Acte XV des Gilets jaunes : regain de mobilisation et tensions

 |   |  956  mots
(Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)
Mobilisation en hausse pour ce quinzième samedi de manifestation des "Gilets jaunes" : 46.600 manifestants dont 5.800 à Paris ont été recensés.

L'"acte XV" du mouvement des "Gilets jaunes" a été marqué ce samedi 23 février par des heurts, notamment à Clermont-Ferrand et Rennes, et une mobilisation en hausse par rapport à la semaine dernière, avec quelque 46.600 manifestants dont 5.800 à Paris. La précédente action des "Gilets jaunes" avait réuni 41.500 manifestants dont 5.000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.

Dix-huit personnes ont été interpellées à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) où un appel à un "acte XV" régional du mouvement a été suivi par quelque 2.500 manifestants ; le même nombre de personnes a été interpellé à Rennes, a-t-on appris auprès des autorités.

A Paris, vingt-huit personnes ont été arrêtées dans une manifestation majoritairement calme, en dépit de heurts lors de sa dispersion. Deux manifestants ont été blessés.

"Les exactions commises en marge des rassemblements de Clermont-Ferrand, Rouen, Montpellier... sont intolérables", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur Twitter, saluant "l'action de nos forces de l'ordre, intervenues avec sang-froid et détermination alors même qu'elles étaient violemment prises à partie".

Un dispositif policier exceptionnel avait été mis en place à Clermont-Ferrand en prévision de la manifestation (devantures protégées, mobilier urbain démonté) et des contrôles ont été faits dès la matinée.

Parmi les dix-huit personnes interpellées dans ce cadre, quinze ont été placées en garde à vue, a indiqué la préfecture du Puy-de-Dôme dans un communiqué. Des armes dont certaines par destination (boules de pétanque, batte de baseball, pied de biche, pistolet d'alarme, poignée à impulsion électrique, etc.) ont été confisquées.

Plusieurs incidents ont eu lieu aux abords du Palais de justice, des poubelles ont été incendiées, des vitrines dégradées et plusieurs pompiers ont été pris pour cible.

Défilé dans le calme à Paris

A Paris, deux manifestations (un défilé entre la place Charles de Gaulle et celle du Trocadéro) et trois rassemblements liés au mouvement des "Gilets jaunes" avaient été déclarés auprès des services de la préfecture de police. Le cortège parisien s'est déplacé dans le calme en début d'après-midi, suivant pour l'essentiel l'itinéraire prévu.

Vingt-huit personnes ont été interpellées et deux manifestants ont été blessés, a fait savoir la préfecture. Elles sont dans une situation d'"urgence relative", précise-t-on.

La dispersion du rassemblement, place du Trocadéro a déclenché des heurts et l'utilisation de gaz lacrymogènes par la police.

Outre le dispositif désormais traditionnel de sécurité autour des institutions (Elysée, ministère de l'Intérieur, Sénat et Assemblée, etc.), les forces de police étaient déployées en nombre aux abords et à l'intérieur du Salon de l'agriculture, où Emmanuel Macron s'est offert un bain de foule dans une ambiance globalement chaleureuse.

A Rennes, où la préfète d'Ille-et-Vilaine avait pris un arrêté d'interdiction de toute manifestation ou rassemblement dans le centre-ville, le cortège a été séparé en deux par les forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes, dans une ambiance tendue, émaillée de dégradations, jets de projectiles et de feux de poubelles.

La préfecture recense six blessés légers parmi les forces de l'ordre, au moins deux parmi les manifestants. Des secouristes volontaires font état pour leur part de six manifestants touchés aux jambes par des tirs de flash-balls.

Quinze personnes ont été interpellées dont treize placées en garde à vue, notamment pour des jets de projectile ou pour port d'arme.

Les manifestants, qui étaient environ 2.000 au plus fort de la mobilisation selon la préfecture, ont vu leur nombre diminuer et ont été repoussés vers le sud de la gare. La préfecture y a recensé en fin d'après-midi au moins une centaine de "casseurs" masqués et cagoulés.

A Lyon, où la mobilisation a diminué, plusieurs centaines de manifestants arpentaient le centre-ville en affrontant régulièrement les forces de l'ordre, ciblées par des jets de pavés et de projectiles. Des casseurs, qui se sont mêlés à la manifestation, ont mis le feu à des poubelles, dégradé du matériel urbain et détruit des vitrines, dont celle d'une agence de la Banque populaire.

Les manifestants ont interrompu la circulation du tramway en incendiant des poubelles sur les rails et bloqué la circulation sur l'autoroute A7, provoquant d'importantes perturbations.

Bordeaux, l'une des villes où le mouvement entraîne chaque semaine une forte mobilisation, a vu quelque 4.000 "Gilets jaunes" manifester d'abord dans le calme dans le centre, selon l'estimation d'un reporter Reuters sur place et de médias locaux. Peu avant 18h, les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eau et gaz lacrymogènes sur des manifestants qui leur jetaient des projectiles devant l'hôtel de Ville, avant de charger pour les repousser dans les rues adjacentes. Cinq personnes ont été placées en garde à vue "pour jets de projectiles sur les forces de l'ordre, détention de matériel offensif, d'artifices et de munitions", a-t-on appris auprès de la préfecture.

A Marseille, mille personnes ont défilé depuis la Canebière, sans incident, selon la police.

À Toulouse, où plusieurs milliers de personnes ont défilé, les services de l'Etat ont indiqué que le nombre de manifestants avait connu "une baisse sensible par rapport aux semaines précédentes".

La préfecture a fait état de "quelques incidents avec des jets de projectiles et de cocktails molotov en direction des forces de l'ordre ainsi que des tags notamment sur le tribunal de grande instance et des devantures de magasin notamment". Quatre personnes ont été interpellées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2019 à 12:39 :
Le R.I.C. doit absolument remplacer les manifestations de rue, quand on voit ce que cela coûte a l'Économie et à l'image de la France sans aucune conclusion positive! Le R.I.C. ou la rue!
a écrit le 25/02/2019 à 10:19 :
Puisqu'ils en étaient à Clermont, je préfère de très loin les Jaunards (supporters de l'ASM) aux gj qui consomment sérieusement à me les hacher menu. Qu'ils se mettent au boulot, ou pour les retraités qui présentent des feuilles de retraite à 430€, il faut qu'ils fassent la relation entre leur temps de cotisation (à peu prés 20 ans à 1500€ de salaire; c'est ce que touche mon épouse) et le résultat final; s'ils ont travaillé au black et que ce n'est pas reconnu, alors tant pis pour eux. Dans des tas de pays, (au moins 99%) ils auraient beaucoup moins, le minimum vieillesse n'existant pas en plus.
a écrit le 24/02/2019 à 16:41 :
Gilets Jaunes désormais c'est quoi ? Qu'est-ce que ça représente ? Rien! Pourquoi ? Parce que la très grande majorité des Français, s'ils ont de la compassion pour les GJ, ils ne sont pas prêts à laisser reverser la table. Pour le futur proche, Macron peut être serein.
Les prochaines élections lui seront favorables, tant il y a personne en face. Dans la paysage actuel qui veut de Mélenchon ?de Le Pen? Et des autres prétendants à la Wauquiez ou Hamon ou Philippot ou autre inconnu ? Personne.
Si, il reste l'Abstention.
Fort de ce constat, soit on passe à une VI République avec les défauts de la IV, soit on reste dans la V et on reviendra inexorablement à l'affrontement avec 2 partis forts. Et comme l'anarchie ou le communisme ne sont pas au programme, la messe est dite. Amen.
a écrit le 24/02/2019 à 15:00 :
QUAND les médias vont-ils cesser de relayer les chiffres du ministère de L'Intérieur , mensongers de tous temps pour ces manifestations !
C'est de la complicité de propagande !!!
Réponse de le 24/02/2019 à 15:30 :
C' est le but, il ne faut pas avouer les vrais chiffres.
a écrit le 24/02/2019 à 10:54 :
C'est les vacances scolaires, mais ils sont plus nombreux, leur nombre va enfler avec le beau temps, la manipulation médiatique de ces derniers jours a nourri la colère!
A Macron, si vis pacem Référendums!
a écrit le 24/02/2019 à 10:46 :
Qui tient la mèche du baril de poudre? L'article est un relevé événementiel, mais n'aborde pas la nature du mouvement ses rivalités, ses courants, la diversité des objectifs souvent contradictoires entre tentation politicienne et individualisme anarchiste ( pas de représentation pas délégation pas d'interlocuteur). Une mystique du nombre, du Peuple d'autant exalté qu'il est vide ďe sens. Il me fait penser à la parabole du chevalier inexistant de Calvino!
a écrit le 24/02/2019 à 10:08 :
"Regain de mobilisation" La peur gagne l'ensemble des rédactions de plus en plus sous le dictât de quelques milliers de rageux.
Réponse de le 24/02/2019 à 15:06 :
...les reactions apeurées de petits bourgeois dérangés dans leur confort ne masquent nullement l'ampleur de ce mouvement !
Tous les gilets jaunes ne sont pas dans les manifs loin s'en faut : si Macron n'a pas le moindre doute qu'il dissolve l'Assemblée et s'en remette a la proportionnelle !
a écrit le 24/02/2019 à 10:06 :
Manifestations pénibles et désormais trop fréquentes mais des gouvernements successifs l'ayant bien cherché à imposer des taxes disproportionnés concernant les besoins de base: Transport, énergie, alimentation, logement.
Taxer excessivement ce qui n'est pas vital peut se comprendre, ce n'est pas ce qui a été fait depuis des décennies.
a écrit le 24/02/2019 à 9:53 :
Mas combien de temps encore la France Pourrat 'elle se payer le luxe ,d'offrir chaque quelques jours, au monde entier ,le spectacle lamentable de scènes de guérilla urbaine..?
Réponse de le 24/02/2019 à 10:39 :
Jusqu' à ce que Macron ou un autre ait apporté une réponse car pour l' instant rien n' est purgé des attentes des gilets jaunes et donc le mouvement ne s' éteindra pas d' autant qu' il compte un soutien massif de la population .
a écrit le 24/02/2019 à 9:51 :
Il s'était 5800 à Paris, ce qui veut dire 1 manifestants sur 1000 habitants. Pourquoi en parler.... les journalistes n'ont rien d'autre à faire??
Réponse de le 24/02/2019 à 11:50 :
Et si les chiffres n'étaient pas les bons...
Réponse de le 24/02/2019 à 12:55 :
L’agglomération parisienne c'est 12M d'habitants, ce qui fait 1 manifestant pour 2000 habitants ou si vous préférez 0.05% sachant que la plupart vienne de province. L'échec relatif de ce mouvement est justement qu'il n'a pas mobilisé la population de la principale agglomération du pays.
a écrit le 24/02/2019 à 9:49 :
a croire que macron n'a rien compris,on n'est pas obligé de défilé pour être gilet jaune j'ai rarement vue autant de monde àa paris ,et pour toute réponse on annonce l’impôt pour tous le petit vieux qui ne s'en sort pas on va lui en prendre un peut plus,et pendant ce temps macron amuse la galerie au salon devant un parterres de la république en marche
a écrit le 24/02/2019 à 9:49 :
Tiens :

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, expose dans une grande interview au Journal du Dimanche des pistes de sortie au grand débat national organisé pour répondre à la crise des Gilets jaunes. "Il faut redonner à chacun le sens de l’impôt, qui est un acte citoyen", estime-t-elle. "Chacun pourrait contribuer à la hauteur de ses moyens, y compris les plus modestes, même de manière très symbolique, pour recréer le lien entre citoyen et impôt. Chacun pourrait payer l’impôt sur le revenu."

En gros, comment faire payer les 9 964 premiers euros par an qui sont imposés à 0,0%, soit 0 € à payer.Pas certain que cela réponde à cette crise des GJ..
Réponse de le 24/02/2019 à 11:29 :
Pas une mauvaise idée:s'il y a 9 millions de pauvres en France,meme en les taxant un peu,ça peut devenir intéressant.Le problème de Macron c'est que les autres taxes rentrent beaucoup plus mal(radars,TVA,énergie,récession)Il va donc reprendre sa politique de petites taxes parce qu'il ne sait pas faire autrement.Courage,les 60% de prélèvements obligatoires sont en vue!
a écrit le 24/02/2019 à 8:56 :
"une mobilisation en hausse par rapport à la semaine dernière"

On peut noter que Castaner qui martelait la semaine dernière à la TV que le chiffre des manifestants baissait et se frottant les mains n'a pas trop commenter la hausse cette fois-ci.
Réponse de le 24/02/2019 à 11:31 :
Castaner a bien d'autres soucis:il a révèlé cette semaine qu'il avait été maltraité par ses parents pendant son enfance,alors un peu de compassion!
a écrit le 24/02/2019 à 8:08 :
Notre président aurait une autre stature en reconnaissant le mouvement des Gilets Jaunes: foin des discours moralisateurs; accepter de les entendre en les encourageant à désigner une délégation. De toute façon, il devra changer de ministère et dissoudre une chambre de députés dévalués par leur suffisance et, pour certains, par une probité élastique, En route pour un nouveau quinquennat!
a écrit le 24/02/2019 à 7:46 :
A Rennes, Mme La Prefete interdit le centre-ville, pourquoi pas partout ?????? ENFIN !!!
Toulouse...etc.…

Choquée que le Préfet de Paris permette ! LE N IMPORTE OU !

République-Bastille ou Nation, comme les syndicats,
ou 19ème-20ème arrondiss, vers la Place du Colonel Fabien.
a écrit le 23/02/2019 à 21:46 :
AAAAAAAAAAAUUUUUUUUUUUUUUUUUXXXXXXXX
ARMES !!!
a écrit le 23/02/2019 à 21:35 :
Dernier avertissement ! Soit le gouvernement fait la guerre à l'évasion fiscale soit nous prenons le pouvoir par la force et raillons de la carte, le luxembourg, gersey guernesey, ile de man, caiman, toutes les cibles identifiées depuis des lustres.
Réponse de le 24/02/2019 à 7:35 :
40 Milliards d'eur/an de redressements fiscaux et amendes, pour les rendre aux honnêtes citoyens ? non pour encore plus de dépenses publiques.

Récupérer le double ? pour gaspiller plus ?
Alors Indifférente !!!!!!

Record Mondial de la dépense publique 58% du PIB/An
Mais avec çà ! Hôpitaux et EHPAD indignes !


Ne parlons pas des routes et ponts accidentogènes, car vétustes,
malgré 60 Milliards d'eur/An de tipp e tva carbur et 2.8 Milliards d'eur/an
d'amendes.
Quatre voies si sùres 110KM/H rarissimes ( Brest-Nantes)
Réponse de le 24/02/2019 à 11:36 :
Commencez par rayer la bêtise humaine ,vous avez tout a y gagner….
Réponse de le 24/02/2019 à 20:06 :
@celine
Vous dénoncez l'état de nos routes , hôpitaux et Ehpad et d'un autre côté, vous affichez ouvertement votre sympathie pour les délinquants qui fraudent car ils ne veulent pas financer tout cela.
Vous devriez partir aux USA pour admirer à quel point leur système de santé et système éducatif tapent dans le porte-monnaie. Tout cela vous permettra de comprendre pourquoi les jeunes ingénieurs français partis aux USA disent que oui, on peut avoir de gros salaires aux USA, mais que le niveau de vie est loin d'être à la hauteur des promesses.
Réponse de le 25/02/2019 à 10:28 :
@celine Hôpitaux indignes, j'en rigole. Allez voir ailleurs en Amérique du Nord ou même chez nos voisins. Mon épouse vient de se faire changer une valve aortique pris en charge à 100% par la sécu à Toulouse. Opération de 5h à cœur ouvert et suivi top. Même pas besoin de faire intervenir la mutuelle.
En gros, arrêtez de dire des c....
a écrit le 23/02/2019 à 20:51 :
Ce mouvement n'a plus de sens: pas de leader crédible, pas de proposition constructive et de la casse tous les weekend.
Si BFMTV et consorts se lassent de diffuser "samedi jour d'émeute", le mouvement s'arête illico presto
Réponse de le 24/02/2019 à 11:53 :
Convoquons de nouvelles élections, comme dans une démocratie...
a écrit le 23/02/2019 à 20:40 :
Ceux qui pensent que le mouvement va s' épuiser se mettent un doigt dans l' oeil jusqu' à la clavicule, le mouvement va s' organiser et probablement se politiser en mettant aux voix et rejoindre enfin celui qui les représente le plus ... Chouard et Drouet sont très entendus.
a écrit le 23/02/2019 à 19:33 :
Le seul responsable est Macron. Macron préfère ne pas dépasser le déficit des 3% et affamer son peuple qui demande simplement a finir les fins de mois.
La pauvreté dans un pays est un choix politique.
Chaque jour compte pour sauver des vies mais ce gouvernement se réjouit du nombre de 150 000 SDF, ainsi que des jeunes cherchant un travail mais n'ayant pas le droit au RSA car c'est a partir de 25 ans et donc beaucoup ne mangent pas a leurs faims.
Il y a aussi pleins de famille avec des personnes vivant a 3 avec 1200 euros ou a 5 avec 2500 euros par mois mais Macron préfère changer la vaisselle de l'Élysée a 500 000 euros.
Nous sommes en plus dans une fausse démocratie car Macron représente seulement 24% des voix au premier tour et se permet d'affaiblir son propre peuple qui a déjà des bas revenus.
Ce n'est pas avec des miettes qu'on nourrit son peuple et il y a seulement 300 000 emplois non pourvus pour 6 000 000 de chômeurs et entre deux et trois millions de personnes supplémentaires non inscrits a pôle emploi.
Macron n'a aucune empathie envers les miséreux Français et pense que la France va bien.
Soutien total aux Gilets Jaunes, on ne lâchera rien pour l'avenir de notre pays et on va en finir avec l'avidité de quelques-uns seulement pour l'argent.
Il faut un plan de 140 Milliards d'euros d'urgence pour en finir avec la très grande pauvreté et remettre en place le retour des services publics.
Réponse de le 23/02/2019 à 20:22 :
On voit tout de suite votre connaissance de la démocratie, je cite "nous sommes dans une fausse démocratie, 24%au premier tour". Vous ne savez pas qu'il y a un second tour ? Le reste à l'avenant.
Réponse de le 23/02/2019 à 21:40 :
@micron
La démocratie c'est la proportionnelle au minimum !!!!
C'est vous qui ne comprenez rien aux manipulations electorales, ignare !
Réponse de le 24/02/2019 à 11:40 :
Nous assistons à l'agonie de l'état providence et de 40 ans de socialisme de gauche et de droite …même que certains sont déjà nostalgiques …..
Réponse de le 24/02/2019 à 15:17 :
Je ne suis pas économiste mais je n'ai jamais compris comment on peut créer des emplois sans une relance de la consommation donc des carnets de commandes !
Macron et sa bande font l'inverse !
a écrit le 23/02/2019 à 19:32 :
Seulement 15 000 sur toute la France ? Des factieux dont on ne devrait plus parler ! Rideau sur une triste escroquerie médiatique... Mais on s'en souviendra
Réponse de le 23/02/2019 à 20:12 :
Faites pas votre Jessyfer...

C'est le chiffre à 14h00, alors que la plupart des manifs n'ont même pas commencé.
Le chiffre Castaner fin de journée est généralement 4x le chiffre à 13h00.

On va donc dire 45 000 pour la police.

le chiffre réel généralement constaté par les experts indépendants c'est 30% de plus, donc environ 60 000.

Et le chiffre jaune est en général le double de celui de Castaner, soit 90 000.

Leçons à tirer.
1°) le mouvement n'est pas sur son déclin
2°) les GJ sont capables de manifester sans tous les excès de la semaine dernière, ce qui élimine tout caractère factieux au mouvement. Il faudra trouver autre chose pour les discréditer.
3°) les problèmes débutent souvent quand la police s'en mèle. Aujourd'hui à Paris, les mobiles et les CRS ont sévèrement gardé la tête de manif. Celle ci a traversé Paris sur 12 km sans qu'un seul pot de fleur soit égratigné.

Arrivé en fin de manif, la police en civil a laissé les black blocks d'infiltrer en tête de cortège et ça a dégénéré. Comme la plupart du temps.
A se demander si ce n'est pas voulu.
Réponse de le 23/02/2019 à 20:49 :
Soutenus par 70 % de la population qui ne va pas lâcher Macron de si tôt... Macron est cuit politiquement.
Réponse de le 24/02/2019 à 10:43 :
@Marcassin

70% ? Vous allez vite déchanter, les enquêtes téléphoniques bidons sur 1000 personnes dont vous vous repaissez pour espérer exister ne veulent rien dire. Un sondage vous donne à 4% aux Européennes et LREM est à 25%. Sans oublier ceux qui donnent Macron vainqueur si la présidentielle avait lieu ajd, avec un score plus élevé qu'en 2017. Pas mal pour quelqu'un de "cuit politiquement" non ? Vous n'avez pas fini d'avoir mal aux fesses. :-)
Réponse de le 24/02/2019 à 15:29 :
@Clairvoyant La France soutient massivement les GJ depuis que l' UE a déclassé par son racket l' ensemble des français.
Sur les sondages bidonnés des instituts de sondage des copains à Macron vous imaginez ce que la France en pense.
Non le mouvement ne s' éteint pas, il se rallume. Et d'ailleurs, pourquoi se rallume-t-il ?
Parce qu' aucune réponse n' est apportée.
Réponse de le 24/02/2019 à 20:14 :
@Marcassin:

Votre auto-persuasion confine à l'endoctrinement. Regardez derrière les parebrises, sur les réseaux sociaux, IRL au quotidien...vous ne représentez plus que vous-même. La "sympathie" des Français pour les mouvements sociaux est quasi génétique (de base, il y a tjs au minimum 50-60% de soutien)...mais ne vaut pas adhésion.

Vous aurez beau jeu d'accuser les instituts de sondage d'être pro-Macron. Ils sont en fait délibérément pro-GJ, et permettent de croire à ce mouvement agonisant qu'il existe encore. Les européennes vont venir achever le cacner en phase terminale. On en reparle bientôt ! :-)
a écrit le 23/02/2019 à 19:25 :
Le mouvement des "Gilets jaunes" est essentiellement justifié par la montée exponentielle des travailleurs pauvres, l'envahissement de la précarité et de la misère, et l'instauration d'un nouveau mode d'esclavage humain ;

il est scandaleux que les syndicats ouvriers, agricoles, et même ceux des indépendants qui souffrent ne se joignent pas massivement aux Gilets Jaunes ;

Ils ne viendront pas se plaindre de leur future disparition inéluctable faute d’adhérents ces syndicats absents, inertes, complices du pouvoir des voyous de la finance qui agissent en bandes organisées
Réponse de le 24/02/2019 à 8:44 :
"il est scandaleux que les syndicats ouvriers, agricoles, et même ceux des indépendants qui souffrent ne se joignent pas massivement aux Gilets Jaunes ;"

Faut savoir :

Le mouvement des gilets jaunes est né sans les syndicats, et il compte bien vivre sa vie comme un grand. Sur les barrages, les manifestants sont unanimes. Pour Christophe, par exemple, rencontré sur le blocage du dépôt pétrolier de Lespinasse au nord de Toulouse, pas besoin des structures classiques pour organiser la contestation : "c'est le peuple qui gueule là, la petite France qui gueule, c'est tout."C'est clair, c'est dit, les gilets jaunes ne veulent pas du drapeau rouge de la CGT, ni de celui de FO ou de la CFDT. Pas même Sud ou Solidaires. S'ils sont solidaires, c'est entre eux, et Frédéric tient à garder une certaine fraîcheur : "c'est un mouvement improvisé. Si les syndicats s'en mêlent, ça va être trop structuré, et ça va s'adoucir tranquillement".
a écrit le 23/02/2019 à 17:42 :
je suis scandalisé on vois les casseurs agir en toute tranquillité ou est la police? à clermont ferrand,on pouvait les intercepter avant,casterner cherche le pourrissement.surtout qu'on vois des mineurs..., au secours Sarko revient faire la police
Réponse de le 24/02/2019 à 15:09 :
.... comme il l'a fait dans les banlieues ???
a écrit le 23/02/2019 à 17:40 :
Bof, ces interpellés ne risquent pas grand-chose. Les forces de l'ordre interpellent, mettent en garde à vue, déférent, mais au final la justice se veut clémente voir très clémente dans les condamnations des casseurs et des violents.
a écrit le 23/02/2019 à 17:09 :
Il faut arrêter cette soi disant distinction entre casseurs et gilets jaunes. Ce mouvement est intrinsèquement violent pour la bonne et simple raison qu'il n'a jamais réuni beaucoup de manifestants et cela même dès début en novembre dernier. S'il n'y a pas le nombre pour attirer l'attention, le meilleur moyen est de casser, tenter de semer le chaos. Cette stratégie a relativement bien fonctionné car dans l'histoire des mouvements sociaux, jamais aussi peu de personnes dans la rue n'ont obtenu autant de couverture médiatique.
Réponse de le 23/02/2019 à 20:46 :
"....jamais aussi peu de personnes dans la rue n'ont obtenu autant de couverture médiatique". Peut-être. Toujours est-il que le phénomène des GJ devient peu à peu international et se répand dans beaucoup de pays. Ensuite ce n'est pas un "mouvement" mais l'expression d'une colère profonde qui vient des entrailles d'un peuple qui n'en peut plus. Quelque chose me dit que cela ne va pas s'arrêter mais je peux me tromper...
Réponse de le 24/02/2019 à 15:11 :
... c'est griveaux ou Darmanin au clavier ?
a écrit le 23/02/2019 à 17:05 :
Monsieur Drouet à tenté en vain d'approcher le président...événement de portée planétaire qui d'évidence intéresse davantage que le contenu du discoursprésidentiel sur l'avenir de la PAC...on gaussera la morgue présidentielle! Pensez donc esquiver un monsieur aussi important que ce Drouet! Petit personnage gonflé au vent de la vanité!
Réponse de le 23/02/2019 à 17:39 :
Drouet, le porteur d'eau de Mélenchon, à l'image de son maître semble souffrir d'une macronite aiguë. Cela relève sans doute d'avantage de la médecine que de la politique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :