"Gilets jaunes" : "Les impacts économiques négatifs ne se sont pas estompés" (CCI France)

 |   |  966  mots
Pierre Goguet a été élu président de CCI France en 2017.
Pierre Goguet a été élu président de CCI France en 2017. (Crédits : DR)
INTERVIEW. Le président de CCI France, Pierre Goguet, s'alarme d'un possible changement de comportement des consommateurs avec la prolongation du mouvement des "Gilets jaunes".

Le samedi 16 février, le ministère de l'Intérieur avait dénombré 41.500 manifestants en France et 5.000 à Paris, des chiffres en recul par rapport à la semaine précédente mais contestés par les "Gilets jaunes" qui en ont dénombré plus du double (104.070).

LA TRIBUNE - Plus de trois mois après le début du mouvement des "Gilets jaunes", quel est l'impact des perturbations sur les entreprises ?

PIERRE GOGUET - Notre dernière enquête, qui s'appuie sur 44 de nos chambres, montre une baisse de l'intensité des perturbations mais seulement 7% des entreprises interrogées indiquent qu'elles ont disparu. Cela signifie que 93% d'entre elles considèrent que ces troubles existent toujours. Globalement, les impacts économiques négatifs ne se sont pas estompés.

A ce jour, il y a une absence de compensation des pertes subies notamment en décembre. Les soldes ne se sont pas très bien passées. Des entreprises commencent à ressentir des difficultés économiques. Elles avaient fait des stocks pour la période de fin d'année et elles n'ont pas intégralement destocké. Des commerçants n'ont pas perdu espoir de rattraper ces pertes. Ils essaient d'ouvrir encore le dimanche grâce aux autorisations accordées par le gouvernement. Pour l'instant, deux tiers des entreprises indiquent qu'elles n'espèrent pas un rattrapage. 90% considèrent que l'impact négatif sur le chiffre d'affaires se maintient. Il y a néanmoins des signes d'amélioration du côté de l'approvisionnement et la gestion des stocks.

Comment expliquez-vous de telles disparités entre les territoires ?

Les différences territoriales sont liées à l'activisme des "Gilets jaunes" et à leur capacité à bloquer. Aujourd'hui, il y a des zones dans les centres-villes où les rideaux sont parfois fermés tous les samedis. La clientèle peut être dissuadée. Même si certains magasins peuvent rester ouverts ou se contentent de fermer le temps que le défilé passe et rouvrent juste après, cela ne règle pas le problème que la clientèle n'est pas venue. On est dans une problématique de changement de consommation, avec des clients qui viennent moins dans les magasins. Certains magasins arrivent à compenser car ils avaient déjà des sites de vente en ligne. Beaucoup de petits commerces n'avaient pas cette alternative. Globalement, les pertes moyennes de magasins sont de l'ordre de 30% dans les zones où il y a eu les "Gilets jaunes". Il y a une vive inquiétude des commerçants sur les habitudes des consommateurs. Le mouvement des "Gilets jaunes" pourrait contribuer à accroître le phénomène de "déconsommation".

Comment jugez-vous les réponses du gouvernement à cette crise sociale inédite ?

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé la mise en place d'un fond d'indemnisation qui a donné pas mal d'espoirs aux commerçants indépendants les plus touchés. Cette enveloppe de 3 millions d'euros pour 10 villes risque d'écarter un bon nombre de zones où le commerce a été touché. L'une des remontées de notre réseau consulaire est de demander une exonération de cotisations sur un trimestre et pas seulement un étalement. Pour cette dernière option, les commerçants vont devoir rembourser alors qu'on estime que les deux tiers n'auront pas rattrapé leur chiffre d'affaires. Je pense qu'il va y avoir pas mal de dégâts sur le commerce. Tous les efforts entrepris lors du plan de revitalisation des centres-villes risquent d'être affaiblis.

Les villes et les régions peuvent aider sur des mesures ponctuelles. À Bordeaux par exemple, des stationnements gratuits sont prévus le samedi. Il faut regarder comment tous les fonds mis en place vont répondre aux problématiques des commerçants touchés. Nous sommes déjà sollicités mais les critères pour en bénéficier ne sont pas mis en place. Il faut, avec les services territoriaux comme les Direccte, avoir une capacité de réponse sur les critères d'éligibilité, sur le curseur d'indemnisation, sur les possibilités d'indemnisation. Beaucoup de commerces indépendants n'ont pas d'assurance pour les pertes d'exploitation contrairement aux grandes enseignes.

Le grand débat est-il selon vous un bon moyen de sortir de cette crise ?

