Vet'Affaires : les fermetures de magasins pèseront sur l'exercice 2012

 |   |  727  mots
(Crédits : dr)
L'activité de Vet'Affaires résiste sur neuf mois avec un chiffre d'affaires stable à 109,9 millions d'euros sur la période et ce, dans un « contexte toujours morose du secteur de la distribution textile ».

Après être passé totalement à coté de son premier semestre, le distributeur français de vêtements et d'accessoires à prix discount a vu son activité reculer de 4,2% au troisième trimestre à 40,5 millions d'euros. Le groupe a signalé que son activité a connu une « belle embellie sur la seconde quinzaine de septembre, qui semble perdurer sur la première semaine d'octobre ». Le groupe concède tout de même que « la croissance, notamment celle des nouveaux magasins ne compense cependant pas encore le tassement des performances des magasins dont la fermeture est envisagée, ni celui de ceux qui sont en cours de repositionnement. »

Progression forte sur Internet

Dans le détail, les loyers et franchises ont baissé de 1,2% sur la période, à 13,4 millions d'euros. De leur côté, les ventes en gros ont bondi de près de 16%. Mais c'est du côté d'Internet que la progression est la plus significative, le distributeur voit son activité sur la toile flamber de 112% et se situe déjà au-dessus des objectifs de Vet'Affaires.

Le président du directoire, Rémy Lesguer, déclare que « les mesures énergiques, prises à la suite de la contreperformance du premier semestre, semblent déjà commencer à porter leurs fruits ». Et ajoute : « l'exercice 2012 paiera le prix de tous ces investissements d'économie sur ses résultats, mais nous devons impérativement être en bon ordre de marche pour 2013 qui devrait être une année stable en termes d'activité mais en reprise au niveau des résultats ».

Concurrence exacerbée

Même si le distributeur de vêtements pratique des prix discount, les ménages procèdent à des arbitrages de consommation en défaveur du textile. Et Vêt'Affaires en est également victime avec des comptes semestriels qui ont bien viré au rouge. Le groupe a en effet dégagé une marge brute de 56,4% sur la période, en baisse de 1,4 point sur un an, et un résultat opérationnel déficitaire de -4,7 millions d'euros, deux fois supérieur à la perte enregistrée un an avant. Le déficit net part du groupe est ressortit à -3,4 millions d'euros, après -2,4 millions d'euros un an. La société avait expliqué que les charges exceptionnelles liées à la fermeture de trois magasins ont pesé.

Alors, le groupe mène des actions radicales pour contenir « une baisse sensible de fréquentation dans le cadre d'une concurrence exacerbée ». Vet'Affaires s'est rendu compte à la fin du semestre d'un « clivage assez précis parmi les 143 magasins du parc » et va continuer à procéder à des fermetures, à des coûts pouvant aller de 50 000 à 350 000 euros par magasin, selon les dates de fin de bail, les valeurs comptables et de cession. Le nombre de fermetures n'a pas été divulgué mais ces mesures auront un très lourd impact sur les comptes 2012, qui se solderont par une perte importante, mais « sont le gage d'une volonté de retour à la rentabilité dès 2013 ».

Le contexte économique a quelque peu ruiné les efforts du groupe

Le distributeur discount s'est introduit en Bourse il y a plus de 10 ans, en juillet 2000 à un prix de 18 euros sur le Marché Libre. Le groupe intervient sur du « hard discount », des produits qui sont censés être recherchés même en temps de disette économique. Le positionnement du groupe était judicieux, le titre a même atteint un plus haut historique à 106,50 euros en février 2005. Mais cet état de grâce boursier prit fin au fur et à mesure que les comptes se dégradaient. Les années 2006 et suivantes ont été difficiles pour un groupe dont le modèle économique montrait des signes de faiblesse. Alors, la nouvelle équipe dirigeante a mis en place un certain nombre de mesures destinées à redresser la situation, concernant notamment la refonte de l'offre produits... Mais en Bourse, ces efforts n'ont pas été visibles dans le cours de Vet'Affaires avec un titre qui cotait sous les 7 euros en février 2009. Plus de deux ans plus tard, en avril 2011 Vêt'Affaires avait retrouvé des niveaux oubliés depuis 2005 sur les 36 euros. Les investisseurs avaient repris confiance alors que le groupe avait confirmé ses ambitieux objectifs à savoir, d'atteindre 200 magasins à l'horizon 2015... Mais le contexte économique actuel a quelque peu ruiné les efforts du groupe pour redresser la barre. A moins de 8 euros, le titre est en passe de renouer avec son plancher historique...

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :