Technicolor chute sur fond de nouvelles poursuites judiciaires

La perspective de nouvelles poursuites judiciaires contre le plan de sauvegarde de Technicolor, révélée ce lundi par La Tribune, fait lourdement chuter le titre.

2 mn

Copyright Reuters

Technicolor, est sorti en février dernier d'une procédure de sauvegarde ouverte fin novembre 2009 pour conclure sur un plan de restructuration de sa dette. Ce plan entré en vigueur en mai dernier est contesté par cinq fonds spéculatifs détenant des titres super subordonnés (TSS). Déboutés en novembre dernier par la Cour d'appel de Versailles, ils pourraient engager prochainement un recours en cassation, rapporte La Tribune de ce lundi.

La nouvelle a fait plonger le titre. A la clôture du marché français, l'action affichait une chute de 4,24 %

En 2005, ces fonds ont apporté 500 millions d'euros et se voyaient verser des intérêts de 5,75 %, soit 28,75 millions par an. Le plan de sauvegarde, examiné le 22 décembre 2009 par une assemblée où chaque créancier a eu un nombre de voix proportionnel au montant de sa créance, prévoit de ne plus leur verser d'intérêts, mais uniquement une soulte de 25 millions d'euros.

Saisie du dossier, la cour d"appel de versailles a estimé, en novembre 2010, que « les modalités de vote ont été irrégulières » en raison de cette minoration des droits de vote des TSS. Mais sans pour autant, annuler l'assemblée ayant validé le plan.

Le remboursement de ces TSS (produit hybride entre obligation et fonds propres) est cependant peu probable. Il ne doit être effectué que si la société est liquidée, et s'il reste de l'argent après avoir payé tous les autres créanciers. Mais les détenteurs de TSS touchent des intérêts, du moins tant que la société verse des dividendes, ce que l'ex-Thomson a arrêté de faire depuis 2009.

"Ce ne sont que des maîtres chanteurs", dénonce le directeur général de l'ex-Thomson, Frédéric Rose dans la tribune.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.