Logement : « Plus un problème d'offre qu'un problème de demande » (Emmanuelle Wargon, ministre)

GRAND ENTRETIEN. 350 millions d'euros supplémentaires pour recycler les friches au service de la construction de logements neufs, c'est l'annonce choc du Premier ministre Jean Castex. Sa ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, en précise les contours et révèle, en exclusivité pour La Tribune, les enseignements de l'Observatoire de la rénovation énergétique 2016-2019.
César Armand

12 mn

(Crédits : Reuters)

Je les comprends et je tiens à les rassurer : nous accompagnerons chaque propriétaire.

Emmanuelle Wargon, ministre du Logement

 LA TRIBUNE - En déplacement lundi 17 mai en Île-de-France avec vous, le Premier ministre a annoncé une rallonge de 350 millions d'euros pour l'enveloppe « Recyclage des friches » du plan de relance. Pourquoi ?

EMMANUELLE WARGON : Cette piste pour construire bien et durablement fonctionne très bien à tel point que nous avons déjà délégué la totalité des 300 millions d'euros à 200 projets. C'est pourquoi le Premier ministre a décidé d'y ajouter 350 millions d'euros pour porter des projets supplémentaires. Le volume des premières demandes sur les projets a atteint en effet les 1,5 milliards d'euros ! Si ces opérations sont vertueuses, elles n'en demeurent pas moins coûteuses, à Saint-Fargeau comme à Saumur où je me trouvais la semaine dernière.

Au regard du grand écart - de 1 à 10 - entre les 6,7 milliards d'euros fléchés vers la rénovation et les 650 millions d'euros pour la construction neuve, dont les 300 du plan Friches, les aménageurs, les constructeurs et les promoteurs immobiliers s'affichent pessimistes...

Bien sûr et je les comprends. Qu'ils soient rassurés : nous suivons les chiffres de près. Aujourd'hui, en termes de mises en chantier, nous nous trouvons entre 6 à 10% en-dessous du rythme d'avant la crise sanitaire. Cela n'est pas si bas, mais cela reste très inquiétant. C'est pourquoi le Premier ministre vient d'annoncer la création de cette Commission nationale de Relance de la Construction qui devra formuler des propositions opérationnelles avant l'été pour nourrir le projet de loi de finances 2022 de septembre. Avec d'autres élus locaux, des économistes et des promoteurs, son président François Rebsamen, président (PS) de Dijon Métropole, devra partager un diagnostic et trouver les bons leviers pour redémarrer la machine. Actuellement, nous rencontrons bien plus un problème d'offre qu'un problème de demande, les particuliers et les investisseurs étant toujours présents.

Vous avez déjà signé en novembre un Pacte national pour la construction durable, ainsi qu'un avenant à la charte en question pour délivrer 250.000 agréments de logements sociaux d'ici à fin 2022. Les professionnels du logement neuf construisent en effet la moitié du parc HLM...

Le logement social tire le logement privé et inversement. Ce n'est donc pas un problème de modèle économique, mais un sujet de résistance culturelle à la construction.

L'aide aux maires densificateurs de 350 millions d'euros serait donc inutile ?

Non, au contraire, puisqu'elle a permis de financer la sortie de 1.000 permis de construire dans près de 700 communes pour un montant total de 70 millions d'euros. Cela devrait donc permettre de donner un coup de pouce financier à 30.000 logements. En termes de densification, la transformation de bureaux en logements peut aussi aider. Dans la loi Climat, nous avons réintroduit un dispositif qui facilite l'accès au bonus de constructibilité pour équilibrer les opérations. J'ajoute que je suis en train de faire un tour des métropoles pour discuter avec leurs président(e)s - comme lundi dernier avec Jeanne Barseghian maire de Strasbourg - après avoir été à Lyon et à Orléans et avant de me rendre à Rennes.

Justement, le projet de loi Climat et Résilience, qui vient d'être adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, consacre que « l'Etat continuera à financer les aides à la rénovation sur un délai de dix ans ». Pour quels montants ? Pour qui ? Pour quel type de travaux ?

La loi climat prévoit une programmation de la rénovation énergétique à travers la loi quinquennale sur l'énergie, qui elle-même est un acquis parlementaire de 2019. Tout ceci sera formalisé d'ici à 2023. En attendant, nous mettons déjà en place une politique de moyen et de long-terme avec des aides financières, un accompagnement et des guichets de proximité. Nous mettons fin au sans stop-and-go. Nous avons en effet déjà progressé depuis le début du mandat avec une montée en charge de plus en plus forte. De 190.000 dossiers déposés en 2020 auprès de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), nous en sommes à 285.000 en ce 19 mai et nous devrions atteindre bientôt les 400.000 et même les 700 à 800.000 fin 2021. Soit quatre fois plus de Ma Prime Rénov qu'en 2020. Il est assez rare qu'une aide trouve à ce point son public.

Il n'empêche, le rôle d'accompagnateur fait débat. Les architectes, pour ne citer qu'eux, revendiquent de déjà jouer ce rôle auprès des particuliers.

Cette proposition « d'accompagnateur », formulée par le directeur général délégué de la Caisse des Dépôts Olivier Sichel, doit être précisée. L'objectif est d'arriver à un cahier des charges où l'accent sera mis sur la neutralité du conseil. Nous allons ainsi agréer des réseaux étatiques, des associations voire des réseaux privés sous conditions. Pour cela, nous avons encore besoin de quelques semaines de concertation. Notre objectif : publier le décret d'application pour une entrée en vigueur progressive début 2022.

Parallèlement, le ministère de la Transition écologique, dont dépend celui du Logement, publie ce mercredi 19 mai son Observatoire de la rénovation énergétique 2016-2019. A y regarder de plus près, avec 1,4 millions de rénovations, les maisons individuelles dépassent légèrement les logements collectifs qui en totalisent 700.000. Quelles conclusions en tirez-vous pour aujourd'hui et demain ?

Les grands gagnants, ce sont les Français ! Au-delà de la formule, cela fait un an que je mobilise mes services pour que nous ayons accès à ces données. En l'absence de ces chiffres, nous serions amenés à conduire une politique de manière aveugle. Là, au contraire, avec cette méthode fiable, nous disposons de premières données solides. Nous pouvons par exemple recenser tous les logements aidés, même si nous ne pouvons pas encore chiffrer les rénovations dans les logements collectifs qui n'ont pas été aidés. Demain, nous voulons être en capacité de disposer de données exhaustives. Toujours est-il que rien qu'en 2019, un logement sur quinze a été rénové. C'est loin d'être négligeable. D'autant que les économies d'énergie réalisées au total s'améliorent avec +50% de gains estimés. Les aides ont donc bel et bien ciblé les travaux les plus efficaces. In fine, ces économies d'énergie nous permettent de tenir les objectifs de notre stratégie nationale bas carbone, même si ces objectifs vont s'accentuer à l'avenir et qu'il faudra donc encore accélérer.

Les propriétaires occupants sont les premiers à réaliser des travaux, démontre également cette étude. Pour reprendre votre expression, en avez-vous fini avec le stop-and-go qui excluait les plus riches des dispositifs avant de les réintégrer dans le plan France relance de septembre 2020 ?

Notre politique répond à deux objectifs : financer les travaux les plus efficaces et aider ceux qui ont en le plus besoin. C'est une première en France. Alors que le volume de travaux a augmenté de 20%, les économies d'énergie ont cru de 50% car nous avons ciblé les travaux les plus efficaces, notamment via les certificats d'économie d'énergie pour l'isolation des combles. De la même façon, nous avons été redistributifs en transformant le crédit d'impôt pour la transition énergétique traditionnellement utilisé par les plus aisés en MaPrimeRenov', une prime dont les montants les plus élevés bénéficient aux ménages aux revenus les plus modestes. Nous n'avons pas encore les chiffres de 2020, mais je suis sûre que cette année sera encore plus redistributive, Ma Prime Rénov les aidant encore davantage en ciblant les économies d'énergie.

Que répondez-vous à l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) qui se déclarent « inquiets » sur les obligations de rénovation et les interdictions de mise en location ?

Je les comprends et je tiens à les rassurer : nous accompagnerons chaque propriétaire. Les logements G, c'est-à-dire les plus énergivores, seront interdits à la location en 2025, suivis des habitats F en 2028 et E en 2034. Avec la loi Climat, nous aurons les moyens de solliciter individuellement tous les propriétaires, en nous fondant sur la base des diagnostics de performance énergétique (DPE). Nous aurons également besoin de la mobilisation de l'ensemble des professionnels de l'immobilier, gestionnaires, syndics, agences, etc.. Que tous se rassurent : d'ici à 2025, nous avons un délai suffisant pour que les propriétaires aient le temps de réaliser les travaux. Ils savent que cela ne peut qu'améliorer la valeur de leur bien - la valeur verte - et qu'ils pourront le revendre à un meilleur prix . C'est pourquoi nous menons actuellement un gros travail d'accompagnement et que nous avons ouvert Ma Prime Rénov aux copropriétés et aux bâtiments eux-mêmes le 1er janvier dernier. Elle sera aussi accessible aux propriétaires bailleurs à partir du 1er juillet prochain. Cela va beaucoup aider les propriétaires de logements en location.

Par ailleurs, le changement de chauffage et/ou de système d'eau chaude sanitaire apparaissent, selon l'Observatoire de la rénovation, comme les gestes les plus efficaces devant l'isolation des murs, des toits ou des planchers. Cela va-t-il vous faire revoir vos priorités ? Prioriser des actions plutôt que d'autres ?

Nous ne nous sommes pas fixé d'objectifs par type de travaux, mais nous continuons à souhaiter que les diagnostics soient les plus fréquents possibles et que les bouquets de travaux soient les plus complets. Chaque bâtiment a son chemin spécifique de rénovation. Parfois il faut refaire le mur, le plancher, ou plutôt changer la chaudière, ou l'ensemble, cela offre à chacun la possibilité de rénover son logement en fonction de ses caractéristiques et des besoins issus du diagnostic.

Les rénovations sont plus nombreuses dans le Nord-Est du pays que dans le Sud, à cause du froid, et dans le périurbain davantage que dans les villes-centres. Sachant que la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments neufs stipule une résistance aux vagues de chaleur, comment allez-vous concilier les deux contraintes de température ?

Je vous rappelle que les données de l'Observatoire de la rénovation énergétique balayent les années 2016-2019. Il est en outre normal que les rénovations se concentrent là où il fait le plus froid, et car les besoins de chauffage et factures d'énergie y sont plus élevés, et que les rénovations soient davantage sur le périurbain car c'est là où se trouvent les maisons individuelles. Nous devrions quand même avoir un volume croissant dans les centres villes.

Encore faudra-t-il améliorer la notoriété des aides, qui souffrent d'un « déficit » de reconnaissance...

Nous avons beaucoup communiqué, notamment autour de MaPrimeRenov',et la situation est en train de changer. Depuis le 1er janvier 2021, nous avons eu plus de 4 millions de visites sur le site officiel maprimerenov'.gouv.fr, et en juin prochain, nous lancerons des publicités à destination des propriétaires bailleurs. C'est une aide qui existe depuis seulement un an. D'après notre dernière étude, 88% des utilisateurs se déclarent satisfaits et surtout 69% assurent qu'ils n'auraient pas réalisé de travaux sans l'aide Ma Prime Rénov.

Vous espérez le dépôt de 700 à 800.000 dossiers à l'Agence nationale de l'habitat d'ici à la fin de l'année. Où en êtes-vous dans la consommation de l'enveloppe de 2 milliards d'euros de France Relance dédiée aux logements privés ?

La montée en puissance est extrêmement rapide. Nous avons dépensé 510 millions d'euros depuis le début de l'année, si bien que nous devrions avoir consommé une grande partie de l'enveloppe d'ici à fin 2021.

Qu'en est-il pour les 500 millions d'euros dévolus aux habitats à loyer modéré (HLM) ?
 
Beaucoup de demandes ont été déposées pour lesquelles nous sommes en train de répartir les enveloppes, mais cela devrait concerner près de 40.000 HLM.

Quid des 1,3 milliards d'euros de dotation de subvention à l'investissement local (DSIL) fléchés vers la rénovation des bâtiments appartenant aux collectivités locales, dont 300 millions pour les régions, 300 millions pour les départements et 650 millions pour les communes ?

Nous devrions obtenir une vision consolidée fin mai étant donné que les négociations sont toujours en cours entre les élus locaux et les préfets. Ces derniers nous font déjà remonter qu'il y a plutôt trop de demandes que pas assez !

Comment allez-vous répondre à cet afflux dans cas ?

C'est avant tout aux préfets, qui sont proches du terrain, de prioriser en fonction des besoins du territoire mais aussi de la qualité des projets : s'assurer que l'on retient les plus ambitieux pour l'environnement et ceux qui peuvent se lancer vite pour relancer l'activité économique locale rapidement.

À retenir


  • Les logements G, c'est-à-dire les plus énergivores, seront interdits à la location en 2025, suivis des habitats F en 2028 et E en 2034.

César Armand

12 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 20/05/2021 à 23:46
Signaler
Si ces chantiers respectent la vie des citoyens c'est bien, moi à Angers en 1958 avaient été construits des petits pavillons, des rues tranquilles, alors comme beaucoup on a quitté l'infecte hlm bien que neuve la c1, On va la revendre maintenant cet...

à écrit le 20/05/2021 à 8:50
Signaler
900000 clandestins minimum sur le territoire, 128 pourcent de bénéficiaires de l'AME en plus, détournement des procédures légales, les déboutés avec une OQTF qui restent sur le sol français... Le problème n'est pas le manque de logements en France.

à écrit le 19/05/2021 à 11:29
Signaler
Le logement est trop cher, c'est ça le problème. Peut-être grâce aux aides de l'Etat : défiscaliser la construction neuve avec le Pinel, etc..., ça fait des acheteurs qui ne regardent plus les prix, et les hausses d'allocations logement se retrouven...

le 19/05/2021 à 12:48
Signaler
tout a fait. dire qu a un moment macron avait evoquer de fermer le robinet a subvention. helas, comme souvent il s est deballonné

à écrit le 19/05/2021 à 10:35
Signaler
Il y a plusieurs problemes: d un cote vous avez des regions economiquement sinistrées d ou les gens partent pour aller s entasser dans des metropoles qui evidement elles se retrouvent avec un probleme d offre. Mais le probleme n est pas tant d entass...

le 19/05/2021 à 11:58
Signaler
Pas mieux essayons la suppression de tout soutien artificiel ça devrait aller mieux rapidement...du moins pour les prix

à écrit le 19/05/2021 à 9:55
Signaler
Comment voulez vous que des personnes comme notre ministre qui habite dans une maison ou le prix est de 1 million à l’achat comprenne la situation du logement en France. Ce n’est pas une femme du terrain , ni les maires non plus . La seule solutio...

le 19/05/2021 à 12:14
Signaler
100% d'accord. J'ajoute qu'il est plus utile de pousser partout les initiatives territoires-zéro-chômeur, que de couvrir le pays de logements sociaux, lesquels ont fait largement leurs preuves en terme de désastre - tant sur la sociabilité qui n'es...

à écrit le 19/05/2021 à 9:35
Signaler
Pas inventé le fil à couper le beurre notre Ministre, un truisme de plus, cela fait 30 ans que l'offre de logements est insuffisante.

le 19/05/2021 à 15:11
Signaler
C'était prévisible , elle fait partie de ce qu'on appelle la reproduction des élites.Elle est la fille unique de Lionel Stoléru décédé en 2016 ,( ancien secrétaire d'État de 1976 à 1981 sous la présidence Giscard d'Estaing puis de 1988 à 1991 sous la...

à écrit le 19/05/2021 à 8:48
Signaler
"entre les 6,7 milliards d'euros fléchés vers la rénovation et les 650 millions d'euros pour la construction neuve, dont les 300 du plan Friches, les aménageurs, les constructeurs et les promoteurs immobiliers s'affichent pessimistes..." Ils nous...

à écrit le 19/05/2021 à 8:11
Signaler
Dans ma petite ville de 8000 habitants à 40 km de Grenoble bien desservie en transport, nous avons plus de 300 logements de libre qui reste innocupés et on continue de construire de petits immeubles par des organismes publiques, on a un problème évid...

à écrit le 19/05/2021 à 7:33
Signaler
En ce qui concerne les friches industrielles, je crois que les sociétés qui travaillent dans le domaine de l'environnement, voire les collectivités locales, ont développé un bon business qui consiste à faire des trous, prenant la terre de l'un pour b...

à écrit le 19/05/2021 à 7:25
Signaler
La demande y est peut-être aussi pour quelque chose, non ? Quand depuis des années, on laisse venir des migrants par milliers sur le territoire français, quand depuis des décennies, on encourage la natalité en France, il ne faut pas s'étonner d'avoir...

le 19/05/2021 à 12:47
Signaler
c est pas les migrants qui posent probleme: ils n ont pas d argent pour se loger et s entassent a 10 dans 20 m2 Depuis chirac on a subventionné le secteur pour faire monter les prix (une facon indirecte d enrichir une partie de la population). On ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.