Wall Street en légère baisse après les mauvais chiffres de l'immobilier

 |   |  760  mots
Les places américaines sont en léger repli ce mardi après la publication de très mauvais chiffres sur le marché de l'immobilier, tombés à leur plus bas niveau historique. Le Dow Jones perd ainsi 0,37% à 8.473 points, le Nasdaq recule de 0,54% à 1.723 points et le S&P 500 cède 0,34% à 906 points.

Wall Street s'affiche à nouveau à la baisse ce mardi, les statistiques immobilières ayant déçu les marchés, touchant leur plus bas niveau historique. En outre, les investisseurs s'attendaient à ce que Home Depot revoit à la hausse ses prévisions pour l'ensemble de l'année, comme l'avait fait lundi son concurrent Lowe's. Portées par cette dernière annonce, ainsi que par les valeurs bancaires et pétrolières, les places new-yorkais ont rebondi lundi, alors que la semaine précédente avait été marquée par un fort repli. Mais ce rebond ne se confirme pas.

Trente minutes après l'ouverture des échanges, le Dow Jones perd ainsi 0,37% à 8.473 points, le Nasdaq recule de 0,54% à 1.723 points et le S&P 500 cède 0,34% à 906 points.

Sur le front des statistiques, les mises en chantier de logements ont encore fortement chuté en avril, reculant de 12,8% par rapport au mois de mars. En rythme annuel, leur nombre est tombé à son plus bas niveau depuis la publication de cet indicateur à 1959, à 458.000 unités. Les marchés s'attendaient à 520.000 mises en chantier sur un an. Et les perspectives pour le marché de la construction américain ne sont guère plus réjouissantes. Les demandes de permis de construire ont en effet reculé de 3,3% en avril, par rapport au moins précédent, pour toucher 494.000 unités en rythme annuel. Au plus bas depuis la création de cette série statistiques en 1960. Cette nouvelle chute n'avait pas été anticipée par les économistes, qui misaient sur un rebond de l'indicateur à 533.000 permis délivrés.

Du côté des valeurs, Home Depot cède 5,27% à 24,65 dollars, malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le titre avait nettement grimpé lundi après les excellents chiffres de son concurrent Lowe's, les marchés anticipant une bonne surprise en provenance du numéro un américain des magasins de bricolage et d'aménagement intérieur. Le bénéfice net du groupe a progressé de 44% au titre de son premier titre grâce à une base de comparaison comparable, à 514 millions de dollars. Cela représente 35 cents par action hors exceptionnels, soit 6 de mieux que le consensus. Le chiffre d'affaires est également légèrement supérieur aux attentes, à 16,2 milliards de dollars, en baisse de 9,7% sur un an.

Contrairement à Lowe's, Home Depot s'est contenté de confirmé ses objectifs annuels. Les investisseurs s'attendaient à ce que l'enseigne se montre plus optimiste pour le reste de l'année et la sanctionnent donc.

La chaîne de vêtements American Apparel plonge de 23,03% à 4,21 dollars. Le groupe a publié lundi soir une perte de 9 millions de dollars au premier trimestre, contre un bénéfice de 1,1 million de dollars l'an passé à la même époque. Son chiffre d'affaires a pourtant progressé de 2,4% sur la période, à 114,3 millions de dollars. Côté perspectives, American Apparel a abaissé ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'année, ne tablant plus que sur des ventes comprises entre 550 et 575 millions de dollars, contre 600 millions initialement espérés.

Sur le secteur financier, JPMorgan perd 1,50% à 36,70 dollars, Goldman Sachs cède 0,71% à 142,14 dollars et Morgan Stanley abandonne 0,64% à 28,10 dollars. Les trois banques auraient l'intention de rembourser au plus vite les sommes remboursées par l'Etat américain dans le cadre du plan Tarp (25 milliards de dollars pour la première, 10 milliards pour les deux dernières), affirme ce mardi le Financial Times. Pour cela, ces établissements ont besoin de prouver leur bonne santé financière afin d'obtenir l'accord du Trésor et ainsi échapper aux contraintes liées à ces prêts publics, notamment en matière de rémunération des dirigeants.

American Express, qui a reçu 3,4 milliards de dollars en janvier dernier, est également concernée par cette procédure de remboursement. Le groupe américain de services financiers a par ailleurs annoncé ce mardi de nouvelles mesures de restructuration, pour économiser 800 millions de dollars supplémentaires. American Expresse prévoit notamment la suppression de 4.000 emplois dans le monde, soit 6% de ses effectifs. Au premier trimestre, les profits du groupe ont fondu de 63%, à 361 millions de dollars. Après ces différentes annonces, le titre cède 2,22% à 25,55 dollars.

Enfin, Medtronic abandonne 2,77% à 33,02 dollars. Le laboratoire a fait état d'une chute de son bénéfice net sur le quatrième trimestre de son exercice décalé 2008-09, à 250 millions de dollars. Hors éléments exceptionnels, les profits s'élèvent à 82 cents par action, un chiffre conforme aux attentes des marchés. Alors que son chiffre d'affaires a baissé de 1%, à 3,83 milliards de dollars sur la période, le groupe prévoit entre 1.500 et 1.800 destructions de postes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :