PPR : les soldes n'auront pas lieu !

Contrairement à ce que l'on aurait pu croire il y a quelques mois, PPR ne sera pas contraint par sa situation financière de précipiter sa mue. Le marché salue cette perspective par une hausse de plus de 2% du titre
(Crédits : Tribune)

Les crises constituent souvent un bon prétexte pour les grandes opérations de toilettage. Reste ensuite à déterminer le motif du changement. Pour PPR, il s'agirait plutôt du fruit d'une remise en cause stratégique que de la conséquence d'un besoin urgent d'argent frais. Même si de nombreux observateurs pensaient le contraire il y a encore quelques mois. Jusqu'à ce que François-Henri Pinault, le président du groupe, démontre une certaine capacité à gérer sa mue sans précipitation. La relative solidité des résultats annuels y contribue.

Non seulement le taux de marge opérationnelle courante s'est stabilisé à 8,4% en dépit d'un chiffre d'affaires en recul de 4%. Mais PPR a également diminué son endettement net de 1,1 milliard d'euros, grâce notamment à la cession réussie de son bloc de contrôle détenue dans CFAO sur le marché. Dès lors, les investisseurs accueillent plutôt bien la perspective d'un recentrage en douceur du groupe sur les grandes marques de luxes et grand public matérialisé, entre autres, par le rachat de Puma en 2007.

Et pour cause. En communiquant sur sa volonté de s'accorder deux, voire trois ans pour la vente de ses actifs non stratégiques, au premier rang desquels figurent la Fnac et Conforama, François-Henri Pinault a clairement donné un signe positif au marché. Les propos du dirigeant sont en effet de nature à dissiper les craintes de voir la société écouler son patrimoine à vil prix et donc, in fine, de procéder à des opérations destructrices de valeur pour l'actionnaire. Reste maintenant à confirmer le tir en saisissant les bonnes opportunités d'acquisitions qui façonneront le giron du nouveau PPR.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.