Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les organismes de formation dans le viseur du gouvernement

reuters.com  |   |  342  mots
Les organismes de formation dans le viseur du gouvernement[reuters.com]
(Crédits : Stephane Mahe)

PARIS (Reuters) - Le ministère du Travail menace de poursuivre des organismes de formation pour ce qu'il estime être des propos mensongers sur la nouvelle réforme sur la formation professionnelle et des incitations à l'achat de formations, a-t-on appris jeudi auprès du cabinet de la ministre.

Ces sept organismes diffuseraient des informations selon lesquelles le compte personnel de formation (CPF) mis à disposition des actifs pour se former tout au long du parcours professionnel allait perdre de la valeur à partir du 1er janvier 2019, date à laquelle il doit être comptabilisé en euros et non plus en heures, précise cette source.

Ils inciteraient donc les gens à acheter davantage de formations avant le basculement de système prévu par la loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel" d'août dernier.

Ces organismes ont sept jours pour répondre aux demandes du ministère, précise la source. C'est la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle qui a envoyé les mises en demeure, ce jeudi.

"On a un rôle de garant de la qualité de la transparence de l'information du côté Etat qu'on assume et qu'on assumera avec la plus grande fermeté vis-à-vis des organismes de formation qui trompent les salariés", a déclaré ce proche de la ministre du Travail.

Si les organismes de formation sont globalement satisfaits du passage en euros, ils font pression pour que le gouvernement convertisse les heures déjà acquises à un taux suffisamment élevé pour que le CPF soit "efficace".

Le gouvernement s'est prononcé pour un taux de conversion de 14,28 euros par heure, "taux qui n'a aucune raison de changer" mais que les organismes jugent trop faible, dit le cabinet.

Il se base sur la moyenne du coût d'une heure de formation payée les OPCA, les organismes paritaires qui géraient tout le secteur avant la réforme d'août dernier. Ce coût moyen était de 12 euros, en comptant les formations des demandeurs d'emploi, dit la source.

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)