Le CAC termine près de l'équilibre

 |   |  774  mots
Paris clôture en recul limité, après s'être rattrapé dans la dernière heure des échanges. A la clôture, le CAC 40 cède 0,06% à 4.934,59 points. La séance a été animée par les opérations de capital, après notamment l'annonce du rachat de l'italien BNL par BNP Paribas pour 9 milliards d'euros.

En hausse ce matin, Paris a dérivé le reste de la séance... et a redressé la barre dans les derniers échanges. D'abord portées en hausse après l'annonce du rachat de l'italien BNL par BNP Paribas, les valeurs financières ont réduit leur avance en cours de séance, diminuant d'autant leur soutien au marché. A l'inverse, la tendance a été nettement alourdie par les pertes de BNP Paribas et de Sanofi-Aventis. En hausse de presque 4% après deux semaines presque ininterrompues de baisse, Accor confirme son rebond. D'une manière plus générale, la séance a été animée par les opérations de capital après, outre l'opération BNL-BNP, le rachat des minoritaires de Lafarge North America par sa maison mère.

A la clôture, le CAC 40 cède 0,06% à 4.934,59 points dans un volume d'affaires de 4,4 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie prend 0,23% à 5.772,40 points et, à Francfort, le Dax s'octroie 0,17% à 5.666,78 points. A New York, le Dow Jones gagne 0,10% à 10.804,11 points.

Le baril de brut léger américain gagne 40 cents à 65,75 dollars sur fond de recrudescence des tensions avec l'Iran. Téhéran a en effet mis fin aux visites de l'Agence internationale de l'énergie atomique sur ses sites nucléaires après la saisine par cette dernière du Conseil de sécurité de l'ONU. Le dollar progresse à 1,1969 pour 1 euro, conservant les gains consécutifs aux chiffres de l'emploi américain, qui laissent entrevoir une poursuite du cycle de hausse des taux de la Fed.

Sur le plan économique, les commandes à l'industrie allemande ont diminué de 1,6% en décembre. Aucune statistique américaine ne figurait au programme de l'après-midi.

Lafarge progresse de 3,47% à 89,50 euros. Le cimentier a annoncé le lancement d'une offre de rachat sur les 46,8% de sa filiale Lafarge North America qu'il ne détient pas pour un montant de 3 milliards de dollars. Lafarge propose 75 dollars par action Lafarge North America, soit une prime de 16,7% par rapport au cours de clôture de vendredi (64,25 dollars). Le cimentier indique que l'offre, qui sera financée par la dette, aura un impact immédiatement positif sur le bénéfice par action.

BNP Paribas perd 2,05% à 71,65 euros. L'établissement projette de lancer une offre sur la banque italienne Banca Nazionale del Lavoro (BNL) pour un montant de près de 9 milliards d'euros. La banque française a conclu un accord avec treize actionnaires de la BNL, qui détiennent 48% du capital, en vue de leur racheter leur participation au prix de 2,925 euros par action, valorisant l'ensemble de l'établissement à 8,96 milliards d'euros. L'opération sera en partie financée par une augmentation de capital de 5,5 milliards d'euros. Cette opération relance les spéculations de concentration dans le secteur bancaire. Dexia s'octroie 1,38% à 20,59 euros, la Société Générale 0,46% à 109,70 euros, tandis que le Crédit Agricole cède 0,17% à 29,05 euros. Goldman Sachs a relevé sa recommandation sur le secteur bancaire européen de " neutre " à " attrayant " pour des raisons de valorisation.

Faurecia cède 0,28% à 53,15 euros. L'équipementier automobile a accusé une perte nette de 182,5 millions d'euros en 2005, contre un bénéfice de 130,7 millions en 2004. La marge opérationnelle recule de 33,6% à 267,2 millions d'euros. Le chiffre d'affaires progresse de 2,4% à 10,97 milliards d'euros. Faurecia ne versera pas de dividende au titre de l'exercice 2005. Pour 2006, l'équipementier automobile table sur " une croissance soutenue hors d'Europe et une activité faible en Europe ", et envisage le paiement d'un acompte sur dividende " si les résultats du premier semestre le permettent ".

Michelin s'apprécie de 2,94 % à 52,50 euros, toujours porté par un relèvement de recommandation d'Exane BNP Paribas. L'intermédiaire est en effet passé de " neutre " à " surperformance " sur le titre, estimant que le marché du pneu de remplacement pour poids lourds va se redresser en Europe.

Arcelor prend 2,55 % à 31,31 euros. Son PDG Guy Dollé devait rencontrer ce matin le Premier ministre belge au sujet de l'offre hostile de Mittal Steel. La région wallonne détient 2,3% du capital d'Arcelor.

France Télécom perd 1,16 % à 17,93 euros à l'image des autres opérateurs télécoms. Goldman Sachs a dégradé le secteur européen de " neutre " à " prudence " en raison de notamment de la hausse des investissements et des pressions sur les marges. L'intermédiaire est à " sous-performance " sur Deutsche Telekom, KPN et Telecom Italia.

Enfin, Ciments Français progresse de 2,07 % à 118,50 euros. Le cimentier a fait état d'une croissance de 17,5% de son chiffre d'affaires à 3,59 milliards d'euros en 2005. A périmètre et taux de change constants, la croissance ressort à 8%. Le groupe confirme que la consolidation de ses activités égyptiennes permettra " une amélioration sensible des résultats de l'année 2005 par rapport à 2004 ".


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :