installer" et de faire jouer la "concurrence". "Ma résistance a conduit à un système compliqué" et ce dispositif de "corridor tarifaire" devrait être révisé, a déclaré le ministre à l'Assemblée nationale. Bilan, les notaires ont réussi à faire reculer le gouvernement.

Un projet de loi à la portée amoindrie

Un gouvernement qui avait montré quelques signes de faiblesses en commission spéciale. En effet, un amendement de Cécile Untermaier (la rapporteure du volet sur les professions réglementées) avait été adopté pour sortir du "corridor" les actes les plus simples et qui ont trait à la vie courante; des actes portant notamment sur le droit des personnes et de la famille. Avec cet amendement, les tarifs devaient rester fixes pour cette catégorie d'actes. Quant aux autres, ils ne pouvaient varier que dans la limite d'un sixième au-dessus et en dessous du tarif de référence.

En lâchant ainsi du lest, le ministre de l'Économie ne dénature-t-il pas en partie le projet de loi? Si les prix sont fixes, comment la concurrence est-elle possible ?

Il ne manquerait plus que le gouvernement revienne sur sa volonté de faire baisser les prix en fonction du prix coûtant de chaque actePrévue par arrêté, définie par l'Autorité de la concurrence, cette baisse des prix réglementés est  prévue après l'adoption de la loi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2015 à 9:58 :
Non seuleument il fait marche arrière mais en plus il s'excuse lool
Peut être que l'état va devoir payer les frais des lobbing ... ainsi que les dommages et intérets occasionnés auprés de cette puissante corporation bien protégé.
a écrit le 06/02/2015 à 18:32 :
Pas d'inquiétude l'ami : c'est pas constitutionnel.

S'ils veulent passer la réforme ca ca leur coûter un Max à ces parasites ( voir salaires des fonctionnaires de Bercy et de l autorité de la concurrence)

On va pas les lâcher!

ps pas de cliché : en région parisienne la vente moyenne est aussi vers 300 000€
a écrit le 04/02/2015 à 23:00 :
Le texte adopte est presque pire pour les notaires provinciaux que celui d origine. Remises possibles pour les prix entre 100 et 300 k€! Il faut évidemment comprendre "remises obligatoires" pour conserver les clients qui partiront sinon chez un jeune installe librement sans endettement qui pourra pratiquer ces remises sans problème. M macron voulait que les actes soient factures au coût réel. Un dossier de vente, c est grosso modo 20-25h de boulot (analyse du dossier, demande de pièces, analyse des pièces, relances pièces, rédaction de l acte, fixation du rdv, réception des rdv, formalités consécutives au cadastre, aux hypothèques, syndic, remboursement des prêts etc etc), cela signifie un coût entre 2500€ et 4000€, or les remises concernent justement ces actes! Il faudra donc travailler en deçà du coût, l état oblige le travail à perte! Étrangement les ventes aux prix de 5 ou 10 millions , voir davantage, ne sont pas touchées par la mesure bien qu elle soit facturée bien plus que leur coût réel de confection (1% du prix). Conséquence inéluctable en province: licenciements car il faudra payer le pret bien que l office ne vaille plus rien (chiffres d affaires en baisse, liberté d installation votée). Quelle honte d adopter ce texte sans indemniser les jeunes endettés ! Autre effet pervers déjà entendu depuis 24h: l agence immobiliere conseillera de réduire le prix a - 300k€ pour forcer la remise du notaire tandis que le surplus du prix sera payé off. Enfin, pour quelle raison les députés socialistes ne s en prennent qu aux notaires de province (prix entre 100 et 300k€) et, de facto, renforcent les notaires parisiens déjà extrêmement riches ? Collusion ? C est navrant. J ai franchement honte de ce texte. On conserve et avantage ceux qui se gavent et rendent le moins de service, tandis qu on met en difficultés ceux qui remplissent un vrai service public de proximité. Je ne comprends plus ces ministres et députés qui légifèrent sans connaître et comprendre les secteurs qu ils reforment. Je suis écœuré et comprends que tous nos jeunes quittent le pays. Ils ont raison. On est devenu le pays des iniquités au profit de la caste des élus, des banquiers et des patrons de la grande distribution et autres notables parisiens qui ignorent que la France existe au delà du périphérique.
Réponse de le 05/02/2015 à 16:05 :
MERCI pour votre billet ...tout est dit..
Technicien T3, 45 printemps, 18 ans dans la profession
J'aime ce notariat de province..voué à disparaitre au profit de grosses sociétés type SCI ou SELARL..qui pourront pratiquer ces remises...
Messieurs les sénateurs ...merci de revoir ce texte et cette foutue fourchette 100-300k€...- sans quoi Mr MACRON pourra comptabiliser quelques milliers de chômeurs de plus...
c'était quoi au juste le but de cette reforme ..au fait ?? NO COMMENT
a écrit le 04/02/2015 à 19:40 :
Un gros tigre de papier victime d'une MACROMUTATION qui finit comme un petit riquiqui....tout gris
a écrit le 03/02/2015 à 19:09 :
Les rentiers , la bureaucratie , la nomenklatura et les sinstres syndicats bloquent toutesles réformes...
a écrit le 03/02/2015 à 16:35 :
C'est article est faux
Les notaires ne sont pas satisfaits et loin s'en faut
Ils réclamaient un tarif fixe pour tout le monde et sur tout le territoire
Or le système voté ne va profiter qu'aux grosses études et faire disparaitre les petites études rurales
Merci M. Le Ministre du déménagement territorial
a écrit le 03/02/2015 à 16:00 :
Et ça va rapporter quoi de plus aux Français qu'un notaire gagne moins ???
a écrit le 03/02/2015 à 14:59 :
Pour ne pas dire qu'il cède au lobbying des notaires, il dit qu'il s'est trompé. Il n'y aura donc pas de concurrence dans cette profession et la France aux mains des corporatismes s'avère bien difficile à réformer.
Ce n'est pas une preuve d'incompétence d'essayer de faire bouger les lignes mais plutôt une preuve de jeunesse et de conviction. Les vieux routards sont évidemment plus consensuels et -ne rien faire- est souvent la preuve de compétence la mieux acceptée tant dans le milieu professionnel que politique.
a écrit le 03/02/2015 à 10:27 :
C'est déjà la deuxième, voire la troisième fois qu'il plaide coupable. N'existe-t-il pas des ministres compétents? Dans un pays où tout le monde veut donner des leçons aux autres on devrait bien en trouver un!!!!
Réponse de le 03/02/2015 à 12:37 :
Il est jeune: il apprend le métier. Il faut patienter encore quelques années et cela devrait s'améliorer car on remarque que les "vieux" du type Fabius sont tout de même les plus compétents. La vraie question est sans doute de savoir si on a encore les moyens d'investir dans la formation professionnelle des ministres compte tenu de l'urgence de la situation
a écrit le 03/02/2015 à 9:58 :
Encore une fois les professions réglementées, ou plutôt bénéficiant de lois anticoncurrentielles datant de la préhistoire, continuent à régner. Nos politiciens montrent encore une fois leur incapacité à agir.
Quand seront-ils rémunérés sur résultat avec des peines de prison forfaitaire sans sursis pour tout abus de biens sociaux, non respect des appels d'offres ou pot de vin. Ce jour là, il y en aura beaucoup qui seront moins intéresser par faire de la politique. Quand je les entends dire qu'ils sont à l'écoute des français...et de leur problème. Ils ne sont même pas fichus de mettre en place des systèmes informatiques pour gérer de façon anonyme et sans tricherie les appels d'offre ou leurs administrations publiques. Pas étonnant quand on a jamais travaillé de sa vie, qu'on a aucune connaissance en économie et finance.Quand je vois leur biographie et leurs diplomes, je pisse de rire. Mathématique politique 1 euro moins 1 euro = 1 euro et oui quand y en a plus y en a encore.
Réponse de le 03/02/2015 à 18:36 :
Il faut surtout réformer la méthode. Nos systèmes sont devenus tellement sophistiqués que l'administration n'est plus en mesure d'agir seule. Une vraie concertation avec les professions concernées est indispensable et tout le monde pourrait y gagner. Concernant la libre concurrence, elle n'est pas possible dans tous les domaines, il faut se libérer de tout dogmatisme.
Réponse de le 04/02/2015 à 10:54 :
Malgré vos pseudonymes voulant traduire une formation de très haut niveau, il est possible de relever quelques fautes d'orthographe et une syntaxe approximative. Alors sur le fond, permettez qu'il y ait discussion. Quel est le pourcentage d'actes des professions réglementées donnant lieu à contentieux en France ? Faites la comparaison avec les données des pays appliquant le modèle que vous semblez préconiser.
NB. Je n'ai aucun lien direct ou indirect avec les professions réglementées sans être hostile à quelques actualisations de leurs statuts.
a écrit le 03/02/2015 à 9:49 :
Un recul qui n'est pas bon pour la libéralisation on devrait créer 2 études notariales lors de la cession d'une étude notariale avec le prix d'achat de l'ancienne étude partagée par les 3 nouveaux notaires Monsieur Macron
Réponse de le 03/02/2015 à 14:47 :
Pouvez-vous expliquer votre propos lorsque vous dites que ce recul n'est pas bon pour la libéralisation ? J'essaie de comprendre quel impact aurait eu le corridor tarifaire sur les futures études crées ? Vous avez une idée ?
a écrit le 03/02/2015 à 9:44 :
Chronique d'une débandade annoncée
Mais on est sauvés!!! Mon voisin, postier à la retraire va faire passer le permis de conduire, ouf on est sorti d'affaire
a écrit le 03/02/2015 à 9:44 :
C'est vraiment de mauvaise augure... Les notaires représentent a tort ou à raison le pire exemple de conservatisme et de corporatisme... Ce n'est pas bon pour une loi de modernisation de céder aux intérêts particuliers calcifiés dans des privilèges datant de 1816....
a écrit le 03/02/2015 à 8:59 :
Macron FOURRETOUT nous fait la démonstration de ce que ses idées brouillons se traduisent par des projets désordonnés et inconsistants?

en celà Macron est au niveau de Valls, c'est un duo qui sème le bazar et les désordres dans la société française,

leurs bavardages insipides, et leurs vociférations sont pathétiques,

Comment les socialistes peuvent-ils encore ne serait-ce que les supporter ?

alors qu'il serait si simple de les remplacer ces minables pour construire une autre France.

Les échecs de Valls Macron, ce sont les socialistes des Régions Départements Villes qui vont les payer très très cher !
a écrit le 03/02/2015 à 8:45 :
Le problème ce n'est pas la rémunération du notaire ce sont les taxes encaissées par le gouvernement toujours à la hausse sur les transactions immobilières et sur la majorité des actes établis dans les études ...Il ne faut pas s'étonner que le marché immobilier soit bloqué presque sur tout le territoire français...Cette reculade du gouvernement sur un sujet qu'il a volontairement mis en lumière dans les médias afin d'afficher sa lutte contre les 'riches' lui retombe sur la poire et l'effet Charlie est terminé de surcroît pour 'Moi Président' . Pour le reste les hurlements des notaires m'ont plutôt fait sourire ils ne sont pas à plaindre quelque soit leurs arguments!
Réponse de le 03/02/2015 à 10:29 :
si le problème n'est pas lié à la rémunération des notaires alors pourquoi sont-ils tous blindés de tune avec des résidences secondaires partout???
Réponse de le 03/02/2015 à 15:10 :
c'est sûr qu'avec seulement 250 000 euros de revenu moyen annuel (avec un bac +6 et beaucoup de relations) , ils ne doivent pas manger du poulet tous les jours.
Réponse de le 03/02/2015 à 15:53 :
Et non pas tous !!! Et même, on n'a pas le droit de réussir dans la vie en France ?

Il y a aussi des ouvriers qui savent mieux gérer leur argent que d'autres et qui ont des résidences secondaires (et qui ne sont pas notaires...)

A méditer...
Réponse de le 04/02/2015 à 10:23 :
Pat, faut arrêter de dire n'importe quoi, s'il vous plaît ! comparer ouvrier et notaire, c'est un peu osé tout de même. Je suis employée dans le notariat depuis 26 ans maintenant, je suis issu d'un milieu ouvrier également, et je peux vous dire que les notaires gagnent très très bien leur vie grâce à un monopole qui les met à l'abri du besoin, même en période de crise, croyez moi ! Attention, je ne critique pas du tout le fait de bien gagner sa vie en France ; tant mieux pour eux. Mais comparons ce qui est comparable ! Quant aux ouvriers avec résidence secondaire, il y en avait peut être il y a 20 ou 30 ans, oui, mais aller aujourd'hui s'acheter une résidence secondaire avec un SMIC, ou même deux SMIC, et deux enfants à la maison : alors là, je demande à voir ! Vous n'avez pas le sens des réalités je pense.
a écrit le 03/02/2015 à 6:18 :
Avant de présenter un projet de loi : on réfléchit.
Réponse de le 03/02/2015 à 10:46 :
TU AS RAISON SAUF QUE S' IL AVAIENT UNE ONCE DE BON SENS , ON LE SAURAIT DEPUIS LE TEMPS.
a écrit le 03/02/2015 à 1:18 :
Et voilà ce qui arrive quand des technocrates ne connaissent pas réellement un sujet et ne prônent en conséquence que des âneries!
a écrit le 02/02/2015 à 23:51 :
A sa nomination, je pensais qu'il allait perdre son "n" mais c'est plutôt le "a" qu'il a change en "I".
a écrit le 02/02/2015 à 23:50 :
Voici ce que l'on retiendra de la profession : chantage aux licenciements, amendements copié-collé, lobbying, menaces de mort, manif à 2 millions d'euros... Au fait, comment cela est-ce possible de la part d'officiers ministériels ? Qqun peut m'expliquer ?
Réponse de le 03/02/2015 à 2:34 :
Rien n'est plus insupportable que cette haine exacerbée, cette stigmatisation injustifiée à l'égard d'une profession hautement qualifiée, experte en son domaine, qui travaille dur du matin au soir, qui fait beaucoup de sacrifices pour faire marcher ses offices... Cette loi est néfaste pour tous - notaires, clercs, clients - et il faut le faire entendre, le faire savoir. On parle de 15000 emplois menacés tout de même. Le notariat a des moyens mis de coté depuis des année, alors pourquoi s'en priver? pourquoi ne pas se faire entendre?
Réponse de le 03/02/2015 à 4:15 :
Je suis totalement d'accord et là les flics ont été totalement absent. Alors que lorsqu'il y a des gosses en face d'eux, ils tirent. Très bonne journée
Réponse de le 03/02/2015 à 11:00 :
Le niveau de connaissances des perosnnes qui commentent ce type d'article est effarant. Vous ne connaissez visiblement ni le domaine d'intervention ni le métier. A titre informatif, sachez que chaque étude a pris sur son résultat, pour allouer des sommes au financement d'actions justifiées par le niveau de méconnaissance de la population et de nos gouvernants. Avec vous, comme disait Coluche, les patrons sont tous méchants et les salariés tous gentils, pourtant tout le monde vent être méchant...
Réponse de le 03/02/2015 à 17:06 :
Vous ne savez peut être pas que chez un notaire les plus gros FRAIS sont les taxes de l'ETAT, je suis d'accord avec"Etudiant Notaire" ayant moi même travaillé dans une étude. Contrairement aux HUISSIERS, les notaires ne pratiquent pas de tarifs libres. Maintenant je ne dis pas que ce sont des pauvres.
a écrit le 02/02/2015 à 23:34 :
Non Monsieur le Journaliste, ce changement n'est pas une question de lobby mais de droit. Comme M Macron se croit plus malin que les autres, il n'écoute pas et il commet des erreurs de droit.
Il est normal de payer son passeport le même prix partout en France
Les notaires ont une mission de service public. Il est donc normal que leur tarif soit également partout le même en France comme pour les passeports. S'il avait maintenu cette disposition, elle aurait été annulée par le conseil constitutionnel.
Sauf à ce que la France préfère avoir un système à l'anglo-saxon où seuls les plus fortunés ont accès au droit, le système actuel est le plus protecteur des citoyens n'en déplaise à Monsieur Macron.
Réponse de le 02/02/2015 à 23:48 :
Et comment font les médecins, dentistes, opticiens, avocats... ? Ils s'alignent sur les mêmes prix partout en France ? Veuillez au moins avoir la délicatesse d’arrêter de nous faire croire que le combat des notaires porte sur la "protection du citoyen". Leur combat, c'était le combat du fric. Les pauvres notaires ! vous rendez-vous compte ?! leur salaire a failli passer de 17000 euros/mois à 15000 euros/mois. C'est indécent...
Réponse de le 03/02/2015 à 2:37 :
D'une part, ces chiffes ne sont plus d'actualité, d'autre part vous ne parlez pas des notaires de province. Avant de parler d'indécence, renseignez vous, faite un stage, puis on en reparle. Merci.
Réponse de le 03/02/2015 à 7:28 :
Les opticiens, service public ??

Vous mélanger tout, non ?

Par jalousie, et c'est pas bien.
Réponse de le 03/02/2015 à 9:39 :
Les notaires, médecins, clercs… sont tous des hauts fonctionnaires assimilés qui ont fait des études, longues, certes difficiles oui. Mais d’autres dans le privé aussi et parfois bien plus difficiles. Alors il ne faut pas oublier mesdames, messieurs qui vous paient in fine tous autant que vous êtes. Les abus de rémunération de certains stigmatisent toute la profession et c’est là le problème. Des notaires qui touchent des salaires moyen à 12000 euros, c’est bien je n’y vois pas de problème. Par contre il y a bien un phénomène de rente sur cette profession, puisque une fois le concours passé, les prix des actes sont fixées par la loi et garantis. Sans aucune concurrence possible. Concurrence qui serait salvatrice sur certains actes mineurs afin de faire baisser les prix.
Mais halte attention, mission de service public, la bonne affaire. Quand l’état sera en faillite (la sécu l’est déjà), vous n’aurez plus de sous. Ce sera alors le privé qui reprendra l’affaire et là, il n’y aura plus de service public. Alors gavez vous sur la bête, tant que vous le pouvez encore, quand il n’y aura plus d'argent, vous serez au chômage forcé malgré votre « statut » et votre « mission ».
a écrit le 02/02/2015 à 23:09 :
C est pas le tarif des notaires qui est lourd et illisible mais les trop nombreuses taxes qui y sont attachées , les frais de notaire ne sont pas la rémunération des notaires mais a 85 % la rémunération d un etat incapable de se reformer ! Les taxes attachées ont d'ailleurs augmentées de presque 0,7% l'an dernier discrètement, le temporaire est d ailleurs devenu définitif par la loi de finances de 2015, mais ça monsieur macron n en parle pas .... Il aurait baissé ces taxes au lieu de les augmenter de manière fourbe ...on parle même pas des plus values ... Tout ça collecte par les notaires et ne coute pas un euro au contribuable : 26 milliards collectés par les notaires chaque année pour un coût inexistant pour l etat ..
Réponse de le 02/02/2015 à 23:40 :
Ca va hein, vous allez pas nous faire pleurer sur le sort des notaires ! Ca suffit, les smicards vont bosser le dimanche et les notaires vont continuer à s'en mettre plein les poches ! C'est ignoble !
a écrit le 02/02/2015 à 23:05 :
Loi Macron= Pschitt !!!!!!
a écrit le 02/02/2015 à 22:55 :
Des amateurs...... On le sait..... Mais ils sont Charlie.....
a écrit le 02/02/2015 à 22:43 :
Et il ne reste plus qu'aux technocrates de Bercy de constater qu'ils se sont trompés sur toute la ligne!
a écrit le 02/02/2015 à 22:06 :
Normal : l'état n'a pas les moyens de payer les études, seule solution - à supposer que le libre concurrence chez les notaires présente un intérêt pour les clients ; ce qui n'est pas démontrer.

Dépenser 8 milliards d'argent public pour rien : il a bien fait de renoncer.

Ça fait cher pour un coup de com !
Réponse de le 03/02/2015 à 0:02 :
Du coup on est sensé rien faire, comme d'habitude? Comme pour les licences de taxi à Paris par ex? Les mêmes qui accusent l'Etat de faire des réformettes, sont les 1er aussi à les critiquer. Et le chiffre de 8Milliards avançait par les notaires est bien évidemment de la com aussi. Ce n'est pas comme si la loi initiale devait réduire à 0 la valeur d'une étude notariale. Bien des activités commerciales peuvent s'implanter librement, et pourtant leur fonds de commerce a une valeur! J'ai quand même du mal à les plaindre ces pauvres notaires...
a écrit le 02/02/2015 à 21:39 :
Le gt qui recule sur le cas du monopole des notaires c'était pourtant le cas idéal
a écrit le 02/02/2015 à 20:31 :
Encore les lobbies qui triomphe ces pauvres notaires qui pouvaient passer de 12000 à 10000 euros par mois snif....décidément dans ce pays impossible de réformer même les nantis notaire avocats etc....pauvre France les pauvres seront toujours et les riches toujours plus riches.....a moins que 2017 .....
a écrit le 02/02/2015 à 19:58 :
Reculer ce n'est qu'une marque déposé des socialistes .
a écrit le 02/02/2015 à 19:33 :
une grenouille qui se prend pour un boeuf et psssccccccchhhiiiiiiiiittttttt UN SOCIALO . MDR
a écrit le 02/02/2015 à 19:06 :
liberté d'installation , c'est à dire libre entreprise , maintenue? où victoire de la France de Balzac?
a écrit le 02/02/2015 à 18:59 :
M Macron annonce qu'il sera intransigeant sur "la transparence des tarifs des notaires"
Quelle avancée!
Les tarifs sont depuis 1978 fixés par décret du gouvernement. Les décrets de l'Etat manquent-ils de transparence? Ne sont-ils pas à la disposition de tous?
Par ailleurs, aucune remise partielle ne peut être faite par un notaire sans autorisation de la chambre dont il dépend.
Comment être plus transparent?
a écrit le 02/02/2015 à 18:50 :
Persevere diabolicum

Reconnaissons lui le mérite de reconaître son erreur.
Ce qui a triomphé, ce ne sont pas les lobbies, c'est la raison, c'est l'intérêt du public.
Réponse de le 02/02/2015 à 19:42 :
Arrêtez avec votre latin bidon. Ce qui a triomphé, ce sont les lobbies et les menaces de licenciements, un point c'est tout. L'intérêt du public ? les prix vont baisser sans concurrence ? ça m'étonnerait.
Réponse de le 02/02/2015 à 22:26 :
Grande classe!
Réponse de le 03/02/2015 à 7:30 :
Comme c'est l'Etat qui fixent les prix, c'était hypocrite de s'en prendre au profession réglementer, juste du populisme bien gras.
C'est trop cher ? Que l'Etat baisse ses taxes, et pi voila.
A non, en fait, voila, on garde le fric, pas fou l'Etat..
a écrit le 02/02/2015 à 18:41 :
Non, le texte qui était prévu était effectivement trop complexe. Ce qui est proposé ici est un bon compromis. Les prix seront fixés par l'Autorité de la Concurrence, ceci permettra de faire baisser les prix, c'est déjà une victoire pour le Ministre.
M. Macron doit maintenant aller jusqu'au bout de sa logique et instaurer la libre installation.
a écrit le 02/02/2015 à 18:36 :
Modification très partielle du projet de loi. M. Macron semble tenir le cap. Il ne reste plus qu'à définir les conditions de libre installation des milliers de jeunes notaires qui désirent monter leur étude mais dont le système actuel empêche toute prise d'initiative.
a écrit le 02/02/2015 à 18:25 :
Macron a reculé comme avant lui d'innombrables de gauche ou de droite face aux lobbies des privilégiés. C'est dur de réformer!
a écrit le 02/02/2015 à 18:19 :
va-t-on vers une loi micron ???
Réponse de le 02/02/2015 à 19:00 :
Non simplement vers une loi sans " r " dans le macron.
a écrit le 02/02/2015 à 18:18 :
Macron n'est qu'un simple exécutant ;

Nous le voyons bien, les vociférations de Valls sont vaines, inopérantes, il n'a rien dans le futal et se couche au premier coup de brise ...

Hollande peut s'en séparer sans regret.
a écrit le 02/02/2015 à 18:14 :
Pas exact, le projet est modifié, mais pas du tout enterré, loin s'en faut...Les notaires ont du soucis à se faire !
a écrit le 02/02/2015 à 18:13 :
Les lobbys ont encore sévis c'est inadmissible. Les privilèges ne sont pas prêt de disparaître
Réponse de le 03/02/2015 à 7:52 :
Quel privilège .... gagner 10000€ par mois, payer 3000€ de remboursement d étude, payer 3500€ d impôt sur le revenu par mois soit gagner 3500€ par mois et avoir 12 salzriés ...... c est la situation réelle de beaucoup de notaire actuellement... donc dans la concertation il est possible de créer des études, baisser ccerteins tarifs mais pas comme des bourins.... ah et le notaire de l ancien régime s il était nanti les choses ont changé je bosse 50 heures par semaine et je suis content...
Réponse de le 03/02/2015 à 12:35 :
3500 euros par mois...seulement....quelle horrible situation. Je bosse 50 heures aussi pour 1800 euros par mois, si on enlève les impôts il me reste 1650 , et encore j'ai un des meilleurs salaires de ma boite.

Et j'ai fais 5 ans d'études....j'ai un crédit sur le dos et trois gosses....je peux faire une manif moi aussi ?
Réponse de le 03/02/2015 à 18:13 :
OK, 1800 par mois après 5 ans d'étude pour 50 heures, vous avez un problème dont je ne connais pas la teneur. Maintenant quel est le juste niveau de rémunération pour continuer à rendre ces professions attractives ( médecins, notaires, etc...) compte tenu de la responsabilité engagée?
Réponse de le 03/02/2015 à 18:46 :
Ca c'est bien le type de remarque de français revanchard, qui bosse beaucoup sans réellement bien gagner sa vie. Mais en quoi les notaires seraient-ils responsables de ce type d'échec personnel. Personne ne conteste les 24.000 € mensuels de Monsieur MOSCOVICI alors que son bilan comme ministre des finances est bien maigre. Personne ne conteste les 450.000 € annuels du patron de la SNCF. Je suis notaire depuis 4 ans. J'ai créé (oui créé sur concours) mon étude. J'ai désormais 6 salariés (donc j'ai créé 6 emplois). Je me rémunère 2.200 € net par mois. Je n'ai pas l'impression d'être un voleur, un nanti. Et je ne comprends pas pourquoi on s'en prend à ma profession comme ça. Certains notaires gagnent trop d'argent. Il y a des abus et ils sont minoritaires. Je suis le premier à le déplorer. Mais tout système à ses défauts. La pire solution : tout casser pour faire pire.
Réponse de le 04/02/2015 à 9:53 :
HS, Je répondais à Léon sur sa situation.
Pas au sujet de l'article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :