Téléchargez
notre application
Ouvrir

Faure veut une gauche unie, envisage d'être candidat

reuters.com  |   |  670  mots
Faure veut une gauche unie, envisage d'etre candidat[reuters.com]
(Crédits : Stephane Mahe)

IVRY-SUR-SEINE, Val-de-Marne (Reuters) - Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a lancé vendredi un appel au rassemblement à gauche pour les élections européennes, dénonçant la "prétention" de Benoît Hamon qui a rejeté toute alliance en affirmant emmener "la seule liste de gauche".

Lors de ses voeux à la presse au nouveau siège du PS à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le député de Seine-et-Marne a dit envisager d'être lui-même candidat au scrutin du 26 mai.

"Si ce rassemblement n'intervenait pas, je prendrais ma responsabilité et j'irais au combat avec mes amis. Parce que c'est trop facile d'être socialiste les jours de beau temps et quand les temps sont mauvais, de rester à la maison", a-t-il dit.

Le premier secrétaire veut donner priorité à un rapprochement à gauche avec le mouvement Génération.s de Benoît Hamon, le parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV) emmené par Yannick Jadot ou encore Place publique, le mouvement politique créé par l'essayiste Raphaël Glucksmann. Mais pas avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, avec qui les divergences sur la question européenne sont selon lui trop profondes.

"Je me mets à la disposition du rassemblement", a dit Olivier Faure, qui milite pour une gauche "pro-européenne, réformiste, écologiste, féministe, humaniste, progressiste."

L'ex-candidate socialiste à l'élection présidentielle, Ségolène Royal, a renoncé la semaine dernière à être candidate aux européennes après avoir elle-même échoué à provoquer une union à gauche.

"ON NE POURRA PLUS RIEN DIRE"

"Cela fait des mois et des mois que je me retrouve à signer des tribunes communes avec Jadot, avec Hamon, sur la question écologique, sur la question migratoire, sur tous ces sujets-là on est tout le temps ensemble. Et là pour les échéances européennes, on va se dire que ce n'est pas possible ?", a déploré Olivier Faure.

"Donc soit on se rassemble, soit on avance, soit on ne pourra plus rien dire et nous serons effacés du débat politique, les uns et les autres", a-t-il prévenu.

Pour Olivier Faure, une union de la gauche est indispensable pour éviter une redite du duel de l'élection présidentielle entre La République en marche et le Rassemblement national de Marine Le Pen, que prédisent pour l'heure tous les sondages.

Sur BFM TV et RMC, il a mis en garde contre le spectre d'une gauche "atomisée, explosée".

"Pourquoi? Parce que nous aurons eu sept, huit, neuf listes. Parce que vous avez des gens qui ont l'obsession présidentielle, qui ont l'obsession de leur propre boutique, qui pensent que finalement c'est mieux de faire 4, 5, 6, 7 (pour cent) parce qu'on a pu dépasser le voisin qui a fait lui un point de moins", a-t-il lancé en visant implicitement Benoît Hamon.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2017 (6,36%) a de nouveau fermé vendredi la porte à toute alliance.

"On ne reconstruira pas une offre politique à gauche sur la confusion stratégique", a-t-il dit sur Radio Classique.

"Je ne confonds pas la gauche et les appareils, je ne ferai pas une liste de partis paniqués, stressés à l'idée de ne pas passer le cap la prochaine élection", a ajouté Benoît Hamon.

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Valeurs actuelles et Sud Radio diffusé mercredi, la liste de Génération-s recueillerait 2,5% des suffrages aux élections européennes, celle d'EELV 6,5% et celle du PS 4%. Une liste doit recueillir au moins 5% des voix pour obtenir des élus au Parlement européen.

"Les Français ne savent même pas que je suis tête de liste. Franchement, je ne suis pas inquiet. Nous, nous serons la liste de gauche", a dit Benoît Hamon à propos de cette enquête.

"Mais quelle prétention !" s'est exclamé Olivier Faure.

"Imaginez que Benoît Hamon soit la seule liste de gauche, ça veut dire que la gauche, en France, ce serait 2,5% des Français. De qui se moque-t-on?", a-t-il lancé.

(Sophie Louet et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)