Le détroit d'Ormuz

 |   |  331  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Reliant le Golfe Persique au Golfe d'Oman, le détroit d'Ormuz a une importance stratégique.

Plus de 30% du commerce du pétrole passe par le détroit.

Hier 2 pétroliers, un Norvégien et un Japonais, ont été attaqués près du détroit d'Ormuz.

Pour les Etats Unis, le responsable est tout désigné: l'Iran.

LE PRETEXTE ?
L'Iran est largement en tête de liste des ennemis des Etats Unis pour Trump et pour les faucons de son administration.
Et cette hostilité est largement encouragée par les alliés Saoudiens.
On sent depuis quelques mois que Trump est prêt à dépasser le champ de bataille des tweets et à passer à l'attaque, la vraie, sur le terrain.
L'attaque des deux pétroliers à proximité d'un axe commercial stratégique pourrait lui servir de prétexte.

NON, LE PETROLE N'A PAS FLAMBE
La plupart des médias titre sur la flambée du pétrole après l'attaque.
Non.
Ce qui est frappant c'est que le pétrole n'a que marginalement rebondi sur une nouvelle qui, dans un autre contexte, aurait du le faire bondir de 10 à 20%.
Pourquoi ?
Parce que les investisseurs restent très négatifs sur la croissance et donc sur la demande de pétrole.
Mais surtout parce que les opérateurs anticipent qu'en cas de conflit, l' Arabie Saoudite et les autres pays du Golfe augmenteront leur production pour compenser, tout cela sur fond de production américaine en plein boom.

IRONIE
Alors que Shinzo Abe tentait une médiation entre l'Iran et les Etats Unis, un pétrolier Japonais a été attaqué.

ON CREUSE ?
Hong Kong.
Hong Kong tente, désespérément, de résister à l'inéluctable emprise de la Chine.
Les manifestations se multiplient.
Pour protester contre une proposition de loi visant à faciliter les extraditions vers la Chine.
Une étape supplémentaire vers la prise en main...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2019 à 19:30 :
Ouais ben moi j'aimerais pas être le père d'Oman, il semble avoir de sacrés problèmes ce garçon
a écrit le 14/06/2019 à 11:05 :
Marc Fiorentino oublie un détail très important.

En cas de conflit, toute la production de l' Arabie Saoudite et les autres pays du Golfe est menacée.

Au Moyen Orient, la plupart des puits de pétrole se trouve à moins de 300 km de l'Iran.

Or, au mois de février 2019, l'Arabie Saoudite, le Koweit, le Qatar et les Émirats arabes-unis produisaient 17,5 millions de barils par jour et l'Irak 4,7 millions de barils par jour

Un conflit qui menace plus de 20 millions de barils par jour n'aura rien à voir avec les conflits de 1973,1980 et 1990 où quelques millions de barils par jour avaient été perdu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :