L'Estonie est entrée en récession au deuxième trimestre

 |  | 161 mots
Lecture 1 min.
Andrus Ansip, le premier Ministre estonien, devra se retrousser les manches pour sortir de la récession. (c) Reuters
Andrus Ansip, le premier Ministre estonien, devra se retrousser les manches pour sortir de la récession. (c) Reuters (Crédits : Reuters)
L'économie estonienne va mal : au deuxième trimestre, le PIB recule de 0,2%. La prévision de croissance pour 2013 a été réduite de moitié.

L'Estonie, membre de la zone euro depuis le janvier 2011, est entrée en récession au deuxième trimestre de 2013, avec un recul de 0,2% de son produit intérieur brut (PIB) par rapport au trimestre précédent, selon une estimation officielle révisée, publiée lundi.

En glissement annuel, le PIB estonien a progressé de 1,0% au deuxième trimestre, selon le Bureau national des statistiques. Une première estimation, publiée début août, faisait état d'une hausse trimestrielle de 0,1% du PIB et d'une progression annuelle de 1,3%

Contraction

Au premier trimestre, l'économie estonienne avait déjà connu une contraction de 1,0% par rapport aux trois mois précédents mais une progression de 1,1% sur un an. Sur l'ensemble de 2012, le PIB de l'Estonie avait augmenté de 3,2%, en net ralentissement par rapport à la hausse record de 8,3% enregistrée en 2011.  Début septembre, le ministère estonien des Finances a réduit de moitié, à 1,5%, sa prévision de croissance pour 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2013 à 8:28 :
Article totalement sorti de son contexte qui donne l impression que Estonie=Grece. L economie estonienne est une des plus dynamiques d Europe. Sur les derniers trimestres la croissance etait de +3%, depuis la crise de 2008 le chomage est passe d environ 20% a moins de 10%, et tout cela en restant le pays le moins endette d Europe ! Alors meme si le pays fini l annee a 2%, c'est encore bien mieux que la moyenne de l UE !
a écrit le 09/09/2013 à 17:25 :
Bienvenue en zone euro !!! Ah ! Ah !

On peut pas dire que vous n'avez pas été prévenus pourtant...
Réponse de le 09/09/2013 à 17:53 :
Quel est la rapport entre la recession de l'Estonie et la zone euro ? Les principaux partenaires à l'exportation de l'Estonie sont la Finlance, la Suède et la Russie. 3 pays n'ayant rien à voir avec la zone euro. Votre commentaire est ridicule.
Réponse de le 09/09/2013 à 18:30 :
le rapport c'est la monnaie
Réponse de le 09/09/2013 à 20:41 :
Oui l'Estonie est dans la zone euro depuis janvier 2011 et ils ont toujours eu une croissance annuelle positive depuis cette date (pour 2013 la prévision est de +1.5% lisez l'article jusqu'au bout).
Quel est le rapport entre la récession et l'euro pour vous ? L'euro est trop évalué pour les exportations estoniennes ? Pourtant le cours euro / dollars n'a pas vraiment changé depuis 2011. Ou alors vous pensez que c'est la politique de prêt de la BCE qui est en cause ? Pourtant le gouvernement estonien ne veut pas s'endetter comme les pays d'europe occidentale et avant l'adoption de l'euro ils suivaient une politique monétaire qui était au moins aussi dure.
Bref l'équation euro = récession est pour le moins fumeuse surtout lorsque vous l'appliquez sur un pays qui fait toujours de la croissance...
a écrit le 09/09/2013 à 16:08 :
un pret de 10 milliards , puis restructuration du remboursement si besoin et enfin en dernier recours , effacement de la dette en attendant la prochaine demande de pret et hop , le tour est joué !
Réponse de le 09/09/2013 à 16:47 :
Vous voulez rembourser quoi avec vos milliards ? L'Estonie est le pays le moins endetté de l'UE (en valeur et en pourcentage du PIB) et il n'y a pas de souci de remboursement. Si vous lisez l'article jusqu'au bout vous verrez que la prévision de croissance en 2013 est de +1.5%. C'est faible par rapport aux autres années, mais c'est tout de même 4-5 fois plus que les prévisions les plus optimistes pour la France. Si le fait d'être en récession pendant un trimestre entraînait la banqueroute, la France serait au fond du trou depuis les années 70.
Réponse de le 09/09/2013 à 20:32 :
En écrivant le commentaire , je pensais aux faillites frauduleuses , qu'est-ce qui empeche un Etat d'agir de la meme manière !
Réponse de le 10/09/2013 à 0:06 :
En théorie rien mais cela aurait forcément des conséquences économiques pendant de long années. Un certain nombre de pays d'Afrique sont passés par là : endettement, restructuration de la dette, re endettement, re-faillite avec des élites corrompues ... Mais à long terme cela ne fait pas avancer l'économie.
Dans le cas de l'Estonie qui est très peu endettée et qui ne veut pas l'être, cela n'aurait pas d'intérêt. Dans la zone euro c'st plutôt des pays comme l'Italie ou la France qui pourraient penser à cette solution mais la crise sociale qui en résulterait est dissuasive (si l'état français ne paie plus les fonctionnaires ni ses fournisseurs c'est la majorité de l'économie française qui va à terre).
a écrit le 09/09/2013 à 15:00 :
Si je me souviens bien l'Estonie était donnée comme un vrai modèle à suivre par Bruxelles?
Réponse de le 09/09/2013 à 15:33 :
L'Irlande aussi.
Réponse de le 09/09/2013 à 16:04 :
Cela reste un exemple de reprise économique : croissance supérieure à 2% depuis 2010. Réduction du chômage de 19% en avril 2010 à 8.3% en avril 2013.
Mais comme tout économie il y a cycle et des période ou la croissance baisse, cela dit il la prévision de croissance reste à 1.5% en 2013, soit bien plus que la plupart des pays européen.
a écrit le 09/09/2013 à 14:57 :
Ils sont dans la zone euro, plus besoin de gonfler les statistiques.
Réponse de le 09/09/2013 à 16:09 :
Cela fait plus de 2 ans qu'ils sont dans la zone Euro donc l'argument ne tient pas vraiment. C'est même plutôt un pays qui joue franc jeu sur leur statistiques : en 2009 leur économie a plongé à -14% et ils n'ont pas essayé de le masquer en bidonnant les chiffres. Lorsqu'ils sont en croissance ils le disent, lorsqu'ils sont en récession aussi. Lorsque la France aura leur niveau de transparence économique et politique on en reparlera;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :