Téléchargez
notre application
Ouvrir

Près de 1.400 membres du ministère de l'Intérieur contaminés

reuters.com  |   |  325  mots
Pres de 1.400 membres du ministere de l'interieur contamines[reuters.com]
(Crédits : Pool)

PARIS (Reuters) - Près de 1.400 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur sont atteints par le coronavirus sur un total de 300.000 personnes, a annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, souhaitant que le virus soit considéré comme une maladie professionnelle.

"Près de 1.400 fonctionnaires du ministère de l'Intérieur sont à ce jour reconnus affectés par le COVID-19 de manière avérée", a-t-il déclaré lors d'une audition en visioconférence devant la mission parlementaire portant sur l'impact, la gestion et les conséquences de l'épidémie de coronavirus qui a fait près de 11.000 morts en France.

"Il faut reporter ça évidemment à l'ensemble de la population du ministère de l'Intérieur soit 300.000 personnes, donc ça nous fait un taux inférieur à 0,50% mais c'est un taux élevé", a-t-il ajouté. "Il me paraît évident que le facteur d'exposition accru au risque, même en observant strictement les gestes barrières et en bénéficiant des matériels de protection, est un sujet qui doit être pris en compte."

"C'est la raison pour laquelle je souhaite que le COVID-19 soit inscrit au tableau des maladies reconnues comme étant professionnelles et que je souhaite également que le lien de l'affection avec le service soit présumé pour les agents dont il est établi qu'ils ont assuré la mission au contact du public durant la période de l'état d'urgence sanitaire", a poursuivi Christophe Castaner.

La reconnaissance du coronavirus comme maladie professionnelle pour les professionnels de santé, de l'alimentation, des transports ou de la sécurité qui seraient contaminés, a été recommandée lundi par l'Académie de médecine.

Fin mars, le Premier ministre Edouard Philippe avait déjà fait savoir que le coronavirus serait considéré comme une "maladie professionnelle" pour les médecins, infirmiers et aides soignants, prévenant qu'il n'y aurait "aucun débat là-dessus".

(Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André)

`