Carrefour toujours sous pression

 |   |  526  mots
Le groupe de distribution a enregistré une hausse de 6,1% de son chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année 2005 grâce aux ouvertures de magasins et à l'international. Cependant, l'activité française reste morose.

Au terme d'une année de réorganisation managériale, Carrefour reprend des couleurs, malgré un environnement économique toujours difficile. Mis à mal en 2004 en raison d'une forte concurrence sur ses réseaux d'hypermarchés, le géant français de la distribution a annoncé mercredi soir qu'il avait enregistré en 2005 un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 6,1%, à 83,7 milliards d'euros. Ce qui représente une progression de 0,9% du chiffre d'affaires à magasins comparables. A taux de change constants, la progression du chiffre d'affaires annuel est de 4,3%. Cette croissance intervient "dans un marché pourtant caractérisé par de faibles volumes et une déflation", souligne le groupe dans un communiqué publié mercredi soir.

Dans le détail, la croissance du groupe est nettement soutenue par l'international, avec de bonnes performances en Europe, Asie et Amérique Latine, selon Carrefour. Les ventes à l'international progressent de 7,5% en 2005 à taux de changes constants. "Carrefour a nettement renforcé ses positions dans tous les pays clés grâce à ses efforts d'optimisation de son portefeuille d'actifs", ajoute le groupe.

A l'inverse, la situation en France reste tendue, avec une hausse de 1,2% du chiffre d'affaires. Cette croissance, déjà faible, a été soutenue par l'ouverture de magasins, puisqu'à magasins comparables, la croissance des ventes n'est que de 0,7%. Reste que Carrefour a réussi à redresser la barre tout au long de l'année en France. "Les efforts continus en matière de compétitivité en France ont permis au groupe de regagner des parts de marché chaque trimestre de l'année", se félicite-t-il. En 2005, la part de marché des hypermarchés est en hausse de 0,3% en alimentaire, selon les chiffres de l'institut Secodip. La part de marché totale du groupe est en hausse de 0,6% sur l'année, "soit la première hausse en année pleine depuis 2000", ajoute Carrefour, qui laisse cependant entendre que la rentabilité reste sous pression. "Ces efforts de compétitivité devraient peser sur notre contribution d'activité en France en 2005", avertit Carrefour.

Pourtant, si le groupe reste serein vis-à-vis de ses perspectives, puisqu'il annonce une accélération de sa croissance en 2006, la Bourse reste frileuse à l'égard du titre. Au lendemain de l'annonce, l'action perd 2,32% à 40,05 euros à la clôture. "Certes, l'exercice 2005 reste celui du redressement des ventes et clairement Carrefour a rempli ses objectifs à l'égard de la communauté financière sur plusieurs points clés. Pour autant, la publication d'hier soir n'a pas comblé totalement nos espérances", explique Guy Francheteau, analyste chez Fideuram Wargny, dans une note. En outre, l'inquiétude affichée par Carrefour sur ses marges pèse sur le titre.

"Alors que le marché anticipait une amélioration des ventes en fin d'année grâce à une période de Noël satisfaisante, les chiffres publiés sont décevants et ne nous rassurent pas sur les perspectives 2006, notamment en ce qui concerne la consommation des ménages en Europe", ajoutent les analystes de la société de Bourse Global Equities, qui précisent: "L'évolution des marges dans un contexte de modification de la loi Galland reste le grand facteur d'incertitude, alors que les négociations avec les industriels ne sont pas encore achevées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :