Pourquoi la corruption n'est pas près de disparaître en Chine

 |   |  806  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les autorités de Pékin affichent leur volonté de lutter contre la corruption, qui exaspère de plus en plus les Chinois. Cette pratique est pourtant inhérente au fonctionnement du pouvoir centralisé exercé par le parti communiste. Les explications du sinologue Guilhem Fabre.

La chute récente du ministre des Chemins de fer, Liu Zhijun, montre que la corruption en Chine reste plus que jamais d'actualité, pourquoi ?

Même si ce n'est pas un problème spécifique à la Chine, le phénomène y est favorisé par deux aspects : les opportunités offertes par une croissance économique et l'impunité juridique. Il faut rappeler que si l'on prend comme critère de comparaison la parité de pouvoir d'achat (qui dépend du coût de la vie dans le pays donné) la Chine a déjà dépassé les Etats-Unis. Même en terme de PIB par tête, le rapport n'est pas de 1 à 6 comme le soutient encore le Fonds monétaire international mais davantage de 1 à 4. Cette richesse dépend directement d'un système où le pouvoir est concentré au sein du Parti communiste. La justice étant à ses ordres, l'impunité est assurée. Sur l'ensemble de la population chinoise, soit plus de 1,3 milliard d'habitants, on compte quelque 70 millions membres du parti communiste, et selon une enquête de Cap Gemini environ 450.000 millionnaires en dollars. Le parti donne accès à toute une série de rentes. Cette oligarchie politico-économique, où le monde des affaires est lié au pouvoir, relève d'une organisation clanique. C'est d'ailleurs une caractéristique historique, le peuple en chinois se traduit "les cent vieilles familles". Pour la majorité des gens ordinaires, le seul recours est un système de pétition, sans grand effet, qui n'est qu'un cache-misère de justice.

Quels sont les domaines qui favorisent cette corruption ?

Il y a l'immobilier. La Chine connaît une forte urbanisation, qui est passée de 20% au début des années 1990, fin de l'ère Deng Xiaoping, à 40% aujourd'hui. Cela se fait aux dépends des paysans expropriés pour des montants dérisoires par les pouvoirs régionaux en collusion avec les promoteurs immobiliers. Il faut rappeler que la valeur du capital foncier est largement supérieure à celle du capital industriel. En effet, les 2/3 des terres en Chine sont montagneuses, la population est concentrée sur 20% du territoire.

Pourtant, on assiste de temps à autre à l'éclatement de certaines affaires ?

Le pouvoir central se doit de réagir contre cette corruption en faisant des exemples, avec à la clé des condamnations lourdes. Si l'on prend le cas du ministre des Chemins de fer, Liu Zhijun, il faut rappeler qu'il était à la tête d'un secteur où en 2011 l'investissement s'élèvera à l'équivalent de 100 milliards de dollars. Au total, le ferroviaire correspond à environ un sixième du montant du plan de relance que Pékin a décidé pour répondre à la crise financière mondiale. Or cette manne donne lieu à une multitude de contrats qui favorisent la corruption. Sans compter les critiques qui ont été adressées à ce programme de train à grande vitesse. Pas moins de 8.300 km de lignes à grande vitesse ont été installées fin 2010, mais les billets pour accéder à ces TGV sont trop onéreux pour la population. Parallèlement, le jeune frère de Liu Zhijun a été condamné à mort avec suspension d'exécution il y a quelques années pour le détournement de fonds publics et l'embauche d'un tueur professionnel pour faire taire certaines révélations qui le compromettaient.

Quel est le rôle de la mafia ?

Important. L'exemple le plus frappant est celui d'une des plus importantes villes, Chongqing. Entre 2002 et 2009, il y a eu 500 homicides, liés au contrôle mafieux sur les jeux, la prostitution, l'immobilier, les investissements... Le Parti communiste a décidé d'y mettre fin. Bo Xilai, son secrétaire à Chongqing, s'y est attelé. Cela a donné lieu à plusieurs procès retentissants où 40 responsables locaux ont été condamnés, notamment l'équivalent du procureur local, lié au crime organisé, qui a été exécuté. Bo Xilai fait partie de la génération montante qui a l'ambition de faire une carrière politique. C'est un proche de Xi Jinping, l'actuel vice-président qui devrait accéder à la présidence en 2013. Il est intéressant de noter que le membre du bureau politique en charge de la lutte contre la corruption, He Guoqiang, était lui-même secrétaire du PCC à Chongqing entre 1999 et 2002...

Le système peut-il changer ?

Non, car il est viable, tant qu'il y a de la croissance économique, clé de la mobilité sociale. Même si le peuple ne touche qu'une petite partie de cette richesse, accaparée comme chez nous par une petite oligarchie, la dynamique existe. Et la classe moyenne est conservatrice. Toutefois, de nouveaux facteurs de perturbation apparaissent, comme l'inflation, en particulier sur les produits alimentaires, dont le coût représente plus de 30% des dépenses des citadins. C'est un facteur de mécontentement. Et puis certains opposants en Chine ont soutenu ce qui s'est passé en Egypte...

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2011 à 22:37 :
Citez moi un pays communiste ou la corruption n'existe pas ! La Chine amplifie mais n'a rien inventé
a écrit le 26/02/2011 à 0:33 :
Merci à la France de m'avoir reçu moi et ma famille, car nous étions persécutés. Mon grand père est mort en prison pour avoir critiqué la politique. Mon père a fait 6 ans de rééducation pour ça.
a écrit le 25/02/2011 à 18:04 :
Sur la Chine on fait le travail de journalisme et d'analyse; pourquoi est-ce si difficile de faire pareil avec la France? Le sujet pourrait être fourni, non?
a écrit le 25/02/2011 à 10:00 :
au moins pas d'hypocrisie chez eux. en france, on veut faire croire que tout est bien controlle, tout est beau, alors que les magouilles, affaires de corruption toussa, il y en a autant
faut arreter de donner des lecons aux autres
a écrit le 25/02/2011 à 3:19 :
En Chine au moins c'est officiel ...
a écrit le 24/02/2011 à 21:24 :
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le communisme c'est exactement le contraire.
Réponse de le 25/02/2011 à 13:54 :
Les chinois ils font un mélange des 2...
a écrit le 24/02/2011 à 16:44 :
on a encore démocratisé mon opinion. Bravo la démocratie!!! Cela suffit pour démontrer l'hypocrisie de la démoncratie.
Réponse de le 24/02/2011 à 21:29 :
"La démocratie c'est le pire des système à l'exception de tous les autres".
Oui, il y a beaucoup d'hypocrisie dans les démocratie, mais on y est toujours mieux que dans tous les systèmes totalitaires. La démocratie est un effort permanent pour la justice et les droits du citoyen. Elle permet une alternance et évite justement que des mafias s'installent définitivement au pouvoir. Quand les chinois se réveilleront et prendront conscience que leur liberté individuelle compte, que certain se sont approprié outrageusement leur travail pour gagner des sommes considérable, sans avoir fait d'effort, alors peut-être ce sera la révolution de nouveau et le pouvoir totalitaire en place tombera dans un grand fracas.
Réponse de le 25/02/2011 à 9:03 :
La démocratie n'a jamais empêché les magouilles, les pistons, les Putin de la République, les Madofs, les mafias. Le système chinois aussi fait des efforts constants constants pour améliorer la vie , la justice aux gens : il y a des millions de chinois qui sont sortis de la pauvreté. La démocratie n'a pas le monopole à cela!!!
Réponse de le 25/02/2011 à 9:10 :
Les fachos-démocrtates cherchent à imposer au monde entier leur gouvernance!!! Au moins la chine est gouvernée par les chinois sans avoir à recevoir les ordres de l'occident qui cherche à déstabiliser la chine , la diviser pour la soumettre. Mais les chinois ne sont pas dupes!!! Gardez votre démocratie et laissez-nous tranquilles : les chinois ne vous ont pas sonnés!!!
Réponse de le 25/02/2011 à 13:30 :
@ backchiche: ce vieil adage qui voudrait que la démocratie soit le pire des systèmes... a aujourd'hui un nom. On s'habitue en effet à tout, mais cela s'appelle le syndrome de Stockholm :-)
Réponse de le 26/02/2011 à 0:01 :
Le syndrome de Stockholm! Vous allez un peu loin. Évidemment quand les gens ne s'importent pas une minute si leur voisin est emprisonné pour une broutille, quand les gens considère que leur petit confort matériel justifie les mauvais traitements, sans aucun fondement de justice d'une partie de la population, si donc on s?accommode comme "je suis chinois" d'une liberté limitée. J'ai vécu dans suffisamment de pays pour dire que la façon dont sont traités les gens en France, et dans la plupart des pays occidentaux (le respect, le droit des gens à être respectés, les soins pour la santé, etc... la liste est trop longue) est incommensurablement supérieur aux autres pays. Quant aux "fachos démocrates", l'Europe a eu suffisamment de régimes totalitaires pour savoir que fachisme et démocratie ne rime pas du tout. Mais on oublie trop vite probablement. J'aimerais vraiment que "Je suis chinois" puisse me justifier qu'une minorité de chinois, les membres du parti, puisse rester au pouvoir éternellement. La "réussite" économique chinoise (basée il faut aussi le dire sur l'exploitation massive d'ouvrier sous payés) ne peut en aucun cas justifier le maintien d'un parti unique.
Réponse de le 27/02/2011 à 13:09 :
Chaque pays applique sa propre politique qui lui convient: l'occident c'est la démocratie, la chine c'est l'harmonie. C'est la politico-diversité dans le monde comme la biodiversité. La démocratie imposée aveuglément à l'Afrique , elle tue : la démocratie ne marche pas dans certains pays!!! La chine applique une politique dans les intérêts du grand nombre. Les occidentaux sont individualistes et la démocratie peut marche et encore!!!
Réponse de le 27/02/2011 à 13:20 :
Suite : le parti communiste chinois n'est pas homogène : il y a aussi les opposants dans le parti, et cela un occidental n'arrive pas à comprendre. La chine doit être dirigée au détriment de la liberté de l'individu, si non ce sera l'anarchie dans un pays à un milliard 300 millions de personnes. Pour un occidental, c'est contraire à sa conviction. Je le comprends . Mais la survie de la chine doit passer par là malheureusement.
Réponse de le 27/02/2011 à 14:06 :
Suite: Quand vous dites que en occident, les gens et leurs droits sont mieux considérés : je crois qu'à force de vivre trop longtemps dans plusieurs pays, vous êtes coupé de la réalié: combien de gens sont stressés , déprimés, harcelés, méprisés en Occident. La médecine à plusieurs vitesses, vous le savez? Les gens bénéficient les aides médicales sont mal soignés , méprisés, le savez-vous?
a écrit le 24/02/2011 à 12:27 :
Comme partout ailleurs... Le "communisme" est vraiment un bon système. :-)
Réponse de le 25/02/2011 à 13:34 :
@ yvan: chaque système a ses défauts et ses qualités. Le gros défaut du communisme, c'était la liberté de circulation. Cela dit, ils avaient un logement gratuit au bout d'une quinzaine d'années, l'éducation, la santé, la retraite, etc. Il ne faut donc pas dire que tout était négatif, mais je sais, l'endoctrinement occidental nous fait croire que tout est tellement mieux chez nous :-) C'est comme je l'ai dit le syndrome de Stckholm :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :