Téléchargez
notre application
Ouvrir

Se faire vacciner est un choix personnel, selon Hublot, sponsor de Djokovic

reuters.com  |   |  312  mots
Se faire vacciner est un choix personnel, selon hublot, sponsor de djokovic[reuters.com]
(Crédits : Arnd Wiegmann)

par Silke Koltrowitz

ZURICH (Reuters) - L'horloger Hublot, sponsor de Novak Djokovic, a déclaré à Reuters que se faire vacciner était un choix personnel, son premier commentaire depuis l'expulsion d'Australie du numéro un mondial du tennis.

Le joueur serbe, qui espérait participer à l'Open 2022 d'Australie, a vu son visa révoqué par les autorités au motif que sa présence présentait un risque pour l'ordre public du pays alors qu'il n'est pas vacciné contre le COVID-19.

Le directeur général de Hublot, Ricardo Guadalupe, a dit que la marque, propriété du conglomérat de luxe LVMH, attendait que Djokovic lui fasse part de son expérience.

"On attend quelle va être sa position par rapport à tout ce qu'il a vécu, tout ce qu'il a traversé", a dit Ricardo Guadalupe dans une interview à Reuters.

"Le principe du vaccin, c'est quelque chose de privé. Nous sommes pour la liberté individuelle, chacun peut décider, on peut être pour ou contre, voilà notre position", a-t-il ajouté.

Djokovic pourrait faire une déclaration à la fin du tournoi australien, qui s'achève le 30 janvier, a dit croire le directeur général de Hublot.

"(...) on se positionnera à ce moment-là", a-t-il conclu.

En août dernier, Novak Djokovic est devenu ambassadeur de la marque aux côtés de sportifs tels que Pelé, Kylian Mbappé et Usain Bolt. Selon Forbes, le joueur a gagné 30 millions de dollars l'année dernière grâce à ses contrats de sponsoring.

Un autre sponsor important de Djokovic, le groupe Lacoste, a déclaré la semaine dernière qu'il le contacterait pour "faire le point sur les événements qui se sont déroulés en Australie".

Parmi les autres sponsors de Djokovic figure le constructeur automobile Peugeot, qui a refusé de commenter l'incident.

(Reportage Silke Koltrowitz, version française Anait Miridzhanian, édité par Blandine Hénault)

2 mn