Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : La France prête à livrer les vaccins J&J après l'avis de l'Agence européenne des médicaments

reuters.com  |   |  454  mots
Coronavirus: la france prete a livrer les vaccins j&j apres l'avis de l'agence europeenne des medicaments[reuters.com]
(Crédits : Dado Ruvic)

PARIS (Reuters) - La France est prête à déployer les doses du vaccin contre le COVID-19 de Janssen, filiale de Johnson & Johnson, en fonction de l'avis que doit rendre l'Agence européenne des médicaments (AEM) dans l'après-midi et des recommandations que pourra émettre la Haute autorité de santé (HAS) dans la semaine, a-t-on appris auprès du ministère de la Santé.

Les doses de ce vaccin sont stockées chez les grossistes-répartiteurs et pourront être livrés chez les médecins et pharmaciens lorsque les deux autorités de santé auront rendu leur avis, a expliqué le ministère lors d'un point de presse.

Ces livraisons pourraient être effectuées dès samedi et les vaccinations pourraient commencer en début de semaine prochaine si les autorisations sont bien données, a ajouté le ministère.

Le laboratoire américain J&J a décidé la semaine dernière de retarder le déploiement de ce vaccin en Europe et le Comité d'évaluation des risques en pharmacovigilance de l'AEM a parallèlement accéléré son analyse de cas rares mais sévères de troubles thromboemboliques aux Etats-Unis. L'agence doit rendre son avis ce mardi à 17h00 (15h00 GMT).

Le ministère de la Santé a par ailleurs précisé lors d'un point de presse que le taux d'utilisation du vaccin contre le COVID-19 d'AstraZeneca pour les doses livrées en ville s'élevait à 73%.

Son taux d'utilisation global s'élève à 67%, ce qui signifie qu'il est davantage administré par les pharmaciens d'officine et les médecins de ville que dans les centres de vaccination.

"Il faut absolument que la confiance puisse reprendre dans les semaines à venir dans AstraZeneca pour vacciner un maximum et le plus vite possible les personnes de plus de 55 ans et ça se joue très largement dans le dialogue avec les professionnels (de santé)", dit-on au ministère de la Santé.

Le taux d'utilisation du vaccin Pfizer était de 91% au 18 avril, et celui de Moderna de 70%, déclare-t-on de même source. Le retard de Moderna s'explique principalement par des raisons logistiques et non par une méfiance des Français à son égard. Mais il est en passe d'être comblé avec l'augmentation de la fréquence des livraisons, ajoute cette source.

Pour l'instant, les objectifs de 20 millions de primo-injections effectuées au 15 mai et de 30 millions de primo-injections effectuées au 15 juin sont atteignables, assure-t-on.

Mais les vaccins d'AstraZeneca et de Janssen restent "indispensables dans la stratégie vaccinale", précise le ministère. Sans ces doses, les objectifs seraient "largement" remis en question, ajoute cette source.

(Caroline Pailliez, avec Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot et Jean-Stéphane Brosse)