Brahim Naït-Balk : « C’est une récompense après tant d’années à être caché »

 |   |  369  mots
(Crédits : DR)
RÔLES MODÈLES DIRIGEANTS. Membres d’une instance de direction, ces dirigeants LGBT+ ont été distingués par L’Autre Cercle comme modèles à suivre, par leur action en faveur de l’inclusion et la représentation positive des lesbiennes, gay, bi et trans dans leur entreprise. Portrait de Brahim Naït-Balk, Directeur départemental Handisport des Hauts-de-Seine

Brahim Naït-Balk, 55 ans, directeur départemental du comité Handisport des Hauts-de-Seine, se réjouit de sa nomination en tant que rôle modèle.

« C'est une récompense après tant d'années à être caché et isolé. Aujourd'hui, ce type d'action apporte de la visibilité pour faire évoluer les mentalités dans notre société », dit-il.

Aîné d'une fratrie (huit frères et soeurs), dont il a eu, après le retour de ses parents au Maroc, la charge très jeune, il a grandi dans une cité de Seine-Saint-Denis.

« Je dégageais quelque chose de non-accepté dans ces quartiers, car l'homosexualité y est refoulée et zone interdite. J'ai dû m'écraser », se souvient-il.

C'est dans une autobiographie choc, intitulée Un Homo dans la cité (Calmann-Lévy, 144 pages, 14,90 euros), publiée en 2009, qu'il a raconté sans détour les agressions, y compris sexuelles, qu'il a subies à cette époque. Une façon aussi de faire passer un message à ses proches, et à ses agresseurs... Poignante, révoltante, son histoire a été adaptée au théâtre. La pièce sera jouée cette année.

Sa vie professionnelle, d'éducateur spécialisé et sportif, n'a pas été facile non plus...

« En raison de l'atmosphère homophobe, c'était très difficile de s'épanouir et de s'assumer, poursuit-il. J'avais même peur d'être viré. »

Peu soutenu par sa hiérarchie face aux insultes des jeunes qu'il encadrait, il a fini placardisé. Au tournant des années 2000, il commence à militer dans les associations LGBT+ et devient l'entraîneur du Paris Foot Gay, qui réunissait des joueurs homos et hétéros. Il a pu enfin s'épanouir.

« Au départ, le club a bénéficié d'un large soutien du PSG, mais depuis l'arrivée des Qataris à sa tête en 2011, il n'y a plus rien », regrette-t-il.

Aujourd'hui, Brahim Naït-Balk intervient régulièrement dans les collectivités et les écoles pour déconstruire les préjugés envers les LGBT+.

Depuis 2000, il anime une fois par semaine « Homo micro », sur les ondes de Fréquence Paris Plurielle (106.3 FM), et ambitionne de lancer une émission à destination de l'Afrique et du Maghreb pour aider à combattre l'homophobie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :