-10% en une semaine : la Bourse de Paris entre en correction

 |   |  564  mots
(Crédits : ALY SONG)
Le CAC a encore fortement reculé ce jeudi, perdant plus de 3%. La baisse affecte l'ensemble des Bourses mondiales, alors que les craintes sur le coronavirus ne faiblissent pas.

Les indices boursiers mondiaux s'enfonçaient dans la dépression jeudi, balayant la furtive stabilisation de la veille, tandis que l'épidémie de nouveau coronavirus s'étend à travers la planète.

A la clôture, le CAC 40 affiché un repli de 3,3%, repassant sous la barre des 5.500 points. Cela représente désormais une baisse de 10% en une semaine, faisant entrer l'indice parisien dans une correction. Forte baisse également à Francfort (-3,1%), à Londres (-3,4%) et à Milan (-2,6%) ou encore à Madrid (-3,3%)

A Wall Street, à la mi-séance, l'indice Dow Jones chutait de 2,59%, entrant lui aussi en correction, affichant une chute de 11% sur les deux dernières semaines. Plus tôt dans la journée, la Bourse de Tokyo avait terminé la séance sur un repli de 2,1%3.

Dans le même temps, le pétrole poursuivait sa dégringolade jeudi: -4%, à 46,76 dollars pour le baril WTI. A l'inverse les valeurs refuges faisaient le plein, à commencer par la dette des pays les plus solides. Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne descendait nettement, signe d'une forte demande, tout comme celui des Etats-Unis évoluait à de nouveaux plus bas historiques à 1,28%.

Outre les inquiétudes croissantes liées au coronavirus, les marchés affrontent des "vents de panique sur des seuils techniques" qui entraînent "des ventes forcées", c'est-à-dire intervenant automatiquement en se basant sur des algorithmes, explique à l'AFP Laurent Gaetani, gérant chez Degroof Petercam.

L'anxiété des investisseurs grimpe à mesure que l'épidémie de Covid-19 se répand à travers la planète et "si jamais le coronavirus devait arriver vraiment aux Etats-Unis, il est possible que la chute s'accentue", même si le président américain Donald Trump s'est voulu rassurant mercredi soir, poursuit le spécialiste.

Le nouveau coronavirus a contaminé plus de 81.000 personnes et fait plus de 2.760 morts dans le monde. Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a estimé jeudi que l'épidémie a atteint un "point décisif", appelant les pays à agir "rapidement" pour endiguer ce "virus très dangereux".

L'épidémie semble avoir atteint un pic en Chine où le nombre de décès quotidiens continue de diminuer. Mais le Covid-19 concerne désormais une quarantaine d'autres nations. Symbole s'il en est, l'Arabie saoudite a suspendu l'entrée sur son territoire des pèlerins se rendant à la Mecque. Le nouveau coronavirus a également débarqué en Amérique latine, en débutant par le Brésil.

L'espoir de mesures de soutien

Face à cette diffusion, plus personne ne doute de l'impact de l'épidémie sur la croissance mondiale, même s'il est encore difficile à évaluer. D'ores et déjà, nombre d'entreprises ont révisé leurs objectifs à la baisse ou fait montre de prudence en faisant sans aucune ambiguïté le lien avec le coronavirus, à l'instar de la banque Standard Chartered, du numéro un mondial de la bière AB InBev, ou du groupe aérien Air France-KLM.

Dans l'Union européenne, Bruxelles envisage de proposer dans un mois, si c'est nécessaire, "des mesures d'accompagnement" aux secteurs économiques fragilisés par le coronavirus, a indiqué jeudi le commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton. "Une réponse de politique monétaire est possible, les marchés jouent avec l'idée de baisse des taux aux Etats-Unis" pour soutenir l'économie, écrit aussi La Banque Postale Asset Management dans une note.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2020 à 8:37 :
La finance étant hypertrophiée par la cupidité des mégas riches, ce n'est pas un mal.
a écrit le 28/02/2020 à 7:14 :
Etant donné que le gouvernement ne fait rien, on est déjà en droit de se dire que le virus est déjà partout en France...
a écrit le 27/02/2020 à 20:54 :
Ben il suffit de mettre en 40 aine les bourses ..
Pour cause de virus
Et en meme temps ca agacera quelque spéculateurs ..
a écrit le 27/02/2020 à 19:57 :
encore un peu de baisse et je me jette sur les actions a l'achat !
a écrit le 27/02/2020 à 19:35 :
Correction votre honneur...

Toute l'information doit être dans le marché de manière instantanée comme par magie !
Aussi pour réaliser la prophétie de la main d'Adam Smith on a mis en place les robots électroniques qui font chuter "les marchés" de manière abrupte à la vitesse de la lumière de sorte qu'aucun humain normalement constitué ne puissent jouer avec les grands blancs de la place...
Et ils continuent à vendre des ordre stop loss aux naifs... comme protection ouarf !
Tout ça avec la collaboration des zautorités de marché, les régulateurs, la police des moeurs financière... Truands à tous les étages !
a écrit le 27/02/2020 à 19:19 :
Il serait bon que nos autorités se penchent à l’occasion d'un bon déjeuner par exemple, sur les fragilités des édifices qu'ils ont organisé. Ainsi, un virus à peine plus dangereux que notre gripette et qui ne tue que les P'tits vieux et les faiblards risque de créer un effondrement économique - combien de morts? Si nous étions en face d'Ebola ou d'une bonne peste je comprendrais mais là, que va retenir l'histoire déjà la crise de 29 (et même 2008) est un tantinet difficile à expliquer mais là il va falloir trouver des bataillons de communicants.
Réponse de le 27/02/2020 à 20:30 :
Apparemment vous n'avez pas reçu la mise à jour , méfiez vous des virus que nous connaissez encore pas . Vous pouvez touchez une poignet de porte , ou toute autres objets , le piège est là ! parce qu'en réalité ce virus est bien plus persistant que l'on ne veut l'avouer .
a écrit le 27/02/2020 à 17:15 :
Cette situation, en pleine période de réforme des retraites devrait amener nos "dirigeants" Lrem(vendus?) à se poser les bonnes questions sur la retraite par capitalisation.
Pas de dividendes... pas de "sous-sous" pour payer les retraites.
Pire, si la situation s'envenime, certains fonds de pension, des entreprises pourraient bien disparaître, engloutissant dans leur chute les économies de millions de retraités, entre autres américains.
Réponse de le 27/02/2020 à 18:38 :
Qui a parlé de créer un système de retraite par capitalisation, au juste ?
Réponse de le 27/02/2020 à 19:36 :
Personne n'a parlé de retraite par capitalisation. Le projet de loi en cours n'est toujours hélas (à mon goût) q'une retraite par répartition ou la répartition des cotisations des actifs vers les retraités se fait en fonction des points accumulés durant la vie active de la même manière que fait depuis toujours l'AGIRC-ARRCO. Deuxièmement, l'investissement boursier est un investissement de long terme et les hauts et bas de la bourse sont lissés dans le temps. Moi qui investit mes modestes économies en bourse depuis le début des années 90, je n'ai pas à me plaindre malgré les différentes hausses et baisses qu'a subit la bourse depuis. Il faut noter aussi que les dividendes sont lissées dans le temps et que les entreprises les maintiennent dans le long terme sauf faillite bien sûr. Mais comme on ne doit jamais mettre tous les oeufs dans le même panier, les risques sont quasi nuls. Les grandes baisses sont autant d'opportunités pour venir sur le marché boursier, car après la pluie il y a toujours le beau temps. Cependant c'est comme dans un bouchon, on ne peut distinguer les deux chevaux, des Ferraris car les 2 sont arrêtées, mais au démarrage, l'un va filer plus vite que l'autre. Donc il faut bien étudier sa cible et ne pas confondre un cheval de trait avec un cheval de course.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :