Téléchargez
notre application
Ouvrir

Axalta délaisse Akzo Nobel pour discuter avec Nippon Paint

reuters.com  |   |  649  mots
Akzo nobel et axalta renoncent a fusionner[reuters.com]
(Crédits : Phil Noble)

par Greg Roumeliotis et Toby Sterling

NEW YORK/AMSTERDAM (Reuters) - Le japonais Nippon Paint a annoncé mercredi avoir soumis une "proposition" à l'américain Axalta Coating Systems, qui a en conséquence mis fin à ses discussions avec le groupe néerlandais de peintures et de revêtements Akzo Nobel.

Nippon Paint n'a pas fourni de détails sur sa proposition et a souligné que rien ne garantissait la conclusion d'un accord.

Axalta, dont le premier actionnaire est la société Berkshire Hathaway de Warren Buffett, a annoncé dès mardi la rupture des discussions avec Akzo en disant qu'il étudierait d'autres pistes "alternatives permettant de créer de la valeur", sans préciser lesquelles.

Reuters a appris de deux sources qu'Axalta avait mis un terme aux négociations avec Akzo Nobel après avoir reçu une offre d'achat plus intéressante du groupe japonais.

Selon une des sources, l'offre de Nippon Paint est entièrement en numéraire et représente une prime par rapport à la clôture d'Axalta lundi soir (33,54 dollars). L'autre source a juste dit que l'offre était suffisamment convaincante pour décider Axalta à renoncer à son projet de "fusion entre égaux" avec Akzo Nobel.

Le processus de négociations avec Nippon Paint reste à définir et Axalta pourrait aussi choisir de discuter avec d'autres parties intéressées, a ajouté la seconde source.

Axalta a une capitalisation boursière de 8,2 milliards de dollars (7,0 milliards d'euros), à comparer à une valeur boursière de 1.200 milliards de yens (10,7 milliards de dollars ou 9,1 milliards d'euros) pour Nippon Paint, qui est le premier fabricant japonais de peinture.

L'annonce de la rupture des négociations a fait décrocher le titre Axalta de 14% dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street mais le titre s'est vite retourné à la hausse en réaction aux informations de Reuters sur l'intérêt de Nippon Paint, gagnant 3,3% à 35,01 dollars.

AKZO REPLONGE DANS LA TOURMENTE

La rupture des négociations avec Axalta plonge de nouveau Akzo dans la tourmente après son rejet cette année d'une offre de 26 milliards d'euros d'un autre américain, PPG Industries, contre l'avis de certains de ses actionnaires.

En vertu de la réglementation boursière néerlandaise, PPG pourra revenir à la charge dès le mois prochain s'il le souhaite.

Michael McGarry, le directeur général de PPG, a toutefois laissé entendre que son groupe n'était plus intéressé par Akzo après avoir été éconduit à trois reprises en mars et avril.

Dans un communiqué, Akzo Nobel explique qu'il poursuivra son plan de développement en tant qu'entité indépendante, y compris en cédant ou se mettant en Bourse sa division de chimie de spécialité qui représente un tiers de son chiffre d'affaires et de ses bénéfices.

Le fabricant des peintures Dulux promet de restituer la "grande majorité" du produit de cette scission à ses actionnaires.

La division Specialty Chemicals est évaluée à 8-10 milliards d'euros et sa séparation sera soumise au vote des actionnaires du groupe néerlandais le 30 novembre.

Depuis que PPG a renoncé en juin, l'ancien directeur général d'Akzo Nobel Ton Büchner et l'ex-directrice financière Maëlys Castella ont tous deux démissionné pour raisons de santé, tandis que le président du conseil d'administration Antony Burgmans a prévu de se retirer en avril.

Le nouveau directeur général, Thierry Vanlancker, réaffirme dans le communiqué de mardi que la stratégie du groupe - définie par Ton Büchner et Antony Burgmans - est fortement créatrice de valeur pour les actionnaires et les autres parties prenantes "sur le court, moyen et long terme."

"Nous restons concentrés sur nos options stratégiques pour poursuivre le développement de nos activités et améliorer notre rentabilité", ajoute-t-il.

(Avec Taiga Uranaka à Tokyo; Véronique Tison pour le service français, édité par Bertrand Boucey)