Les marges de Nokia toujours sous pression

 |   |  363  mots
En 2005, le premier fabricant mondial de portables continue de gagner des parts de marché. En revanche, les marges ne parviennent pas à suivre.

Vaut-il mieux gagner des parts de marché ou maintenir ses marges? Encore et toujours, le dilemme est le même pour Nokia. Le premier fabricant mondial de téléphones portables a publié des résultats en baisse pour son quatrième trimestre, et ce même si le groupe a creusé un peu plus l'écart avec ses concurrents. Le bénéfice net est resté quasi-inchangé à 1,07 milliard d'euros, soit 25 centimes d'euros par titre contre 24 centimes un an avant. Mais en volume, Nokia a écoulé 27% de mobiles supplémentaires qu'il y a un an.

En 2005, le chiffre d'affaires de Nokia a progressé de 16% à 34,2 milliards d'euros, quand le résultat opérationnel n'enregistre qu'une hausse limitée de 7% à 4,6 milliards d'euros. Globalement, la part de marché a atteint 33%.

Revers de la médaille, la marge opérationnelle dans les mobiles a continué de décevoir les analystes. Elle est ressorti au quatrième trimestre à 13,2% contre 15,3% un an avant. Il faut dire que le prix de vente moyen des portables est tombé à 99 euros, en dessous des 100 euros pronostiqués par les marchés, et ce en dépit des efforts faits par le groupe pour tenter d'écouler plus de mobiles à haute valeur ajoutée aux Etats-Unis et en Europe. Les résultats de Nokia continuent ainsi de pâtir de sa politique d'expansion dans les pays émergents comme l'Inde, la Chine ou même l'Amérique latine. Dans ces zones, les taux et les potentiels de croissance sont certes énormes, mais pour le moment, la demande est essentiellement tournée vers les mobiles d'entrée de gamme, très peu chers.

Pour 2006, Nokia a maintenu son objectif d'une croissance en volume de 10%. La part de marché du groupe devrait rester inchangée ou bien être en légère hausse au premier trimestre. Et les marges devraient continuer à être sous pression. Nokia ne s'attend pas à voir le prix de vente des combinés augmenter en 2006. Au contraire, dans le meilleur des cas, il sera stable sur l'année, et il pourrait même baisser, en raison de "l'impact des marchés émergents".

A Helsinki, le titre Nokia recule de 1,52% en fin de séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :