La Bourse de Paris toujours affectée par la crise en zone euro

 |   |  659  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les craintes autour des dettes souveraines en zone euro ont affecté le marché parisien qui a réussi néanmoins tant bien que mal à limiter ses pertes.

Dans un contexte de craintes d'une contagion de la crise de la dette souveraine en zone euro, la Bourse de Paris vient de clôturer une troisième séance d'affilée dans le rouge. Même si le marché a réussi à redresser la chute de ce matin, le CAC 40 a reculé à la clôture de 0,88% à 3.774,13 points, dans un volume d'affaires étoffé de 5,6 milliards d'euros. Il faut noter que la cotation de l'indice a été interrompue pendant plus de trois heures, entre 9h57 et 13h35, en raison d'un problème technique de Nyse Euronext.

L'absence de décision de la part de l'Eurogroupe lundi soir, notamment sur la participation du secteur privé à un second plan d'aide à la Grèce, a entretenu la défiance des investisseurs autour de la zone euro. Mais des rumeurs de rachats d'obligations italiennes et espagnoles par la BCE et l'éventuelle tenue d'un sommet européen dans les jours à venir ont contribué ce mardi à rassurer les marchés.

Dans ce contexte, l'ensemble des places financières a été attaqué toute au long de la journée. Le mouvement de panique à l'ouverture des marchés européens s'est toutefois un peu calmé. A la clôture de la Bourse de Paris, les marchés américains limitaient leurs pertes. Le Dow Jones progressait de 0,07% et le Nasdaq reculait de 0,21%. En Europe, le repli se réduisait aussi, l'Eurostoxx 50 a fini la séance à -0,5%.

En dehors des chiffres d'inflation en Europe, aucune statistique macroéconomique majeure n'a été publiée. Le lancement lundi soir de la saison des publications de résultats par le géant de l'aluminium Alcoa (+0,13%), a été relégué au second plan.

Valeur à la hausse

Très attaquées à l'ouverture du marché en raison de leur exposition à la dette souveraine européenne, les valeurs financières sont depuis parvenues à redresser la barre. A la Bourse de Paris, Natixis a progressé de 2,12%, Crédit Agricole de 1,8%, et BNP Paribas de 1,05%. Mais dans ce contexte boursier difficile, d'autres titres ont terminé la séance dans le rouge. Société Générale a reculé de 0,54% et Axa de 1,54%.

Valeurs en baisse

Plus forte chute de l'indice phare de la Bourse de Paris, STMicroelectronics a décroché de 3,83%. Les autres valeurs technologiques du CAC 40, Alcatel-Lucent et Cap Gemini, ont reculé respectivement de 3,04% et de 1,85%.

D'autres valeurs cycliques, comme Vinci (-1,95%), Saint-Gobain (-1,16%) et Bouygues (-2,48%), ont également accusé le coup. Technip a reculé pour sa part de 0,74%, malgré le contrat de services d'ingénierie que le groupe vient de remporter auprès de Solvay en Chine.

Pour sa part, Carrefour a perdu 2,68%, après l'annonce du gouvernement brésilien de retirer son soutien à l'opération de fusion avec le numéro un local de la grande distribution, Pão de Açúcar.

Apres avoir évolué toute la journée en territoire négatif, les constructeurs automobiles ont fini la séance proche de l'équilibre. La marque au lion a cédé 0,13%, malgré l'annonce d'une légère hausse de ses ventes mondiales de véhicules au premier semestre 2011. Pour sa part, Renault s'est adjugé 0,46%.

Même les valeurs les plus défensives, moins exposées aux cycles économiques, affichent des replis. Unibail a perdu 1,23%, Essilor 1,50% et Pernod Ricard 1,47%.

Hors CAC 40

EDF Energies Nouvelles est l'une des rares valeurs à avoir fini la séance en hausse (+0,57%). La filiale de l'électricien a officialisé lundi sa candidature à l'appel d'offres que le gouvernement français vient de lancer pour l'éolien en mer.

Ipsen a abandonné 1,36% alors que l'influent courtier Goldman Sachs a dégradé son conseil sur la valeur de "neutre" à "vendre".

Devises et pétrole

Dans ce contexte d'incertitudes, la monnaie unique s'échangeait à 1,4002 dollar.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut s'affichent de légères progressions. Le baril de WTI américain s'échange contre 96,13 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 117,24 dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2011 à 5:22 :
Ne vous inquiétez pas. Vendredi, l'élite Européenne, qui ne veut pas avouer son échec, va sauver l'Europe du terrible complot des fonds spéculatifs des méchants anglo-saxons, qui parient sur une faillite des pays de la zone Euro...Moi, en attendant, je n'y crois plus....
a écrit le 12/07/2011 à 18:05 :
Ah ah ah, fameux ! Un problème technique, c'est évident. Le même qui empêche les banques de vous rendre l'argent qui vous appartient en ce moment même. Bonnes vacances français, profitez en bien.
Réponse de le 13/07/2011 à 2:59 :
c est vrai, etrange avec un emballement a la hausse, il n y a jamais de "problemes techniques".....
Ridicule et navarant, ZERO pointé pour la credibilite du marché
a écrit le 12/07/2011 à 17:00 :
"en raison d'un problème technique"
hmhm
a écrit le 12/07/2011 à 15:45 :
Il faut noter que la cotation de l'indice a été interrompue pendant plus de trois heures, entre 9h57 et 13h35, en raison d'un problème technique de Nyse Euronext.

Vous vous foutez de nous!! Cela en devient presque "vulgaire". Un peu de finesse que diable.
Faites votre travail de journaliste économique et dénoncez cette mascarade! Marché, Information libre et non faussée... c'est votre travail de la fournir!
J'espère que cela fait désormais rire à gorge déployée dans les business schools et les facs d'économie où l'on enseigne encore ces salades...

Ces bidouillages minables ne sauveront pas le système financier, qui est condamné. RIP.
Il y aura le Chaos. Le suspens ne porte plus que sur le Round, et l'identité du premier à tomber ("Et je vis le dollar tomber comme l'éclair...").

Vivement demain! C'est beau un monde qui meurt.


Réponse de le 12/07/2011 à 16:05 :
Il faut reconnaitre que depuis des mois, a chaque fois qu'on assiste a une chute, hop, Euronext est en rade... Mais c'est vrai.. c'est pas de leur faute, c'est pas comme si c'était leur métier. Comment voulez-vous que ces gens cotent objectivement les marchés, sachant qu'ils sont eux même achetés sur les marchés par les gens qu'ils cotent. Il ne faut pas s'étonner ici encore que le service soit rendu "étrangement".
Réponse de le 13/07/2011 à 17:30 :
C'est pas à La tribune de prendre parti sur ce "problème technique". Mais aux lecteurs de faire leur propre opinion.
a écrit le 12/07/2011 à 15:28 :
Un passage de -2.56 à -0.7 aurait valu une explication... Pardon.
Réponse de le 12/07/2011 à 15:36 :
La cotation des titres fut stopée a 10h30 !
Puis apres accalmie ! gestion du stress (fin du mode panic)
il y a stabilisation du marché !
Et rebond dit technique ! En effet la tradeur on vu certaine valeur plonger de 5% alors il achete, cela fait remonter le cours et lorsque la chutte n'est plus que de 1,5% alors ils vendent et prennent de dénéfices !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :