L'Etat australien cède un tiers de ses actions Telstra pour 2,4 milliards d'euros

 |   |  301  mots
La vente du premier tiers des actions détenues par le gouvernement australien dans le groupe de télécommunications national lui permet d'empocher l'équivalent de 2,4 milliards d'euros. Dans le cadre de la privatisation de Telstra, une nouvelle tranche du capital doit être mise sur le marché aujourd'hui.

Fin du premier acte pour la privatisation de Telstra. Le gouvernement australien a en effet annoncé ce matin qu'il avait bouclé la cession d'un premier tiers de sa participation dans le capital du géant national des télécommunications. Il récolte au passage près de 4 milliards de dollars australiens, soit l'équivalent de 2,4 milliards d'euros.

Cette première tranche du capital, réservée aux courtiers et intermédiaires financiers, sera suivie aujourd'hui d'une nouvelle mise sur le marché, d'un montant similaire d'environ 4 milliards de dollars australiens. L'offre de vente, cette fois-ci réservée aux particuliers et aux institutionnels, sera close le 9 novembre.

Au terme de cette étape, le gouvernement australien aura vendu les deux tiers de sa participation de 51,8% détenue dans le capital de Telstra. La part restante sera transférée à un fonds d'investissement et destinée intégralement au paiement de la retraite des fonctionnaires.

A l'origine, le gouvernement avait envisagé de mettre sur le marché l'intégralité de sa participation dans le groupe de télécommunication mais la chute des cours de l'action Telstra l'a contraint à réduire l'ampleur de l'opération. Canberra a même longtemps hésité, face aux critiques l'accusant de vouloir brader des actifs publics.

Fragilisé par une baisse de son chiffre d'affaires dans la téléphonie fixe et des résultats médiocres, le groupe a dû notamment revoir à la baisse ses objectifs à l'horizon 2010. Face aux exigences de l'autorité de régulation australienne, Telstra avait par ailleurs renoncé en août dernier à un investissement de 1,7 milliard d'euros dans un réseau en fibres optiques qui devait initialement relier les cinq principales villes australiennes. Une décision qui par effet ricochet a affecté l'équipementier Alcatel, pressenti pour être le principal fournisseur de ce grand projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :