Renault lourdement attaqué sur ses marges en 2005

 |   |  372  mots
Le groupe a enregistré une marge opérationnelle de 3,2% l'an dernier. En 2004, la marge avait été de 5,2%. En revanche, il affiche un résultat net record en 2005, à 3,367 milliards d'euros.

Renault n'est pas à la fête. Le constructeur automobile français a enregistré en 2005 un résultat très mitigé. Alors qu'il a vu ses ventes d'automobiles progresser de 1,7% à 2,533 millions de véhicules, franchissant pour la première fois de son histoire les 2,5 millions de véhicules vendus, sa marge reste sous pression. Le résultat d'exploitation atteint 1,514 milliard d'euros, contre 1,872 milliard d'euros en 2004. Alors que le chiffre d'affaires s'élève à 41,338 milliards d'euros, en hausse de 1,9%, le groupe a enregistré une marge opérationnelle de 3,2%. La marge d'exploitation est ainsi en très forte baisse par rapport à l'année précédente, où elle s'était inscrite à 5,2%.

En termes de résultat net, le groupe affiche toutefois un bénéfice record, avec 3,367 milliards d'euros de bénéfice net part du groupe en 2005, contre 2,836 milliards d'euros un an plus tôt. Le groupe profite en effet des bons résultats des entreprises dans lesquelles il a des participations. Son partenaire Nissan a d'ailleurs contribué à hauteur de 2,2 milliards d'euros au bénéfice global.

"La branche Automobile dégage une marge opérationnelle de 858 millions d'euros, soit 2,2% du chiffre d'affaires contre 1.654 millions d'euros en 2004 (4,3 %)", détaille le groupe dans un communiqué. "En 2005, Renault bénéficie de la progression de la rentabilité de ses activités à l'international mais enregistre cependant une baisse sensible de la contribution de ses ventes en Europe en raison notamment d'une phase moins favorable de son cycle produit", commente le groupe.

Côté perspectives, Renault restera en tout cas sous pression en 2006. "Renault prévoit en 2006 un marché automobile en légère baisse en Europe et en progression dans les autres principaux pays où l'entreprise est implantée", explique le constructeur.

Surtout, le groupe prévoit une nouvelle érosion de sa rentabilité opérationnelle."Avec des coûts de matières premières plus élevés qu'en 2005, dans un marché européen très compétitif et compte tenu de progrès continus à l'international, Renault prévoit de réaliser en 2006 une marge opérationnelle de 2,5% du chiffre d'affaires et un volume stable par rapport à 2005".

A la Bourse de Paris, Renault gagne 0,99% à 76,40 euros, à la clôture, après avoir commencé la journée en baisse sensible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :