Chine : fort recul du commerce extérieur au mois de mars

 |   |  509  mots
En mars, l'excédent commercial chinois s'est établi à 7,7 milliards de dollars, après un déficit de 23 milliards de dollars en février. (Photo: Reuters)
En mars, l'excédent commercial chinois s'est établi à 7,7 milliards de dollars, après un déficit de 23 milliards de dollars en février. (Photo: Reuters) (Crédits : reuters.com)
Après une chute de 18,1% au mois de février, les exportations chinoises ont encore baissé de 6,6% sur un an en mars. Deux mois consécutifs de dégradation qui représentent une première depuis 2009. Les importations ont aussi reculé de 11,3%.

Les mauvaises nouvelles s'enchaînent en provenance de Chine, malgré des messages rassurants des autorités. Les exportations en effet reculé de 6,6% en mars sur un an, après une chute de 18,1% en février, selon les douanes chinoises. Cela n'était pas arrivé depuis 2009, au plus fort de la crise, lorsque les économies occidentales à l'arrêt n'absorbaient plus la production chinoise. Les importations ont elles aussi participé au ralentissement du commerce extérieur, en chutant de 11,3% sur la même période. L'excédent commercial s'est ainsi établi à 7,7 milliards de dollars, après un déficit de 23 milliards de dollars en février.

Des résultats contraires aux prévisions

Le marché attendait plutôt une hausse des exportations de 4%, une augmentation de 2,4% des importations et un excédent de 900 millions de dollars.

Sur l'ensemble du premier trimestre, le exportations ont reculé de 3,4% sur un an et les importations ont crû de 1,6%, donnant un excédent commercial de 16,7 milliards de dollars, en baisse de près de 60% sur un an.

Le gouvernement exclut l'adoption de mesures importantes de soutien

Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a toutefois exclu jeudi des mesures importantes de soutien pour compenser les faiblesse momentanés de l'économie chinoise.

Le chef du gouvernement a précisé que la création d'emplois était la priorité soulignant, devant des investisseurs réunis sur l'île de Hainan, qu'une croissance un peu au-dessous de l'objectif officiel de 7,5% pour 2014 ne serait pas un problème.

"Nous ne prendrons pas, en réponse aux fluctuations momentanées de la croissance économique, des mesures de relance énergiques à court terme", a déclaré Li Keqiang. "A la place, nous allons nous concentrer sur un développement important à moyen et long terme."

Un objectif de croissance annuel de 7,5%

Selon le Premier ministre, la Chine est bien placée pour connaître un niveau de croissance raisonnable sur le long terme.

"Nous avons fixé notre objectif de croissance économique annuel autour de 7,5%", a-t-il rappelé. "Cela signifie qu'il y a une marge de fluctuation. Cela ne fait rien si la croissance économique est un peu plus élevée que 7,5% ou un peu plus basse que cela."

Déception des investisseurs

En raison d'une série pratiquement ininterrompue de données économiques décevantes cette année, les investisseurs spéculaient sur un assouplissement de la politique monétaire et budgétaire du gouvernement pour relancer l'activité. Mais pour l'heure, les autorités chinoises se sont montrées réticentes à toute mesure de relance de grande ampleur.

Le mois dernier, le gouvernement a néanmoins annoncé un certain assouplissement de la fiscalité pour les PME et des mesures pour accélérer les investissements dans les infrastructures.

Attente pour les chiffres du premier trimestre

Les chiffres de la croissance chinoise pour le premier trimestre seront publiés le 16 avril. Le produit intérieur brut (PIB) pourrait avoir progressé de 7,3% en rythme annuel, son taux le plus faible depuis le début 2009 dans les mois qui ont suivi la crise économique et financière de 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2014 à 9:05 :
"Un objectif de croissance annuel de 7,5%". Qui peut croire un instant que c'est tenable indéfiniment quand les économies européennes et américaines font entre 2.5 et 1%?
Réponse de le 10/04/2014 à 13:35 :
C'est ce qu'on appelle l'effet de rattrapage. La population chinoise est très loin d'être équipée comme les populations occidentales, et le PIB/hab chinois en PPA est encore environs 5 fois inférieur à celui des français. Donc la Chine a encore une marge de croissance considérable, que n'ont évidemment plus les pays occidentaux.
a écrit le 10/04/2014 à 9:01 :
dramatique car ce qui se passe en chine revele la fragilité de la croissance mondiale , la déflation menace un peu partout , si les chinois font la meme politique que les européens sur l'offre , ils vont dans le mur encore plus vite , eux aussi sont dans l'aveuglement , ils pensent que c'est juste un trou d'air , il risque que de s'agrandir , après l'aveuglement , la panique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :