Téléchargez
notre application
Ouvrir

Allemagne : Le racisme, mobile apparent de la double fusillade, selon le procureur

reuters.com  |   |  717  mots
Allemagne: l'auteur presume de la fusillade de hanau retrouve mort[reuters.com]
(Crédits : Kai Pfaffenbach)

par Anika Ross

HANAU, Allemagne (Reuters) - L'homme soupçonné d'avoir tué neuf personnes dans une double fusillade visant des bars à chicha de Hanau, près de Francfort, en Allemagne, avant d'abattre sa mère et de se suicider, avait publié sur internet un texte incluant des théories du complot et des déclarations racistes, a déclaré le parquet jeudi.

Identifié comme Tobias R., cet homme de 43 ans a été retrouvé mort près d'une arme peu après les fusillades, mercredi soir, a-t-il précisé.

Le parquet fédéral de Karlsruhe, habilité à traiter les affaires terroristes, s'est saisi de l'enquête en évoquant "des indices d'un arrière-plan d'extrême droite".

"Sur la page d'accueil de l'auteur présumé, il avait publié des messages vidéo et une sorte de manifeste qui, en plus de pensées obscures et de théories du complot absurdes, reflétait des opinions profondément racistes", a déclaré le procureur général Peter Frank.

Il a précisé à la presse que les neuf personnes abattues devant ou dans les bars à chicha, âgées de 21 à 44 ans, étaient d'origine étrangère. Ses services ont précisé par la suite que certaines avaient la nationalité allemande.

Six autres personnes ont été blessées, dont une grièvement.

Après la deuxième fusillade, les policiers ont pris en chasse la voiture du tireur, qui les a conduits à une adresse, qui s'est révélée être son domicile, où son corps a été retrouvé ainsi que celui de sa mère de 72 ans, ont dit les autorités.

Le tireur était titulaire d'une licence de tir sportif.

"A ce stade, rien n'indique qu'il y ait d'autres auteurs", a ajouté la police.

Au moins cinq des victimes étaient de nationalité turque, a déclaré l'ambassadeur de Turquie à Berlin à la chaîne de télévision publique turque TRT Haber.

"Nous espérons que les autorités allemandes feront tout leur possible pour faire la lumière sur cette affaire. Le racisme est un cancer généralisé", a écrit sur Twitter le porte-parole de la présidence turque.

MERKEL DÉNONCE LE "POISON" DU RACISME

"Le racisme est un poison, la haine est un poison, et ce poison existe dans la société et il est responsable de trop de crimes", a déclaré la chancelière Angela Merkel devant la presse.

"Une immense tristesse et mon plein soutien à l'Allemagne face à cette attaque tragique. Nos pensées vont aux victimes et aux familles en deuil. Je suis aux côtés de la chancelière Merkel dans ce combat pour nos valeurs et la protection de nos démocraties", a tweeté le président français Emmanuel Macron.

"Nous sommes tristes car (...) parmi les victimes figurent plusieurs victimes d'origine kurde", a déclaré de son côté la Confédération des communautés kurdes d'Allemagne dans un communiqué. "Nous sommes en colère car les dirigeants politiques de ce pays ne s'opposent pas résolument aux réseaux d'extrême droite et au terrorisme d'extrême droite dans ce pays."

L'Allemagne a été ébranlée en octobre 2019 par l'attaque d'une synagogue de Halle, dans l'est du pays, par un homme qui a reconnu avoir agi par antisémitisme et adhérer aux idées d'extrême droite.

En juin 2019, un homme soupçonné d'appartenir à l'extrême droite avait été arrêté dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Walter Lübcke, un membre de l'Union chrétienne démocrate (CDU), parti de la chancelière Angela Merkel, connu pour ses positions en faveur des migrants.

La double fusillade de Hanau survient quelques jours après le démantèlement d'une "organisation terroriste" d'extrême droite qui préparait des attentats contre des musulmans, des demandeurs d'asile et des responsables politiques.

Selon les services de renseignement allemands, l'Allemagne compte quelque 24.100 "extrémistes de droite", dont la moitié sont jugés capables de passer à l'acte.

"Politiquement, personne ne peut nier que 75 ans après la dictature nazie, le terrorisme d'extrême droite est de retour", a écrit sur Twitter le vice-chancelier Olaf Scholz. "Nous devons défendre notre démocratie libérale."

(Version française Jean Terzian, Marine Pennetier, Jean-Philippe Lefief, Jean-Stéphane Brosse et Marc Angrand)