Obama annonce un plan d'un milliard de dollars pour "rassurer l'Europe" de l'Est

 |   |  310  mots
Barack Obama a été reçu par son homologue polonais Bronislav Komorowski à l'aéroport de Varsovie. (Photo : Reuters)
Barack Obama a été reçu par son homologue polonais Bronislav Komorowski à l'aéroport de Varsovie. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Arrivé mardi en Pologne, le président américain a entamé une tournée européenne destinée à rassurer ses alliés face à la crise russo-ukrainienne. Le Congrès doit encore approuver l'initiative.

Le président américain Barack Obama a proposé mardi à Varsovie d'affecter jusqu'à un milliard de dollars (735 millions d'euros) pour déployer de nouvelles forces américaines, terrestres, aériennes et navales, en Europe de l'Est, préoccupée par la crise ukrainienne.

Cette "initiative pour rassurer l'Europe", baptisée "European Reassurance Initiative", doit encore être approuvée par le Congrès. Elle devrait aussi servir à développer les capacités de pays non membres de l'Otan, tels que l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, pour leur permettre de coopérer avec les États-Unis et leurs alliés occidentaux et renforcer leur propre défense, a indiqué la Maison Blanche.

Un déploiement qui ne se fera pas au dépend d'autres affectations

Dans ce cadre, l'US Navy doit notamment participer davantage au dispositif naval de l'Otan en mer Noire et en mer Baltique, souligne la présidence dans un communiqué.

"Nous revoyons la présence de nos forces en Europe à la lumière des nouveaux défis pour la sécurité du continent. Ces efforts ne seront pas mis en oeuvre aux dépens d'autres priorités en matière de défense, telles que notre engagement en faveur d'un recentrage dans la région Asie-pacifique."

Tournée européenne

Barack Obama doit encore rencontrer Petro Porochenko, vainqueur de la présidentielle ukrainienne du 25 mai qui prendra ses fonctions samedi et s'entretenir avec lui sur la situation avec la Russie. Car si elle a réglé lundi à Gazprom une partie de sa facture de gaz de plus de 2 milliards d'euros, l'Ukraine est toujours sous la menace d'une suspension des livraisons gazières, a fait savoir le Premier ministre ukrainien.

Après la Pologne, le président américain gagnera Bruxelles pour assister à un sommet du G7 puis se rendra en Normandie pour le 70e anniversaire du Débarquement. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2014 à 23:39 :
Le cinéaste Alexandre Sokourov, autorité morale en Russie et réalisateur russe le plus connu à l'étranger, a appelé Vladimir Poutine à libérer tous ceux qui sont emprisonnés pour leurs opinions politiques. "Combien dans notre pays sont privés de liberté!", a lancé le cinéaste en recevant un prix pour l'ensemble de son oeuvre à l'ouverture du festival Kinotavr à Sotchi (sud), cité par le journal d'opposition Novaïa Gazeta. Il a pris la défense de "ceux qui ont leur propre idée sur ce que doit être notre pays, qui ne correspond pas à celle des organes d'Etat". "Il y a toujours eu, il y a et il y aura toujours des gens qui défendront la démocratie dans notre pays, qui ne va pas bien en ce moment", a-t-il poursuivi. "Si je pouvais, je m'adresserais au président et je lui dirais: Monsieur le Président, libérez-les tous!", a-t-il encore lancé. Le journal en ligne gazeta.ru, qui relate aussi les faits, indique que la moitié des invités de la cérémonie d'ouverture du festival se sont levés pour applaudir. Alexandre Sokourov, 62 ans, qui a achevé avec "Faust", Lion d'Or 2011 à Venise, une tétralogie sur les dictateurs et la folie humaine, a fait entendre sa voix discordante ces dernières années dans la Russie de Vladimir Poutine. Alors qu'une centaine d'artistes russes, dont le chef d'orchestre Valéri Guerguiev et le cinéaste Pavel Lounguine avaient signé en mars une lettre de soutien à Vladimir Poutine à sa politique ukrainienne, Sokourov s'en est démarqué vendredi en prenant la défense d'un cinéaste ukrainien arrêté en Crimée et accusé de "terrorisme" dans la péninsule rattachée à la Russie. "A sa place, j'aurais moi aussi exprimé mon opinion politique", a-t-il déclaré. En 2012, il s'était joint à la lettre ouverte d'artistes d'opposition pour dénoncer les arrestations de manifestants à Saint-Pétersbourg, où il vit.
Réponse de le 04/06/2014 à 9:57 :
Quand on voit le traitement qui a été réservé aux indignés aux US, c'est juste des méthodes différentes. Mais la finalité est la même.
a écrit le 03/06/2014 à 23:20 :
Pourquoi l' Europe de l'ouest n'est capable de rassurer l'Europe de l'Est ? Pour rappelle l'Europe des 27 c'est 500 millions d'habitants contre 150 pour la Russie et une puissance économique de 16 634 milliards $ contre seulement 2 215 milliards $ pour la Russie.
Réponse de le 03/06/2014 à 23:30 :
Ce n'est pas une question de nombre d'habitants ou d'économie mais d'armes et de ressources. Où est la défense des 28 en dehors de l'Otan et quelle décision est commune en cas de conflit ? 28 pays ne se gèrent pas comme un seul (voir en plus par exemple l'équipement militaire polonais hybride !)
a écrit le 03/06/2014 à 22:01 :
J’espère que ce n'est pas avec l'argent de la BNP
a écrit le 03/06/2014 à 22:00 :
Et pendant ce temps la on execute des femmes a coup de missile a Donesk . Elle est belle
l europe qui veut donner des leçons d humanite a Assad. Et la BNP ils attendent quoi pour claquer la porte des US. A un certain moment ils faut en avoir assez dans le froc quoique ça coute, Proverbe" plaie d 'argent n est pas mortelle ". DE GAULLE reveille toi ils sont devenus fous !!
a écrit le 03/06/2014 à 18:22 :
Foutre le bordel ailleurs pour exister dans le monde, faut vraiment avoir un sérieux problème d'existentialisme dans l'oligarchie américaines .
a écrit le 03/06/2014 à 14:26 :
Un milliard ? peanuts ! mdr
Préparons nos abris c'est plus judicieux.
a écrit le 03/06/2014 à 13:26 :
Outch... Je viens de comprendre : c'est la BNP qui va payer le "milliard"... Bien joué, cowboys.
a écrit le 03/06/2014 à 13:23 :
L'Europe se fait envahir par les US. Ca "rassure"...
Réponse de le 03/06/2014 à 13:57 :
C'est vrai qu'ils n'auraient pas dû venir nous envahir en juin1944. "Libéré" par les soviets je suppose, c'est mieux !
a écrit le 03/06/2014 à 12:56 :
Combien de temps va t-il faire marcher la planche à billets ?
a écrit le 03/06/2014 à 12:14 :
"Un plan d'un milliard de dollars !" c-à-d, encore un investissemnt à l'américaine où ils y vont gagner le double (voire plus) avec leurs sociétés. Pauvre Ukraine, décidément ce pays et bel et bien fini.
a écrit le 03/06/2014 à 12:10 :
La Russie a officiellement informé l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) qu'elle suspendait sa coopération et ne participerait pas à la prochaine session de l'Assemblée qui doit avoir lieu cet été. L'Europe commence à perdre un allié de taille pour son avenir et se rallie avec une nation atlantique en total perte de vitesse et qui lui met encore un couteau dans le dos. On critique la politique des Etats-Unis mais on oublie que celle de l'Europe en est encore plus désastreuse. Adieu, l'Eurasie !
Réponse de le 03/06/2014 à 14:01 :
l'europe occidentale ne doit plus rien aux etats-unis, mais elle y demeure attachée par des raisons qu'on ne sait pas. quand interrogés, nos dirigeants invoquent une pléthore de clichés, la langue de bois d'habitude. en fait l'europe se veut plus maline que les usa mais elle en est plus dépendante qu'on l'imagine. même en questions de sécurité. donc l'europe n'a pas son mot à dire par rapport à tout ce que le département d'etat américacain préconise. on est des vassaux us et on en reste.
Réponse de le 03/06/2014 à 23:37 :
La Russie a envahi l'Europe en 45, les Etats-Unis l'ont libéré, c'est la différence majeure.
a écrit le 03/06/2014 à 12:00 :
Bonjour je vous informe d'un meurtre qui a eu lieu saint-denis en 2008 ou un jeune a été mis à mort et jetter le canal je vous informe que MR Ait-Hamed Fayçal ainsi que le gérant du café le Sym Mr Lecourt Ludovic y ont participer.
Réponse de le 03/06/2014 à 16:56 :
....?????........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :