Gilets jaunes : l'impact catastrophique pour les commerces de proximité (2/2)

 |   |  3324  mots
(Crédits : Reuters/Piroschka Van De Wouw)
En attendant le plan d'action du gouvernement, les villes et les régions s'organisent pour sauver les commerces les plus fragilisés par les dégradations et la baisse d'activité. Par les journalistes des rédactions nationale et régionales de La Tribune.

Toulouse, Marseille, Rennes, Nantes, Lille, Tours, Bordeaux, Montpellier, Lyon, Strasbourg, Paris... aucune métropole n'a été épargnée par la crise des "Gilets jaunes". Dépôt de bilan, travail intérimaire, coût du nettoyage, plan de sauvegarde, les communes et les conseils régionaux s'organisent pour faire face.
Par les journalistes des rédactions nationale et régionales de La Tribune.

___

Toulouse, la ville la plus impactée

« À vendre ». Des centaines de pancartes portant cette inscription sont apparues le 16 janvier sur les devantures de commerces du centre-ville toulousain, accompagné du numéro de la préfecture de région. L'objectif ? Interpeler les pouvoirs publics sur leur situation économique catastrophique engendrée par le mouvement des « gilets jaunes », dans « une période où ils réalisent 40 % de leur chiffre d'affaires annuel », précise Christian Bastide, président du tribunal de commerce de Toulouse. Pour preuve, la CCI de Haute-Garonne a mené une enquête entre le 11 et 21 décembre auprès des acteurs économiques locaux et le résultat est sans appel. Sur 247 répondants, ils sont 97 % à constater « une baisse de fréquentation de leur clientèle ». Pire encore, 22 % des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2019 à 11:03 :
Conclusion: Il faut mettre en route le R.I.C. pour remplacer les manifestations de rue! Le R.I.C ou la rue!
Réponse de le 23/02/2019 à 19:52 :
@ Bref : ce sera peut-être la rue, mais pas forcément celle à laquelle vous croyez... le RIC n'est qu'une escroquerie médiatisée. Seules les élections et les votations référendaires ont de la valeur. Pas les gadgets démagogues et soi-disant participatifs : les kermesses gauchistes ne mènent nulle part et coûtent fort cher.
Réponse de le 24/02/2019 à 11:48 :
Sans R.I.C., il n'y qu'une seul moyen d'expression entre deux séances d'élections, pour ne rien changer, c'est la rue; manifestation; violence; dégradation; insécurité; image dégradé de la France et problème non résolue!
a écrit le 23/02/2019 à 10:35 :
Il convient d' envoyer la facture à la commission européenne qui fixe la politique de la France via les GOPE et qui détruit le pays sur le mode grec ..
https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019/
Il n' y a pas d' autre solution que le Frexit pour se libérer des chaines de l' UE ..
a écrit le 23/02/2019 à 9:58 :
La photo d'illustration : la photo complète montre qu'il s'agit de l'enseigne Starbucks, multinationale américaine qui est adepte de l'optimisation fiscale. Le tag complet est : "paie tes impôts".
La tribune a recadré l'image pour faire croire qu'il s'agit du petit maraîcher bio du quartier, un peu limite quand même...
Réponse de le 23/02/2019 à 10:25 :
Parce qu'on a le droit de casser si c'est une enseigne américaine ? Mais vous écrivez n'importe quoi ! Reprenez-vous, vous divaguez gravement pour justifier vos haines..
Réponse de le 23/02/2019 à 12:57 :
@brittanicus
Je crois avoir déjà à plusieurs reprises critiqué les casseurs sur la Tribune. Donc non , je ne cautionne pas la vitrine cassée , par contre c'est sûr et je l'assume, si il s'agit d'une enseigne qui pratique l'optimisation fiscale, je condamne cette acte bien plus mollement. D'un autre côté je trouve que le tag est totalement légitime à défaut d'être légal. Si vous y voyez de la haine , sachez qu'il suffit que cette enseigne paie ses impôts normalement pour la faire disparaitre .
a écrit le 23/02/2019 à 9:53 :
C'est le prix de l'indifférence !
Les commercant sont les 1ers à faire d'énormes marges en achetant chinois et revendant en euro avec la monnaie chinoise hyper dévaluée c'est tout benef. Polueur (de l'acitivité economique) payeur !
Réponse de le 23/02/2019 à 10:22 :
Parce que vous ne faites pas de fantastiques économies en achetant ces biens "chinois" ? Tartuffe n'est pas mort... Les commerçants vendent ce que leur demandent les clients. Un peu de courage, prenez conscience de vous-même et vous serez adulte vous aussi un jour !
Réponse de le 25/02/2019 à 1:08 :
@Britannicus : Non, il ne fait pas de fantastiques économies en achetant ces biens chinois, puisque "Les commerçants sont les 1ers à faire d'énormes marges en achetant chinois". Les clients ne font pas d'économie car l'intermédiaire (le commerçant) se goinfre. Les gilets jaunes ont été licenciés car leurs entreprises françaises ont fait faillite car le commerçant ne leur passe plus de commandes : il préfère le dumping. Les commerçants ne vendent pas les produits demandés par les clients, mais ceux qui maximisent son profit.
Réponse de le 25/02/2019 à 1:10 :
@Britannicus : Non, il ne fait pas de fantastiques économies en achetant ces biens chinois, puisque "Les commerçants sont les 1ers à faire d'énormes marges en achetant chinois". Les clients ne font pas d'économie car l'intermédiaire (le commerçant) se goinfre. Les gilets jaunes ont été licenciés car leurs entreprises françaises ont fait faillite; le commerçant ne leur passe plus de commandes : il préfère le dumping. Les commerçants ne vendent pas les produits demandés par les clients, mais ceux qui maximisent leur profit.
a écrit le 23/02/2019 à 9:06 :
qui a méprisé la "populace"? qui a été arrogant avec les Français? qui a dit JE MOI JE DIEU JUPITER JE décide?? lui seul macron est responsable de cette catastrophe. alors après la macronie cherche comme d'habitude par lâcheté des boucs émissaires bien servie par son fan club de supporters.
Réponse de le 23/02/2019 à 10:20 :
Ne renversez pas aussi vite les responsabilités : on voit bien samedi après samedi qui casse, détruit, brûle, tabasse... Il faudra bien rendre des comptes un jour. Et cela viendra. C'est un peu trop facile de rejeter la faute sur les autres. Au moins cela prouve-t-il déjà votre mauvaise conscience. Les fautes des uns ne ont pas une excuse légitime aux exactions des autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :