Le CAC 40 enlisé avec Total

 |   |  773  mots
A l'instar de l'ensemble des grands indices européens, Paris termine la séance en recul. Le CAC 40 clôture en effet en baisse de 0,34% à 4.801,49 points, après un rebond de 2,6% la semaine dernière et à trois jours de la prochaine réunion de la Fed. Total a en particulier pesé sur la tendance.

Paris termine en repli, au seuil des 4.800 points. Après un rebond de 2,6% la semaine dernière, les dégagements l'ont emporté sur les valeurs de l'indice en vue de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, mercredi et jeudi prochains. Sujet à des prises de bénéfices, sur fond de léger repli des cours du pétrole, Total a en particulier pesé sur la tendance. Il est vrai qu'Arcelor n'ayant pas été réintégré dans le CAC 40, l'indice n'a pas pu profiter de la forte hausse du titre, après la reprise de cotation consécutive à l'annonce d'un accord avec Mittal.

Si l'indice de référence parisien termine en recul, les petites et moyennes valeurs finissent en hausse, comme en témoigne la progression d'environ 0,3% des indices CAC Next 20 et CAC Mid 100, ainsi que celle de 0,7% du Mid & Small 190. Sur le CAC 40, EADS poursuit son rebond alors que Thierry Breton espère trouver rapidement une solution à la crise. En dehors de l'indice, Alstom bénéficie de l'annonce de sa prochaine entrée dans le CAC 40 tandis que Nexans est dopé par le relèvement de ses prévisions.

A la clôture, le CAC 40 cède 0,34% à 4.801,49 points dans un volume d'affaire de 4,8 milliards d'euros traités sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie cède 0,12% à 5.685,10 points et, à Francfort, le Dax cède 0,27% à 5.514,63 points. A New York, le Dow Jones prend 0,16% à 11.006,62 points.

Le dollar se replie à 1,2554 pour 1 euro dans des transactions nerveuses alors que les cambistes considèrent comme acquise une dix-septième hausse des taux de la Fed à 5,25% jeudi. Le baril de brut cède 7 cents à 70,80 dollars, tout en demeurant près des 71 dollars sur fond de demande croissante d'essence aux Etats-Unis.

Sur le plan macro-économique, le moral des industriels français s'est tassé en juin, l'indicateur synthétique de l'Insee ressortant à 107, contre 108 en mai et 109 en avril. La balance courante de la zone euro est ressortie à l'équilibre en avril, après un déficit de 1,8 milliard d'euros en mars. Aux Etats-Unis, les ventes de logements neufs ont progressé de 4,6% le mois dernier, au rythme annualisé de 1,234 million d'unités, après une hausse de 5,9% (révisé de +4,9%) en avril. Les économistes tablaient sur 1,15 million d'unités en rythme annualisé en mai, après 1,180 million (révisé de 1,198 million) en avril.

EADS progresse de 3,32% à 22,75 euros. Les principaux actionnaires du groupe d'aéronautique et de défense se sont rencontrés samedi afin de trouver une solution à la crise. Thierry Breton s'est donné jusqu'à ce soir pour parvenir à un accord avec les actionnaires français et allemands. Par ailleurs, Noël Forgeard, le co-président du groupe, devrait être auditionné à huis clos mercredi par les commissions des Finances et des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

L'action Arcelor est en hausse de 7,94% à 37,80 euros, après sa reprise de cotation à 13 heures. Le groupe a accepté hier de fusionner avec Mittal Steel, qui a relevé son offre de 10% à 25,6 milliards d'euros, soit 40,40 euros par action, et accepté d'être minoritaire au sein de la nouvelle entité, Arcelor-Mittal. Le russe Severstal, qui avait conclu un accord de fusion avec Arcelor, a indiqué qu'il étudiait " toutes les options ". A Amsterdam, l'action Mittal Steel cède 1,07% à 25,05 euros.

Le Crédit Agricole cède 0,35% à 28,30 euros. La banque verte a annoncé qu'elle n'avait aucune raison de surenchérir sur la banque grecque Emporiki, qui fait l'objet d'une contre-offre de Bank of Cyprus.

En dehors de l'indice, Alstom grappille 0,07% à 68,30 euros. Le titre va faire son entrée dans le CAC 40 en remplacement de Thales le lundi 31 juillet, a annoncé Euronext. Thales gagne 0,43% à 30,42 euros.

Nexans avance de 2,63% à 58,60 euros. Le spécialiste des câbles a révisé en hausse ses objectifs pour le premier semestre et l'ensemble de l'exercice 2006. Le groupe prévoit ainsi une croissance organique de 10% à 11% de son chiffre d'affaires, à cours du cuivre, périmètre et taux de change constants, contre une hausse de 8% à 10% auparavant. La marge opérationnelle est attendue à 4,5%, contre une précédente fourchette comprise entre 4,3% à 4,5%. Pour l'ensemble de l'exercice, Nexans vise une croissance de ses ventes " très largement supérieure " aux 4% à 5% estimés en février.

Scor gagne 1,81% à 1,69 euro. Le réassureur a annoncé que la valeur intrinsèque de sa division assurance vie européenne avait augmenté de 12% à 693 millions d'euros à la fin 2005. Cette division représente environ la moitié du chiffre du groupe.

Enfin, Bull s'apprécie de 9,40% à 5,47 euros à la suite d'un article de La Tribune selon lequel Yazid Sabeg, le principal actionnaire de CS, étudierait la possibilité de faire une offre sur le groupe informatique.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :