Eurazeo reste "prudent" pour les prochains mois

 |   |  833  mots
(Crédits : www.eurazeo.fr)
A l'occasion de la publication de son chiffre d'affaires trimestriel, Eurazeo a fait part d'une certaine prudence pour les prochains mois en raison de l'environnement économique et des mesures fiscales du gouvernement.

Au troisième trimestre, la société d'investissement a vu son chiffre d'affaires grimper de 1,8% à 1,24 milliard d'euros au troisième trimestre, en ligne avec le consensus qui donnait 1,22 milliard. En intégrant les sociétés mises en équivalence, ses revenus ont progressé sur la période de plus de 3% à 2,29 milliards d'euros. Des chiffres sans grande surprise. A un détail près. La bonne nouvelle vient de la résistance d'Europcar lors du trimestre écoulé avec un chiffre d'affaires est en hausse de 0,1%. Le groupe explique cette performance par le renforcement de l'offre Loisirs mais aussi par le lancement de son offre « low cost » en Europe du Sud (Espagne, Portugal).

Le chiffre d'affaires d'Eurazeo a également été porté par la progression de 2,3% du chiffre d'affaires d'Elis grâce notamment à l'activité location-entretien. APCOA en revanche voir son activité se contracter de 2,4% sur le trimestre en raison des renégociations de contrats. Au cours du trimestre, la société d'investissement a finalisé la vente de Motel 6 / Studio 6 au sein du groupe Accor. Alors qu'ANF Immobilier a annoncé la cession prochaine de 160 hôtels B&B et d'une partie de son patrimoine de Lyon qui devrait entraîner le versement de 258 millions d'euros à Eurazeo. La trésorerie du groupe s'en trouve renforcée et atteint 87 millions d'euros au 30 septembre mais devrait progresser à 313 millions après prise en compte du produit net relatif à la cession par ANF Immobilier.

Vers les jeunes pousses

Le holding souhaite redynamiser son portefeuille et l'orienter davantage vers des investissements dans des jeunes pousses dont la croissance est au rendez-vous. En avril 2010, Eurazeo annonce le lancement de Eurazeo Croissance, une structure dédiée à investir dans les PME innovantes et à fort potentiel de croissance. Dernière acquisition en date, l-PuIse, une société française qui développe des technologies innovantes basées sur des impulsions électriques de forte puissance. Eurazeo est ainsi tourné vers l'avenir et se désengage donc de d'immobilier un de ses métiers historiques. La pierre n'intéresse plus la société d'investissement, jugée trop peu rentable. Au niveau de son portefeuille d'entreprises, Europcar aussi fait office de talon d'Achille. Eurazeo a indiqué que le loueur de véhicules avait eu une performance négative avec un résultat d'exploitation en baisse de 3,4 millions d'euros. Alors, pour améliorer les performances de son portefeuille et diversifier le risque, la holding récemment réalisé plusieurs acquisitions comme la société de capital investissement OFI Private Equity, 3S Photonics un spécialiste français des composants opto-électroniques dont le Fonds stratégique d'investissement (FSI) détenait 18% ou encore le fabricant de doudounes Moncler. Concernant ce dernier, le chiffre d'affaires du groupe connaît une très forte progression de 18,9 % à 225 millions d'euros, tirée par la croissance du groupe en Asie, par le fort développement des magasins en propre. Eurazeo a en quelque sorte tiré « le gros lot » puisque Moncler s'avère très rentable avec un EBITDA en hausse de près de 30 % à 39,4 millions d'euros, soit une progression de 150 points de base de la marge d'EBITDA à 17,5 % au premier semestre.

Prudence sur l'avenir

Mais Eurazeo avait creusé sa perte nette au premier semestre de 2012 en raison d'éléments non récurrents. Le holding qui était déjà déficitaire en 2011, a accusé une perte nette de 126,6 millions d'euros au premier semestre après plus de 100 millions l'an dernier. Elle est liée à la moins-value réalisée lors de la cession de la chaîne hôtelière américaine Motel 6 par Accor et à des dépréciations d'actifs. Eurazeo a indiqué qu'il maintenait, malgré ce résultat négatif, son objectif d'atteindre un actif net réévalué par action de 100 euros à l'horizon 2015. Objectif ambitieux alors que cet indicateur a particulièrement souffert ces derniers temps, passant de 70,1 euros en juin 2011 à 54,7 euros par action. Une nette baisse qui est liée aux turbulences sur les marchés financiers de l'année dernière... Et elles ont pesé sur les participations cotées d'Eurazeo.

Aux cours actuels, la décote atteint 70% par rapport à ses plus hauts de juin 2007, période à laquelle le cours d'Eurazeo flirtait avec les 120 euros. La crise financière a fait retomber sur les 16 euros en mars 2009 alors que l'indice parisien était au tapis. Après ce gros trou d'air boursier, la valeur s'est repris jusqu'à culminer à quelques encablures des 60 euros. Bis repetita, la chute des indices pendant l'été 2011 a effacé une bonne partie des gains du titre, ce dernier ayant terminé l'année écoulée à 25 euros. A 36 euros, la société reste survalorisée en Bourse avec un ratio « valeur d'entreprise/chiffre d'affaires » qui s'élève à 2.02x pour l'année en cours alors que Patrick Sayer, président du directoire d'Eurazeo s'est dit toutefois « prudent sur l'avenir en raison des incertitudes économiques, législatives et réglementaires qui rendent la visibilité particulièrement faible pour certaines des activités de la société d'investissement ».
Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :