Bosnie : Un candidat modéré en passe de remporter un siège à la présidence

reuters.com  |   |  342  mots
Denis becirovic s'exprime lors d'une conference de presse a sarajevo[reuters.com]
(Crédits : Staff)

par Daria Sito-Sucic

SARAJEVO (Reuters) - Le candidat modéré Denis Becirovic est en passe de remporter le poste réservé à la communauté des musulmans de Bosnie au sein de la présidence collégiale, montrent lundi les résultats préliminaires basés sur un dépouillement partiel des bulletins de vote.

Denis Becirovic, candidat du Parti social-démocrate (SDP), anti-nationaliste, soutenu par 11 mouvements d'opposition issus de la société civile, est crédité de 55,78% des suffrages, devançant le chef de file du Parti de l'action démocratique (SDA), Bakir Izetbegovic. Ce dernier, qui selon la commission électorale aurait remporté 39,31% des voix, a reconnu sa défaite.

Les électeurs de Bosnie-Herzégovine étaient appelés aux urnes dimanche pour élire la nouvelle présidence collégiale du pays, leurs députés et les membres des assemblées régionales et locales, un scrutin dominé par l'affrontement entre partis nationalistes et réformistes.

Près de 3,4 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales dans un pays qui traverse sa pire crise politique depuis la fin de la guerre civile.

La campagne électorale a été marquée par de nombreux discours au ton nationaliste et agressif de partis toujours marqués par les divisions ethniques du pays, reléguant au second plan les enjeux liés à la crise économique.

L'absence de sondages d'opinion fiables rendait tout pronostic périlleux, mais bon nombre d'analystes estimaient que les partis nationalistes continueraient de dominer la scène politique à l'issue du scrutin et que le principal changement pourrait venir du camp des musulmans de Bosnie, le plus important et le plus diversifié d'un point de vue politique.

Au sein du camp croate, plusieurs partis ont averti qu'ils pourraient bloquer la formation d'un gouvernement si le modéré Zeljko Komsic venait à remporter le siège réservé à la communauté croate dans la présidence collégiale, affirmant qu'il ne pourrait être élu qu'avec des voix de Bosniaques et qu'il ne serait donc pas légitime pour représenter les Croates.

(Rédaction de Paris)

tag.dispatch();