Nous avons mobilisé tout notre réseau sur ce sujet. Avec le Medef, la CPME, nous essayons d'ouvrir les débats à la catégorie des entrepreneurs. Nous avons fourni à toutes nos chambres un kit et on propose parfois un animateur. À partir de comptes rendus que j'ai pu lire, il y a des remontées intéressantes concernant la fiscalité des commerces de centre-ville par rapport à la fiscalité du commerce en ligne. Ne faut-il pas appliquer une fiscalité respectant la vocation du commerce du centre-ville qui est un atout pour l'attractivité de la ville ?

Les mesures annoncées par Emmanuel Macron le 10 décembre dernier (élargissement de la prime d'activité, annulation de la CSG pour les retraites inférieures à 2.000 euros) devraient booster le pouvoir d'achat d'une bonne partie des Français. Quel pourrait être l'impact de ces mesures ?

Il peut y avoir un effet mais le risque est que cela favorise surtout l'importation de produits étrangers. Le pouvoir d'achat peut aussi se transformer en épargne. Beaucoup de Français observent que la sortie de crise n'est pas pour demain, que les problématiques liées à la fiscalité sur la taxe carbone ne sont pas finies. Les foyers modestes, qui ont une propension à consommer, pourraient s'orienter vers des produits moins coûteux et donc pas nécessairement ceux fabriqués en France. Du côté des entreprises françaises, il faut encore que l'appareil productif soit capable de répondre à la demande sinon on risque de favoriser des produits importés. Je pense que c'est dans la proximité des territoires que l'on trouvera des solutions adaptées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2019 à 10:43 :
on voit bien à travers ce genre d'articles la propagande gouvernementale qui cherche à reporter les responsabilités et détourner l'attention des vraies causes de la ruine de l'économie française, à savoir 20 ans de zone euro et de gestion calamiteuse des élus qui se goinfrent de nos impôts et nous méprisent. RDV en mai !
a écrit le 20/02/2019 à 8:06 :
En lisant les commentaires divers on comprend que la manipulation des masses fonctionne impec.
Non, les GJ ne sont en rien la cause de cette non consommation.
Juste un epiphenomene, la realite est une perte de pouvoir d'achat, et une non prise en compte de la realite de l'economie par le pouvoir actuel, qui se croit encore au siecle dernier.
a écrit le 19/02/2019 à 20:09 :
Mais les impacts politique, si. Acte XIV : triste sort pour des drapeaux européens sur le parcours des Gilets jaunes à Paris

Remplacés par des drapeaux tricolores, plusieurs drapeaux étoilés de l’Union européenne n’ont pas résisté au passage du cortège des Gilets jaunes dans la capitale. Un acte qui reflète le discours de plusieurs manifestants interrogés par RT France.

Source : RT France (17 février)

De plus en plus de Gilets jaunes se rendent compte que soixante-deux ans de construction européenne ont mené la France au désastre qu’elle connaît actuellement. Que ce soit par le RIC, par référendum ou par l’arrivée de l’UPR au pouvoir, il y a urgence à sortir de l’UE pour pouvoir enfin relever le pays, comme sont en train de le faire nos amis britanniques.
a écrit le 19/02/2019 à 19:11 :
Le gouvernement bloqué par les GOPE-de-Bruxelles que Macron a signé ne peut rien lâcher pour preuve et s'' il en était encore besoin "Pas de « cadeaux de Noël » : la France risque d’être sanctionnée par l’UE"..

Günther Oettinger, commissaire européen au Budget, a prôné le déclenchement d’une procédure pour déficit excessif à l’encontre de la France après l’adoption de son projet de loi de finances pour l’an prochain. La France serait le seul pays européen à dépasser la limite des 3 %.

https://www.upr.fr/actualite/notre-revue-de-presse-de-la-semaine-semaine-du-24-au-30-decembre-2018/

Source : Sputnik (25 décembre)

Après une communication pleine de commisération larmoyante, Macron n’avait finalement concédé aux Gilets jaunes que quelques miettes du festin de l’oligarchie. Mais c’est encore trop pour la Commission européenne, qui exige que la France respecte les engagements du TSCG. Il suffirait pourtant d’être conséquent et de quitter ce Titanic institutionnel au plus vite par l’article 50 du TUE.
a écrit le 19/02/2019 à 15:23 :
La Taxe F.I.S.A.C prélevée sur les Super-Hypermarchés depuis près de 25 ans,
au profit des Centres-Villes et Centres-Bourgs est symbolique : à multiplier par vingt, et à Etendre à la Vente en Ligne

Une Taxe sur la Grande Distribution, qui tue l'agriculture, doit etre créée au Profit de la Mutualité Sociale Agricole, collectée par l'URSSAF.


La Taxe Professionnelle, dont seule la dénomination a changé : C.F.E ( Cotisation Foncière des Entreprises) doit etre ENFIN abolie ( promesse de 33 ans d'age )


Les Centres-Villes se sont tirées une balle dans le pied avec le stationnement payant
Acte psychologique négatif d'appauvrissement,
avant d'avoir jeté un œil sur la première vitrine.
Des villes moyennes ont sù gardé leur fréquentation,
grace au stationnement réglementé gratuit : disque horaire sur pare-brise :
unanimité positive des magasins et des clients.
a écrit le 19/02/2019 à 13:16 :
Remplacer Macronibus par un SHARON la France redeviendra un pays libre . Bon défilé les énarques !
Réponse de le 19/02/2019 à 21:24 :
Pauvres rêveurs ça va vous. tomber sur le nez d ici peux
a écrit le 19/02/2019 à 12:15 :
Le phénomène Gilets Jaunes dans les Centres Ville n’aura qu’un temps, enfin, on l’espère, mais ce qui est plus lourd de menaces pour le commerce c’est le mouvement de déconsommation prônées par des ONGs et officines idéologues qui là, vise à agir sur les comportements dans un temps beaucoup plus long.....
a écrit le 19/02/2019 à 11:39 :
La déconsommation est le grand phénomène à venir. Il faudra que les entreprises s'y adaptent
Réponse de le 20/02/2019 à 1:35 :
Oui, bien sùr : En réduisant leur taille, et leurs effectifs salariés. :
Moins de fardeau, Moins de Stress pour le Chef d'Entreprise.

Pole Chomage gèrera la suite….. et les Dpts : pour plus de RSA,
Pour déconsommer.

Le coté positif : plus d'allocataires à la prime smartphone début Sept,
hà non ! ce n'est pas de la déconsommation çà.


Apprendre aussi à vivre à nouveau avec 3 chaines TV,
plutôt que 200 chaines à abonnement


Entretenir 10 ans sa voiture ( ma 206+ 8ans et demi, avec C.T du 24/1
Vierge : page blanche ( et roule chaque jour)

Garder mon teleph 20eur, 8ans jusqu'à sa mort, et idem pour TV

Raccomoder vêtements, sous-vet, chaussettes : je le fais

Consommer moins d'électr ( je consomme 30eur ttc/mois, et peu d'eau )
Ne pas chauffer plus de 18°

Couper au ciseau le tube de dentifrice pour tout ! vider

Conduite douce et calme, et trajets justifiés
Réponse de le 20/02/2019 à 20:45 :
Et consommer beaucoup moins d'EAU : l'eau courante, trop facile.
Ex : toilette des mains et du corps.
a écrit le 19/02/2019 à 11:12 :
Le cout économique de ce mouvement devrait lui être imputé. Mais comment faire puisqu'il s'est délibérément constitué de manière diffuse, sans leader, sans chef, sans adhérents. Sa structure volontairement anarchique empêche que le contribuable lui demande des comptes. C'est pour ça qu'il doit disparaitre sans délai. Ou alors il rembourse.
a écrit le 19/02/2019 à 10:28 :
Le problème n'est pas les GJ mais les mauvaises interprétations des problèmes sociaux non résolues! Les GJ ne sont qu'une conséquence et non la cause!
a écrit le 19/02/2019 à 9:41 :
Le problème des GJ :
Toutes les colères se confondent , aucune base solide de socle commun , trop de violence partout ,
C’est un dialogue de sourd.
J’accuse le «  manque juridique «  en France concernant les commandes sur internet , n’importe qui vend n’importe quoi sans contrôle, sans traçabilité, sans règle générale de renvoi commune pour le commerce numérique, bref du vrai flou artistique ...

Ma conclusion : pire ce monde est malade d’être déconnecté de sa nature humaine d’être trop connectée à des «  normes et filtres «  de conditionnement...

Avec le ☀️nous espérons le retour de la paix , l’envie de faire du shopping sans qu’un truc nous tombe sur la tête et sans passer 3 h dans les bouchons routiers...

L’apaisement , une trêve, le choix de la vie , le choix du respect et que chacun soigne ses peines et blessures pour évacuer cette colère sans se faire du mal à soi même et aux autres... stop à ce dialogue de sourd social : nous nous entendons plus.
a écrit le 19/02/2019 à 8:57 :
Les citoyens sont dans la rue pour clamer leur désespoir et le bon soldat bien paramétré du système "s'alarme d'un possible changement de comportement des consommateurs"

Comment voulez vous que ce monde là nous comprenne ??? Les gars ils sont complètement conditionnés.
a écrit le 19/02/2019 à 8:57 :
On s'en fout des commercants, ils servent à rien, remplacez les par amazon, y'en a marre des intermediaires. L'etat les defends en tant que percepteurs de tva, collusion !
Réponse de le 19/02/2019 à 9:44 :
Amazon aussi est percepteur de la TVA pour le compte de l'état français.
Réponse de le 19/02/2019 à 12:45 :
La VA est bien moindre!
Je parle pas des artisans bouchers, boulangers et autres hein!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :