Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Inde lèvera "dans les prochains jours" les mesures de restriction imposées au Cachemire

reuters.com  |   |  426  mots
L'inde levera dans les prochains jours les mesures de restriction imposees au cachemire[reuters.com]
(Crédits : B Mathur)

NEW DELHI (Reuters) - Le gouvernement indien a déclaré vendredi qu'il lèverait dans les prochains jours les mesures imposées dans l'Etat du Jammu-et-Cachemire pour restreindre la liberté de circulation des personnes et les communications.

L'annonce a été faite par l'avocat du gouvernement lors d'une audience devant la Cour suprême, saisie par l'éditrice du journal Kashmir Times qui réclame le rétablissement des lignes de communication avec le territoire himalayen.

Dans l'immédiat, le dispositif a été resserré à Srinagar, la principale ville du Cachemire, pour éviter que des manifestations suivent les grandes prières du vendredi.

Deux journalistes de Reuters ont signalé le déploiement de forces de sécurité devant les mosquées de la ville. Des fourgons de police équipés de haut-parleurs sillonnent par ailleurs les rues de la ville en recommandant aux habitants de ne pas s'aventurer dehors.

D'après la chaîne de télévision indienne NDTV, citant des sources anonymes, les écoles rouvriront probablement ce lundi.

New Delhi a supprimé le 5 août dernier le statut particulier dont bénéficiait cet Etat du nord de l'Inde depuis l'indépendance, en 1947.

Dans le même temps, les lignes téléphoniques, les accès à internet et les chaînes de télévision ont été suspendus. La liberté de mouvement de même que les rassemblements ont également été restreints.

Plus de 500 dirigeants et activistes locaux ont été interpellés et les forces indiennes ont érigé de nombreux barrages routiers dans le territoire.

Le gouvernement indien a justifié ces mesures par le souci d'éviter des troubles au Cachemire, le seul Etat de la fédération indienne à la population majoritairement musulmane.

Les autorités indiennes, confrontées à une insurrection depuis des décennies dans cette région également revendiquée par le Pakistan, jugent que ce statut spécial a freiné le développement économique du Jammu-et-Cachemire.

Dans un discours prononcé jeudi à l'occasion de la fête de l'indépendance, le Premier ministre indien, Narendra Modi, dont le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata (BJP) a remporté les législatives du printemps dernier, a déclaré que ce statut d'autonomie avait favorisé la corruption et le népotisme et créé de l'injustice pour les femmes, les enfants et les minorités.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir ce vendredi à huis clos à la demande du Pakistan et de la Chine pour examiner la décision indienne.

(Suchitra Mohanty avec Fayaz Bukhari à Srinagar; Henri-Pierre André pour le service français)