Les Russes fuient en Géorgie pour échapper à la mobilisation de Poutine

reuters.com  |   |  369  mots
Des reservistes appeles pendant la mobilisation partielle font la queue devant un bureau de recrutement dans la ville siberienne de tara, dans la region d'omsk, en russie[reuters.com]
(Crédits : Alexey Malgavko)

TBILISSI (Reuters) - Des Russes fuient leur pays en direction notamment de la Géorgie voisine pour échapper à l'appel à la mobilisation du président Vladimir Poutine pour combattre en Ukraine.

Le temps d'attente pour entrer sur le territoire géorgien pouvait atteindre dimanche jusqu'à 48 heures selon des estimations, avec plus de 3.000 véhicules en file indienne pour franchir la frontière, ont rapporté les médias d'Etat russes, citant des responsables locaux.

Tbilissi, la capitale de la Géorgie, avait déjà connu un afflux d'environ 40.000 Russes depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février, selon les chiffres gouvernementaux.

"Lorsque nous avons appris la mobilisation, nous avons tout laissé à la maison et avons sauté dans la voiture", a déclaré Dmitry Kuriliyunok à Tbilissi.

"Nous sommes complètement contre cette guerre. Pour nous, comme pour les autres, c'est effrayant. Mourir et tuer d'autres personnes, et pour quoi ? Nous ne comprenons pas. C'est pourquoi nous avons décidé de fuir", a-t-il ajouté.

Le nombre de personnes ayant quitté la Russie depuis l'annonce mercredi d'un décret de mobilisation partielle dans le cadre de l'"opération militaire spéciale" en Ukraine est difficile à évaluer.

Des scènes telles que celles qui se sont déroulées à la frontière entre la Russie et la Géorgie ont également eu lieu au Kazakhstan, en Finlande et en Mongolie, qui ont tous fait état de files d'attente importantes.

Le Kremlin a déclaré lundi qu'aucune décision n'avait été prise concernant la fermeture des frontières russes face au départ de nombreux hommes en âge de combattre.

Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a par ailleurs reconnu que certaines lettres de convocation à se rendre dans un centre de mobilisation de l'armée avaient été émises par erreur et que ces dernières seraient corrigées.

Le sénateur Sergueï Tsekov a estimé que les Russes en âge de combattre ne devraient pas être autorisés à voyager à l'étranger.

"Toute personne en âge d'être appelée à la conscription devrait être interdite de voyage à l'étranger dans la situation actuelle", a-t-il déclaré à l'agence de presse RIA.

(Reportage David Chkhikvishvili; rédigé par Jake Cordell; version française Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();