Un appel à une grande coalition pour réformer la France !

 |   |  396  mots
Marc Fiorentino | Bloomberg
Marc Fiorentino | Bloomberg
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

 

Je reviens sur le sujet. Un sujet que nous avons lancé hier après l'annonce de la grande coalition allemande. Et apparemment, notre appel a été entendu. Le Figaro titre ce matin à sa une: Union Nationale: et si la France s'inspirait de l'Allemagne? Il ne s'agit pas de faire de la politique mais de trouver la seule solution pour réformer la France et libérer la croissance.

NOUS SOMMES FIERS
de voir les journaux reprendre notre édito et notre zapping d'hier. May the Force be with the Grand Coalition. Dans quelques jours, on commencera à voir des sondages indiquer que les Français y sont massivement favorables.

21 MILLIONS D'EUROS PERDUS EN UN JOUR
C'est ce qui est arrivé hier au patron partant de Peugeot. Après le tollé provoqué par l'annonce de sa retraite chapeau, il décide, sous la pression, d'y renoncer... Même si sa retraite était "légale" et "approuvée" elle était indéfendable dans le contexte de crise et de licenciement chez Peugeot.

LA BCE SONNE L'ALERTE
La Banque Centrale Européenne a lancé un vrai avertissement hier. Si et quand la Banque Centrale Américaine commencera à fermer le robinet de la liquidité, il va falloir s'attendre à des chocs majeurs. La Banque Centrale Européenne annonce qu'elle fera tout pour amortir les chocs en Europe....

LE BRÉSIL SOUS PRESSION
La situation économique du Brésil est périlleuse. Alors que la croissance est anémique, la banque Centrale a dû relever ses taux pour la cinquième fois depuis le début de l'année pour tenter de combattre l'inflation qui dérape. Avec des taux qui remontent donc au-dessus de 10%. Pas très glorieux. Dilma Rousseff n'est pas Lula...

PLUS QUE QUELQUES SEMAINES POUR QUITTER LA FRANCE
Ceux qui veulent quitter la France pour sauver leur épargne d'une ponction inéluctable à terme n'ont plus que quelques semaines, voire quelques mois. En effet, l'exit tax va être sensiblement durci. Avec, selon les Échos, un seuil ramené à 800,000 € et un délai donnant droit à exonération qui passera de 8 à 15 ans. Les frontières se ferment. Les exils fiscaux et les exils d'énergie vont s'accélérer dans les semaines qui viennent.

LA RÉVOLUTION BANCAIRE CONTINUE
Après la BNP qui a exposé...



Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2013 à 22:12 :
il serait trés utile que la tribune explique ses critères de sélection ou censure des messages
a écrit le 01/12/2013 à 22:09 :
quantités de messages censurés, parce qu'ils ne vont pas dans le bon sens ? dites nous ce qu'il faut écrire, ça sera plus facile
a écrit le 28/11/2013 à 19:11 :
la crise en france, c'est la mauvaise dépense publique à la quelle s'est faiblement attaqué la droite de peur des grèves des nantis avec l'appuis des forces de gauche que sont les syndicats, et c'est la mauvaise dépense publique (régimes spéciaux, mille feuille, financement des syndicats, énormes gaspillages dans le public..) que la gauche ne veut pas attaquer, réformer.... donc on a des lois antisociales de baisse des retraites, du pouvoir d'achat, l'emploi tué par les impôts et taxes... alors qu'on pourrait faire du social en se finançant avec ces économies faciles à faire tout en apportant plus de services aux citoyens... oui on a des antisocialistes dépensiers et laxistes à la grecque au lieu d'avoir de vrais socialistes courageux, pragmatiques efficaces à la suédoise...
a écrit le 28/11/2013 à 11:52 :
Faire une Grande Coalition avec le PS, encore faudrait-il que le parti en entier ait renoncé aux mirages Marxistes, ce n'est pas ce que je vois aujourd'hui, il semble que une moitié n'a pas renoncé à l’expérience Mitterranienne de 1981, "Nationalisons ça marchera mieux" oubliant la catastrophe du Crédit Lyonnais qui nous pèse encore aujourd'hui.
Réponse de le 28/11/2013 à 12:11 :
Euh...j'ai pas bien suivi, la. marxsiste ? le fait de faire la politique de droite que Sarko ne pouvait pas faire, car c'eut été trop déstabilisant socialement ? Le fait de continuer a se réserver les bonnes places, à se gaver, en laissant les gens compétents s'étioler dans des placards, et en prenant des décisions toujours autant favorables a leurs sponsors tout en détruisant l"économie française ? Et qu'est-ce que le credit lyonnais vient faire la dedans ? il était "géré" (c'est le mot consacré, je préfèrerais coulé, mais bon...) par des incompétents et des escrocs, c'est du marxisme ? Lehman B. aussi alors. je vais vite relire le Capital, car je n'ai visiblement pas tout compris. moi qui croyais que la crise c'etait une histoire de caste lache, malhonnete, incompétente et prétentieuse qui confisque l'économie..
Réponse de le 28/11/2013 à 16:05 :
la crise en france, c'est la mauvaise dépense publique à la quelle s'est faiblement attaqué la droite de peur des grèves des nantis avec l'appuis des forces de gauche que sont les syndicats, et c'est la mauvaise dépense publique (régimes spéciaux, mille feuille, financement des syndicats, énormes gaspillages dans le public..) que la gauche ne veut pas attaquer, réformer.... donc on a des lois antisociales de baisse des retraites, du pouvoir d'achat, l'emploi tué par les impôts et taxes... alors qu'on pourrait faire du social en se finançant avec ces économies faciles à faire tout en apportant plus de services aux citoyens... oui on a des antisocialistes dépensiers et laxistes à la grecque au lieu d'avoir de vrais socialistes courageux, pragmatiques efficaces à la suédoise...
Réponse de le 01/12/2013 à 22:16 :
et les 2000 millards de dette publique qui vient que de la gabegie de la dépense publique, les régimes spéciaux, le financement des syndicats, le mille feuille, les caisses noires.....etc etc, c'est pas du aux socialos qui font des discours mais des mesares antisociales à baisser les retraites, le pouvoir d'achat parce qu'ils ne veulent rien réformer, tous à ronger la motte de gruyère de l'intérieur, bien au chaud, et qui envoie 12 000 travailleurs au chômage tous les mois, merci qui ?
a écrit le 28/11/2013 à 10:45 :
21 MILLIONS D'EUROS PERDUS EN UN JOUR : s'agissant du patron partant de Peugeot, il serait plus convenant de dire 21 millions d'euros non "gagnés" ; le concerné a de beaux restes. Quoi qu'on puisse en dire, quel est son "mérite" pour pouvoir justifier l'attribution d'une telle somme ? Coup de chapeau à lui tout de même pour avoir renoncé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :