Paradis fiscaux, secret bancaire : peut-on les supprimer ?

 |   |  173  mots
Alors que le G20 se rapproche, la pression monte contre les paradis fiscaux et le secret bancaire, notamment en Europe. Pensez-vous que l'on puisse les supprimer ?

Le G20, la réunion des grands pays de la planète destinéé à mieux lutter contre la crise économique, se rapproche. Et dans cette perspective, la question de la lutte contre les paradis fiscaux et le secret bancaire, considérés comme deux des maux les plus dangereux de la planète financière, se fait plus pressante.

Paris et Berlin ont affiché leur volonté d'imposer des sanctions au niveau international contre les paradis fiscaux. La réaction de Washington et de Londres, moins enclins à les condamner, sera déterminante.

La pression monte également sur les pays qui pratiquent le secret bancaire voire en abusent. En Europe notamment. Mais ce front se lézarde et tour à tour, Andorre, le Lichtenstein et la Belgique ont annoncé leur intention de lever progressivement et peut-être à terme totalement les dispositifs protégeant dans leur pays le secret bancaire.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Mal nécessaire ou système à éradiquer ? Exprimez vous sur cette question des paradis fiscaux et du secret bancaire ci-dessous dans notre espace "commentaire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
si la france continue à être le pays le plus taxé d'europe et n'autorise pas la soupape de quelques comptes à l'étranger, alors les départs se multiplieront encore plus et l'arroseur sera arrosé, et ce sera perdant-perdant...les chiffres des départs sont quand même éloquents ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
système à éradiquer, sans aucun état d'ame, et de préference en punissant severement les très laches citoyens qui en ont abusé. Par exemple, on peut envisager un plafond d'amnistie fixé au maximum à 20 000 ?, et au dela, confisquer 75 % des fonds détournés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ouf vivement que cela s arrete .proteger la mafia ,les voleurs,les plus riches .stop couper leur la tete . merci et le monde seras plus juste (il faut bien commencer un jours)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
société codebarre et puce intégrée, chaque jour un peu plus de nos droits grignotés; le nouvel ordre mondial s'installe!!!Et nos libertés, que diable!!qu'on abolisse les paradis fiscaux passe encore, quoique, mais qu'on lève le secret bancaire n'est absolument pas imaginable. Mes avoirs ne sont pas les affaires d'autrui!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tant qu'il y aura des pays qui font n'importe quoi, il sera difficile de maintenir un marché stable.
Il est tant d'établir un vrai ordre mondial ou chaque pays pourrait donner son avis sans condition.
Il ne faut pas d'exception qui confirme la règle dans ce cas.
Et il faut aussi surtout nettoyer les mafia politiques.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la pression fiscale n'incite-t-elle pas à vouloir profiter de ces paradis?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LOL... Au jeu du chat et de la souris, cette dernière est toujours plus maligne que ce bon vieux gros matou !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
quelqu'un pourrait me dire si ces paradis fiscaux ont amélioré la vie des personnes honnêtes et solidaires de leur concitoyens ?
est-ce que les français vivraient mieux si dans la fraternité avec un état nous garantissant l'égalité ont apprenais la liberté ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand on a rien volé on a rien à cacher
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lorsqu'une institution est incompétente et impuissante, il faut trouver des boucs émissaires: les soi-disant paradis fiscaux. Je rappelle que la crise est partie des Etats-Unis, pays ultra-libéral, modèle de notre Président, qui en son temps, vantait le système des subprimes, qui selon lui, était un exemple d'accès à la propriété! On voit le niveau de perspicacité de ceux qui nous gouvernent. Dans le cadre d'une occupation médiatique inefficace face à la crise, le Luxembourg et d'autre pays off-shore sont désignés alors qu'en réalité, ils en subissent eux aussi les conséquences et ont déjà mis en place une certaine transparence sur leurs opérations.En réalité, si nous sommes dans la situation actuelle, c'est en raison de la cupidité d'un grand nombre de nos banquiers et de la complicité coupable et intéressée de nos hommes politiques.
On a déjà assez de chômage en France; les frontaliers qui vont gagner leur vie en Suisse et au Luxembourg, "travaillent effectivement plus pour gagner plus" et non pas envie de gonfler le nombre de chômeurs et surtout de connaître les conditions salariales de ce pays qui ne sait pas rétribuer ses travailleurs à leur juste valeur. Mr Sarkosy devrait arrêter de s'agiter pour s'attaquer aux vrais problèmes de la rénumération du travail et du pouvoir d'achat de ses concitoyens.Tout le reste est du " vent"......à l'image de la politique conduite jusqu'à présent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
supprimer les paradis fiscaux : personne n'a analysé les conséquences. Les paradis fiscaux sont une nécessité face à des états qui imposent à la folie.
Combien perdra-t-on de gens capables de faire de l'argent : personnes indispensables à un pays.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourquoi La Tribune a-t-elle supprimé mon message ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
eradiquer
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quelques questions (pertinentes ?):
1- La crise aurait-elle eu lieu si le secret bancaire n'existait pas ?
2- Les supprimer va-t'elle relancer la croissance ?
3- Qui est responsable de la supposée évasion fiscale ?
4- Le contenu d'un compte bancaire fait partie de la sphère privée d'une personne ?
Mes réponses à ces questions sont: 1-oui, 2-non, 3-les gouvernements mal gérés et surimposant leurs ressortissants, 4-oui
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel formidable article de fond ! USELESS !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
PARADIS FISCAUX - Il faut les supprimer
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
au Luxembourg, vis-à-vis de la Belgique, le précompte mobilier passe de 15 à 20 et en 2011 à 30% avec détail nominatif des clients non résidentiels. En ce qui concerne les droits de succession appliqués par les régions wallonnes, bruxelloise et flamandes au luxembourg rien n'est déclaré au fisc belge. C'est anormal et c'est ce qui constitue l'attrait principal du client Belge pour le luxembourg
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Eradication totale de ces zones de vols officiels des populations.
On ne peut vouloir le capitalisme sans vouloir sa contrepartie sociale = impots. Ce systeme n'a des chances de fonctionner que si les deux tendances sont representées (capital, liberalisme marché, d'un coté , et gouvernements, impots, lois de l'autre).
Les gouvernements n'ont que le petit doigt à lever pour éradiquer les paradis fiscaux. Qu'on en fasse tout un chantier aujourd'hui montre que cela ne sera pas fait. C'est une erreur, car cette composante du systeme mondial (les impots) est essentielle à sa stabilité. il vaut mieux payer des impots que d'etre mis au bucher par une population révoltée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Encore une opération de communication. Rien ne sera fait, tous les riches y gagent à maintenir ce système. Nos gouvernants nous prennent vraiment pour des imbéciles, ils se trompent nous ne sommes pas dupes. Les prochaines élections démontreront, je l'espère, qu'il reste des français qui veulent que cela change. Le principe actuel, toute la richesse pour les copains bling bling ou bouclier fiscal, les autres trinquent. Nous d'en bas nous ne finissons même pas le mois, les autres parlent de paradis fiscal, bravo Fillon vous êtes un super premier ministre.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est évident que ces pays vivent d'évasion fiscale et blanchiment de l'argent sale. L'hypocrisie a assez duré !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voici une occasion de relancer l'industrie du textile: le bas de laine!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Arrêtez cette pantallonade grotesque!! Le plus grand paradis fiscal au monde est la Grande-Bretagne! Je rappelle que la Reine d'Angleterre est la suzeraine des Iles Caïmans qui gèrent dans les 52 milles milliards de $!!!!!!!!!!!!!!! qui ont permis aux Etats-Unis de s'auto-piller et de recycler l'argent de la drogue. Le trafic annuel de la drogue était, déjà il 20 ans, équivalent au trafic pétrolier! Posez-vous des questions!!! Michel Algrin, Avocat honoraire à la Cour
Réponse de le 05/11/2013 à 18:18 :
Tu ne devrais pas utiliser ton nom pour ce genre d'anerie
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C4est du blabla:dans quelques mois d'autres paradis se localiseront.Les banques et les partis politiques sont les premiers utilisateurs de ces bases de fraude.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut les supprimer.La meilleure façon c'est de lutter contre les enfers fiscaux dont la FRANCE et les paradis disparaitrons
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je pense qu'il faudrait éradiquer les paradis fiscaux dont la Suisse est le dernier maillon pour la fraude,l'argent de la prostitution,de la drogue
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faut les éradiquer, c'est scandaleux et malhonnête
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les gens ficherons le camps ailleur si on supprime cette soupape de securitté.Immaginons 5 secondes la france en guerre et vla confiscation des capitaux pour payer l'effort de guerre!!!Ou un divorce qui tourne mal!Ou encore une guerre civile ?Bientot le terme vie privée n'existera plus!!Alors la supression du secet banquaire est une mauvaise chose.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dima! Tu es incroyable : l'abandon du secret bancaire est pour toi une atteinte à la vie privée. Je me demande ce que tu mange. Des milles feuilles en billets de banque, sans doute. J'en ai croisé tellement des drôles de zigues, étudiants boursiers puis traders avides et autres Arpagons revendiquant l'APL ou la couverture sociale. Ce n'était plus "quand tu veux, tu peux" mais "Quand tu peux, tu prends". Eh bien, Dima, il va falloir apprendre à répartir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour vivre en paix il faut supprimer les paradis fiscaux et la bourse

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :